Coco (dessinatrice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Coco
Coco (cartoonist, 2015, cropped).jpg
Coco, en 2015.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
signature de Coco (dessinatrice)
signature

Corinne Rey, dite Coco (née le à Annemasse) est une dessinatrice de presse, scénariste et dessinatrice de bandes dessinées française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire en 2008 d'un diplôme national d'arts plastiques obtenu avec les félicitations du jury et d'un diplôme national supérieur d'expression plastique, obtenus à l'École européenne supérieure de l'image (site de Poitiers)[1], Coco mène une carrière de dessinatrice de presse, tout en donnant des cours de dessin à l'École alsacienne. Elle collabore avec divers journaux, dont Charlie Hebdo, Psikopat, Vigousse, Les Inrockuptibles, L'Humanité et Le Ravi[2].

Le , elle est prise en otage au siège de Charlie Hebdo par les frères Kouachi. Sous la menace d'armes, elle les amène devant les locaux du journal, saisit le code de la porte de sécurité blindée, ouvrant ainsi l'accès aux terroristes qui pénètrent par surprise dans les locaux de Charlie Hebdo, où ils assassinent ensuite plusieurs membres de la rédaction[3].

Après l'attentat, Coco continue de collaborer à Charlie Hebdo, faisant partie des dessinateurs réguliers. Après les attentats de novembre 2015, elle signe le dessin de couverture du journal, intitulé « Ils ont les armes, on les emmerde, on a le champagne ! »[4].

En 2019, elle publie avec le philosophe Raphaël Enthoven une adaptation en bande dessinée du Banquet de Platon[5].

Controverse[modifier | modifier le code]

En 2017, dans le contexte de l'affaire Tariq Ramadan, elle caricature le journaliste Edwy Plenel dans un dessin où « les fameuses moustaches de Plenel qui s'entortillaient, lui bouchaient les yeux, les oreilles et l'empêchaient de voir »[6],[7]. Cette caricature lui est reprochée par plusieurs journalistes, dont Edwy Plenel lui-même, ainsi que sur les réseaux sociaux, tandis que les médias la commentent[8],[9].

Télévision[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coco, sur le site de la ville de Carquefou
  2. Coco, biographie sur le site du journal Le Ravi
  3. Soreen Selow, « Attentat à Charlie Hebdo : « Vous allez payer car vous avez insulté le Prophète » », sur Le Monde, .
  4. «Il ne fallait pas que le journal meure à cause de ces connards!», La Tribune de Genève, 4 janvier 2016
  5. « Raphaël Enthoven : "On retrouve dans "Le Banquet" tous les moments où on a cru que l'autre était notre moitié" », franceinter.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  6. Marion Cocquet, Procès des attentats de janvier 2015 : « Mais où sont les combattants de la liberté ? », lepoint.fr, 9 septembre 2020
  7. "Charlie Hebdo" vs Edwy Plenel : la polémique en 6 actes, nouvelobs.com, 13 novembre 2017
  8. Mediapart répond à la une de «Charlie Hebdo», 20minutes.fr, 8 novembre 2017
  9. Ariane Chemin, Entre «Charlie Hebdo» et Mediapart, la haine, letemps.ch, 15 novembre 2017
  10. « Coco, dessinatrice à Charlie, primée au Salon de la caricature de Saint-Just-le-Martel », AFP Docs,‎ .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Rencontre avec Coco dessinatrice à Charlie et aux Inrock. Coco, dent dure et coeur tendre », Le Populaire du Centre,‎ .
  • Coco (interviewée) et C.L., « Nous n'avons jamais cessé de rigoler », Aujourd'hui en France,‎ .
  • Claire Talgorn, « Coco, libre dans sa tête », Sud-Ouest,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :