Thyreophora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Thyreophora, thyréophores en français, forment un sous-ordre de dinosaures ornithischiens. Herbivores quadrupèdes, leur dos était cuirassé par des plaques osseuses, des piques ou des éperons. Ils ont vécu du début du Jurassique jusqu'à la fin du Crétacé. Selon les familles, leur taille varie entre 1 et 10 mètres.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Thyreophora est composé des mots du grec ancien « θυρεος », « thyreos », « bouclier » et « φορεω  », « phores », « le porte », pou donner « porteurs de bouclier ».

Description[modifier | modifier le code]

Moulage du squelette d'un thyréophore ankylosaurien nodosauridé : Mymoorapelta maysi au Wyoming Dinosaur Center.

Parmi les ornithischiens, les thyréophores constituent un groupe assez primitif, dont les mâchoires sont moins complexes que celles des marginocéphales et des ornithopodes. En plus d'un certain nombre de genres basaux, les thyréophores regroupent deux grands clades :

  • les stégosauriens. Quadrupèdes dotés de membres puissants, leurs hanches étaient largement plus hautes que leurs épaules. En plus de leurs plaques et piquants dorsaux, la queue portait également deux paires d'épines. La tête basse abritait un cerveau "primitif". La coordination des membres inférieurs et de la queue était assurée par un autre centre nerveux (que l'on a parfois qualifié à tort de « deuxième cerveau » puisqu'il s'agit du simple renflement de la moelle épinière que possèdent tous les vertébrés au niveau des membres postérieurs). Ils ont principalement vécu au Jurassique, bien que certains se soient perpétués jusqu'à la fin du Crétacé. (voir stégosaure) ;
  • les ankylosauriens. Ayant des membres postérieurs plus courts que ceux des stégosauriens, leur cou, dos et flancs étaient également cuirassés de pointes, de plaques osseuses ou cornées. Pour certains, la queue était terminée par une sorte de massue, surnommée thagomizer. D'autres portaient de longs piquants sur les épaules. Ils remplacèrent les stégosauriens au début du Crétacé et vécurent jusqu'à la disparition de tous les dinosaures (voir Euoplocephalus). Deux familles composaient ce clade, les ankylosauridés (Amérique du Nord et Asie) et les nodosauridés (majorité du globe terrestre).

Avant l'apparition de ces deux familles, un autre thyréophore a vécu lors du Jurassique inférieur : Scelidosaurus, animal de 4 mètres de long, avec une petite tête et un dos couvert d'épines. Il s'agit donc d'un thyréophore basal, proche de l'ancêtre commun aux stégosauriens et ankylosauriens.

Classification[modifier | modifier le code]

L'analyse phylogénétique conduite en 2011 par Richard S. Thompson, Jolyon C. Parish, Susannah C. R. Maidment et Paul M. Barrett conduit au cladogramme suivant[2] :

 Thyreophora 

Scutellosaurus




Emausaurus


 Thyreophoroidea 

Scelidosaurus


 Eurypoda 

Stegosauria


 Ankylosauria 

Ankylosauridae



Nodosauridae







Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) B. F. Nopcsa. 1915. « Die dinosaurier der Siebenbürgischen landesteile Ungarns ». Mitteilungen aus dem Jahrbuche der Kgl. Ungarischen Geologischen Reichsanstalt 23:1-24
  2. (en) Richard S. Thompson, Jolyon C. Parish, Susannah C. R. Maidment and Paul M. Barrett, « Phylogeny of the ankylosaurian dinosaurs (Ornithischia: Thyreophora) », Journal of Systematic Palaeontology, vol. 10, no 2,‎ , p. 301–312 (DOI 10.1080/14772019.2011.569091, lire en ligne)