Portail:Paléontologie
Le projet « Dinosaures » est lié à ce portail

Portail:Dinosaures

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portail   Arborescence   Projet   Le Café
1 474 articles sont actuellement liés au portail
modifier ]

Portail des Dinosaures

Palais de la Decouverte Tyrannosaurus rex p1050042.jpg
Naturkundemuseum Brachiosaurus brancai.jpg
Les dinosaures (du grec deinos, « terrible, magnifique », et sauros, « lézard ») sont des diapsides archosaures qui ont dominé les écosystèmes terrestres du Trias supérieur (230 Ma) au Crétacé supérieur (66 Ma). Dès le Jurassique supérieur, ils donnent naissance aux oiseaux qui émergent de dinosaures carnivores proches des Dromaeosauridae.

Parmi tous les groupes de dinosaures, seuls les oiseaux survivront à la crise Crétacé / Tertiaire qui eut lieu il y a 66 Ma. Les dinosaures se divisent en deux grands ordres selon la morphologie de leur bassin : les Ornithischia et les Saurischia. Les ornithischiens ne comprennent que des dinosaures herbivores que les paléontologues scindent en trois groupes majeurs, les Ornithopoda qui regroupent entre autres des dinosaures à « bec de canard » (ou Hadrosauridae), les Marginocephalia qui incluent des dinosaures à collerette et à dôme osseux sur le haut de la tête (respectivement les Ceratopsia et les Pachycephalosauria), et enfin les Thyreophora qui englobent des dinosaures surmontés d'armures, de piques et de plaques osseuses sur le dos et la queue (les Ankylosauria et les Stegosauria). Les saurischiens sont divisés en deux clades bien distincts, les Theropoda, qui comprennent la totalité des dinosaures carnivores, et les Sauropodomorpha, munis d'un long cou, d'une petite tête et d'une très longue queue.

modifier ]

Lumière sur...

Acrocanthosaurus atokensis (squelette reconstitué)

Acrocanthosaurus est un genre disparu de grands dinosaures théropodes carnivores qui ont vécu dans ce qui est maintenant l'Amérique du Nord au cours de l'Aptien et au début de l'Albien (Crétacé inférieur). Comme pour la plupart des dinosaures, le genre Acrocanthosaurus n'est représenté que par une seule espèce : A. atokensis ; son nom scientifique est francisé en acrocanthosaure. Ses restes fossiles ont été découverts dans les États de l'Oklahoma et du Texas aux États-Unis, mais des dents qui lui ont été attribuées ont été trouvées jusqu'au Maryland.

C'était un prédateur bipède. Il est surtout connu pour les longs processus épineux de ses vertèbres qui servaient très probablement à fixer une longue chaîne de muscles sur le cou, le dos et les hanches de l'animal. C'était l'un des plus grands théropodes, mesurant près de 12 mètres de longueur et pesant jusqu'à 7,2 tonnes. On a trouvé de grandes empreintes de théropodes au Texas qui ont pu être faites par un Acrocanthosaurus, mais il n'existe pas de lien direct entre empreintes et restes de squelette.

Des découvertes récentes élucident beaucoup de détails sur son anatomie, permettant de faire des études précises, notamment sur la structure de son cerveau et le fonctionnement de ses membres antérieurs. C'était le plus grand théropode prédateur de son écosystème et ses proies probables étaient les ornithopodes et les grands sauropodes.

modifier ]

Dans la culture populaire

Livres

Films

Autres

modifier ]

Classification

Sur base du code international de nomenclature zoologique, plus de 1 220 noms ont été donnés à des genres ayant été classés dans le super-ordre des Dinosauria. Cependant, environ 830 d'entre eux sont des dinosaures qui n'appartiennent pas à d'autres groupes d'animaux et qui sont considérés comme valides par un ou plusieurs paléontologues. Néanmoins, un grand nombre d'entre eux sont contestés et sont vus par certains paléontologues soit comme des nomina dubia (genres douteux), soit comme des synonymes d'autres genres. En effet, beaucoup de taxa de dinosaures ne reposent que sur très peu de matériel si bien qu'il est parfois difficile de reconnaître des caractères anatomiques qui puissent les différentier avec certitude d'autres dinosaures taxonomiquement proches. Le tableau ci-dessous illustre la classification des dinosaures avec les principaux groupes (ordres, sous-ordres, familles…). On trouvera à droite quelques exemples de genres classés parmi les différents groupes de dinosaures représentés.

Voir aussi liste des dinosaures.
modifier ]

Chronologie

Les premiers dinosaures sont connus dès l'étage Carnien (228-216 Ma) qui forme la base du Trias supérieur. Cependant, les tous premiers dinosaures pourraient être apparus un peu plus tôt, vers la fin du Trias moyen, au Ladinien (237-228 Ma). Puisque les théropodes sont les ancêtres des oiseaux, il n'est pas abusif de dire que les dinosaures sont encore présents (et très florissants) de nos jours. Néanmoins, l'entièreté des dinosaures dits "non-aviens" ont disparu à la fin du Crétacé (ou durant le Mésozoïque), à la limite Crétacé/Tertiaire (limite K/T), il y a 65,5 Ma.

Ère Période
( en millions d'années )
Faune & Flore
Grands événements
Gisements fossilifères
Mésozoïque
Crétacé
(-145Ma/-65Ma)
Jurassique
(-200Ma/-145Ma)
CycadKingSago.jpg
  • Climat et continents : Le début du Jurassique a été marqué par une extinction massive d'espèces. Cette période se subdivise en Lias, Dogger et Malm aussi connus sous le nom de Jurassique inférieur, Jurassique moyen et Jurassique supérieur. Au début du Jurassique, le supercontinent Pangée a commencé à se scinder en Amérique du Nord, Eurasie et Gondwana. Pendant le Jurassique supérieur, le Gondwana se scinda à son tour en Afrique, Amérique du Sud et Antarctique. À l'instar du Trias, il ne semble pas y avoir eu de terre proche des pôles ; le climat était chaud : il n'existe pas d'indices d'une période glaciaire pendant cette période.
  • Animaux : Durant le Jurassique les formes de vie les plus évoluées dans les mers sont les poissons et des reptiles marins. De nouveaux groupes tels que le plancton apparaissent. Les Ammonites sont très communes. Sur terre, les reptiles restent dominants. Les premiers oiseaux ont probablement évolué durant l'époque Malm. Le Jurassique est l'âge d'or des grands sauropodes tels le diplodocus ou le brachiosaure. De grands théropodes tels l'allosaure font leur apparition, ainsi que les stégosaures et les ankylosaures primitifs.
  • Végétaux : Grâce au climat tropical et humide, la végétation au jurassique est une immense forêt tropicale.
  • Gisements fossilifères : France : Pointe du Chay - États-Unis : Dinosaur National Monument
Trias
(-250Ma/-200Ma)
Pteranodon hharder.jpg
  • Climat et continents: Le Trias inférieur en Europe occidentale est marqué par d'importants dépôts de roches évaporitiques. Les principales mines de sel de Suisse (Mines de Bex), d'Autriche (Hallstatt), d'Allemagne et de Lorraine proviennent de dépôts sédimentaires triassiques. De plus, aucunes sédimentations glaciaires ne sont connues au Trias. Ce sont donc des signes d'un climat chaud qui perdurera pendant toute la période.
  • Animaux : Le Trias débute par définition après la plus grande extinction d'espèces dans l'histoire de l'évolution, celle de la limite Permien/Trias. Il se termine par une autre des cinq plus grandes extinctions. Entre ces deux repères nets, le Trias inférieur est marqué par une lente et difficile rediversification des espèces après la catastrophe, il est aussi probable que l'environnement encore instable ait provoqué plusieurs arrêts dans la rediversification. Le Trias moyen est une époque stable qui observe le retour d'environnements écologiques complets et complexes, notamment les récifs absents du Trias inférieur. Le Trias supérieur est marqué par une succession de petites crises touchant à chaque fois différentes communautés (la faune benthique, la faune pélagique, la flore terrestre, les dinosaures), crises entrecoupant des périodes de stabilité et qui amènent à la grande crise de la limite Trias/Jurassique. Trois types d'organismes marquent donc le Trias : des survivants de la Limite Permien/Trias (P/T), des groupes qui vont exploser mais auront une durée de vie limitée et des nouveaux groupes qui domineront tout le Mésozoïque. Différents groupes d'amphibiens vont se succéder tout au long du Trias en se maintenant avec succès. Chez les reptiles, les Archosaures vont progressivement remplacer les reptiles synapsides qui ont dominé le Permien. Au Carnien, des cynodontes vont donner naissance aux premiers mammifères. En même temps, les Ornithodiras, qui formaient un groupe peu significatif avec des espèces de petites tailles vont évoluer vers les ptérosaures et une partie des dinosaures. Les Lepidosaurias (serpents et lézards) apparaissent au Carnien, plus précisément les Sphenodontias qui ne comptent plus aujourd'hui que deux espèces en danger d'extinction dans quelques îles de Nouvelle-Zélande. Les premières tortues vont apparaître au Norien.
modifier ]

Extinction des dinosaures

Achelousaurus dinosaur.png
L'expression extinction du Crétacé désigne l'extinction des dinosaures, à l'exception des oiseaux, à la fin du Crétacé, il y a 66 millions d'années environ. Ce sujet passionne le grand public et les spécialistes depuis des décennies.

Il s'avère aujourd'hui que cette extinction n'a pas touché que les dinosaures, mais aussi une grande proportion d'espèces animales et végétales de l'époque.

Pour expliquer cette disparition, diverses théories ont été proposées. La majorité des paléontologues s'entendent pour dire que cette extinction de masse est due à une conjonction de ces facteurs:


Régression marine


Il semble que l’époque ait été marquée par un recul des océans. Il est donc supposé que ce recul a entraîné des modifications climatiques de grande envergure, qui ont provoqué la disparition des groupes sus-mentionnés.

Si cette hypothèse est la bonne, on doit donc assister à un déclin progressif des espèces concernées dans les derniers millions d’années avant la fin du crétacé.

Compte tenu du manque de données sur une courte période, il est difficile de trancher quant à l’évolution des populations animales et végétales sur quelques millions d’années seulement. Il semble cependant, en particulier en Amérique du nord, qu’existaient encore de vastes communautés Dinosauriennes peu de temps avant la fin du Crétacé. Une modification de ces faunes semble cependant s’opérer à cette période. Un changement climatique a donc peut-être bien eu lieu.


Volcans du Deccan

Article détaillé : Trapps du Deccan.

On a constaté qu’à peu près à la fin du Crétacé, d’énormes éruptions volcaniques ont eu lieu, sur une période estimée à 500 000 années, dans le Deccan, dans l’ouest de l'Inde actuelle.

On a en effet retrouvé des couches de lave gigantesques dans cette région (Trapps du Deccan) : il peut y avoir jusqu'à 2 400 mètres d'épaisseur de basalte, et la surface actuellement couverte dépasse les 500 000 km² (à partir d'une surface originelle sans doute supérieure à 1 500 000 km²).

Les simulations informatiques sur les effets de ces éruptions indiquent que les quantités de poussières, de cendres et de gaz carbonique (CO2) rejetées auraient pu avoir un effet climatique très perturbant pour les écosystèmes.

Néanmoins, comme pour toute simulation, il reste d’importantes incertitudes sur les effets environnementaux exacts de ce phénomène.


Météorite de Chicxulub

Article détaillé : Cratère de Chicxulub.

Vue d'artiste d'une chute de météorite

Dans les années 1980, il fut remarqué que dans certaines couches géologiques, on notait une couche d'argile noire de quelques centimètres d'épaisseur entre les strates du Crétacé et du Tertiaire. On parle d’elle sous le nom de limite Crétacé-Tertiaire (appelée aussi limite CT ou KT). Cette limite géologique, bien visible en certains points du globe, présente un taux anormal d'iridium. Celui-ci est rare sur Terre, mais est plus abondant dans certaines météorites. On a alors émis la théorie de la chute d’une météorite à cette période.

