Ploudiry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ploudiry
Ploudiry
L'ossuaire et l'église paroissiale de Ploudiry.
Blason de Ploudiry
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Pont-de-Buis-lès-Quimerch
Intercommunalité Pays de Landerneau-Daoulas
Maire
Mandat
Jean-Jacques Piton
2014-2020
Code postal 29800
Code commune 29180
Démographie
Gentilé Ploudiriens
Population
municipale
933 hab. (2015 en augmentation de 4,25 % par rapport à 2010)
Densité 34 hab./km2
Population
aire urbaine
44 395 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 27′ nord, 4° 09′ ouest
Altitude Min. 23 m
Max. 191 m
Superficie 27,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Ploudiry

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Ploudiry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ploudiry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ploudiry
Liens
Site web Site de la commune de Ploudiry

Ploudiry [pludiʁi] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ploudiry a été chef-lieu du canton de Ploudiry jusqu'au redécoupage cantonal de 2014 en France et fait désormais partie du canton de Pont-de-Buis-lès-Quimerch.

Situation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Ploudiry

Ploudiry est situé au centre du triangle formé par les villes de Landivisiau (au nord-est), de Landerneau (au nord-ouest) et de Sizun (au sud) ; située dans le Haut Léon, un peu au nord des Monts d'Arrée, la commune est constituée pour l'essentiel par un plateau assez bosselé allant de 188 mètres, une altitude rencontrée aussi bien dans la partie orientale de son finage, entre le hameau de Rolocaré et le Bois de Saint-Antoine, qu'à sa limite occidentale, au lieu-dit Ty Garde (le bourg de Ploudiry lui-même atteignant 187 mètres à l'emplacement du château d'eau), et s'abaissant progressivement vers le sud (jusqu'à 104 mètres au niveau du hameau de Leuzeureugan) que vers l'est où une partie amont de la vallée de l'Élorn lui sert de limite communale (l'Élorn coule à cet endroit entre 80 et 63 mètres d'altitude) avec Sizun, et surtout vers le nord où une partie située plus en aval de cette même vallée de l'Élorn lui sert également de limite communale, cette fois-ci avec Bodilis, ce fleuve côtier coulant à cet endroit entre 30 et 26 mètres d'altitude. La rive gauche de la vallée de l'Élorn, dont le versant est très pentu, est restée pour l'essentiel boisée, formant le Bois de Saint-Antoine dans sa partie amont et le Bois de Kerfaven dans sa partie aval.

Le paysage agraire traditionnel de Ploudiry est celui du bocage avec un habitat rural dispersé en hameaux et fermes isolées.

Transports[modifier | modifier le code]

Ploudiry n'est desservi que par des routes départementales (le CD 35 traverse le bourg, venant à l'ouest de La Martyre et se dirigeant à l'est vers Loc-Eguiner ; le CD 764 (ancienne route nationale 164 déclassée), allant de Carhaix à Landerneau, traverse la partie sud du territoire communal ;le CD 30, qui longe la partie orientale de la commune en empruntant la vallée de l'Élorn, allant de Sizun au sud en direction de Landivisiau est beaucoup plus fréquenté, mais ne dessert pas véritablement la commune) ou communales.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploediri en 1173, Ploeziry en 1292, Ploediri vers 1330 et Ploueziry en 1357[1].

Ploudiry signifierait « La paroisse des chênes »[2]. L'étymon indo-européen *deru- (avec le sens polysémique de solide, ferme comme un arbre) se retrouve en effet dans le sens de chêne, l'arbre par excellence, dans le gaulois dervos[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'allée couverte de Gorre Coat, longue de 13 mètres, se trouve dans le bois de Kerfaven[4].

Origines[modifier | modifier le code]

Ploudiry était autrefois une paroisse très importante, qui avait pour trèves Pencran, Loc-Éguiner, La Roche, La Martyre et Pont-Christ, toutes devenues communes à l'exception de la dernière, qui a été absorbée par La Roche-Maurice[5]. La paroisse incluait aussi Saint-Julien de Landerneau et même, plus anciennement, Le Tréhou et Tréflévénez. L'église Saint-Pierre de Ploudiry était un prieuré-cure dépendant de l'abbaye de Daoulas[6]. Les seigneurs de Rohan, installés à La Roche-Maurice, et de Brézal, en Plounéventer, se disputaient le titre de seigneurs préminenciers.

En 1173, la paroisse est mentionnée sous le nom de Ploediri.

Les premiers prieurs-recteurs dont les noms sont connus sont Olivier an Mesgoez (1474-1482), frère Riou du Guermeur (1495-1518), frère Jean Le Goarant (1535-1542), Olivier du Chastel (aussi abbé de Daoulas), frère Jean Simon (1569-1571). D'autres, plus tardifs, sont également connus comme Louis Le Vergotz (1669-1692), le frère Pinson (1705) ou Le Bris, recteur à partir de 1785.

Vers 1770, on comptait pour Ploudiry et ses trèves environ 4 700 habitants dont 1 320 pour Ploudiry, 950 pour La Martyre, 640 pour Loc-Eguiner, 525 pour Pencran, 525 pour La Roche-Maurice, environ 300 pour Pont-Christ et 570 pour Saint-Julien de Landerneau[7].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le Ny est une maison d'ancienne extraction chevaleresque ayant pris part aux réformations et montres de 1426 à 1534 pour le compte de Ploudiry, Taulé, Le Drennec, Landouzan, Guiclan, Saint-Thégonnec ; la famille était seigneur de Trébrit, de Penanguer et de l'Île-Yvon, en Ploudiry, ainsi que de maint autres lieux[8]

Du XVIe siècle au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les "juloded" de Ploudiry[modifier | modifier le code]

Ploudiry se trouvait au cœur de la zone toilière du Haut-Léon qui fut très prospère aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle. Jean-François Brousmiche a écrit vers 1830 qu'il existait « dans Ploudiry des cultivateurs marchands de toiles qui posséd[aient] des fortune de six, dix et même douze mille francs de revenu »[9]. Charlotte Berthou, de Botlavan en Ploudiry, laisse à sa mort en 1742 un patrimoine de 20 256 livres dont 73 % consiste en toile ou fil. Quarante kanndi ont été recensés à ce jour sur le territoire de la commune actuelle de Ploudiry, c'est après Plounéour-Ménez, Commana et Sizun, la commune qui en comptabilise le plus. La densité des métiers à tisser y était forte (106 pour 100 inventaires après décès (ce qui s'explique par la présence dans certaines maisons de plusieurs métiers à tisser) contre 55 à 60 % en moyenne pour l'ensemble de la zone toilière du Haut-Léon[7].

Le plus connu des "juloded" de Ploudiry fut Alain Pouliquen (né le à Resloas en Plounéour-Ménez, fils d'Hervé Pouliquen et Marie Cam, propriétaire, décédé le à Landerneau, marié le à Ploudiry avec Marie Croguennec). Leur fils, Alain Pouliquen, du village de Mescoat, né le au village de Mescoat, fut aussi un "julod" connu. Tous les deux furent maires de Ploudiry.

Article détaillé : Julod.

Le , après avoir fait relâche au village de Kéréon en Guimiliau, sept chouans dirigés par Jean François Edme Le Paige de Bar, prennent en otage Alain Pouliquen, propriétaire et fabricant de toiles au village de Mescoat en Ploudiry, le conduisent au village de Lestrézec en Berrien où il est menacé de mort, puis à Scrignac où Le Paige de Bar bénéficie de complicités[10] , et le font chanter jusqu'à ce qu'il écrive dans les jours qui suivent plusieurs lettres à ses enfants exigeant une rançon de 30 000 livres, à déposer tantôt à l'auberge du Squiriou, tantôt dans une auberge de Carnoët où elle est finalement remise à Le Paige de Bar, l'otage étant enfin libéré le [11].

