Moût

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Mout.
Des raisins subissant le pressurage dans une gerle afin d'en faire du moût

Le moût est une mixture obtenue par pressurage ou cuisson de végétaux ou bien d'extraits de végétaux. Essentiellement destiné à subir une fermentation alcoolique ou une fermentation acétique ; il peut-être extrait de fruits, graminées, tubercules, feuilles, fleurs... Le moût est caractérisé principalement par sa teneur en sucres et par sa densité conditionnant sa fermentation alcoolique.

Pour le brassage de la bière et celle du single malt whisky, il est utilisé un moût d'orge commune maltée ; pour celui du saké du moût de riz. Outre le moût de raisins à partir duquel sont élaborés le vin et le vinaigre balsamique, les autres moûts les plus connus sont : le moût de pomme pour l'élaboration du cidre, le moût de poire pour celle du poiré, le vesou pour celle du rhum, le miel pour celle de l'hydromel, la sève pour celles du vin de palme et du vin d'érable, la mélasse pour celle du bioéthanol de betterave à sucre et de canne à sucre...

Le moût de raisin est la mixture obtenue par pressurage ou foulage des raisins, de laquelle est extrait le jus de raisin et avec laquelle est élaboré le vin, le moût non fermenté pouvant être additionné d'eau-de-vie de raisin pour produire du vin de liqueur ou cuit pour produire du vinaigre balsamique. Les résidus secs issus du moût de raisin constituent le marc de raisin, l'eau-de-vie de marc résultant de la distillation du marc dit de cuve ou de vin.

Constituants du raisin de cuve[modifier | modifier le code]

Tous les cépages ont une constante dans leur structure (interne ou externe) et dans les constituants qui les composent. Le tableau ci-après résume ces éléments communs[1].

Observation Constituants Rôle en vinification
Peau
environ 10 % du poids du grain
Recouverte d'une fine poussière grisâtre :
la pruine
elle est constituée d'une enveloppe extérieure :
la cuticule
dont les cellules internes contiennent les vitamines B, C et P, des matières colorantes et odorants : l'hypoderme
* eau
* sucres
* tanin
* cellulose
* vitamines
* Matières minérales, azotées, acides, colorantes et odorantes
Apport de ferments utiles :
coloration, fruité, vitamines
Pulpe
environ 85 % du poids du grain
C'est la partie la plus importante du grain
Elle est généralement incolore sauf pour les cépages teinturiers
Au pressurage, le centre de la pulpe s'écoule en premier, puis vient ce qui se trouve sous la peau et enfin la pulpe qui est autour des pépins
* eau
* sucres
* matières acides, minérales, azotées et pectiques
Solvant de fermentation sous l'action des levures
Pépin
environ 5 % du poids du grain
Ce sont les graines de la vigne
On en compte de 0[2] à 4 par grain
* eau
* tanin
* huile[3]
* matières hydrocarbonées, acides, azotées et minérales
Au cours d'une fermentation en rouge, ils apportent tanin et matières azotées

Constituants du moût de raisin[modifier | modifier le code]

Les moûts de vinification en rouge contiennent de l'eau, des sucres, des acides, des levures, ainsi que des matières azotées, pectiques, colorantes et odorantes. C'est la durée de leur macération qui permet pour ce type de vin de posséder des propriétés telles qu'elles ont été analysées et définies comme constituants essentiels du « French Paradox »[4].

Article détaillé : Paradoxe français.
Moût de vendange rouge dont la fermentation est thermorégulée
(présence d'un drapeau réfrigérant permettant une macération à basse température)

Eau[modifier | modifier le code]

Le moût est composé de 70 % à 80 % d'eau dont le rôle dans la macération est de mettre en contact les différentes matières et de dissoudre certaines substances[5].

Sucres[modifier | modifier le code]

Ils sont présents avec un taux de 150 à 250 g/l. Sous l'effet de la photosynthèse chlorophyllienne se forment à l'intérieur du grain deux sortes de substances : les sucres infermentescibles et fermentescibles. Dans la première catégorie entre toujours le saccharose et, en surmaturation de certaines grappes, le xylose et l'arabinose. Dans l'autre catégorie les sucres réducteurs, comme glucose et fructose, sont fermentescibles sous l'action des levures et produisent des molécules d'alcool et de dioxyde de carbone[5].

Dépôt de sels tartriques sur la porte d'une cuve de stockage

Acides[modifier | modifier le code]

Classés en deux catégories : acides organiques et minéraux, ils sont présents avec un taux de 3 à 9 g/l. Les premiers se forment, en faible quantité, sous l'effet de la photosynthèse. Il s'agit de l'acide tartrique, de l'acide malique et de l'acide citrique. Ils se trouvent dans toutes les parties vertes de la vigne, soit à l'état libre, soit sous forme de sels. Les seconds d'origine minérale ne se rencontrent qu'à l'état de sels. Il s'agit de l'acide sulfurique, de l'acide chlorhydrique et de l'acide phosphorique. L'ensemble de ces substances a une action antibiotique contre les ferments de maladie et permet au vin de se conserver. De plus ces acides apportent corps et fraîcheur et avivent la couleur. Un vin sans acide est plat, un excès le rend dur[5].

Minéraux[modifier | modifier le code]

Ces sels sont puisés essentiellement dans le sol par les racines de la vigne[6]. Leur présence est de 2 à 4 g/l. Le potassium représente à lui tout seul la moitié de cette matière minérale. Les autres 50 % sont constitués par ordre décroissant de calcium, magnésium, fer, manganèse, phosphore, chlore, soufre, carbone et silice. À titre d'exemple, en terrain sain, le sel (NaCl) ne représente que 400 mg/l et la règlementation n'autorise pas un taux supérieur à 1, 5 g/l[5].

Matières azotées[modifier | modifier le code]

Cette matière azotée est puisée par les racines de la vigne dans un sol qui contient peu ou prou de nitrates. Elle se retrouve dans le moût entre 1 à 2 g/l. Elle a son utilité lors de la macération pour l'alimentation des levures viniques et disparaît presque totalement lors de la fermentation alcoolique. Sa présence plus importante dans des vendanges abîmées par des incidents climatiques (pourriture grise) doit être traitée afin d'éviter tout accident de conservation au vin[5].

Raisin noir à jus blanc
les matières colorantes et odorantes se trouvent sous la peau du raisin

Matières pectiques[modifier | modifier le code]

La pectine[7]est présente, entre 0, 20 et 7 g/l, sous la forme de sucres complexes dans le grain du raisin. Si un excès rend la clarification du vin difficile, sa présence à un taux raisonnable participe au bouquet de celui-ci et lui apporte velouté et moelleux[5].

Matières colorantes[modifier | modifier le code]

Elles se trouvent essentiellement sous la peau du grain de raisin[8] et se classent en deux groupes : anthocyanes et flavones. Les anthocyanes colorent les végétaux en rouge ou violet selon la présence d'un milieu acide ou basique, tandis que les flavones les colorent en jaune. Ces matières solubles dans l'eau le sont encore plus dans l'alcool. Elles participent à la coloration du vin[5].

Matières odorantes[modifier | modifier le code]

Présentes entre la peau et la pulpe du grain, sous forme de traces, elles donnent au moût puis au vin jeune son fruité et son bouquet. Lors de l'élevage, elles interviennent dans la complexité des arômes. À la dégustation, chaque cépage peut être déterminé par les caractères spécifiques de ceux-ci[5].

Tableau récapitulatif[9]
Constituants Provenance Stockage dans la grappe Importance quantitative Caractères essentiels
Rôle et utilité
Effets néfastes pour le vin
s'il y a excès
Sucres Photosynthèse chlorophyllienne Pulpe 150 à 250 g/l 1 - Sucres fermentescibles :
Glucose et fructose
apport d'alcool
2 - Sucres infermentescibles :
Saccharose, xylose et arabinose
apport de moelleux
déséquilibre :
1 - vin alcooleux
2 - vin sirupeux
Acides Minéraux et organiques Toute la plante 3 à 9 g/l Sulfurique, chlorhydrique et phosphorique
apportent corps et fraîcheur
Tartrique, malique et citrique :
avivent les couleurs et s'opposent aux maladies
Vin dur
Minéraux Sol Toute la plante 2 à 4 g/l Vecteur du caractère et de la typicité du vin NaCl < 1, 5 g/l
Matières azotées Sol Toute la plante 1 à 2 g/l Utiles pour l'alimentation des levures du vin Influence la conservation du vin
Matières pectiques Origine organique Pulpe 0, 20 à 7 g/l Favorisent le moëlleux et le velouté Clarification (vin louche)
Matières colorantes Anthocyanes et flavones Peau Traces Couleur Robe plus ou moins prononcée
Matières odorantes Origine organique Sous la peau Traces Arômes Vin plus ou moins aromatique

Traitements du moût[modifier | modifier le code]

Le moût peut également subir d'autres traitements que la fermentation alcoolique, qui conduisent à différents produits utilisés dans le secteur vinicole :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Chabanne, Le vin, une boisson hygiénique à mieux connaître, Cépages Magazine n° 33, septembre 1991, p.22.
  2. Les grains de raisins apyrènes ne contiennent aucun pépin.
  3. L'huile des pépins de raisin peut être extraite et faire l'objet d'une industrie annexe.
  4. Le "French Paradox", Maurice Legoy
  5. a, b, c, d, e, f, g et h Jean-Pierre Chabanne, op. cit., p. 22.
  6. Des traces, plus ou moins importantes, peuvent être le résultat soit des traitements de la vigne, soit du moût, soit par contact avec le récipient vinaire.
  7. Pectine vient du grec pêktós qui signifie figé ou coagulé.
  8. Les matières colorantes se rencontrent aussi dans les cépages teinturiers au niveau de la pulpe.
  9. Jean-Pierre Chabanne, op. cit., p. 23

Voir aussi[modifier | modifier le code]