Carrouges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Carrouges
Carrouges
La mairie et la poste.
Blason de Carrouges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Fertois et du Bocage Carrougien
(siège)
Maire
Mandat
Pierre Chivard
2020-2026
Code postal 61320
Code commune 61074
Démographie
Population
municipale
629 hab. (2021 en diminution de 7,23 % par rapport à 2015)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 06″ nord, 0° 08′ 40″ ouest
Altitude Min. 240 m
Max. 361 m
Superficie 8,58 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Magny-le-Désert
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Carrouges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Carrouges
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
Carrouges
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Carrouges
Liens
Site web www.carrouges.fr

Carrouges est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 629 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Pays de bocage, à la frontière entre le pays d'Houlme et la campagne d'Alençon. La commune se situe dans le parc naturel régional Normandie-Maine.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carrouges étant une commune située à 320 mètres d'altitude, sur le versant nord du signal d'Écouves, le plus haut sommet de Normandie (417 mètres).

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité faible[2].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (S.A.G.E.) du bassin de l'Orne.

  • Recensement des ouvrages de prélèvement d’eau souterraine, autres que ceux destinés à l’alimentation en eau potable[3].
  • Hydrogéologie de la commune : masse d'eau souterraine[4].
    • Udon (rivière).
    • Ruisseaux du Moulin de Besnard, de Rohan, des Noes Morins, du Grand Pied.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Normandie (Cotentin, Orne), caractérisée par une pluviométrie relativement élevée (850 mm/a) et un été frais (15,5 °C) et venté[6]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat contrasté des collines », correspondant au Bocage normand, bien arrosé, voire très arrosé sur les reliefs les plus exposés au flux d’ouest, et frais en raison de l’altitude[7].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 911 mm, avec 13,7 jours de précipitations en janvier et 7,7 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Argentan à 22 km à vol d'oiseau[8], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 691,9 mm[9],[10]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[11].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La D 2 relie Alençon et Argentan via Carrouges, et dessert Lonrai, Cuissai, Livaie, Roupperroux, Chahains, Carrouges, Le Menil-Scelleur, Boucé, Fleuré et Sarceaux.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

  • Autocars[12] :
    • Ligne Alençon – Carrouges – La Ferté-Macé,
    • Ligne Carrouges – Argentan.

Ancienne voie ferrée[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la communauté de communes du Pays Fertois et du Bocage Carrougien.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Carrouges est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[13],[14],[15]. La commune est en outre hors attraction des villes[16],[17].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (86,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (50,8 %), terres arables (30,5 %), forêts (12,9 %), zones urbanisées (5,9 %)[18]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

En langue d'oïl le mot carrouge est l'évolution naturelle et logique du latin quadrivium, « carrefour »[19]; le -s indique un pluriel ou est sans sens particulier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est également précisé en 1698 qu'une juridiction appelée « grenier d'impôt » (en rapport avec la gabelle payée sur le sel) est située à Carrouges.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Carrouges Blason
De gueules, semé de roses d’argent ; à un château de deux tours couvert d’or, maçonné de sable, soutenu d’une patte de léopard versée d’or, armée d’azur, se mouvant de l’angle de la pointe dextre.
Détails
Écu :

Le château symbolise celui de la commune.

La patte de léopard évoque l’emblème de la Normandie.

Les roses indiquent que la sainte Vierge est la sainte patronne de Carrouges. La disposition en semé évoque les armes des Carrouges anciens qui portaient « de gueules, semé de fleurs de lys d’argent ».

Ornements :

Les ornements sont deux branches de chêne de sinople, fruitées d’or, mises en sautoir par la pointe et liées d’or pour rappeler la forêt du parc Normandie Maine.

Le listel d'argent porte le nom de la commune en lettres majuscules de sable.

La couronne indique que l’écu est celui d’une commune.
Armoiries créées par Jean-Claude Molinier et adoptées officiellement le [21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001 Alice Izquierdo    
mars 2001 août 2013[22] Eugène-Loïc Ermessent UDF puis DVD Médecin, ancien conseiller général
septembre 2013[23] juillet 2020 Christian Thibouville[24] SE  
juillet 2020[25] En cours Pierre Chivard SE Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2018[modifier | modifier le code]

En 2018, le budget de la commune était constitué ainsi[26] :

  • total des produits de fonctionnement : 466 000 , soit 1 668  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 430 000 , soit 616  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 107 000 , soit 153  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 106 000 , soit 152  par habitant ;
  • endettement : 144 000 , soit 206  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 12,21 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,04 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 11,50 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 32,41 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 11,19 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2016 : médiane en 2016 du revenu disponible, par unité de consommation : 17 526 [27].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[29].

En 2021, la commune comptait 629 habitants[Note 3], en diminution de 7,23 % par rapport à 2015 (Orne : −3,37 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
2 0501 9601 9622 1512 2502 1452 1442 0621 972
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 832950940958939981916888865
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
829789705710734701708706727
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
695753787760743735734734678
2020 2021 - - - - - - -
630629-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[32] :

  • École maternelle,
  • Écoles primaires,
  • Collège,
  • Lycée à La Ferté-Macé.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[33] :

  • Médecins à Carrouges, Boucé, Râne.
  • Pharmacies à Carrouges, Boucé, Râne.
  • Hôpitaux à La Ferté-Macé, Argentan, Alençon.
  • Maison de retraite[34].

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Restaurants[37].
  • Hôtels[38].
  • Les Écuries de la Fouquière[39].

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces et services de proximité.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Carrouges.
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Carrouges est jumelée avec :

Médias[modifier | modifier le code]

  • Radio coup de foudre 104 FM[45].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Le film Le Dernier Duel (The Last Duel), de Ridley Scott (2021), relate le conflit et le duel entre Jacques le Gris et Jean de Carrouges. L'action est en partie située au château de Carrouges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2021.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[48].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. « Didacticiel de la règlementation parasismique ».
  3. Étude réalisée à la demande de l'Institution Interdépartementale du Bassin de l’Orne, par Laëtitia Persello
  4. Fiche commune
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  7. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  8. « Orthodromie entre Carrouges et Argentan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France « Argentan » (commune d'Argentan) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Station Météo-France « Argentan » (commune d'Argentan) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  12. « Transports », .
  13. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  19. Christian Baylon, Paul Favre - 1982 - Les Noms de lieux et de personnes - (ISBN 2098125941).
  20. « La bataille de Rânes-Fromentel », sur ranes1944.org.
  21. « Blason… », sur armorialdefrance.fr.
  22. « Ouest-france.fr - Eugène-Loïc Ermessent n’est plus maire de Carrouges » (consulté le ).
  23. « Christian Thibouville est le nouveau maire de Carrouges », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  24. Réélection 2014 : « Carrouges (61320) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  25. « Carrouges. Pierre Chivard élu maire contre toute attente », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  26. « Page d'accueil », sur impots.gouv.fr.
  27. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  32. « Ecoles, collèges et lycées à Carrouges (61320) », sur journaldesfemmes.fr.
  33. « Médecins à Carrouges (61320) - Medecin-360.fr », sur medecin-360.fr.
  34. « Maison de retraite », .
  35. « Paroisse saint François en Ecouves », sur orne.catholique.fr.
  36. « Illico - Desfrieches Hugues - Sainte-Marguerite-de-Carrouges - Orne (61) », sur Illico.
  37. « Restaurants », .
  38. « Hébergements », .
  39. « Les Ecuries de la Fouquière », sur calleja.etienne.free.fr.
  40. « Aide Windows et Internet - Windows XP/Vista/7/8/10 », sur aidewindows.net.
  41. « Église Notre-Dame-de-l'Assomption ».
  42. « Monument à Beausset - Les monuments aux morts », sur monumentsmorts.univ-lille.fr.
  43. « Relevé », sur memorialgenweb.org.
  44. « MODES DE PAIEMENT A DISPOSITION », sur jorat-mezieres.ch.
  45. « Radio Cop de Foudre »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur rcdf.fr.
  46. « Le Père Isidore Métayer : Un Carrougien missionnaire en Chine ».
  47. « Philippe Tranchant - Stats and titles won », sur footballdatabase.eu.
  48. Site de l'IGN.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]