À la même époque, les scientifiques commençaient à réfléchir à la notion d’ « hiver nucléaire » : un hiver mondial de plusieurs années que provoquerait un échange de centaines d’armes nucléaires projetant des millions de tonnes de poussières dans l’atmosphère, et la refroidissant par une sorte de nuit artificielle. Par extension, le physicien américain Luis Walter Alvarez et son fils, le géologue Walter Alvarez, ont émis l’hypothèse d’un « hiver d’impact », aux effets similaires, provoqué par la chute de la météorite.

Mais le cratère de cette hypothétique météorite restait à être découvert. Quelques années plus tard, on découvrit le cratère de Chicxulub, au Mexique. Dans l’intervalle, de nombreuses autres traces de cet impact ont été découvertes, comme des quartz « choqués » (portant la marque d’un choc énorme). G. Keller a affirmé en 2007 que 300 000 ans sépareraient l'extinction des dinosaures de la chute de cette météorite gigantesque. Les études plus récentes indiquent une bonne concordance des dates.


Synthèse


Aujourd’hui, l’existence de la météorite de Chicxulub et le caractère cataclysmique de son impact font consensus dans la communauté scientifique. Mais son influence exacte dans l'extinction des dinosaures et des autres groupes disparus de la fin du Crétacé fait toujours débat :

  • rôle marginal, donnant le coup de grâce à une faune et une flore affaiblie par la régression marine et la « pollution » des volcans du Dekkan
  • rôle partiel, mélangé avec ces mêmes causes
  • rôle dominant ou exclusif.

La difficulté à trancher de façon définitive vient de l’impossibilité actuelle de définir un biotope sur quelques milliers ou même millions d’années de façon très précise. Seule cette précision permettrait de dire si les groupes d’espèces ont disparu en quelques jours (ce qui appuierait la thèse de la météorite comme cause dominante), ou en quelques centaines de milliers d’années (ce qui ferait plutôt pencher pour les trapps du Dekkan, ou pour un mixte Dekkan, régression marine et météorite).

modifier ]

Aller plus loin

Grandes collections de fossiles de dinosaures

Amérique

Europe

Océanie

Petits musées :

Le musée des dinosaures d'Esperaza, Musée du dinosaure de Cruzy, Musée de paléontologie de La Voulte sur Rhône (fermé depuis 2006)

modifier ]

Reptiles confondus avec les dinosaures

De nombreux animaux qui vivaient aux mêmes périodes géologiques que les dinosaures ont parfois été confondus avec les dinosaures par le cinéma ou la littérature, alors qu'ils ne sont pas scientifiquement classés comme tel. Les plus connus sont :

D'autres reptiles, qui ne vivaient pas à la même époque que les dinosaures sont confondus avec eux. Les plus connus sont:

Sur les autres projets Wikimedia :


modifier ]

Galerie

Gorgosaurus BW.jpgEiniosaurus.jpgCorythosaurus3.jpgDiplodocus4.jpgSketch parasaurolophus.jpg
Focus sur les reconstitutions
La reconstitution d'un Dinosaurien non-avien est par définition, et l'on doit en avertir les publics, en partie conjecturelle, puisque même dans les cas rares de fossilisation de phanères ou de molécules pigmentaires, la conservation chromatique est très imparfaite ; il s'agit donc, par la force des faits, d'un travail graphique souvent collectif et anonyme qui, pour rester dans les limites de ce qui est admis par les chercheurs au moment où il est réalisé, doit obligatoirement s'inspirer d'autres images déjà scientifiquement validées, par exemple dans les publications spécialisées. Ce processus de « conjecture restitutive » dont les exemples les plus spectaculaires sont les Dinosaures « grandeur nature » trônant dans les jardins ou les parvis de divers Muséums ou encore les Homininés préhistoriques présentés en dioramas par de nombreux Musées, est souvent incompris : ces reconstitutions scientifiques conjecturelles sont alors assimilées à des œuvres d'art et considérées comme « inexactes » et/ou « violant quelque copyright ». À suivre une telle logique, c'est la totalité des dessins, images de synthèse et reconstitutions en volume existantes qui serait remise en question, amputant dès lors la Paléontologie de toute son iconographie « grand public » y compris les reconstitutions de Mauricio Antón, Alain Bénéteau, Dimitri Bogdanov, Zdeněk Burian, Heinrich Harder, Charles R. Knight ou Édouard Riou.