Carrouges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Carrouge et Carouge.

Carrouges
Carrouges
La mairie et la poste.
Blason de Carrouges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Canton Magny-le-Désert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays fertois et du Bocage carrougien
Maire
Mandat
Christian Thibouville
2014-2020
Code postal 61320
Code commune 61074
Démographie
Population
municipale
678 hab. (2015 en diminution de 7,63 % par rapport à 2010)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 06″ nord, 0° 08′ 40″ ouest
Altitude Min. 240 m
Max. 361 m
Superficie 8,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Carrouges

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Carrouges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carrouges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carrouges
Liens
Site web www.carrouges.fr

Carrouges est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 678 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Pays de bocage, dans la campagne d'Alençon. La commune se situe dans le parc naturel régional Normandie-Maine.

Carrouges étant une commune située à 320 mètres d'altitude, sur le versant nord du signal d'Écouves, le plus haut sommet de Normandie (417 mètres), le climat y est humide et froid l'hiver et des chutes de neiges sont régulières entre novembre et fin avril. L'été est plus chaud que sur la côte, mais aussi plus orageux.[réf. nécessaire]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En langue d'oïl le mot carrouge est l'évolution naturelle et logique du latin quadruvium, « carrefour »[1]; le -s indique un pluriel ou est sans sens particulier.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Au Moyen Âge, la paroisse de Carrouges fait partie du doyenné d'Asnebec.
  • En 1490, sous le roi Charles VIII, Jean de Blosset, seigneur de Carrouges et grand maréchal de Normandie, fonde sur ses terres, auprès de son château, une collégiale (dédiée à Notre-Dame du Bon Confort) composée de six chanoines prébendés « à la nomination du seigneur qui était aussi le collateur des bénéfices ». Ces prébendes sont estimées en 1698 à 200 livres, dans le Mémoire de la Généralité d'Alençon établi par l'intendant M. de Pommereuil.

Il est également précisé en 1698 qu'une juridiction appelée « grenier d'impôt » (en rapport avec la gabelle payée sur le sel) est située à Carrouges.

  • Au XVIIIe siècle, dans la description de la généralité d'Alençon (subdivision : élection de Falaise) il est noté : « les forges de Carrouges, de Rânes, du Champ-de-la-Pierre et de Cossé occupent une bonne partie des habitants des paroisses voisines ».
  • Au moment de la Révolution française de 1789, la commune s'appelle « Carrouges-la-Montagne ».
  • Au mois d'août 1944, occupée par les forces allemandes, la ville est délivrée par les troupes de la 3e division blindée américaine, grâce au courage du maire de Saint-Martin-des-Landes, M. Geslain qui, après s'être libéré des soldats allemands qui l'avaient arrêté, indiqua les positions des Allemands aux Américains.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Carrouges 1.svg

Les armes de la commune de Carrouges se blasonnent ainsi :
de gueules semé de roses d'argent au château couvert d'or maçonné de sable, posé sur une patte de léopard aussi d'or, mouvant de l'angle senestre de la pointe, ouverte vers le chef et armée d'azu [2]. (création : Jean-Claude Molinier, adoptée par délibération du conseil municipal du 22 juin 2000)

(le blasonnement De gueules fleurdelisé d'argent. est peut-être vieilli)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001 Alice Izquierdo    
mars 2001 août 2013[3] Eugène-Loïc Ermessent UDF puis DVD Médecin, ancien conseiller général
septembre 2013[4] en cours Christian Thibouville[5] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2015, la commune comptait 678 habitants[Note 2], en diminution de 7,63 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
2 0501 9601 9622 1512 2502 1452 1442 0621 972
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 832950940958939981916888865
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
829789705710734701708706727
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 -
695753787760743735734678-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Carrouges.
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption
Article détaillé : Château de Carrouges.

Château fondé au XIVe par Jean de Carrouges, reconstruit après la guerre de Cent Ans par Jean Blosset puis agrandi et embelli par la famille Le Veneur jusqu'au XVIIe siècle.

L'ancienne chanoinerie du château, le « Chapitre », abrite désormais la Maison du Parc, siège du parc naturel régional Normandie-Maine. Une exposition portant sur les particularités du parc peut y être visitée et des expositions temporaires sont régulièrement organisées.

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Carrouges est jumelée avec :

Médias[modifier | modifier le code]

  • Radio coup de foudre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[11].
  1. Christian Baylon, Paul Favre - 1982 - Les Noms de lieux et de personnes - (ISBN 2098125941).
  2. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f61074
  3. « Ouest-france.fr - Eugène-Loïc Ermessent n’est plus maire de Carrouges » (consulté le 4 septembre 2013)
  4. « Christian Thibouville est le nouveau maire de Carrouges », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 octobre 2013)
  5. Réélection 2014 : « Carrouges (61320) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 juin 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. http://www.carrouge.ch/index.php?option=com_content&view=category&id=64&Itemid=18 Jumelage Carrouges (F) et Carrouge (CH)
  11. Site de l'IGN.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]