Joué-du-Plain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joué-du-Plain
Joué-du-Plain
Vue orientale du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Magny-le-Désert
Intercommunalité Argentan Intercom
Maire
Mandat
Hubert Christophe
2014-2020
Code postal 61150
Code commune 61210
Démographie
Gentilé Juvéplaniens
Population
municipale
253 hab. (2015 en diminution de 2,69 % par rapport à 2010)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 24″ nord, 0° 07′ 23″ ouest
Altitude Min. 149 m
Max. 243 m
Superficie 14,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Joué-du-Plain

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Joué-du-Plain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Joué-du-Plain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Joué-du-Plain

Joué-du-Plain est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 253 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est aux confins de la plaine d'Argentan et du pays d'Houlme. Son bourg est à 3 km au sud d'Écouché, à 10 km au nord-est de Rânes, à 11 km au sud-ouest de Argentan et à 15 km au nord de Carrouges[1].

L'Udon, affluent de l'Orne traverse la commune.

Communes limitrophes de Joué-du-Plain[2]
Sevrai Sevrai, Écouché-les-Vallées (comm. dél. d'Écouché) Écouché-les-Vallées
(comm. dél. de Loucé)
Sevrai,
Saint-Brice-sous-Rânes
Joué-du-Plain[2] Avoine
Saint-Brice-sous-Rânes,
Rânes
Vieux-Pont Avoine

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1335, dans un pouillé (registre ecclésiastique) du diocèse de Séez, on trouve cité sous une forme latinisée Joé de Plano comme nom de la paroisse[réf. nécessaire]. Le toponyme serait issu de l'anthroponyme latin[3]/gallo-roman[4] Gaudius. Du plain (ancien français, « de la plaine »[4]) le distingue de Joué-du-Bois dès le Moyen Âge[réf. nécessaire].

Le gentilé est Juvéplanien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, les patronymes connus des seigneurs de la Motte furent successivement, par suite de mariages : Le Lièvre (d'où le toponyme la Motte au Lièvre donné au château à cette époque), de Villers (1558), Bouquetot et Montgommery.

Dans la première moitié du XVIIe siècle, le fief de la Motte appartenait encore à la famille de Montgommery, seigneurs convertis très tôt au protestantisme. Ces derniers — profitant des dispositions de l'édit de Nantes, signé en 1598 par Henri IV — laissaient les protestants suivre leur religion. À la même période, sur le fief dénommé Mesnil-Martel, proche de la Motte — mais appartenant à de Frotté, seigneur de Vieux-Pont, Couterne… puis à du Monnier — existait un temple où les réformés de l'endroit, d'Écouché et des environs pouvaient pratiquer la nouvelle religion. Le « ministre du Mesnil en Joué-du-Plein » (pasteur) vers 1678 se nommait Galand.

Au milieu du XVIIe siècle, le domaine de la Motte, situé sur la paroisse de Joué-du-Plain, fut acheté à Jean de Montgommery (fils de Jacques II de Montgommery, baron d'Escouché) par la veuve de Nicolas Ango (seigneur de Beaumont-les-Maizerets, conseiller au parlement de Normandie siégeant à Rouen).

Après la révocation de l'édit de Nantes par Louis XIV en 1685, le temple fut détruit et les biens attachés au temple furent, après diverses péripéties, achetés par Jean-Baptiste Ango (fils de Nicolas Ango), seigneur de la Motte. Il s'engageait à restaurer une chapelle catholique et par la même occasion chercha aussi à agrandir son domaine. Ce même Jean-Baptiste Ango, conseiller en la Grand'Chambre du parlement de Normandie comme son père, sollicita donc de Louis XIV l'érection de sa terre en marquisat. Cela lui fut octroyé en 1693 sous la dénomination de « marquisat de la Motte-Lézeau » (le premier marquis est donc connu ainsi : « Jean-Baptiste Ango de la Motte-Lézeau »). La baronnie d'Écouché fut absorbée par ce nouveau marquisat au XVIIIe siècle ; ainsi le fils du premier marquis fut « marquis de la Motte-Lézeau et baron d'Écouché ».

En prévision des états généraux convoqués au château de Versailles par le roi Louis XVI, un « cahier de doléances, vœux et remontrances de l'ordre du clergé » est rédigé en mars 1789. Le curé de Joué du Plain, Me Ferault, en est signataire.

L'affaire criminelle Pierre Lemarchand se déroule à Joué-du-Plain en 1823, jugée le 17 juillet 1863 à la cour d'assises de l'Orne. Celle d'Émile Buffon se déroule entre le château de la Motte et la ferme de la Mancelière le [5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1971 novembre 2003 Michel Boulier SE Agriculteur
décembre 2003 en cours Hubert Christophe[6] DVD Agriculteur, conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2015, la commune comptait 253 habitants[Note 2], en diminution de 2,69 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Joué-du-Plain a compté jusqu'à 970 habitants en 1806.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
945901970840846811806754688
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
612617588572571511461447411
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
421408344335323315300284247
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
226200201182203245251251253
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les seigneurs de la Motte et du Mesnil-Martel, en particulier : Jean-Baptiste Ango, marquis de la Motte-Lézeau (1693) .
  • Louis David-Deschamps (1801-1865), député de l'Orne de 1860 à 1865, est mort au château de la Motte-Lézeau.
  • Émile Buffon (1889-1944), maire de Joué-du-Plain et résistant exécuté.
  • Jacques Foccart (1913-1997), responsable du groupe de résistants de Jacques Bachelier au château de la Motte.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  4. a et b René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2), p. 154
  5. Jean-François Miniac (préf. Alain Lambert), Les Grandes Affaires criminelles de l'Orne, Paris, Éditions de Borée, coll. « Les Grandes Affaires criminelles », , 336 p. (ISBN 978-2-84494-814-4)
  6. a et b Réélection 2014 : « Joué-du-Plain (61150) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 mai 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Œuvres mobilières à Joué-du-Plain », base Palissy, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :