Philippe Honoré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le dessinateur de presse. Pour le violoniste, voir Philippe Honoré (violoniste).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Honoré.
Honoré
Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Honoré en 2012 à la foire du livre de Brive-la-Gaillarde

Nom de naissance Philippe Honoré
Naissance
Vichy (Allier, France)
Décès (à 73 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Profession
Signature de Honoré

Philippe Honoré, dit simplement Honoré, né le à Vichy et mort assassiné le à Paris, est un dessinateur de presse et illustrateur français.

Ses dessins paraissaient dans de nombreux journaux et magazines. Il publiait également plusieurs ouvrages. Honoré travaillait pour Charlie Hebdo depuis 1992 jusqu'à son assassinat, le 7 janvier 2015 lors de l'attentat contre l'hebdomadaire satirique. Il est inhumé au Père-Lachaise le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Vichy en 1941, Philippe Honoré vit ensuite à Pau où s'est établie sa mère à la fin des années 1950. Il apprend le dessin en autodidacte et est publié pour la première fois en 1957 dans le quotidien régional Sud Ouest[1],[2]. Il est employé comme dessinateur industriel par la Société nationale des gaz du Sud-Ouest[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Philippe Honoré mène une longue carrière dans le dessin de presse, collaborant à des dizaines de titres dont les quotidiens Le Monde et Libération, et des magazines et revues comme Hara-Kiri, Globe, La Vie ouvrière, L'Événement du jeudi, Les Inrockuptibles, Le Magazine littéraire et Lire[1],[2],[3]. Ses rébus littéraires publiés dans Lire font l'objet de deux recueils, édités au cours des années 2000 par Arléa[4]. Il illustre également des ouvrages, comme le Bestiaire d'Alexandre Vialatte et La Symphonie animale d'Antonio Fischetti[5]. Honoré réalise des couvertures de livres, notamment pour la collection des « Petits Classiques » éditée par Larousse[3]. En 2010, il fait partie des dessinateurs invités à illustrer l'édition anniversaire du Petit Larousse. Ses dessins ont été montrés à l'occasion d'expositions collectives[2].

Honoré entre en 1992 à Charlie Hebdo et y travaille ensuite sans discontinuer.

Quelques minutes avant l'attentat du 7 janvier 2015, dans lequel Honoré trouve la mort, les comptes Twitter et Facebook de l'hebdomadaire publient en guise de vœux du nouvel an l'un de ses dessins représentant Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l'organisation État islamique, présentant ses vœux en déclarant « et surtout la santé ! »[6].
Il a été crématisé et ses cendres sont placées au columbarium du cimetière du Père Lachaise (case n°2894).

Il reçoit, le 31 décembre 2015, les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume[7].

Style[modifier | modifier le code]

Honoré développe un style très différent de celui de ses confrères de Charlie Hebdo[8],[9]. Il privilégie les ambiances sombres, un trait épais et le noir et blanc, rappelant parfois les gravures sur bois[2],[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Portrait d'Honoré.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]