Rue Gassendi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

14e arrt
Rue Gassendi
Image illustrative de l’article Rue Gassendi
Rue Gassendi : bibliothèque Georges-Brassens face à l'école du Sacré-Cœur.
Situation
Arrondissement 14e
Quartier Montparnasse
Petit-Montrouge
Plaisance
Début 39, rue Froidevaux
Fin 165, avenue du Maine
rue Mouton-Duvernet
Morphologie
Longueur 400 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination
Géocodification
Ville de Paris 3969
DGI 3967
Géolocalisation sur la carte : 14e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 14e arrondissement de Paris)
Rue Gassendi
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Gassendi
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Gassendi est une voie située dans les quartiers du Montparnasse, du Petit-Montrouge, et de Plaisance du 14e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom du philosophe Pierre Gassendi (1592-1655).

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue est ouverte, entre la rue Froidevaux et l'avenue du Maine, en 1887 et prend sa dénomination actuelle par arrêté du .

Ce nom est étendu en 1897 à la rue Émile-Richard qui la prolonge et qui traverse le cimetière du Montparnasse. En 1905, cette partie reprend son premier toponyme.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • La rue débouche sur le cimetière du Montparnasse.
  • École du Sacré-Cœur, installée depuis 1855.
  • Immeubles d'habitation à bon marché (HBM) de la fondation Jules-Lebaudy[1].
  • Bibliothèque Georges-Brassens, ouverte en 1999.
  • No 29 (et no 31 rue Liancourt) : Ensemble scolaire Sainte Catherine Labouré (école maternelle et élémentaire, collège, lycée polyvalent), établissement privé sous tutelle des Filles de la charité de Saint Vincent de Paul[2].
    L'origine de ce groupe scolaire remonte à l'ouverture, au milieu du XIXe siècle d'une maison de charité au Petit-Montrouge (commune de Montrouge), avec pour but de dispenser des soins aux malades et d'accueillir et d'instruire les enfants pauvres. Initialement installées au 37, rue Boulard, puis dans leur « Maison du Sacré-Cœur » construite — en plusieurs étapes (1875, 1886, 1896) — sur un terrain délimité par les rues Liancourt, Gassendi et Charles-Divry, les Filles de la Charité ont dirigé l'ensemble des multiples activités mises en place dans cette maison de 1859 à 1994. Le bâtiment a abrite au fil du temps un groupe scolaire (pour l'école élémentaire et maternelle dite « du Sacré-Cœur » voir rue Liancourt) et un « asile » (jardin d'enfants en 1920 puis école maternelle), que la crèche Fenelon-Charles (rue Charles-Divry) vient compléter en 1896, grâce à une fondation. Un ouvroir de lingerie, puis un atelier professionnel de couture pour jeunes filles sans famille y sont établis (dès 1875), puis une école ménagère (1912) devenue successivement école technique commerciale (1939), lycée professionnel Catherine Labouré et l'actuel lycée polyvalent Sainte-Catherine-Labouré. Un orphelinat pour jeunes filles, ultérieurement internat scolaire a également occupé les lieux ainsi qu'un centre de soins gratuits ou dispensaire (ouvert en 1954). La gestion de celui-ci et de la crèche sont confiées à la Croix Rouge en 1971. Depuis 1994, les filles de la charité ne sont plus physiquement présentes dans cette maison, mais l'école primaire et le lycée professionnelle Catherine Labouré, désormais gérés par une direction et une équipe d'enseignants laïcs restent (en 2021) sous la tutelle de leur compagnie[3].
  • No 34 : le photographe Dornac (1858-1941) y eut un atelier.
  • No 36 : le peintre Henri Rousseau (1844-1910), dit « le Douanier Rousseau », y vécut de 1901 à 1904[4].
  • No 42 : domicile de Louis Barrier, imprésario d'Édith Piaf de 1945 à la mort de la chanteuse en 1963[5]. Édith Piaf s'y rendit souvent.
  • No 46 : Léon Trotsky (1879-1940) habite au no 46 lors de son premier séjour à Paris en 1903. Il épouse cette année-là Natalia Sedova rencontrée rue Lalande[6].
  • On peut voir un travelling de nuit réalisé rue Gassendi en 2007 sur : Dailymotion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Historique du logement social en France et Famille Lebaudy.
  2. Site officiel de l'ensemble scolaire Sainte-Catherine Labouré.
  3. « Historique de la Maison du Sacré Coeur 29, rue Gassendi à Paris 14e 1859-1994 » sur le site officiel des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul (Province Belgique France, Suisse) fillesdelacharite-province-bfs.fr.
  4. Cornelia Stabenow, Henri Rousseau. 1844-1910, Taschen, 2001.
  5. François Levy, Passion Édith Piaf, la môme de Paris, Paris, Éditions Textuel, 2003, 192 p. (ISBN 978-2845970922).
  6. « De l'Opéra de Paris, la nuit, nous courions, nous tenant par la main, chez nous, 46, rue Gassendi, au pas de gymnastique… C'était en 1903… » Léon Trotsky, Journal d'exil, mars 1935.