Boischampré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boischampré
Boischampré
Le château de Sassy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Intercommunalité Communauté de communes Argentan Intercom
Maire
Mandat
Michel Lerat
2020-2026
Code postal 61570
Code commune 61375
Démographie
Population
municipale
1 190 hab. (2019)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 55″ nord, 0° 00′ 29″ est
Altitude Min. 157 m
Max. 269 m
Superficie 46,40 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Argentan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Argentan-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boischampré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boischampré
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Boischampré
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Boischampré
Liens
Site web www.mairieboischampré.fr

Boischampré est une commune française située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 1 190 habitants[Note 1]. Elle est créée le par la fusion de quatre communes, sous le régime juridique des communes nouvelles. Les communes de Marcei, Saint-Christophe-le-Jajolet, Saint-Loyer-des-Champs et Vrigny deviennent des communes déléguées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap.
Carte topographique.
Carte avec les communes environnantes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Boischampré est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Argentan, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (85,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50,3 %), prairies (29,2 %), forêts (12,9 %), zones agricoles hétérogènes (5,5 %), zones urbanisées (1,4 %), eaux continentales[Note 4] (0,8 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est créé d'après le paysage du territoire — bois-champs-prés — et afin d'éviter que l'un des noms des quatre communes déléguées ne prédomine[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée le par un arrêté préfectoral du [10], par la fusion de quatre communes, sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Marcei, Saint-Christophe-le-Jajolet, Saint-Loyer-des-Champs et Vrigny deviennent des communes déléguées et Saint-Christophe-le-Jajolet est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2015[11] En cours
(au 1er avril 2016)
Michel Lerat SE Cadre territorial, maire sortant de Saint-Christophe-le-Jajolet

Jusqu'en 2020, le conseil municipal est composé de quarante-quatre membres issus des conseils municipaux des quatre communes déléguées (onze pour chacune), dont le maire et cinq adjoints[11].


Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Christophe-le-Jajolet
(siège)
61375 CC Argentan Intercom 12,07 240 (2019) 20


Marcei 61249 CC du Pays d'Argentan 10,59 207 (2019) 20
Saint-Loyer-des-Champs 61417 CC du Pays d'Argentan 10,29 369 (2019) 36
Vrigny 61511 CC du Pays de Mortrée 13,45 374 (2019) 28

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 1 190 habitants[Note 5], en diminution de 1 % par rapport à 2013 (Orne : −3,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
2013 2014 2019
1 2021 1981 190
(Sources : Insee à partir de 2013[12].)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Ouen de Marcei.
  • Église Saint-Christophe, du XIXe siècle, abritant un tableau (Mise au tombeau) du XVIIe siècle classé à titre d'objet aux Monuments historiques[13].
  • Église de Saint-Loyer-des-Champs, en partie des XIVe et XVIe siècles. Elle abrite un maitre-autel et un autel latéral du XVIIIe siècle et le tombeau de saint Loyer du XIIIe siècle classés à titre d'objets aux Monuments historiques[14].
  • Église Saint-Martin de Vrigny.

Édifices classés ou inscrits au titre des monuments historiques[modifier | modifier le code]

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Vieux-Bourg, site classé[18].
  • Moulin du Vieux-Bourg.
  • Château de Tercey, du XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019, légale en 2022.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Argentan », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Boischampré, commune nouvelle, naît de l'union de Marcei, St-Christophe-le-Jajolet, St-Loyer-des-Champs et Vrigny », sur lejournaldelorne.fr, Le Journal de l'Orne (consulté le ).
  10. Arrêté du 23 décembre 2014 portant création de la commune nouvelle de Boischampré.
  11. a et b « Michel Lerat premier maire de Boischampré », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  13. « Tableau (panneau peint) : Mise au tombeau », notice no PM61000586, base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. « Œuvres mobilières à Saint-Loyer-des-Champs », base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « Domaine du château de Sassy », notice no PA00110913, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Manoir de la Baronnie », notice no PA00110845, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Moulin de Tercey », notice no PA00135529, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Château et parc de Saint-Christophe ».