Trun (Orne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trun.
Trun
L'hospice.
L'hospice.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Argentan-2
Intercommunalité Argentan Intercom
Maire
Mandat
Jacques Prigent
2014-2020
Code postal 61160
Code commune 61494
Démographie
Gentilé Trunois
Population
municipale
1 308 hab. (2012)
Densité 143 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 36″ N 0° 01′ 59″ E / 48.843333, 0.03305648° 50′ 36″ Nord 0° 01′ 59″ Est / 48.843333, 0.033056
Altitude Min. 77 m – Max. 151 m
Superficie 9,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Trun

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Trun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trun
Liens
Site web www.trun.fr

Trun est une commune française, chef-lieu de canton, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 1 308 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Trun[1]
Louvières-en-Auge Montreuil-la-Cambe Écorches
Fontaine-les-Bassets Trun[1] Écorches,
Neauphe-sur-Dive
Coulonces Tournai-sur-Dive Neauphe-sur-Dive

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme actuelle en 1059. Il serait issu de l'anthroponyme latin Trunnius[2].

Le gentilé est Trunois.

Histoire[modifier | modifier le code]

La prospection aérienne a révélé des traces d'habitat gallo-romain et au XIXe une nécropole mérovingienne a été découverte.

Pendant la bataille de Normandie, Trun est une position clé de la poche de Chambois.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Trun

Les armes de la commune de Trun se blasonnent ainsi :
De gueules aux deux lions d'or[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1948 Charles Diard    
1948 1950 Julien Léger    
1950 1953 Charles Diard    
1953 1959 Pierre Darey    
1959 1962 Maurice Gérard    
1962 1989 François Oriot    
1989[4] en cours Jacques Prigent[5] DVG Avocat
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 308 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Trun[6]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Trun a compté jusqu'à 1 672 habitants en 1866.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 516 1 458 1 643 1 488 1 574 1 578 1 566 1 578 1 516
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 626 1 672 1 616 1 632 1 617 1 628 1 438 1 570 1 550
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 436 1 383 1 157 1 150 1 162 1 124 1 289 1 338 1 337
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 -
1 378 1 344 1 339 1 230 1 307 1 322 1 325 1 308 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Hongrie Fajsz (Hongrie) depuis 2002.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Bonnet de la Tour, L'Hospice et le Bourg de Trun,‎ ,
  • Pierre Camus et Ghislain Gondouin, Mémoire en images, le canton de Trun, éd. Alan Sutton,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Albert Dauzat, Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 688
  3. « GASO, la banque du blason - Trun Orne » (consulté le 29 juillet 2010)
  4. « Jacques Prigent, maire, briguera un 5e mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 juillet 2015)
  5. a et b Réélection 2014 : « Trun (61160) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 juin 2014)
  6. Date du prochain recensement à Trun, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  9. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – USA Trun-Tournai » (consulté le 29 juillet 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :