Loc-Eguiner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Loc-Éguiner)

Loc-Eguiner
Loc-Eguiner
L'église paroissiale Saint-Éguiner.
Blason de Loc-Eguiner
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Landivisiau
Maire
Mandat
Henri Billon
2020-2026
Code postal 29400
Code commune 29128
Démographie
Gentilé Loguisiens
Population
municipale
404 hab. (2018 en augmentation de 11,91 % par rapport à 2013en augmentation de 11,91 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ nord, 4° 05′ ouest
Altitude Min. 27 m
Max. 178 m
Superficie 11,9 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Landivisiau
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Landivisiau
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Loc-Eguiner
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Loc-Eguiner
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loc-Eguiner
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loc-Eguiner

Loc-Eguiner [lɔkeginɛʁ] (aussi écrit Loc-Éguiner), canton de Ploudiry, est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. La commune est parfois dénommée Loc-Éguiner-Ploudiry pour la différencier de Loc-Éguiner-Saint-Thégonnec.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 5 km au sud-est de Landivisiau, dans le Finistère, dans le Léon. Administrativement, elle se situe dans le canton de Landivisiau, dans l'arrondissement de Morlaix. Elle fait partie de la communauté de communes du Pays de Landivisiau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 10,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 1 101 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 15,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Landivisiau », sur la commune de Saint-Servais, mise en service en 1966[7] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[9], à 11,2 °C pour 1981-2010[10], puis à 11,5 °C pour 1991-2020[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Loc-Eguiner est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[12],[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Landivisiau, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (74,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (42,9 %), zones agricoles hétérogènes (27,1 %), forêts (19,3 %), prairies (6,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,5 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Logueguinaire en 1660, Loguiguinezre en 1666, Loguiguiner en 1694.

Du breton Loc ou lok qui signifie « lieu consacré » et de saint Eguiner. « Le monastère d'Eguiner »[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Les deux députés représentant la trève de Loc-Éguiner lors de la rédaction du cahier de doléances de la sénéchaussée de Lesneven le étaient Ollivier Pouliquen et Jean-Marie Joncour[20]. La trève de Loc-Éguiner demande dans ce cahier de doléances « un pont sur la rivière d'Élorne, en l'endroit où était celui du pont Arcouraiser, et qu'on rétablisse celui de l'archidiacre sur la même rivière, passages très fréquentés pour communiquer aux marchés de Landivisiau, Landerneau, Morlaix et Saint-Pol de Léon[21] ».

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1844 six communes du Finistère (Rumengol, Guipronvel, Lanneuffret, Le Drennec, Loc-Eguiner et Tréouergat) refusèrent d'ouvrir une école, refusant d'appliquer la loi Guizot de 1833[22]. Un rapport du Conseil général du Finistère indique en août 1880 que Loc-Eguiner fait partie des 27 communes de plus de 500 habitants du Finistère qui n'ont encore aucune école de filles[23].

En 1879, la commune décide la construction d'un nouveau presbytère, « attendu que celui qui existe est d'une insalubrité très grande, qui le rend inhabitable[24] ».

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La lutte contre l'emploi de la langue bretonne par le clergé (journal La Croix du ).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001[25] En cours Henri Billon DVD Agriculteur
Président de la communauté de communes du Pays de Landivisiau (depuis 2020)
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
647655662696705717740786790
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
788800816732772761710703625
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
706694692571572526553507440
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
388357316296280290306354400
2018 - - - - - - - -
404--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution du rang démographique[modifier | modifier le code]

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[28] 1975[28] 1982[28] 1990[28] 1999[28] 2006[29] 2009[30] 2013[31]
Rang de la commune dans le département 272 263 270 273 267 268 267 264
Nombre de communes du département 286 283 283 283 283 283 283 283

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne chapelle seigneuriale de la famille de Rosnyvinen est devenue église tréviale de Loc-Éguiner le . L'église paroissiale actuelle de Loc-Éguiner date des XVIe et XVIIe siècles et possède deux statues classées par les monuments historiques : Saint-Michel terrassant le dragon et l'Ange Raphaël et Tobie (toutes deux bois polychromes du XVIIIe siècle)[32].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Loc-Eguiner Blason
Parti : au 1er de sinople à la burelle ondée d'argent surmontée d'une roue de moulin d'or ; au 2d d'or à une hure de sanglier de sable allumée d'argent, défendue et arrachée de gueules ; à une gerbe de sept épis de blé mouvant de la pointe brochant de l'un en l'autre sur la partition ; le tout sommé d'un chef d'argent chargé de onze mouchetures d'hermine de sable, ordonnées 6 et 5[33].
Détails
Adopté en .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station météofrance Landivisiau - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Loc-Eguiner et Saint-Servais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Landivisiau - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Landivisiau - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Landivisiau - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 37, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 » (consulté le ).
  20. J. Madival et E. Laurent, Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, imprimé par ordre du Corps législatif. 1re série, 1787-1799, Gallica
  21. J. Madival et E. Laurent, Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, imprimé par ordre du Corps législatif. 1re série, 1787-1799, Gallica
  22. Louis Ogès, "L'Instruction primaire dans le Finistère sous le régime de la loi Guizot, 1833-1850", 1935, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3339264j.r=Guipronvel?rk=836914;0
  23. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", août 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5668228b/f436.image.r=Pleuven?rk=107296;4
  24. Rapports et délibérations, Conseil général du Finistère, 1879, Gallica
  25. « Loc-Éguiner. Henri Billon explique son choix de se représenter », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  31. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  32. voir http://www.eglise-breiziroise.cef.fr/ep_martyre/martyre.php. Un Louis de Rosnyvien décédé en 1485 était capitaine « du chastel et de la place de La Roche-Maurice », voir Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1928, Gallica
  33. « 29128 Loc-Eguiner (Finistère) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]