Fleuré (Orne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleuré.
Fleuré
Le château de la Mare.
Le château de la Mare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Magny-le-Désert
Intercommunalité Argentan Intercom
Maire
Mandat
Thierry Clérembaux
2014-2020
Code postal 61200
Code commune 61170
Démographie
Gentilé Fleuréen
Population
municipale
230 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 27″ nord, 0° 03′ 25″ ouest
Altitude Min. 156 m – Max. 265 m
Superficie 11,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Fleuré

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Fleuré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleuré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleuré

Fleuré est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 230 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fleuré[1]
Fontenai-sur-Orne (sur quelques dizaines de mètres),
Tanques
Sarceaux Sarceaux
Tanques Fleuré[1] Boischampré (comm. dél. de Vrigny)
Tanques Francheville Boischampré (comm. dél. de Vrigny)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous la forme Floriacum. Il semble issu de l'anthroponyme roman Florus adjoint du suffixe latin de propriété -acus[2]. Selon les régions françaises, il est à l'origine des toponymes : Fleury, Fleurey, Fleuré

Le gentilé est Fleuréen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Avant le XIIe siècle, la baronnie de Fleurey fait partie de la mense épiscopale (elle est attachée aux fonctions d'évêque de Séez ; ce dernier y possède un manoir résidentiel de même qu'à Laleu (Orne) et à Saint-Fulgent-des-Ormes).

En 1455, Robert de Cornegrue, évêque de Séez, rend aveu au roi Louis XI pour la baronnie de Fleuré.

Au XVIe siècle, Jacques de Silly, évêque de Séez de 1511 à 1539, « fit bâtir[Note 2] le château de Fleuré, maison de plaisance des évêques de Séez » (connu aussi comme château de la Mare).

Au XVIIIe siècle, la résidence des évêques à Fleuré est « rebâtie magnifiquement par M. d'Argentré du Plessis » (également bâtisseur, à partir de 1775, du palais d'Argentré, au chevet de la cathédrale de Sées).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Noël Douchy SE Agriculteur
mars 2008[3] en cours Thierry Clérembaux[4] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 230 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2006, 2011, 2016, etc. pour Fleuré[5]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 3]. Fleuré a compté jusqu'à 469 habitants en 1841.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
409 402 451 423 464 469 450 415 405
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
416 371 356 317 319 301 317 306 302
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
280 267 246 244 238 229 262 241 201
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
195 211 209 234 234 238 241 230 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La mairie et l'église.
Stéle.pdf

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Camus de Pontcarré (mort en 1651 au château de Fleuré), évêque de Séez.
  • Hervé Céran-Maillard (vers 1880-1955) et son fils Roger (1906-1974), personnalités du monde du trot, dont le haras était établi sur la commune, au lieu-dit Fleuriel[9].
  • Albert Rayon (1921-2014[10]) et son fils Jean-Yves (né en 1947), personnalités du monde du trot, dont le haras est établi au lieu-dit le Pont[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Il faut comprendre « rebâtir ».
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 123
  3. « Thierry Clérembaux est le nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 novembre 2014)
  4. a et b Réélection 2014 : « Fleuré (61200) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 mai 2014)
  5. Date du prochain recensement à Fleuré, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Statue : Saint Étienne », notice no PM61000349, base Palissy, ministère français de la Culture.
  9. Jean-Pierre Reynaldo, Le Trotteur français, Panazol, Éditions Lavauzelle, (ISBN 978-2-7025-1638-6), p. 251-252
  10. « Albert Rayon est décédé », sur Équidia Live.
  11. Jean-Pierre Reynaldo, Le Trotteur français, Panazol, Éditions Lavauzelle, (ISBN 978-2-7025-1638-6), p. 328-329

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :