Loc-Eguiner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec.
Page d’aide sur l’homonymie Loc-Éguiner redirige ici.
Page d’aide sur l’homonymie Loc-Éguiner-Ploudiry redirige ici.
Loc-Eguiner
L'église paroissiale Saint-Éguiner.
L'église paroissiale Saint-Éguiner.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Landivisiau
Intercommunalité Pays de Landivisiau
Maire
Mandat
Henri Billon
2014-2020
Code postal 29400
Code commune 29128
Démographie
Gentilé Loguisiens
Population
municipale
386 hab. (2015 en augmentation de 11,56 % par rapport à 2010)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ nord, 4° 05′ ouest
Altitude Min. 27 m
Max. 178 m
Superficie 11,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Loc-Eguiner

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Loc-Eguiner

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loc-Eguiner

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loc-Eguiner

Loc-Eguiner [lɔkeginɛʁ] (aussi écrit Loc-Éguiner), canton de Ploudiry, est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. La commune est parfois dénommée Loc-Éguiner-Ploudiry pour la différencier de Loc-Éguiner-Saint-Thégonnec.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Logueguinaire en 1660, Loguiguinezre en 1666, Loguiguiner en 1694.

Du breton Loc ou lok qui signifie « lieu consacré » et de saint Eguiner. « Le monastère d'Eguiner »[1].

Article détaillé : Lok (breton).

Histoire[modifier | modifier le code]

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Les deux députés représentant la trève de Loc-Éguiner lors de la rédaction du cahier de doléances de la sénéchaussée de Lesneven le étaient Ollivier Pouliquen et Jean-Marie Joncour [2]. La trève de Loc-Éguiner demande dans ce cahier de doléances « un pont sur la rivière d'Élorne, en l'endroit où était celui du pont Arcouraiser, et qu'on rétablisse celui de l'archidiacre sur la même rivière, passages très fréquentés pour communiquer aux marchés de Landivisiau, Landerneau, Morlaix et Saint-Pol de Léon[3] ».

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1879, la commune décide la construction d'un nouveau presbytère, « attendu que celui qui existe est d'une insalubrité très grande, qui le rend inhabitable[4] ».

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? en cours Henri Billon DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
647 655 662 696 705 717 740 786 790
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
788 800 816 732 772 761 710 703 625
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
706 694 692 571 572 526 553 507 440
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
388 357 316 296 280 290 306 354 386
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne chapelle seigneuriale de la famille de Rosnyvinen est devenue église tréviale de Loc-Éguiner le . L'église paroissiale actuelle de Loc-Éguiner date des XVIe et XVIIe siècles et possède deux statues classées par les monuments historiques : Saint-Michel terrassant le dragon et l'Ange Raphaël et Tobie (toutes deux bois polychromes du XVIIIe siècle)[7].
Article détaillé : Famille de Rosnyvinen.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 37, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 »
  2. J. Madival et E. Laurent, Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, imprimé par ordre du Corps législatif. 1re série, 1787-1799, Gallica
  3. J. Madival et E. Laurent, Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, imprimé par ordre du Corps législatif. 1re série, 1787-1799, Gallica
  4. Rapports et délibérations, Conseil général du Finistère, 1879, Gallica
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. voir http://www.eglise-breiziroise.cef.fr/ep_martyre/martyre.php. Un Louis de Rosnyvien décédé en 1485 était capitaine « du chastel et de la place de La Roche-Maurice », voir Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1928, Gallica

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]