Faverolles (Orne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faverolles.

Faverolles
Faverolles (Orne)
L’église Saint-Pierre et le monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Athis-de-l'Orne
Intercommunalité CdC du Val d'Orne
Maire
Mandat
Jean-Paul Maillard
2014-2020
Code postal 61600
Code commune 61158
Démographie
Population
municipale
143 hab. (2015 en diminution de 2,05 % par rapport à 2010)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 04″ nord, 0° 17′ 52″ ouest
Altitude Min. 206 m
Max. 267 m
Superficie 10,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Faverolles

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Faverolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Faverolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Faverolles

Faverolles est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 143 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve une première mention de ce lieu vers 1025.

Plusieurs communes de France portent le toponyme Faverolles, de même que de nombreux lieux-dits. L'origine de ce nom est indo-européenne, il dériverait du latin faba (fève), du suffixe olla et signifierait « champ de fèves », « l'endroit où il pousse des fèves »[1], « l'endroit où l'on cultive des fèves ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, Faverolles se situe dans la mouvance du château d'Asnebec (sur l'actuelle commune de Saint-Georges-d'Annebecq) dont le baron est alors Roger de Beaumont (le Barbu), comte de Warwick, proche collaborateur de Guillaume le Conquérant et conseiller de la reine Mathilde dans l'administration du duché de Normandie. Comme les paroisses de Rasnes et d'Asnebec, Faverolles est donnée par Roger de Beaumont à l'abbaye de Saint-Wandrille de Fontenelle, avec ses dîmes, foires et autres revenus (Cette dépendance spirituelle et matérielle perdurera pendant sept siècles, jusqu'à la Révolution française de 1789).

En 1789, en préparation des États généraux convoqués au château de Versailles par le roi Louis XVI, la paroisse de Faverolles (du bailliage de Falaise) désigne deux députés du tiers état pour siéger (le 16 mars 1789 à Rouen) à l'assemblée des trois ordres de la province de Normandie. Ce sont les dénommés Braquehaie et Le Conteur. En 1790, la commune de Faverolles fait partie du canton de Rasnes (actuellement Rânes) mais, lors de la réforme administrative du 8 pluviôse de l'an IX (1801), ce canton étant comme beaucoup d'autres supprimé, la commune est rattachée au canton de Briouze. À la même époque, Pierre Ménard (de Faverolles) est arrêté par les autorités révolutionnaires car il est accusé de chouannerie. Le curé depuis 1787 est M. Amette. Il émigre à Jersey pour fuir la tourmente. Son vicaire M. Pierre Delaunay,originaire des Yveteaux et demeuré dans sa région, périt en 1794.

En 1875, l'abbé Burel est curé de la paroisse Saint-Pierre de Faverolles.

En 1944, lors de la bataille de Normandie qui marque la dernière période de la Seconde Guerre mondiale, sept civils furent tués sur le territoire de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 2001 Raymond Lefebvre    
mars 2001 en cours Jean-Paul Maillard[2] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 143 habitants[Note 2], en diminution de 2,05 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
827779910931930909877819763
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
767737680630588572523495475
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
436393317314325326284304276
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 -
290233193178140145145143-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe Léveillé, né en 1764 à Faverolles, s'oriente vers la prêtrise et devient vicaire de Saint-Loup-Canivet (près de Falaise). En 1791, il prête le serment prévu par la nouvelle constitution civile du clergé et est élu comme curé de Montreuil-au-Houlme par les citoyens de cette commune, mais il n'accepte pas cette désignation démocratique. Il quitte son poste de Saint-Loup et se cache à Faverolles jusqu'en 1800.
  • Pierre Alexandre Chable de la Héronnière, né à Faverolles en 1810. Ce fils de la noblesse fait des études de droit et devint d'abord avocat. Cependant, il se tourne rapidement vers d'autres activités. Ce fin lettré — attiré par l'Italie — traduisit le théâtre de Vittorio Alfieri. De tradition royaliste et catholique, il composa également de nombreux ouvrages dont Notice sur la vie et les travaux de Mgr Verrolles, évêque de Colomby, vicaire apostolique en Mandchourie (Chine). Journaliste de talent, il collabora à de nombreux journaux et fonda à Caen son propre titre : L'Ordre et la Liberté. Décédé prématurément à 49 ans, il fut inhumé à Crépon (Calvados) dans le caveau de famille.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Bergès - 1995 - Orne - Page 210 - (ISBN 2862531839).
  2. Réélection 2014 : « Faverolles (61600) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 mai 2014)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :