Saint-Martin-l'Aiguillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-l'Aiguillon
Saint-Martin-l'Aiguillon
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Canton Magny-le-Désert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays fertois et du Bocage carrougien
Maire
Mandat
Valérie Chesnel
2014-2020
Code postal 61320
Code commune 61427
Démographie
Population
municipale
198 hab. (2015 en augmentation de 1,54 % par rapport à 2010)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 01″ nord, 0° 10′ 28″ ouest
Altitude Min. 190 m
Max. 324 m
Superficie 14,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Martin-l'Aiguillon

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Martin-l'Aiguillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-l'Aiguillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-l'Aiguillon

Saint-Martin-l'Aiguillon est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 198 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Martin-l'Aiguillon[1]
Rânes Rânes, Vieux-Pont Vieux-Pont,
Sainte-Marie-la-Robert
Le Champ-de-la-Pierre Saint-Martin-l'Aiguillon[1] Sainte-Marguerite-de-Carrouges
Joué-du-Bois Joué-du-Bois, Carrouges Carrouges

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1190 : le toponyme Sanctus Martinus de Aculio est cité pour la première fois.
  • 1233 : une charte du seigneur de Vieux-Pont atteste que le « patronage » (droit de présenter à l'évêque de Séez le nom d'un futur curé) de l'église de Saint-Martin-l'Aiguillon a été donné aux chanoines de Séez (chapitre cathédral) ; cela indique que l'essentiel de la dîme de la paroisse va à ce chapitre.
  • 1465 : dans la recherche des vrais nobles qu'il fait à la demande de Louis XI — consécutivement à la période troublée de la guerre de Cent Ans — Montfaut reconnaît Jean Le Mocqueur de Saint-Martin-l'Aiguillon.
  • 1540 : le comte Le Veneur, seigneur de Carrouges, fait construire un ensemble métallurgique : fourneau (sur la paroisse de Sainte-Marguerite) et forge sur la paroisse de Saint-Martin.
  • Mars 1789 : Jacques Guillaume Poulain de Beauchêne (né en 1727, ancien lieutenant de la grande louveterie de France, propriétaire-cultivateur demeurant à Saint-Martin-l'Aiguillon) est élu député du bailliage de Caen aux États généraux de 1789, au titre du tiers état. Il est signataire du serment du Jeu de paume. Dans la discussion sur la suppression des droits féodaux, il demande également la suppression des pigeons, des lapins et des moines « parce que les uns mangent le blé en grains, les autres en herbe et les derniers en gerbes » (allusion probable à la dîme). Il est nommé président de la municipalité de Carrouges sous le Directoire (8 frimaire an VI soit novembre 1797).
  • Au moment de la Révolution française (1789), la commune porte le nom de L'Aiguillon-Républicain, puis simplement L'Aiguillon (1793).
  • À cette même époque, le citoyen Lorgueilleux, précédemment chapelain de la paroisse de Rasnes, est élu (à l'unanimité) curé de ce lieu.
  • Août 1794 : Jacques Riblier, ancien vicaire de Saint-Martin-l'Aiguillon et réfractaire à la constitution civile du clergé, est condamné à mort par le tribunal révolutionnaire d'Alençon et exécuté (son curé : Charles Loret, réfractaire lui aussi, ne connut pas le même sort).
  • 1836 : « La forge de Carrouges, sise à Saint-Martin-l'Aiguillon, produit — année courante — 250 à 300 mille kilogrammes de fer ployant pour la clouterie et la quincaillerie de Tinchebray » (selon l'Annuaire ci-dessous référencé).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? 2003 Raymond Mellangé    
2003 octobre 2011[2] Maggy Mathieu SE Retraitée de l'Éducation nationale
novembre 2011[3] en cours Valérie Chesnel[4] SE Cadre commercial
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 198 habitants[Note 2], en augmentation de 1,54 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Saint-Martin-l'Aiguillon a compté jusqu'à 910 habitants en 1821. Elle comptait 737 habitants à la fin de la période d'activité de la forge (1865).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
710 892 850 910 878 802 820 738 803
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
794 737 615 617 592 584 537 510 506
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
461 430 392 385 375 378 313 318 327
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 -
304 239 217 182 191 186 200 198 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, reconstruite aux XVIIe et XIXe siècles. Elle abrite un orgue de chœur, datant du XIXe siècle.
  • Ancien « moulin de Crochet » (moulin à farine) attesté dès 1450 (Jean Bisson, écuyer, en est propriétaire) ; racheté par le vicomte Le Veneur (cf famille le Veneur de Tillières), seigneur de Carrouges, il est reconstruit au début du XIXe siècle et cesse ses activités à la fin du même siècle.
  • Affinerie dite « forge de Carrouges » (lieu-dit la Forge) créée vers 1540 par Le Veneur (en complément du fourneau situé sur la commune actuelle de Sainte-Marguerite-de-Carrouges qui produit la fonte au charbon de bois). Elle utilise — comme au Champ de la Pierre et à Rânes — la force hydraulique de cours d'eau barrés par des digues (retenues aujourd'hui appelées couramment « étangs »). L'activité cesse vers 1850, face à l'épuisement du minerai de fer de Rânes, au passage à la fonte au coke largement utilisée par les Anglais.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'écrivain Grace Andreacchi (en) était résidente pendant les années 1992-1994[réf. souhaitée].

Famille Guérin (famille maternelle de Thérèse de Lisieux)

[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[9].

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie par l'Association normande, Caen, 1837.
  • Saint-Martin-l'Aiguillon par V. Le Cacheux dans Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne, années 1890.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :