Jean-Baptiste Thoret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean-Baptiste Thoret est un réalisateur, historien et critique cinématographique français né en 1969, spécialiste du cinéma américain et en particulier du Nouvel Hollywood et du cinéma italien des années 1970. Il est l'auteur d'une douzaine de livres sur le cinéma, parmi lesquels Le Cinéma américain des années 1970. En 2017, il réalise We Blew It, son premier long-métrage de cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de cinéma, Jean-Baptiste Thoret écrit des articles pour les Cahiers du Cinéma et Libération puis devient en 1999, corédacteur en chef de Simulacres de 1999 à 2003[1] et Panic en 2005[2] et 2006.

En 2001, il réalise un documentaire sur Dario Argento, Soupirs dans un corridor lointain[3], [4].

Il coproduit l'émission hebdomadaire Pendant les travaux, le cinéma reste ouvert . Il collabore également aux émissions de radio Mauvais Genres et La Dispute sur France Culture. Il tient la rubrique cinéma dans l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Il anime également un blog sur le site du Nouvel Observateur (« Parallax View ») consacré à l'actualité des images et collabore occasionnellement aux Cahiers du cinéma et à GQ.

Titulaire d'un doctorat en études cinématographiques, il enseigne le cinéma à l'Université de Poitiers puis de Paris VII de 2002 à 2006.

Il participe à de nombreux bonus DVD (Wanda's Café, Electra Glide in Blue, À bout portant, Macadam à deux voies, Osterman Week-end, La Nuit nous appartient, Suspiria, Martin, Le Samouraï, The Offence, Greetings, Le Guépard, Apocalypse Now, Le Privé, Eureka, Ne vous retournez pas, Conversation secrète, De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites, Massacre à la tronçonneuse...).

Il a contribué au Cahier de l'Herne consacré à Jean Baudrillard et aux ouvrages Dennis Hopper et le Nouvel Hollywood (Cinémathèque française), Riffs pour Melville (Yellow Now, ), Kōji Wakamatsu, cinéaste de la révolte (IMHO, 2010) et Paris vu par Hollywood (Flammarion, 2012, dir. A. De Baecque).

Il a également écrit pour le Dictionnaire de la pensée du cinéma, dirigé par Antoine de Baecque et Philippe Chevallier (PUF, 2011) et a collaboré au Dictionnaire des assassins (Calmann-Levy, 2012) ainsi qu'au catalogue de l'exposition Jacques Demy (Flammarion, Cinémathèque française, 2013).

En 2010, il collabore à l'émission Histoires de cinéma (Canal + - prod. Beall) et réalise les fragments consacrés à William Friedkin, Richard C. Sarafian et Robert Duvall.

Durant les étés 2012 et 2013, il a animé avec Stéphane Bou Pendant les travaux, le cinéma reste ouvert, une émission quotidienne sur France Inter sur le cinéma - émission devenue hebdomadaire dans la grille de rentrée 2013-14.

De à , il tient une chronique sur France Musique dans La Matinale de Christophe Bourseiller puis Jean-Michel Dhuez. Il fut également chroniqueur sur Arte, pour l'émission quotidienne 28', présentée par Élisabeth Quin.

En , il met fin à sa collaboration dans l'émission Mauvais Genres (France Culture), à laquelle il collaborait depuis 1998.

De 2012 à 2016, il a animé un cinéclub mensuel au Centre des Arts d'Enghiens-les-Bains. Chaque année ayant un thème diffèrent : Le Nouvel Hollywood, L'âge d'or du cinéma italien, Pleins feux sur le cinéma américain, Autour de John Ford.

Suite à l'Attentat contre Charlie Hebdo, le , qui a fait 12 morts et 11 blessés, il reçut avec Gérard Biard, au nom de Charlie-Hebdo, le , le James C. Goodale Freedom of Expression Courage Award lors du gala du Pen American Center à New York.

Il a mené une série d'entretiens avec 9 cinéastes (Michel Hazanavicius, Joe Dante, Peter Bogdanovich, John Landis, Barbet Schroeder, Tobe Hooper, Yves Boisset, Christophe Gans et Gaspar Noé) pour la websérie Jamais sur vos écrans. Chaque épisode est diffusé sur Arte, Le Monde.fr et Radio Nova à partir de .

En 2016, il écrit et réalise le documentaire En ligne de mire, comment filmer la guerre ?. Une douzaine de cinéastes, parmi lesquels Bruno Dumont, Bertrand Tavernier, Michel Hazanavicius, Jean-Jacques Annaud, Florent-Emilio Siri et Jean-Luc Godard, s'expriment sur la mise en scène de la guerre et confrontent leurs approches. Le film est diffusé sur Canal + Cinéma en . Thoret en a également signé la musique originale

We Blew It est le premier long-métrage pour le cinéma que tourne Jean-Baptiste Thoret en 2016 [5]. Sélectionné au Festival du Film Américain de Deauville, ce film tourné en Cinémascope et d'une durée de 2h17 est sorti, en France, le en salles.

En 2017, Thoret réalise 86 Printemps, Jean-Luc Godard (89 min) et compose la musique du documentaire Dernier train pour Séoul de Jean-Marie Nizan et Stéphane Berghounioux.

Depuis , il dirige une nouvelle collection de Blue Ray et DVD, "Make my Day", chez Studio Canal. Six femmes pour l'assassin, Near Dark, Max mon amour et Sans mobile apparent sont les premiers titres sortis[6].

En , parait son treizième livre, Le Cinéma comme élégie, conversations avec Peter Bogdanovich (Carlotta/GM Editions).

En 2019, il réalise Dario Argento, Soupirs dans un corridor lointain.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Préfaces[modifier | modifier le code]

Articles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • « Cinéma, l'académisme d'auteur », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mars 2012)
  • (en) « Gravity of the Flux : Michael Mann's Miami Vice », Senses of cinema, no 42,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mars 2012)
  • (en) « The Seventies Reloaded: (What does the cinema think about when it dreams of Baudrillard?) », Senses of cinema, no 59,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mars 2012)
  • « Sur la route : trois jours avec Michael Cimino », Cahiers du cinéma, no 671,‎
  • « «Spring Breakers», poétique de l’idiotie », Libération,‎ (lire en ligne)
  • "Michael Cimino : un esthète anachronique au sein du Nouvel Hollywood", Libération, [lire en ligne]
  • "George Romero : mort d'un monstre vivant", Libération,
  • "Tobe Hooper, l'ultime frisson", Libération,
  • "The Last Movie : hippie end pour Dennis Hopper", Libération, .

Conférences filmées (sélection)[modifier | modifier le code]

Conférences pour le Ciné Seventies au Centre des arts d'Enghien-les-Bains

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arnaud Sagnard, « Jean-Baptiste Thoret, le dernier des cinéphiles », sur L'Obs, (consulté le 24 novembre 2019)
  2. Sébastien Rongier, Panic, revue de cinéma, remue.net, 7 janvier 2006
  3. Thomas Grignon, « Portrait spéculaire », sur Critikat, (consulté le 20 décembre 2019)
  4. Robin Cannone, « Dario Argento livre toutes ses angoisses dans le documentaire Soupirs dans un corridor lointain », sur Le Figaro, (consulté le 20 décembre 2019)
  5. Mathieu Macheret, « « We Blew It » : le lent déclin de l’Amérique, d’« Easy Rider » à Donald Trump », sur Le Monde, (consulté le 24 novembre 2019)
  6. « "Make my day" ou la cinémathèque imaginaire de Jean-Baptiste Thoret », sur France Culture,
  7. Marie Colmant, « Le chasseur des démons de l'Amérique », sur Le Monde, (consulté le 24 novembre 2019)
  8. Estelle Baillon, « Jean-Baptiste Thoret, mode d’emploi », sur Nonfiction, (consulté le 8 décembre 2019)
  9. Philippe Tomblaine, « « La Petite Bédéthèque des savoirs T7 : Le Nouvel Hollywood », par Brüno et Jean-Baptiste Thoret », sur BD Zoom, (consulté le 22 novembre 2019)
  10. Jean-Laurent Truc, « Petite Bédéthèque des savoirs, le cinéma, le tatouage, le hasard et le droit d’auteur complètent la collection », sur Ligne claire, (consulté le 22 novembre 2019)
  11. Romain Brethes, « Les flamboyants prophètes du Nouvel Hollywood à la loupe », sur Le Point, (consulté le 22 novembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]