Lors de l'enterrement d'Alain Pouliquen (père), le , l'abbé de Troérin écrit à son propos :

« Ce Pouliquen pensait bien et était l'une des fabriques (membre du conseil de fabrique) que j'avais nommé au nom de Mgr. Il pensait aussi bien que son père pensait mal. C'est le Pouliquen de Ploudiry, si riche paysan avant la Révolution, et devenu trois fois au moins plus riche depuis par ses acquêts de biens nationaux. C'est ce Pouliquen auquel les Chouans ont enlevé 60 000 livres[12] par la peur qu'ils lui ont faite et qui, dans la crainte qu'on ne lui eût enlevé le reste, est venu habiter à Landeneau, où il a de temps en temps peur du diable (...). Il a dans le cimetière de Ploudiry les plus beaux sapins possibles et de quoi à faire sa châsse et celle de toute sa famille[13]. »

Les pauvres et la mendicité à Ploudiry[modifier | modifier le code]

Selon une étude faite en prenant comme référence l'année 1760 à partir du rôle de la capitation, sur 100 paysans capités de Ploudiry, « 3 à 5 % sont riches, 20 % sont aisés, 30 % sont des petits paysans, alors que 45 % sont domestiques, journaliers ou tisserands ». La même étude précise que « 4 à 8 % de la population, qui ne sont pas capités, sont acculés à vivre de la mendicité » et que les domestiques sont alors 325 sur le territoire de la paroisse[7].

Dans l'enquête sur la mendicité dans le Léon ordonnée en 1774 par Mgr de la Marche, le recteur de Ploudiry cite parmi les sources de la mendicité « certains mariages faits entre mendiants couverts d'infirmités, malgré la résistance et la fermeté des recteurs. De cet assemblage mal assorti naît une infinité de malheureux, héritiers des maux des auteurs de leurs jours, qui dégradent l'espèce humaine. Sortis du seuil de l'indigence, nés avec des maladies incurables, presqu'abandonnés dès qu'ils commencent à respirer, ils ne perpétuent qu'une génération faible peu propre à l'État et toujours à charge des paroisses. (...) Un pauvre tisserand, un journalier (..), quelque laborieux qu'ils soient, ne peuvent fournir à la subsistance de six ou sept enfants dans le bas âge »[14]. Le même curé écrit qu'à Pont-Christ « les trois-quarts des habitants sont à l'aumône ».

Ploudiry en 1778[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Ploudiry en 1778 :

« Ploudiry, à 6 lieues au sud-sud-ouest au sud de Saint-Pol-de-Léon, son évêché ; à 40 lieues de Rennes ; et à une lieue et demie de Landerneau, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Lesneven et compte 4 500 communiants[15], y compris ceux de Loc-Eguiner, Pencran, Roche-Maurice, La Martyre et Pont-Christ, ses trèves ; la cure est présentée par l'Évêque. Des terres en labeur, des prairies, des landes, des vallons, des coteaux, des ruisseaux et le bois de la Ferse [bois de Kerfaven actuel probablement], qui peut avoir une lieue de circuit, voilà ce que renferme ce territoire[16]. »

Révolution française[modifier | modifier le code]

Les deux députés représentant la paroisse de Ploudiry lors de la rédaction du cahier de doléances de la sénéchaussée de Lesneven le étaient Alain Pouliquen et Olivier Léon[17].

Le , après avoir fait relâche au village de Kéréon en Guimiliau, sept chouans prennent en otage Alain Pouliquen, propriétaire et fabricant de toiles au village de Mescoat en Ploudiry, le conduisent au village de Lestrézec en Berrien où il est menacé de mort, puis à Scrignac où De Bar bénéficie de complicités[18] , et le font chanter jusqu'à ce qu'il écrive dans les jours qui suivent plusieurs lettres à ses enfants exigeant une rançon de 30 000 francs, à déposer tantôt à l'auberge du Squiriou, tantôt dans une auberge de Carnoët où elle est finalement remise à De Bar, l'otage étant enfin libéré le [19].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Quand le nouveau recteur de Ploudiry, un ancien prêtre réfractaire, lança en 1804 un interdit sur Tanguy Mocaër, ancien recteur constitutionnel, celui-ci sortit de l'église paroissiale, suivi de toute l'assistance[20].

Un moulin à papier existait à Penanfers[21].

A. Martevill et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Ploudiry en 1845 :

« Ploudiry (sous l'invocation de saint Pierre) : commune formée par l'ancienne paroisse du même nom, moins ses trèves Pencran, Loc-Eguiner, La Roche-Maurice, La Martyre et Pont-Christ, toutes devenues communes, excepté la dernière absorbée par La Martyre [en fait absorbée par La Roche-Maurice] ; aujourd'hui cure de deuxième classe ; chef-lieu de perception. (...) Superficie totale : 2 721 hectares, dont (...) terres labourables 1 001 ha, prés et pâtures 358 ha, bois 257 ha, vergers et jardins 22 ha, landes et incultes 840 ha (...). Moulins : 6 (de Ménaouen, de Rozarvilin, de Pennafers, de Saint-Jean, à eau). Il existe, outre l'église, trois chapelles, mais il n'y a de pardon annuel qu'au chef-lieu. Les agriculteurs se livrent à l'élève des chevaux. On voit en cette commune quelques hêtres et quelques ormes, peu de chênes, point d'arbres fruitiers, non plus qu'aucun arbre qui puisse être employé dans les constructions. (...) Jadis les diverses parties de cette commune étaient séparées par des cours d'eau ; sur le principal de ceux-ci, au Pont-Meur, on a établi depuis quelques années un pont qui fait communiquer Ploudiry avec ses anciennes trèves, La Martyre et Loc-Eguiner [faux, les auteurs confondent avec Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec où le pont de Pont-Meur permet de traverser la Penzé ]. La route de Carhaix à Landermeau traverse [en fait elle longe la limite communale] cette commune du nord-est au sud-ouest. Géologie : la roche schiste-argileuse forme presque tout le sous-sol. On parle le breton[22]. »

Entre 1871 et 1880 au moins, François De L'Estang du Rusquec, propriétaire à Tréflévénez, est conseiller général du canton de Ploudiry[23]. Lors des élections de 1880, il obtient 869 voix sur 995 suffrages exprimés[24].

En 1879, « l'école des filles de Ploudiry se tient actuellement dans un ancien ossuaire sombre et humide et qui menace ruine. La construction d'une Maison d'École est indispensable et urgente. La commune, qui présente un projet s'élevant à 11 000 francs, ne pouvant contribuer à la dépense que pour une somme de 4 000 francs, demande à l'État et au département un secours de 7 000 francs[25] ». La construction d'une école de filles à Ploudiry est programmée en 1880[26]. L'école des garçons, qui a besoin de réparations urgentes, bénéficie en 1880 d'une subvention du Conseil général du Finistère[27].

Dans son roman L'Auberge du Grand-cerf publié en 1882, E. Parmentin évoque à trois reprises la foire de Ploudiry et son marché aux chevaux[28].

Les transports étaient alors difficiles, comme en témoigne ce récit d'un voyageur venu de Brest pour participer à une chasse au loup à Ploudiry en 1882 :

« Après une demi-heure de wagon, nous débarquons à Landivisiau. Un omnibus attelé de deux maigres bidets nous attend. Nous nous empilons et nous partons un peu moins vite qu'au pas. À la première montée, notre automédon nous déclare qu'il faut descendre. Il nous avoue que ses bêtes sont dans l'impossibilité de nous hisser plus haut. Mais la côte devient de plus en plus raide, la voiture vide s'arrête encore et le voiturier vient nous prier de pousser à la roue, si nous voulons, pour qu'il puisse continuer sa route. Nous donnons un vigoureux coup d'épaule et le lourd véhicule s'ébranle. (...) Nous cheminons longtemps à travers un pays affreux. Enfin, nous apercevons un chien noir qui jappe sur la route ; à droite et à gauche, quelques masures en délabre ; nous sommes à Ploudiri[29]. »

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiaale[modifier | modifier le code]

Ploudiry : le monument aux morts

Le monument aux morts de Ploudiry porte les noms de 65 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, Jean Floch est un marin disparu en mer le lors du naufrage du croiseur cuirassé Amiral Charner au large des côtes syriennes ; Alain Cren est décédé alors qu'il était prisonnier en Allemagne ; Pierre Roquinarc'h a été tué à l'ennemi le à La Clytte (Belgique) ; les autres sont décédés sur le sol français[30].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1921 est créée la caisse locale de Ploudiry dépendant de la caisse régionale de Bretagne des Assurances mutuelles agricoles (ancêtre de l'actuel Groupama[31]) dont le siège est à Landerneau[32].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Ploudiry porte les noms de 9 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi eux Jean Moal et Joseph Sanquer sont décédés à Oran (Algérie), Jean Léon à Sully-sur-Loire, Jean Floch à Essen (Allemagne) ; Louis Gallou a été tué à l'ennemi le à Arthonnay (Yonne) ; Alain Bozec et Guillaume Kerdilès à Ploudiry et Yves Pennec au Cloître-Saint-Thégonnec[30].

Jean Sizorn, né en 1923 à Ploudiry, décédé en 2001 à Landerneau, fut un résistant FTP actif pendant la Seconde Guerre mondiale[33].

Langue Bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 18 avril 2016.

Le label Ya d’ar brezhoneg de niveau 1 a été remis à la commune le 4 avril 2017.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1792 Alain Pouliquen[34]   Julod et cultivateur à Mescoat. Enlevé et rançonné par les Chouans en 1802.
1792 1796 Yves Meudec[35]   Cultivateur
1796 1801 Alain Pouliquen   Déjà maire entre 1791 et 1792.
1801 1801 Yves Léon[36]   Julod et cultivateur à Kergoat.
1801 1803 Jacques Pouliquen[37]   Julod et cultivateur à Mescoat. Fils d'Alain Pouliquen, maire à deux reprises précédemment.
1803 1811 Yves Crenn[38]   Cultivateur.
1811 1815 Yves Léon   Déjà maire en 1801.
1815 1821 Nicolas Cariou[39]   Notaire royal
1821 1829 Yves Cloarec[40]   Cultivateur
1830 1832 François-Marie Huc    
1832 1871 François-Marie Boucher[41]   Julod et cultivateur. Gendre de Jacques Pouliquen, maire entre 1801 et 1803. Conseiller d'arrondissement. Chevalier de la Légion d'honneur
1871 1872 Gabriel Boucher[42]   Cultivateur propriétaire. Fils de François-Marie Boucher, maire précédent.
1872 1878 Alain Pouliquen[43]   Propriétaire agriculteur.
1878 1896 Gabriel Boucher   Déjà maire entre 1871 et 1872.
1896 1913 Jean David[44]   Notaire. Conseiller général.
1913 1925 Guillaume Guéguen[45]   Cultivateur.
1925 1930 François-Louis Berthelot[46]   Instituteur.
1930 1941 Joseph Boucher[47]    
1942 1944 Jules Cornec[48]   Notaire. Gendre de Jean David, maire entre 1896 et 1913.
1945 1947 Joseph Boucher   Déjà maire entre 1930 et 1941.
1947 1965 Marie Rohel    
1965 1973 Yves Pouliquen    
1973 1977 Joseph Le Bras    
1977 1995 Laurent Perros    
1995 2001 Yves Cornec    
2001 en cours Jean-Jacques Piton DVG Retraité

Héraldique[modifier | modifier le code]

Description du blason
Blason ville fr Ploudiry (Finistère).svg Blason D'or au chêne arraché de sable, englanté de gueules.

Ornements extérieurs : devise : Me dister ha derw uhel, Dalhit song eus ar gentel

Notes La devise de la commune peut se traduire par gland chétif mais chêne grandiose, retenez bien ma leçon ou encore le moindre gland devient chêne majestueux, d'où le thème général du blason.
Statut Présenté sur le site officiel de la commune[49]
Concept. Fons de Kort.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5701 2761 2631 4401 4971 6001 6641 7761 678
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6311 4671 4871 4781 5281 4871 5131 5141 422
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3711 3351 3691 2441 2721 1861 0941 038930
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
854770677736822809881895933
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis Insee à partir de 2006[51].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • L’église paroissiale Saint-Pierre a été reconstruite entre 1854 et 1857 par Joseph Bigot ; des parties de l'église précédente ont été conservées (abside, bas-côté sud) ; elle datait de 1700 comme le prouve l'inscription située sur le bas-côté sud : "Cette église a été rebâtie de nevee l'an 1700 lors fabriques Jean Kerbrat - Joseph Hellouet". Le porche sud date de 1665[52]. La maîtresse-vitre de l'église, qui date de la fin du XVIe siècle, a été décrite par Jean-Pierre Le Bihan[53] et comprend une Crucifixion dans sa partie supérieure et des scènes de la Passion du Christ dans sa partie inférieure (la Cène, Jésus-Christ au Jardin des Oliviers, l'Arrestation du Christ). L'église possède trois retables : celui du Rosaire[54] (1643, peint par François Le Cocq, peintre à Saint-Pol-de-Léon)), celui du Saint-Nom-de-Jésus (1657, provient de l'église de La Martyre, transféré en 1793 à la suite d'un arrêté du district de Landerneau), et celui du maître-autel (XVIIIe siècle). La chaire à prêcher est du XVIIe siècle et les fonts baptismaux datent du XVIIIe siècle. De nombreuses statues décorent l'église dont celles de saint Michel, de saint Herbot, de sainte Barbe, de saint Yves, etc. ainsi qu'un Ecce Homo et une Pietà. Le bénitier à l'entrée de l'église porte l'inscription : ASPERGES ME D(OMI)NE YSSOPO et le calice en vermeil S.JAN.1648.M.CESSOV.P.NOVEL.OMNES.F.EN.PLOUDIRI. Un autre bénitier porte l'inscription : CETTE PISCINE A ESTE FAICT FAIRE PAR Y PAPE P. EN SA VIE L.A.1675.. En 1957 de nouveaux vitraux, signés Job Guével, ont été réalisés, l'un consacré à saint Pierre, l'autre à la Vierge.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • L'ossuaire (ou reliquaire), transformé en chapelle Saint-Joseph, date de 1635 mais a été restauré en 1731. L'ange situé au-dessus du bénitier extérieur tient une banderole avec l'inscription : BONNES.GENT.QVI.PR.ICY.PASSEZ.PRIEZ.DIEU.POVR.LES.TREPASSEZ. ; sur mes chapiteaux des gaines : G.GOULM.Y.BOSEC.FABRIC/QVES/EN.LAN.1635 ; sur le clocheton : CE.RELIQUAIRE.A.ETE.REBATI.LORS.FABRIQVES.D.M.H.LE GVEN..INIZAN.1731.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Saint-Antoine, en forme de croix latine, date du XVIIe siècle et possède des retables de la même époque, ainsi que plusieurs statues dont une de saint Pol ainsi qu'un Ecce Homo. Le calvaire de la chapelle Saint-Antoine date de 1689 et une fontaine, datant aussi du XVIIe siècle, se trouve à proximité.
  • Douze croix et calvaires sont recensés sur le territoire de Ploudiry[56] dont la croix du cimetière (date du XIVe siècle), la croix de Kerlann[57] qui date du XVe siècle, le calvaire de Primel (du XVIe siècle, la croix dite Cros ar Pap à Kerbader[58] (qui date aussi du XVe siècle), la croix de Botvalan (XIXe siècle), etc.
  • Le monument aux morts.
Monument aux morts de 1914-1918.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Ploudiry »
  2. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Pages 20 et 94, Editions Jean-paul Gisserot, ([[International Standard Book Number|ISBN]] [[Spécial:Ouvrages de référence/2877474828|2877474828]]) »
  3. Roger Brunet, Trésor du terroir. Les noms de lieux de la France, CNRS éditions, (lire en ligne), p. 87
  4. http://www.megalithes-breton.fr/29/accueil_29.php?nom=al/gorre_coat.html
  5. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime, 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f280.image.r=Dirinon.langFR
  6. Jean-Martial Besse et Charles Beaunier, "Abbayes et prieurés de l'ancienne France.... 8, Province ecclésiastique de Tours", A. Picard et fils, Paris, 1920, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5859266j/f299.image.r=Ploudiry.langFR
  7. a, b et c Andrée Le Gall-Sanquer, Jean-Luc Richard, Marie-Louise Richard, "L'or bleu (An aour glaz) : le lin au pays de Landerneau-Daoulas", Association Dourdon, Cloître Imprimeurs, 2005, [ (ISBN 2-9505493-1-4)]
  8. Joseph-Marie de Kersauson de Pennendreff, "Histoire généalogique de la maison de Kersauson", 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55649073/f224.image.r=Ploudiry.langFR
  9. Jean-François Brousmiche, Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, Quimper, réédition 1977, page 10
  10. Parmi les complices arrêtés peu de temps après, Charles Le Foll, cultivateur et marchand de bœufs à Rustang en Scrignac ; Corentin Jaffray, de Scrignac ; Maurice Le Masson, aubergiste au Squiriou ; Joseph Guitton, du Cosquer du Run en Carnoëtetc. Charles Le Foll, Corentin Jaffray et Joseph Guitton sont condamnés à mort par le tribunal spécial de Quimper le (19 pluviôse an XI) et guillotinés quatre jours plus tard
  11. Daniel Bernard, Recherches sur la Chouannerie dans le Finistère", revue "Annales de Bretagne", no 3 et 4, année 1937, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115338s/f354.image.r=Guerlesquin.langFR
  12. Une contradiction sur le montant de la rançon existe par rapport au texte précédent
  13. Lettre de l'abbé de Troérin en date du 11 septembre 1807 à Mgr Dombidau de Crouseilhes, Archevêché de Quimper, Archives générales, citée par Yves Le Gallo, "Une caste paysanne du Haut-Léon : les « juloded »", Congrès de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 1981, consultable http://bgv.free.fr/genealogie/docs/juloded.pdf
  14. Fanch Roudaut, "Clergé breton et lutte contre la misère : l'exemple du diocèse de Léon (1774)", Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 1988, no 95-4, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0399-0826_1988_num_95_4_3308
  15. Personnes en âge de communier
  16. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og
  17. J. Madival et E. Laurent, "Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises" , imprimé par ordre du Corps législatif. 1er série, 1787-1799, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k480097g/f496.image.r=Locquenole.langFR
  18. Parmi les complices arrêtés peu de temps après, Charles Le Foll, cultivateur et marchand de bœufs à Rustang en Scrignac ; Corentin Jaffray, de Scrignac ; Maurice Le Masson, aubergiste au Squiriou ; Joseph Guitton, du Cosquer du Run en Carnoët, etc. Charles Le Foll, Corentin Jaffray et Joseph Guitton sont condamnés à mort par le tribunal spécial de Quimper le (19 pluviôse an XI) et guillotinés quatre jours plus tard
  19. Daniel Bernard, "Études sur la Chouannerie dans le Finistère", revue "Annales de Bretagne, no 3 et 4, 1937, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115338s/f352
  20. Jean Rohou, Catholiques et Bretons toujours ?, Brest, éditions Dialogues, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  21. Georges-Michel Thomas, "Le moulin à papier de Penanfers en Ploudiry", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CVII, 1979
  22. A; Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiDz5ny2ZDaAhVKtxQKHVnlC2gQ6wEIKDAA#v=onepage&q=Ploudiry&f=false
  23. Rapports et délibérations, Conseil général du Finistère, avril 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55797915/f8.image.r=Ploudiry.langFR
  24. Rapports et délibérations, Conseil général du Finistère, 1871, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55629544/f281.image.r=Ploudiry.langFR
  25. Rapports et délibérations, Conseil général du Finistère, 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55621158/f246.image.r=Ploudiry.langFR
  26. Rapports et délibérations, Conseil général du Finistère, avril 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55797915/f12.image.r=Ploudiry.langFR
  27. Rapports et délibérations, Conseil général du Finistère, août 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562053m/f264.image.r=Ploudiry?rk=85837;2
  28. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5829619f/f15.image.r=Ploudiry.langFR
  29. Henry de Brisay, Chasse au loup, "Le Passant : journal illustré", n° du 2 septembre 1882, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5410653f/f6.image.r=Landivisiau?rk=21459;2
  30. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=19444
  31. http://www.corporate.groupama.com/groupe/histoire-du-groupe/histoire-du-groupe-@/article.jspz?id=295
  32. Bulletin trimestriel de l'Union des syndicats agricoles du département du Morbihan, 15 août 1922, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5698925b/f12.image.r=Henvic.langFR
  33. http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20010125&article=2222109&type=ar
  34. Alain Pouliquen, né le à Resloas en Plounéour-Ménez, décédé le à Landerneau, mais inhumé à Ploudiry
  35. Yves Meudec, né le à Lannivinon en Saint-Thégonnec, décédé le à Berchleuz en Ploudiry
  36. Yves Léon, né le à Kergoat en Ploudiry, décédé le à Kergoat en Ploudiry
  37. Jacques Pouliquen, né le à Mescoat en Ploudiry, décédé le à Ploudiry
  38. Yves Crenn, né le à Fers en Ploudiry, décédé le à Fers en Ploudiry
  39. Nicolas Marie Cariou, baptisé le au bourg de Logonna-Daoulas, décédé le au bourg de Ploudiry
  40. Yves Cloarec, né le à Traongouzien en Ploudiry, décédé le à Trougouchan en La Martyre
  41. François-Marie Boucher, né le 9 ventôse an X () à Sizun, décédé le à Mescoat en Ploudiry
  42. Gabriel Boucher, né le à Ploudiry, décédé le à Kerhuella en Ploudiry
  43. Alain Pouliquen, né le à Pennafers (son père, Hervé Pouliquen,était meunier) en Ploudiry, décédé le à Kergoat en Plodiry
  44. Jean Marie David, né le au Cloître-Saint-Thégonnec, décédé le au bourg de Ploudiry
  45. Guillaume Guéguen, né le à Ploudiry, décédé le à Kerlann en Ploudiry
  46. François-Louis Berhelot, né le à Ploudiry, décédé le à Landivisiau
  47. Joseph Boucher, né le à Roc'hglas en Ploudiry
  48. Jules Gabriel Cornec, né le à Dinéault
  49. Site officiel de la commune de Ploudiry
  50. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  52. http://www.infobretagne.com/ploudiry.htm
  53. Jean-Pierre Le Bihan, "La maîtresse-vitre de l’église Saint-Pierre de Ploudiry", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CXX, 1991
  54. La confrérie du Rosaire à Ploudiry a été créée en 1633
  55. Ce bénitier porte l'inscription : LABRVM PAROAE AQVAE LVSTRALIS ("cuve pour l'eau bénite de la paroisse")
  56. http://www.croix-finistere.com/commune/ploudiry/ploudiry.html
  57. http://fr.topic-topos.com/croix-de-kerlann-ploudiry
  58. http://fr.topic-topos.com/croix-dite-croas-ar-pap-ploudiry
  59. http://www.museepontaven.fr/JEAN-MINGAM-1927-1987.html

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :