Herrerasauridae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Herrerasauridae ou herrérasauridés sont parmi les plus anciens dinosaures connus, trouvés dans des gisements datant d'il y a environ 231 millions d'années au Carnien (Trias supérieur) et ayant vécu jusqu'à la fin du Trias, y a environ 201 millions d'années.

Les représentants les plus connus de ce groupe ont été trouvés en Amérique du Sud (Brésil, Argentine) dans les années 1960. Un squelette presque complet d'Herrerasaurus ischigulastensis a été découvert dans la formation d'Ischigualasto dans la province de San Juan, en Argentine, en 1988. Des herrérasauridés moins complets (Chindesaurus) ont été trouvés en Amérique du Nord, et ils peuvent avoir aussi habité d'autres continents.

Ces dinosaures carnivores de petite taille (moins de 4 mètres de long) sont classés parmi les théropodes[1] ou considérés comme des saurischiens primitifs[2],[3].

Description[modifier | modifier le code]

Leur anatomie est inhabituelle et spécialisée et ils ne sont pas considérés comme des ancêtres d'un autre groupe de dinosaures. Ils présentent souvent un mélange de traits très primitifs et dérivés. Le cotyle n'est que partiellement ouvert, et il y a seulement deux vertèbres sacrées, soit le plus petit nombre de tous les dinosaures. Le pubis a une structure dérivée, tournant un peu en arrière et plié à son extrémité pour créer un évasement comme chez les tétanoures, évasement particulièrement important chez H. ischigulastensis. La main, primitive, possède cinq métacarpiens et le troisième doigt est plus long que le second, mais comme les théropodes, elle n'a que trois longs doigts terminés par des griffes courbes. Les herrérasauridés ont également une mandibule articulée comme les théropodes.

Classification[modifier | modifier le code]

Fernando Novas en 1992 a défini les Herrerasauridae comme le groupe comprenant les genres Herrerasaurus et Staurikosaurus, ainsi que leurs derniers ancêtres communs[4].

Paul Sereno en 1998 définit le groupe comme le clade le plus inclusif regroupant Herrerasaurus ischigualastensis mais pas le Passer domesticus[5].

Max Langer en 2004 définit un taxon phylogénétique de rang supérieur, mais décrivant le même clade, les Herrerasauria incluant Herrerasaurus, mais pas Liliensternus ni Plateosaurus[6].


Deux cladogrammes publiés en 2011 aboutissent à des résultats un peu différents :

  • Le second cladogramme réalisé par Hans-Dieter Sues, Sterling J. Nesbitt, David S. Berman et Amy C. Henrici place Herrerasaurus comme un théropode basal[8].
  Dinosauria  

Ornithischia


 Saurischia 
 Herrerasauridae 

Herrerasaurus



Staurikosaurus



herrérasauridé non nommé



 Eusaurischia 
 Theropoda 

Chindesaurus




Tawa




Eoraptor



Neotheropoda






Sauropodomorpha





  Dinosauria  

Ornithischia


 Saurischia 

Sauropodomorpha


 Theropoda 
 Herrerasauridae 

Staurikosaurus




Herrerasaurus



Chindesaurus






Eoraptor




Daemonosaurus




Tawa



Neotheropoda









En 2017, une analyse phylogénétique très complète des premiers dinosaures, réalisée par Matthew Baron, David Norman et Paul Barrett, a abouti à un hypothèse qui positionne les Herrerasauridae dans le clade des Saurischia, en tant que groupe frère de Sauropodomorpha. Cette étude, remettant en cause la classification adoptée par la communauté scientifique, ne considère plus les théropodes comme des saurischiens, mais les regroupent avec les ornithischiens au sein d'un même nouveau clade appelé Ornithoscelida[9] :

  Dinosauria  
 Saurischia 
 Herrerasauridae 

Staurikosaurus




Herrerasaurus




Chindesaurus



Sanjuansaurus






Sauropodomorpha



 Ornithoscelida 

Ornithischia


 Theropoda 

Eoraptor




Tawa




Eodromaeus




Liliensternus



Neotheropoda








Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nesbitt, S. J., Smith, N. D., Irmis, R. B., Turner, A. H., Downs, A., and M. A. Norell. (2009). "A complete skeleton of a Late Triassic saurischian and the early evolution of dinosaurs." Science 326:1530-1533
  2. (en) Max C. Langer, David B. Weishampel (éditeur), Peter Dodson (éditeur) et Halszka Osmólska (éditeur), The Dinosauria, Berkeley, University of California Press, , 2e éd. (ISBN 0-520-24209-2), « Basal Saurischia », p. 25–46
  3. (en) M.C Langer, « Early dinosaurs: a phylogenetic study », Journal of Systematic Palaeontology, vol. 4, no 4,‎ , p. 309–358 (DOI 10.1017/S1477201906001970)
  4. (en) F. E. Novas, « Phylogenetic relationships of the basal dinosaurs, the Herrerasauridae », Palaeontology, vol. 35,‎ , p. 51–62
  5. (en) P. C. Sereno, « A rationale for phylogenetic definitions, with application to the higher-level taxonomy of Dinosauria », Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie, Abhandlungen, vol. 210, no 1,‎ , p. 41–83
  6. (en) Max C. Langer, The Dinosauria, Berkeley, 2nd, , 25–46 p. (ISBN 0-520-24209-2, OCLC 55000644), « Basal Saurischia »
  7. (en) Fernando E. Novas, Martin D. Ezcurra, Sankar Chatterjee et T. S. Kutty, « New dinosaur species from the Upper Triassic Upper Maleri and Lower Dharmaram formations of central India », Earth and Environmental Science Transactions of the Royal Society of Edinburgh, vol. 101, nos 3–4,‎ , p. 333–349 (DOI 10.1017/S1755691011020093)
  8. (en) Hans-Dieter Sues, Sterling J. Nesbitt, David S. Berman et Amy C. Henrici, « A late-surviving basal theropod dinosaur from the latest Triassic of North America », Proceedings of the Royal Society B, vol. 278, no 1723,‎ , p. 3459–64 (PMID 21490016, PMCID 3177637, DOI 10.1098/rspb.2011.0410, lire en ligne)
  9. (en) M.G. Baron, D.B. Norman et P.M. Barrett, « A new hypothesis of dinosaur relationships and early dinosaur evolution », Nature, vol. 543,‎ , p. 501–506 (DOI 10.1038/nature21700)

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Herrerasauridae » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]