Saint-Brice-sous-Rânes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Brice.
Saint-Brice-sous-Rânes
Image illustrative de l'article Saint-Brice-sous-Rânes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Magny-le-Désert
Intercommunalité Argentan Intercom
Maire
Mandat
Claude Duplessy
2014-2020
Code postal 61150
Code commune 61371
Démographie
Population
municipale
138 hab. (2014 en diminution de 17,86 % par rapport à 2009)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 44″ nord, 0° 11′ 33″ ouest
Altitude Min. 164 m
Max. 249 m
Superficie 9,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Brice-sous-Rânes

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Brice-sous-Rânes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Brice-sous-Rânes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Brice-sous-Rânes

Saint-Brice-sous-Rânes est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 138 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en pays d'Houlme. Son bourg est à 5 km au nord de Rânes, à 8 km au sud-ouest d'Écouché et à 16 km à l'est de Briouze[1].

Communes limitrophes de Saint-Brice-sous-Rânes[2]
Lougé-sur-Maire Écouché-les-Vallées
(comm. dél. de Saint-Ouen-sur-Maire)
Écouché-les-Vallées (comm. dél. de Saint-Ouen-sur-Maire),
Sevrai
Lougé-sur-Maire Saint-Brice-sous-Rânes[2] Joué-du-Plain
Rânes Rânes Joué-du-Plain

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sanctus Bricius à la fin du XIIe siècle[3]. La paroisse serait dédiée non à Brice, successeur de saint Martin comme évêque de Tours, mais à un moine de l'abbaye Saint-Mesmin de Micy venu en ermite dans le diocèse de Séez au VIe siècle[4]. Rânes est une paroisse voisine au sud.

Plusieurs documents, antérieurs à la Révolution française de 1789, désignent le lieu sous la forme Saint Brix[réf. nécessaire]. En 1547, Jacques d'Harcourt, outre son titre de baron d'Écouché, est noté seigneur de Saint Brix (et autres lieux) ; un de ses descendants, Pierre d'Harcourt (décédé en 1648), baron de Lougey et de Saint Ouen, est encore seigneur de Saint Brix (cette désignation rappelle la prononciation, encore entendue dans les années 1950 chez les plus âgés : saint Bri, et cela malgré la nouvelle orthographe fixée à la Révolution lorsque Saint Brice devint une commune du canton de Rasnes, entre 1790 et 1802)[réf. nécessaire].

Les sobriquets dont on affublait les habitants de la commune étaient : « les patrouillards » (allusion à la chouannerie) et « les culottes jaunes »[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le site a été occupé de longue date comme l'indiquent les vestiges préhistoriques (outils et armes de pierre) et gallo-romains (tuiles) trouvés sur le territoire de la commune.

En 1335, la paroisse de Sanctus Brictius est citée dans un pouillé (registre ecclésiastique) du diocèse de Séez. Ce document précise que, du point de vue religieux, la cure est à la présentation de la collégiale Saint-Nicolas du Merlerault, alors dans le diocèse de Lisieux (de ce fait, les chanoines du Merlerault perçoivent la part principale de la dîme versée par les habitants de la paroisse de Saint-Brice). Cette paroisse fait partie (au sein du diocèse de Séez) du doyenné d'Écouché dans l'archidiaconé du Houlme.

Sous l'Ancien Régime, la paroisse fait partie de la baronnie d'Écouché jusqu'en 1717 (date de sa vente au seigneur de la Motte — en Joué-du-Plain — par Charles le Tonnelier de Breteuil, dernier baron d'Écouché). Saint-Brice fut donc rattaché au « marquisat de la Motte-Lézeau » jusqu'à la Révolution. Sur le plan judiciaire, Saint-Brice appartenait à la sergenterie du Houlme (pays d'Houlme), subdivision de la vicomté de Falaise.

En 1687, deux ans après la révocation de l'édit de Nantes de Henri IV qui était censé mettre fin aux guerres de Religion, un grand retable est construit dans le chœur de l'église (la Contre-Réforme entend affirmer la prééminence du culte catholique sur le protestantisme).

En 1702, à la suite de la désunion de la vicomté de Briouze, Louis XIV crée une haute justice à Saint-Brice. Jean Baptiste Le Verrier, écuyer, est seigneur de la Conterie en Saint Brice en1730. Vers 1785, le curé est César Alexandre Guyon des Diguières (d'Argentan).

L'affaire criminelle Dufay et Dal Santo, à la Barbotière, en août 1944, a défrayé la chronique[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995[6] mars 2001 Pierre Hairy    
mars 2001[7] avril 2014 Maurice Goulard   Exploitant agricole
avril 2014[8] en cours Claude Duplessy SE Agriculteur, éleveur de chevaux en retraite
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2014, la commune comptait 138 habitants[Note 2], en diminution de 17,86 % par rapport à 2009 (Orne : -1,53 %). Saint-Brice-sous-Rânes a compté jusqu'à 533 habitants en 1836.

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
485 497 494 513 533 512 516 502 475
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
461 442 418 415 377 347 336 321 287
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
263 222 218 209 239 210 224 207 211
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
201 189 178 165 155 165 167 168 140
2014 - - - - - - - -
138 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Brice, du XVIIIe siècle.
  • Chapelle du Parc.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1533
  4. « Saint Brice », sur nominis.cef.fr, Nominis (consulté le 26 novembre 2014)
  5. Jean-François Miniac, Les nouvelles affaires criminelles de l'Orne, de Borée, Paris, 2009.
  6. « Quatre élus ont été décorés pour leurs actions », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 novembre 2014)
  7. « Municipales dans le canton : onze maires continuent, sept arrêtent », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 novembre 2014)
  8. a et b « Saint-Brice-sous-Rânes (61150) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 mai 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :