Rânes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rânes
Rânes
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Blason de Rânes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Intercommunalité Argentan Intercom
Maire
Mandat
Pierre Couprit
2020-2026
Code postal 61150
Code commune 61344
Démographie
Gentilé Rânais
Population
municipale
1 036 hab. (2019 en diminution de 2,36 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 26″ nord, 0° 12′ 36″ ouest
Altitude Min. 196 m
Max. 317 m
Superficie 34,18 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Argentan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Magny-le-Désert
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rânes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rânes
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Rânes
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Rânes
Liens
Site web www.ranes61.com

Rânes est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 1 036 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Bocage normand, en pays d'Houlme, à la limite de la campagne d'Argentan. Son bourg est à 11 km au sud-ouest d'Écouché, à 11 km au nord-ouest de Carrouges, à 13 km au nord-est de La Ferté Macé et à 17 km au sud-est de Briouze[1]. Le bourg est au croisement des anciennes routes nationales 816 et 809. Couvrant 3 418 hectares, le territoire communal est le plus étendu du canton de Magny-le-Désert.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 13,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 857 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Briouze », sur la commune de Briouze, mise en service en 1974[9] et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[10],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 10,7 °C et la hauteur de précipitations de 905,7 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 6], « Alençon - Valframbert », sur la commune d'Alençon, mise en service en 1946 et à 32 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 10,8 °C pour la période 1971-2000[13] à 10,9 °C pour 1981-2010[14], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rânes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[16],[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Argentan, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (83,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (44,2 %), prairies (34,2 %), forêts (14,2 %), zones agricoles hétérogènes (3,7 %), zones urbanisées (2 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,8 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Raana en 1086; Rana en 1335; Rane; la plus régulièrement attestée jusqu'au milieu du XIXe siècle est Rasnes, d'où la forme actuelle avec l'accent circonflexe[23]. Sur les registres officiels de l'état-civil, on voit de plus en plus apparaître la forme actuelle entre 1827 et 1837.

Certaines formes laissent supposer l’amuïssement d'une consonne intervocalique. C'est sans doute Rânes qui est mentionnée dans une bulle du pape Innocent II rédigée en latin, conjointement à Faverolles situées à 8 km, sous la forme Radana vers 1140[24]. René Lepelley qui ne cite pas de forme ancienne considère l'origine de Rânes comme obscure[25].

Le gentilé est Rânais.

Historique[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Gaule romaine[modifier | modifier le code]

La région de Rânes a été occupée dès la Préhistoire comme le prouvent les très nombreux outils — ou armes — en silex taillé ou poli trouvés sur le territoire de la commune (visibles au musée du château) ainsi que sur Saint-Brice-sous-Rânes datés du Paléolithique moyen (100 000 à 60 000 ans av. J.-C.)[26]. Dans la période historique, si les Gaulois et les Gallo-Romains ont laissé de nombreuses traces de leur existence dans l'Orne — notamment dans la plaine et le couloir de circulation entre Alençon - Sées - Argentan… —, il n'en est pas de même sur le territoire de la commune déjà située aux confins du Massif armoricain avec des terres moins fertiles.

Moyen Âge et Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Raana dans la baronnie d'Asnebec[modifier | modifier le code]

Après le traité de Saint-Clair-sur-Epte de 911 entre le roi de France Charles III le Simple et le chef normand Rollon, il faut attendre l'expansion du duché de Normandie sous Guillaume le Conquérant pour que le nom de Raana finisse par apparaître dans les écrits qui nous restent de cette période. En 1086, en effet, Roger de Beaumont — vicomte d'Hiesmois — fit don à l'abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle des « églises » d'Asnebec, Raana et Faverolles (avec leurs revenus). La paroisse de Raanes resta ainsi pendant cinq siècles dans la dépendance d'Asnebec (siège d'une baronnie, avec son château-fort, et son titre religieux de doyenné).

La baronnie de Raanes[modifier | modifier le code]

La population de Rânes[modifier | modifier le code]

Le territoire de Rânes est très étendu ; la commune vient au 12e rang dans l'Orne pour sa superficie (3 418 hectares). L'activité principale traditionnelle de cette vaste paroisse (puis commune) a toujours été l'agriculture (élevage et polyculture). C'est la conséquence d'un sol moyennement fertile — comparativement à la plaine d'Écouché voisine. L'abondance des sources d'eau a entraîné la dispersion des habitants en de nombreux « villages » (66 hameaux sont attestés dans le recensement en 1936). Les dizaines de générations de producteurs agricoles (laboureurs, cultivateurs-agriculteurs, domestiques-servantes, journaliers agricoles) ont permis de subvenir aux besoins des habitants ; elles ont aussi bénéficié de moments privilégiés d'échanges avec les campagnes voisines : quatre foires annuelles se tenaient sous le contrôle et la protection immédiate du château[réf. nécessaire]. Anciennes foires d'Asnebec jusqu'en 1606, elles se tenaient ensuite à Rânes aux dates suivantes : le (à la Saint-Rigobert), le (à la chandeleur), le et le . Le modèle de ces foires rurales est peut-être resté avec la traditionnelle foire-champêtre de Montilly-sur-Noireau[réf. nécessaire]. Quant au lieu précis, la toponymie et le tracé des haies vives nous serviraient-ils de mémoire ? Que sont ces Vieux Parcs ?[style à revoir] (des lieux pour regrouper, « parquer » les animaux mis en vente ?). Pourquoi ce pré démesuré — immense pour une région de bocage — appelé « les Douze Acres » ?[style à revoir] (Ayant appartenu au châtelain jusqu'au XXe siècle, cet herbage servit d'ailleurs d'hippodrome provisoire de à 1950 et même de terrain d'aviation pour les pipers américains en  ; enfin il fut racheté par M. Henri Bouquerel, boucher à Rânes). Si les anciens Rânais attendaient la venue régulière de leurs foires, le châtelain, la paroisse et l'abbaye de Saint-Wandrille ont espéré depuis Guillaume le Conquérant que ces foires leur procureraient les taxes attachées traditionnellement à ces activités commerciales : tonlieux, droits de places, dimes…

Le bourg (assez peu étendu, si l'on fait abstraction du vaste espace occupé par le château et son parc), permettait de trouver regroupés des artisans chargés de construire ou de réparer : maisons, matériel agricole, attelages, outils tonneaux, seaux. À l'occasion des marchés, divers commerçants pouvaient fournir toiles et fils, vêtements spécialisés, sabots ou chaussures… Les auberges (avec arrêts des diligences) complétaient les services fournis à la population, aux voyageurs et aux marchands itinérants. Les registres paroissiaux signalent aussi la présence habituelle à Rânes d'un « chirurgien » (médecin), d'un tabellion (notaire), du curé (fréquemment doyen d'Asnebec avant 1794) et de son vicaire, des chapelains du baron-marquis de Rannes (avant 1789). Les registres d'état civil du XIXe siècle y ajoutent des vendeurs de produits de bouche (boulangers, charcutiers, bouchers…, un percepteur des impôts, un service de la poste et plus tardivement (vers 1876) une brigade de gendarmerie ainsi que des maîtres et maîtresses d'écoles-pensionnats (d'abord religieux et religieuses, puis parmi les laïcs de 1891 à 1919 : M. Eugène Hamard. chevalier de la Légion d'honneur[27]), des sœurs garde-malades. Rien d'étonnant donc que ce gros centre rural fut retenu comme chef-lieu de canton au moment de la Révolution de 1789.

La métallurgie de la fonte et du fer[modifier | modifier le code]

Rânes possédait aussi d'autres ressources que celles de l'agriculture: le sous-sol en effet renfermait -à très faible profondeur- du minerai de fer, en quantités et qualité, Une exploitation de type artisanal eut d'abord lieu dès le XIVe siècle sur plusieurs sites de la paroisse (avec des "forges à bras" signalées par exemple à Halouze près de la Haye-Roger). Comme à Carrouges, à partir de 1540, ou au Champ-de-la-Pierre, en 1572, une véritable concentration de l'activité métallurgique se développa à 1/2 lieue au sud du bourg (avec 1 haut fourneau de 7m de hauteur: voir le modèle conservé et restauré au Champ-de-la-Pierre), 2 forges (voir forgeage), une fenderie, utilisant pendant une partie de l'année l'énergie hydraulique de la rivière des Planchettes (actuellement appelée le Couillard). Les forêts d' Écouves et des Andaines étaient assez proches pour fournir en quantité le charbon de bois- indispensable à l'époque pour alimenter les fonderies. La métallurgie employa pendant plus de trois siècles une part importante des hommes de Rânes-Le Champ-de-la-Pierre-Carrouges — environ 400 ouvriers vers 1790 dans diverses spécialités : bûcherons, dresseurs, charbonniers, voituriers (380), mineurs (à ciel ouvert, 200), travail au haut fourneau et à la forge (45), commis —; tous ces ouvriers du fer faisaient donc vivre près de 2 000 personnes. Après 1850, et le traité de commerce franco-anglais de libre-échange, les ateliers métallurgiques bas-normands (fonctionnant « à l'ancienne » au charbon de bois) furent fortement concurrencés par le fer produit outre-Manche. Même ceux qui — comme M. de Broglie à Rânes — tentèrent de moderniser les techniques (en reconstruisant un haut-fourneau à coke) ne purent survivre. Cela entraina l'arrêt puis la vente des hauts-fourneaux et ateliers métallurgiques de Carrouges-Saint-Martin-l'Aiguillon (1854), Le Champ-de-la-Pierre, Rânes (1852), Boucé. C'est ainsi que quelques dizaines d'années suffirent pour mettre à bas toute une filière industrielle multi-séculaire à Rânes et dans le département de l'0rne.

L'espoir déçu dans le chemin de fer[modifier | modifier le code]

Dans la seconde partie du XIXe siècle, on assista -en France- à une révolution des transports de voyageurs et de marchandises : l'ère du chemin de fer était venue. Le gouvernement français apporta son soutien aux banques d'affaires qui voulaient investir dans la construction d'un réseau de grandes lignes pour relier Paris à chaque ville de préfecture ; puis à chaque sous-préfecture. Ensuite, après le lancement du plan Freycinet de 1879, beaucoup de conseils généraux participèrent au financement des lignes secondaires[réf. incomplète][28]. Puis, dans l'Orne aussi, d'autres projets virent le jour : relier beaucoup de cantons entre-eux par rail, au besoin par des lignes à écartement réduit : les tramways ruraux. Concernant les arrondissements d'Alençon, d'Argentan, de Mortagne et de Domfront, de nombreuses propositions virent le jour. La construction d'une petite ligne de chemin de fer passant par Rânes — soutenue financièrement par le conseil municipal dès 1866 — fut présentée à plusieurs reprises mais elle ne fut reconnue d'utilité publique que cinquante ans plus tard (en 1905). Trois interconnexions avec les lignes ferroviaires à écartement normal avaient été prévues (le tracé devait joindre Vimoutiers à Pré-en-Pail via Trun - Argentan - Boucé - Rânes - Carrouges). La Première Guerre mondiale ayant mis fin à des millions de vies et à beaucoup de projets, les tronçons Vimoutiers-Trun et Carrouges-Pré-en-Pail ne furent jamais construits. Le premier convoi du tram Trun-Carrouges — tiré par une machine à vapeur Piguet — fut enfin inauguré solennellement en [29]. Le nouveau service de transport prévoyait 31 km parcourus en 1 heure 50, à raison de trois allers et retours quotidiens. Des automotrices De Dion-Bouton à essence furent ajoutées aux locomotives dès 1924. Malgré cette modernisation, le bilan d'exploitation fut toujours déficitaire. Côté marchandises, la fermeture des quatre grosses forges (prévues en 1905 pour s'alimenter et expédier via les services de ce tram) fut irremplaçable ; côté voyageurs, cette ligne de tram était d'un parcours trop limité (elle devait permettre à l'origine d'aller à Vimoutiers, à Pré-en-Pail et au-delà) ; les voyageurs le trouvaient trop lent (20 km/h), peu fiable (machines souvent en panne et en nombre trop limité) et peu confortable (par rapport aux autos de l'époque). En conséquence, la durée d'exploitation fut de très courte durée : 24 ans (soit l'équivalent d'une génération, estimeront certains observateurs). Le voyait l'arrêt définitif du petit tortillard, autour d'Argentan comme autour de Mortagne pour l'autre essai de tram rural ornais. Espoir déçu pour les Rânais qui avaient pensé que le tram leur apporterait une amélioration de leur quotidien.

Le pouvoir des seigneurs et la pression de la religion[modifier | modifier le code]

Les titulaires du fief de Rannes sont issus des familles nobles suivantes : de Beaumont au XIe siècle ; de Méheudin (XIIe siècle) ; de Husson (de Rouvrou) (XIVe siècle) ; de Saint-Germain, d'Harcourt (Beuvron) et de Pont-Bellenger (XVe siècle) ; d'Argouges (XVIe siècle) ; de Montreuil [La Chaux] (XVIIIe siècle) ; de Broglie (XIXe siècle) ; enfin de Berghes-Saint Winoc (jusqu'en 1907).

Sur le plan religieux, entre le XIe et le XVIIIe siècle, la paroisse de Rasnes — comme Asnebec, Montreuil et Faverolles — dépendait de l'abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle (dans la région de Rouen) ; cette dernière percevait la majeure partie des revenus : dîme et diverses taxes ; de plus, l'abbé de Fontenelle avait le droit de présentation des clercs destinés à la cure de Rasnes: — généralement doyens d'Asnebec aux XVIIe et XVIIIe siècles — à la nomination de l'évêque de Séez. Le clergé était assisté par des marguilliers.

D'autre part, dans l'église paroissiale — en plus du curé et des vicaires nommés par l'évêque —, officiaient séparément cinq puis six chapelains — choisis par le seigneur de Rannes — qui formaient une « chapelle collégiale » (sorte de chapitre de chanoines mais sans église propre) instituée au XVe siècle par Aubert-de-Saint-Germain et maintenue jusqu'à la Révolution par le baron ou marquis de Rannes en titre. Le rôle premier de cette « chapelle » était de prier pour le seigneur de Rannes et sa famille et pour leurs devanciers, ensevelis dans le chœur-même de l'église (le lieu de résidence de ces chapelains, situé immédiatement au nord de l'église, était d'ailleurs connu sous le nom de la Chanoinie, sinistrée en 1944). Enfin, pendant des siècles et jusqu'en 1856, la confrérie de charité Saint-Sébastien et du Rosaire, composée d'hommes de la paroisse (les charitons), intervenait bénévolement tout spécialement au moment des décès et enterrements (rôle particulièrement utile lorsqu'à plusieurs reprises des épidémies touchaient nombre de personnes de la paroisse, comme avec les fréquentes attaques de peste) en particulier. Il n'est que de compulser les registres paroissiaux de Rasnes pour être frappé par le nombre de « sépultures » par page à certaines époques. Ces « bons » hommes avaient leurs places réservées dans la « chapelle Saint-Laurent » (d'où l'usage jusque dans les années 1960 alors que la confrérie n'existait plus : pour assister aux offices, la plupart des hommes se regroupaient dans cette partie de l'église aussi nommée chapelle aux hommes).

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La montée en importance de Rasnes par rapport aux communes de son environnement aboutit à la création -certes éphémère- du canton de Rasnes sous la Révolution française entre 1790 et 1802 ; outre Rasnes, les communes formant le canton étaient : Saint Georges d'Annebecq Annebecq, Faverolles, Le Grais, La Lande-de-Lougé, Saint-Brice -la-Vallée (voir Saint-Brice-sous-Rânes, Vieux-Pont, Avoine et Boucé. Un siècle et demi plus tard pourtant, malgré des évolutions en maints domaines, on retrouva - (entre 1995 et 2012) -la même attractivité de Rânes pour son environnement, lors de la constitution de la "Communauté de Communes de la région de Rânes", au détriment temporaire du canton d'Écouché.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Le temps du cheval et des "grands chemins": En réponse aux cahiers de doléances de 1789, les autorités nationales et départementales poursuivirent -au XIXe siècle- l'amélioration des routes (alors appelées grands chemins), commencées au XVIIIe siècle (avec reprises des tracés, reconstructions des ponts, plantation d'arbres protecteurs…). Pour Rasnes, dans le sens est-ouest, l'amélioration des liaisons entre les sous-préfectures d'Argentan et de Mayenne (par Écouché, Rasnes, La Ferté-Macé et Couterne) permit aux Rânais de se rendre plus aisément aux services administratifs du canton (à Écouché) et de la sous-préfecture (à Argentan) ainsi qu'aux foires… Dans le sens sud-nord, l'ancien chemin de Carrouges du cadastre napoléonien de 1802 [30] — qui empruntait le tracé de l'actuel chemin du Vieux-Pavé — fut remplacé par la route actuelle (ex N 809).

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • La Première Guerre mondiale 1914-1918 marqua profondément la population de Rânes comme l'ensemble des Français. Certes, les Allemands ne foulèrent pas le sol de Rânes entre 1914 et 1918, mais presque toutes les familles eurent à souffrir des blessures ou des décès de beaucoup de parents, d'amis, de voisins, comme le rappelle le monument aux morts situé au centre du bourg (inauguré le [31] : cinquante-quatre soldats Rânais (« les poilus ») laissèrent la vie dans cette guerre de tranchées (Cinquante ans plus tôt, la guerre de 1870 avait été moins meurtrière même si huit soldats rânais y avaient péri).
  • La Seconde Guerre mondiale 1939-1945

Vingt-cinq ans plus tard, la Seconde Guerre mondiale fit elle aussi une cinquantaine de tués (de nombreux civils surtout). En août 1944, la 3e DB américaine — venant du sud et tentant d'atteindre rapidement Fromentel pour arrêter les Allemands en fuite — dut contraindre ces derniers à abandonner le verrou constitué par le centre-bourg de Rânes. Les blindés et l'artillerie alliés pilonnèrent le centre de la commune qui fut largement écrasé ; à ces obus s'ajoutèrent trois vagues de bombardements alliés[32] qui atteignirent presque exclusivement la population civile.

  • le à l'Aunay-Sorel, hameau situé à 1 km environ du centre-bourg (L'objectif était de détruire un centre important de communication allemand), onze civils furent tués.
  • le à la Forêterie, sur la route d'Écouché (Ce bombardement visait un convoi allemand qui s'avéra être un convoi sanitaire ; ce dernier venait de traverser le bourg de Rânes). Une victime civile — la secrétaire de mairie — fut à déplorer.
  • le au presbytère, à la Cour Chauvin et dans les écuries du château (Ce bombardement visait un dépôt d'armes ennemi, situé près de l'école de garçons, ainsi que le carrefour central âprement défendu par les Allemands). Douze victimes civiles furent dénombrées.

L'après-guerre et la fin du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le dimanche , le général de Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la République française, lors d'un déplacement en Normandie fait une brève pause à Rânes pour saluer la population durement éprouvée par l'Occupation et les combats de la Libération. Sa voiture s'arrête entre le château et l'église. Il est accueilli par une foule enthousiaste et son maire M. Hamon. Debout, en uniforme militaire, il prononce une brève allocution terminée par une vibrante Marseillaise. Puis il rend visite à son compagnon d'enfance de Lille : M. Claude Richard, propriétaire du château.

Dix ans après la Seconde Guerre mondiale, les plaies matérielles étaient refermées et le bourg de Rânes reconstruit ; le château, racheté à M. Richard par la commune, a été réparé et son parc devenait pour les Rânais le centre de beaucoup d'activités : aministratives, culturelles et sportives.

Par le jumelage et les fréquents échanges que cela suscite avec la ville allemande de Ihme-Roloven en 1973, la commune signifiait son attachement à la nouvelle Europe pacifique.

Cependant — parce que les principales villes du département attiraient beaucoup les jeunes ruraux en recherche d'emplois, de logements et de loisirs — la commune de Rânes a dû faire face à la suppression de nombreux services : du pensionnat cours complémentaire, de la perception, du juge de paix cantonal d'Écouché, et plus tard de l'étude notariale, de la gendarmerie, du presbytère.

Malgré ces aléas — communs à de nombreuses communes rurales moyennes — les différentes municipalités rânaises, aidées par plusieurs responsables d'animations, ont entrepris de nombreuses actions : la création des communautés de communes, le maintien de l'artisanat, du commerce, des activités sportives et festives, la création d'activités nouvelles, la relance du marché hebdomadaire et de la foire annuelle, la création de logements, l'aménagement et l'embellissement du centre bourg… Ainsi, à Rânes, la lente baisse générale de la démographie rurale a pu être enrayée ; et la commune (qui fut autrefois chef-lieu de canton) a su s'adapter et rester, à son échelle, un centre de vie actif, agréable à vivre et à visiter[non neutre].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Rânes

Les armes de la commune de Rânes se blasonnent ainsi :
Écartelé de gueules et d'argent, aux trois grenouilles contournées au naturel brochant sur l'écartelé, celle de la pointe plus grosse[33].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
  1945 Pierre Guillais   Cultivateur
mai 1945   Ernest Hamon   Épicier
    Raymond Gautier   Agriculteur
    Albert Sassier   Retraité
1965 1995 Raymond Garreau   Médecin
1995[34] mars 2008 Claude Fromont   Agriculteur
mars 2008[35] En cours Pierre Couprit[36]   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[36].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[38].

En 2019, la commune comptait 1 036 habitants[Note 9], en diminution de 2,36 % par rapport à 2013 (Orne : −3,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
2 4112 8032 8282 4832 4052 5292 5532 5812 320
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 2942 1041 9191 9171 6981 7041 5681 5801 536
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 4921 3581 2341 2201 1971 1901 1711 1321 135
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
1 0391 0291 0151 0159641 0261 0441 0611 039
2019 - - - - - - - -
1 036--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

La façade nord du château.

Datant des XIVe, XVe, XVIIIe siècles, le château est inscrit au titre des Monuments historiques[41]. Il abrite le musée de la préhistoire et est entouré d'un parc de 120 hectares.

Autres lieux[modifier | modifier le code]

  • L'enceinte circulaire médiévale de la Couillardière, inscrite au titre des Monuments historiques[42].
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption (Sancta Maria in Raana, dans un texte ancien) datant des XVe, XVIIe et XIXe siècles ; la « sainte patronne » est honorée lors des traditionnelles festivités du 15 août. Un banc d'œuvre et deux tableaux sont classés à titre d'objets aux Monuments historiques[43].
  • Le cimetière du XIXe siècle avec : l'ancienne porte d'entrée ornée d'une pietà (qui se trouvait près de l'église depuis 1682 jusque dans les années 1860) , la chapelle Saint-Pierre (élevée après la guerre de 1870 au cours de laquelle mourut le prince Pierre de Berghes Saint-Winoch ) où reposent les anciens seigneurs de Rânes (depuis que ces derniers ne sont plus inhumés dans le chœur même de l'église ou — au XVIIIe siècle — dans la chapelle du château comme le dernier « marquis de Rannes » : Charles d'Argouges).
  • L'hippodrome du Parc où sont organisées des courses de trot plusieurs fois par an (depuis le 21 mai 1934 — date de la première réunion[44] —, les courses étaient organisées sur le grand pré dit « des Douze Acres » — soit environ 6 hectares — appartenant primitivement au château).
  • Le lavoir situé route d'Argentan, au Gué-Hébert sur la rivière la Rânette (construit vers 1900, restauré vers 1990).
  • L'oratoire, dédié à Notre-Dame-du-Chêne, situé dans le Bois-du-Parc, localement connu comme « Bois-du-Chêne-à-la-Vierge » (construit- en ex-voto- après 1945 par la famille Lemière-Letissier ) [voir Religion des Celtes ; Rannée…].
  • Les calvaires de pierre érigés près de nombreux carrefours dans la commune ainsi que le calvaire monumental du XIXe siècle situé alors à la sortie Ouest du bourg au lieu-dit la Toutainerie près du mur du parc du château.
  • Les nombreux poteaux indicateurs (voir "panneaux directionnels en fonte", appelés « plaques de cochers », datant des années 1830) récemment restaurés par la commune, dont certains portent encore les traces des combats de 1944.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Éducation physique de Rânes a fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[45].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Film tourné à Rânes[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les marquis de Rannes : Nicolas d'Argouges au XVIIe siècle, Louis d'Argouges puis Charles d'Argouges au XVIIIe siècle, officiers supérieurs dans la cavalerie (dragons)[46].
  • le prince Amédée de Broglie (Broglie 1772-1852 Rasnes), officier supérieur, député de l'Orne.
  • Charles Alphonse de Berghes Saint Winoc, duc et pair de France.(gendre du prince de Broglie, ci-dessus)
  • Pierre de Berghes Saint Winock (1846-1870) décédé des suites de blessures lors de la guerre franco-prussienne; Inhumé dans la chapelle St Pierre du cimetière communal.
  • Charles Richard, Officier de cavalerie (Chef d'escadron = Commandant), propriétaire du château en 1908 (Le Mans 1856-1938 Rânes)
  • Claude Richard, fils du précédent, condisciple du général de Gaulle à Lille, dernier propriétaire privé du château.
  • Jacques Foccart y résida pendant la Seconde Guerre mondiale, exploitant — à la Forêterie — un domaine forestier fournissant en bois l'organisation Todt. Résistant plan Tortue. Conseiller du président de Gaulle pour les questions africaines et malgaches[47].
  • François Van Aerden, vice-consul de Belgique et interprète franco-allemand. Son exécution le demeure une énigme criminelle liée à Jacques Foccart. Il avait été enlevé au hameau du Bois-Hamon à Rânes puis abattu à Lougé-sur-Maire[47].
  • Pierre Mauger : instituteur et homme politique. Né à Rânes le , fils et petit-fils d'instituteurs, enseignant lui-même à Gacé et au Sap, maire socialiste du Sap en 1965 puis d'Alençon en 1977 et en 1983. Également conseiller général de l'Orne et vice-président du conseil régional de Basse-Normandie. Mort en 2002 à Alençon.
  • Bruno Berliner (membre du « gang des postiches » spécialisé dans les attaques de banques) a longtemps vécu à Rânes alors que toutes les polices de France le recherchaient. Il meurt en 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Briouze - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Rânes et Briouze », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Briouze - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Rânes et Alençon », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique d'Alençon - Valframbert - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique d'Alençon - Valframbert - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique d'Alençon - Valframbert - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Argentan », sur insee.fr (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. Rânes sur Vous voyez le topo : langue française, mots et toponymes (lire en ligne) [1]
  24. « aposcripta-5194 » In Episcopatu Sagiensi :....Ecclesias de Radana et] de Fauerol. Bulle d'Innocent II (ad perpetuam rei memoriam) n° 143597 in Telma-Cnrs (lire en ligne) [2]
  25. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Charles Corlet éditions, Presses universitaires de Caen, 1994. p. 206.
  26. L’Orne, son patrimoine et l’histoire - Inventaire des sites patrimoniaux de l’Orne par périodes chronologiques. Par Patrick Birée, chargé de mission Patrimoine / Histoire, Inspection académique de l’Orne. 2006. Fichier disponible en pdf.
  27. Journal de l'Orne du 5 décembre 1936.
  28. Les rapports annuels du conseil général de l'Orne, sur Gallica.
  29. Journal de l'Orne du 27 décembre 1913
  30. Le site des Archives départementales de l'Orne
  31. Journal de l'Orne du 9 septembre 1922.
  32. Les bombardements aériens alliés
  33. « GASO, la banque du blason - Rânes Orne » (consulté le ).
  34. « Municipales dans le canton : onze maires continuent, sept arrêtent », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  35. « Pierre Couprit est élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  36. a et b Réélection 2020 : « Municipales à Rânes. Le conseil a élu Pierre Couprit à sa tête », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. « Château », notice no PA00110896, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Enceinte circulaire de la Couillardière », notice no PA00132902, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Œuvres mobilières à Rânes », base Palissy, ministère français de la Culture.
  44. Journal de l'Orne du 2 juin 1934, Normannia-journal-de-l'Orne.
  45. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Éducation physique de Rânes » (consulté le ).
  46. Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français, t. 1 : A-Beauj, Paris, Arthus Bertrand, (lire en ligne), p. 138-140.
  47. a et b Jean-François Miniac (préf. Alain Lambert), Les Grandes Affaires criminelles de l'Orne, Paris, Éditions de Borée, coll. « Les Grandes Affaires criminelles », , 336 p. (ISBN 978-2-84494-814-4).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Gilles Langevin, Recherches historiques sur Falaise, 1814, lire en ligne sur Gallica
  • Pierre Claude Maurey d'Orville, Recherches historiques sur la ville, les évêques et le diocèse de Séez sur Google Livres, 1829
  • André-Edgar Poessel, L'Orne et l'Histoire, éd. Essor Paris, 1963
  • Hector de la Ferrière-Percy, Histoire du canton d'Athis sur Google Livres, 1858
  • Alfred de Caix, Histoire du bourg d'Écouché, 1859, lire en ligne sur Gallica
  • G. de Contades, Rasnes, histoire d'un château normand, 1884
  • Roger Jouet, Un Vicomte de Falaise attentif aux intérêts du Roi - autour de la baronnie d'Annebecq 1378-1380 dans Annales de Normandie 1976
  • Octave Féré, Légendes et traditions de la Normandie, Challamel, Rouen, 1845, « Le Page et la Fée » (de Rasnes).
  • auteurs multiples, Bibliothèque historique tome 9, Paris, 1819, (« Refus de sépulture », p. 245)
  • François Dornic, L'industrie du fer en Basse Normandie et au Perche, Annales de Normandie 1982
  • G.Richard, "La grande métallurgie en Basse-Normandie à la fin du XVIIIe siècle", Annales de Normandie, 1963
  • La métallurgie dans les différentes communes de l'Orne (par Association le savoir… fer) http://savoir.fer.free.fr/
  • Yannick Lecherbonnier, La métallurgie dans le bocage ornais ou l'échec d'un monopole (au XIXe siècle), Annales de Normandie 1988
  • Bertrand Gille, Les forges françaises en 1772 éd. EHESS 1960.
  • Enquête industrielle sur Gallica : la situation des établissements métallurgiques à Rânes et à Boucé, Amédée Le Gris (maire de Rânes), conférence au 47e congrès de l'Association normande de 1879 à Argentan (annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie, année 1880, volume 48, pages 125-129)
  • Lucien Musset, Foires et marchés en Normandie à l'époque ducale, Annales de Normandie 1976
  • Les chemins de fer de l'Orne, Bernard Morel, éditions Bertout 76810 Luneray, 2005
  • Michel Harouy, À travers Mayenne et Orne en petits trains éditions Cénomane et de La Vie du rail, octobre 2002.
  • J.Thévenin, Les voies ferrées économiques de l'Orne VFEO, in Chemins de fer régionaux et urbains no 212 année 1989.