Walter Alvarez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec le physicien Luis Walter Alvarez (son père).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Álvarez.
Walter Alvarez
Walter Alvarez at the 97th Annual Faculty Research Lectures, University of California Berkeley.jpg

Walter Alvarez

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université de Princeton
Carleton College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Prix G. K. Gilbert (en) ()
Prix Dickson de science (d) ()
Médaille Penrose ()
Prix Vetlesen ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Walter Alvarez (3 octobre 1940) est un géologue américain. Il est surtout connu pour sa théorie sur l'extinction des dinosaures développée avec l'aide du physicien Luis Walter Alvarez (son père), du chimiste Frank Asaro et de la chimiste Helen Michel dans les années 1970-80. D'après lui, les dinosaures disparurent à la suite de l'impact d'une météorite de plus de 10 km de diamètre avec la Terre voici 65 millions d'années, ce qui expliquerait l'anomalie de concentration d'iridium de l'extinction du Crétacé.

Ce type d'impact a formé le cratère de Chicxulub au Mexique[1].

Anomalies en iridium[modifier | modifier le code]

Il était chercheur à l'université de Berkeley quand, en arpentant vers le milieu des années 1970 la région de Gubbio, une ville italienne, il découvrit une étrange strate argileuse sombre montrant la disparition subite du plancton marin, pourvoyeur en carbonates. La couche fut dûment datée et analysée et les chercheurs découvrirent à leur grande stupéfaction que cette strate contenait une quantité anormalement élevée d'un élément rare à la surface de la Terre, l'iridium. Ce métal est en revanche assez abondant dans les comètes et les astéroïdes. Or à cette époque disparaissent aussi les grands reptiles marins, les dinosaures, les ammonites et les bélemnites..

La NASA a confirmé la thèse de Walter Alvarez, le 12 mars 1999, en annonçant la découverte de couches de matériaux éjectés lors de l'impact sur deux sites, au Mexique et au Belize[2].

Une mappemonde des anomalies en iridium dans la couche d'argile noire, baptisée couche KT (Cretaceous-Tertiary en anglais), est tenue à jour au fur et à mesure des découvertes.

Autres impacts de sa théorie[modifier | modifier le code]

La théorie avancée par Walter Alvarez expliquerait aussi une autre crise biologique majeure, celle de la frontière entre les temps géologiques Permien-Trias qui a été le siège d'une importante extinction connue d'espèces vivantes. Un cratère d'impact candidat a été trouvé au large de l'Australie, celui de Bedout. Mais sa proposition est controversée puisque l'on retrouve à la même période des épanchements volcaniques gigantesques, notamment ceux de Sibérie.

Distinction[modifier | modifier le code]

  • Prix Vetlesen pour ses travaux de pionnier sur l'importance du catastrophisme dans l'évolution en géologie et dans la genèse de la biosphère. Le prix lui a été décerné pour sa découverte de la fameuse strate d'argile noire contenant une quantité anormalement élevée d'un métal lourd l'iridium, marquant précisément la fin du Crétacé et le début de l'ère tertiaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Sacco, « Le prix Vetlesen à Walter Alvarez, codécouvreur de la météorite tueuse », Futura-sciences,‎ (lire en ligne)
  2. Collectif, Dans 30 ans, l'humanité connaîtra-t-elle le fin des dinosaures ?, vol. AXIS 1999, Paris, Atlas Hachette, coll. « Encyclopédie AXIS », , 288 p. (ISBN 2-245-00946-0), p. 19

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]