Michel Polac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Michel Polacco.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polac.
Michel Polac
Image illustrative de l’article Michel Polac
Michel Polac en 2007.

Naissance
Paris
Décès (à 82 ans)
Paris
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Autres activités Producteur, écrivain, critique littéraire et cinéaste
Récompenses Prix Georges Sadoul 1970
Grand prix du festival de Biarritz 1975

Michel Polac, né et mort à Paris ( - )[1],[2], est un journaliste français de presse, de télévision et de radio, également producteur, écrivain, critique littéraire et cinéaste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de la bourgeoisie parisienne, Michel Polac est le fils d'un ancien combattant de la Première Guerre mondiale, juif et pétainiste, mort en déportation à Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale, et dont il n'apprend les conditions de la disparition que cinquante ans plus tard[3],[4].

Neveu de Clara Goldschmidt, femme d'André Malraux[5], Michel Polac épouse une héritière de la dynastie Kadjar, de dix ans son aînée, qu'il quitte après quelques semaines. Il se marie ensuite avec Dominique, journaliste du magazine Vogue, mais s'en sépare quelques années plus tard après avoir eu avec elle une fille, Juliette[6]. Enfin il épouse Nadia[7].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1947, âgé de 17 ans, il est repéré par Jean Tardieu et intègre le Club d'Essai, « laboratoire expérimental » de la RDF[8] : « J'étais encore lycéen à Janson de Sailly, raconte Michel Polac, j'animais, avec des camarades, un journal lycéen fait de bric et de broc, Entre nous, que nous diffusions dans tous les lycées de Paris[9] ».

Il multiplie par la suite les petits boulots. Ouvrier dans une usine de serrures frigorifiques à Saint-Ouen, agent d'assurances au porte-à-porte, mousse sur un bateau de pêche à Cassis[5], il propose à Jean Tardieu, en 1951, Entrée des auteurs, émission visant à repérer les nouveaux talents du théâtre.

En 1953, il devient critique littéraire au journal Arts, où il officie jusqu'en 1964, puis il intègre la rédaction de L'Express[10].

En 1955, à la demande de Jean Tardieu, il crée et anime Le Masque et la Plume avec François-Régis Bastide, magazine public des lettres et du théâtre, lancé le dimanche 13 novembre 1955, émission encore diffusée sur France Inter.

En 1956, il publie son premier roman, La Vie incertaine, sous le parrainage de Jean Paulhan et d'Albert Camus[11]. Ce dernier déclare : « L'auteur est à suivre de près : il est intelligent, direct et parfois émouvant[12]

Dans les années 1960, il participe à l'émission Dim, Dam, Dom et Bibliothèque de poche, de 1966 à 1970, émission consacrée au livre de poche réalisée par Yannick Bellon. En 1969, il présente un documentaire consacré à Louis-Ferdinand Céline : D'un Céline l'autre[13]. En 1970, il obtient le Prix Georges Sadoul pour son film Un fils unique[14].

Au début de l'année 1970, France Inter s'apprête à remplacer Le Masque et la plume, mais renonce devant la colère des auditeurs. Un différend entre Georges Charensol et Polac pousse ce dernier à quitter l'émission en mai 1970. Il anime alors Post-scriptum, qu'il est également contraint d'arrêter en 1971 pour avoir abordé le thème de l'inceste, à propos du film de Louis Malle, le Souffle au cœur[15]. Il est remplacé par Italiques, produit et animé par Marc Gilbert. Il devient également producteur de télévision, surtout d'émissions et de documentaires littéraires[16]. Il obtient le Grand Prix du Festival de Biarritz, en 1975, pour Question de confiance[14].

Après dix ans d'absence télévisuelle comme animateur, il revient à la télévision et présente l'émission Droit de réponse (1981), sur TF1. Cette émission est vite connue pour le caractère imprévisible des débats qu'elle accueille, et qui se traduisent par de nombreux incidents entre invités[17]. Droit de réponse est arrêté peu de temps après la privatisation de TF1 et son rachat par Bouygues en 1987 : la fin de l'émission est causée par la diffusion en direct d'un dessin satirique de Wiaz, qui détournait le slogan de la maison-mère en représentant Francis Bouygues s'écriant : « Une maison de maçon.. un pont de maçon.. une télé de m...! »[18].

En mars 1986, il présente son livre Mes dossiers sont les vôtres, dans l'émission de Bernard Pivot aux côtés d'Yves Mourousi, Henry Chapier et José Frèches. Le 16 juin 1986, Jérôme Garcin lui consacre un numéro de son émission Boîte aux lettres, diffusée sur FR3[19].

En 1987, il fait son entrée à L’Événement du jeudi où il tient une chronique littéraire.

De 1988 à 1989, il anime Libre et change, une émission littéraire, sur M6. Il annonce ensuite vouloir prendre sa retraite et mettre fin à sa carrière à la télévision[20].

Au début des années 1990, Michel Polac participe, notamment en tant que présentateur, à de nombreux documentaires réalisés par le Centre de recherche et d’information pour le développement[21]. Il présente également Trois minutes pour faire lire, sur Antenne 2[22] puis en 1992 il revient dans une émission de débat à 22 h 30 sur Arte et l'année suivante autre débat sur MCM.

En mai 1994, à l'occasion des élections européennes, il participe à la constitution de la liste « L'Europe commence à Sarajevo » pour contraindre les partis politiques à prendre en compte la situation dans les Balkans[23].

En 1996, il anime une chronique consacrée aux écrivains voyageurs sur la chaîne Voyage[24].

En 1997, il intègre la rédaction de Charlie Hebdo, en tant que chroniqueur littéraire.

En , il signe, ainsi que 131 autres personnalités tels Gilles Perrault, Pierre Bourdieu ou Hubert Reeves, un appel pour le droit de mourir dans la dignité qui sera publié par France-Soir : « Mourir digne, cela me semble juste. Je ne supporterais pas de partir réduit. Le souvenir que l'on laisse, c'est son empreinte. Un homme a le droit de vouloir laisser une empreinte digne[25]. » La même année il anime une émission hebdomadaire sur France Inter, Intemporel[26].

Au début des années 2000, il est chroniqueur dans Field dans ta chambre[27] puis dans Ça balance à Paris[28], sur Paris Première.

À partir du 16 septembre 2006, Polac est chroniqueur de télévision face à Éric Zemmour dans l'émission On n'est pas couché de Laurent Ruquier sur France 2, ce qui marque son grand retour sur une chaîne hertzienne. Pour des raisons de santé, il est remplacé le 9 juin 2007 par Éric Naulleau.

Animateur de télévision[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Michel Polac meurt le [29], « d'épuisement, après plusieurs maladies[30] ». Quelques années avant sa mort, il avait lui-même rédigé son épitaphe : « Touche-à-tout, il a fini par toucher terre[31]. » Le , il est inhumé à Cabrerolles, dans l'Hérault[32]. De nombreuses personnalités lui rendent hommage dont, entre autres, Guy Bedos, Jean-François Kahn, Éric Naulleau, Bernard Pivot, Laurent Ruquier, Éric Zemmour, Audrey Pulvar, Anne Sinclair et Michèle Rivasi[33],[34]. Le , la chaîne Paris Première lui rend également hommage en lui consacrant une soirée[35].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Le , Michel Polac participe à l'émission Italiques, en tant qu'invité, pour présenter l'ethnologue péruvien Carlos Castaneda, dont la véracité des écrits sera remise en cause. Raphaël Sorin, présent à l'époque sur le plateau, dénonce aujourd'hui ce qu'il apparente à une arnaque[36].

En juin 2000, Michel Polac est invité de l'émission Ripostes, animée sur France 5 par Serge Moati, à l'occasion d'un numéro dont le thème est « Peut-on tout dire dans un journal intime ? ». Sur le plateau, son débat avec un autre invité, l'écrivain Marc-Édouard Nabe, tourne à l'échange d'insultes. Polac obtient ensuite, en menaçant de porter plainte, que la chaîne annule la diffusion de l'émission. Selon France 5, les propos tenus n'étaient pas diffusables « à une heure de grande écoute »[37]. Nabe affirme que Polac a fait censurer l'émission car un extrait du journal de ce dernier, dans lequel il racontait avoir eu un jour un contact sexuel avec un enfant[38], avait été lu à l'antenne[39]. Polac déclare pour sa part que l'incident a éclaté car il tentait de citer des écrits antisémites de Nabe, et qu'il s'est opposé à la diffusion de l'émission car France 5 refusait de lui en laisser visionner le montage[40].

La polémique sur cet épisode raconté dans son livre par Michel Polac est ensuite relancée par Daniela Lumbroso lorsque celle-ci, dans une émission littéraire sur LCI, cite le même extrait du journal intime dont elle souligne le caractère pédophile. Le , Michel Polac et Daniela Lumbroso sont tous deux invités dans l'émission On n'est pas couché, animée par Laurent Ruquier. Polac s'en prend alors à la journaliste pour avoir cité cet extrait de son journal, et présente cet épisode avec l'enfant comme un moment d'égarement. Daniela Lumbroso maintient quant à elle son jugement et commente : « [Polac] cherche l'absolution. Il voudrait qu'on lui dise que ce n'est pas grave », ajoutant qu'il ne faudra pas compter sur elle pour cela[41],[42]. Lors du décès de Michel Polac, L'Humanité écrit qu'à la suite de cette affaire, le journaliste avait eu, dans les dernières années de sa carrière, « du mal à trouver sa place dans le nouveau paysage audiovisuel »[43].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Vie incertaine, roman, Gallimard, 1956 ; rééd. Neige/Ginkgo éditeur, 2007
  • Dictionnaire des Pataquès, illustrations de M. Henry, Le Seuil, 1964
  • Maman, pourquoi m'as-tu laissé tomber de ton ventre ?, roman, Flammarion, 1969 ; rééd. Flammarion, 2000
  • Un fils unique, scénario, L'Avant-Scène, 1970
  • Ça ne peut pas durer, essai, Julliard, 1972
  • Le Grand mégalo ou la vie pour rien, roman, Stock, 1975
  • Le QI ou le roman d'un surdoué, roman, Belfond, 1978
  • Les Revues de presse de « Droit de réponse », document, Mengès, 1983
  • Hors de soi, roman, Barrault, 1985 ; rééd. PUF, 2001
  • Mes Dossiers sont les vôtres, essai, Balland, 1986
  • Droit de se taire, essai, avec Franck Tenaille, Robert Laffont, 1987
  • L'Instant d'après, textes sur photos de Charles Camberoque, Ville de Béziers, 1992
  • La Luxure. Fragments d'un autoportrait en luxurieux, autobiographie érotique, Textuel, 1999
  • Journal 1980-1998, journal intime, PUF, 2000
  • Franchise postale, échange épistolaire, PUF, 2003
  • Mettez un livre dans mon cercueil, chroniques, PUF, 2014

Textes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

  • 1991 : La Chute d'un corps
  • 1998 : Fragment d'un autoportrait en vieil ours[44]

Acteur[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Michel Polac est mort à l'âge de 82 ans », sur liberation.fr (consulté le 7 août 2012)
  2. (notice BnF no FRBNF11920161), consultée le 14 août 2012.
  3. [vidéo] Interview biographie de Michel Polac, Ina/Dailymotion, consulté le 9 août 2012
  4. Michel Polac, critique écorché, polémiste populaire et ronchon, Le Point, 7 août 2012.
  5. a et b Jérôme Dupuis, « Mes années Gallimard », L'Express, 15 mai 2007.
  6. [vidéo] Interview « Check up » de Michel Polac, Ina.fr, 17 octobre 1992.
  7. Obsèques du journaliste français Michel Polac, dans le village de Cabrerolles, le 10 août 2012, purepeople.com, 10 août 2012.
  8. « Michel Polac », sur Fluctuat.net (consulté le 29 juin 2011)
  9. « Le Masque et le Plume », sur Radio France (consulté le 29 juin 2011)
  10. Annie Yanbékian, « La mort de Michel Polac », francetv.fr, 7 août 2012.
  11. « Michel Polac », sur Babelio (consulté le 29 juin 2011)
  12. Guillemette Odicino, « Michel Polac, le promeneur intranquille », Télérama, 8 août 2012.
  13. « Soirée spéciale Céline le jeudi 30 juin. À l'occasion du 50e anniversaire de sa mort », sur Histoire (consulté le 29 juin 2011)
  14. a et b Michel Polac,Journal 1980-1998, bibliographie de fin de volume, PUF, 2000.
  15. Emmanuel Poncet, « Pourquoi Polac est devenu culte », GQ, 7 août 2012.
  16. « Michel Polac », sur BnF (consulté le 29 juin 2011)
  17. «Droit de réponse» : la fièvre du samedi soir, Le Figaro, 31 juillet 2009
  18. Ces émissions qui ont révolutionné la télé : "Droit de réponse", L'Obs, 1er août 2015
  19. [vidéo] Jérôme Garcin chez Michel Polac, Le Nouvel Observateur, 8 août 2012.
  20. [vidéo] Michel Polac à propos de son départ de la télévision, Ina.fr, 17 juin 1989.
  21. Voir catalogue de le BNF : Michel Polac, catégorie « Images animées »
  22. Trois minutes pour faire lire, Ina.fr, 5 octobre 1991.
  23. « La liste Bernard-Henri Lévy officiellement déposée hier », sur L'Humanité,
  24. Martine Esquirou, « Voyages, pour faire du tourisme dans un fauteuil », Libération, 16 avril 1996.
  25. « Un appel pour le droit de mourir dans la dignité », sur L'Humanité,
  26. Baptiste Liger, « Michel Polac », Technikart, 1er novembre 1999.
  27. Michel Polac : la télé lui rend hommage, Première, 8 août 2012.
  28. Éric Naulleau : « Michel Polac demeure mon influence majeure », Télé 2 semaines, 7 août 2012.
  29. Agence France-Presse (AFP), « Mort du journaliste, écrivain et critique Michel Polac à 82 ans », People, sur bluewin.ch, (consulté le 8 août 2012)
  30. Delphine Solanet, « Michel Polac est mort », Gala, 7 août 2012.
  31. [vidéo] L'Hommage à Michel Polac en moins de 3 minutes, Le Nouvel Observateur, 8 août 2012.
  32. Laure Costey, « Les obsèques de Michel Polac auront lieu vendredi prochain », Gala, 9 août 2012.
  33. Yaëlle Kahn, « Décès de Michel Polac : de nombreuses personnalités lui rendent hommage », Closer, 8 août 2012.
  34. Mireille Rossi, « Comment Michel Polac aida à la naissance de la Criirad », Le Dauphiné libéré, 9 août 2012.
  35. Paris Première rend hommage à Michel Polac, Télérama, 8 août 2012.
  36. Raphaël Sorin, « Avec Droit de réponse, Michel Polac a créé un monstre », Evene.fr, 7 août 2012.
  37. Polac fait reculer la 5e, Le Parisien, 3 juin 2000
  38. « Oui, j’ai vécu cela à 14 ans avec I. J’ai défailli comme on disait au XVIIIe siècle, rien qu’en frôlant son ventre nu avec mon ventre. De même avec un autre I. à 28 ans, il avait 18 ans environ, mais ce fut moins foudroyant car je l’avais pris pour un tapin : et enfin à 40 ans, avec ce curieux gamin un peu bizarre, sauvage, farouche, un rien demeuré, fils de paysan, orphelin peut-être, qui devait avoir 10, 11 ans, peut-être moins, et qui m’a si étrangement provoqué jusqu’à se coucher nu dans ma chambre d’hôtel en me racontant une obscure histoire de relation sexuelle avec un homme de son entourage et je me suis rapproché de lui, et il était nu sur le côté, et j’ai seulement baissé mon pantalon et ai collé mon ventre contre son cul, et j’ai déchargé aussitôt, en une seconde, dans un éblouissement terrible, et il a eu un petit rire surpris comme s’il s’attendait à ce que je le pénètre, il paraissait si expérimenté, si précocement instruit, tout en ignorant ce que cela signifiait, tout en étant capable de préciser ce qu’il savait ou voulait. », Journal (1971), éd. PUF, 2000, p. 147
  39. La 5e censure un débat avec Michel Polac, Le Nouvel Observateur, 2 juin 2000
  40. Une histoire. Pas de«Ripostes»., Libération, 3 juin 2000
  41. (en-US) « Clash chez Ruquier - Michel Polac vs Daniela Lumbroso - vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 8 avril 2017)
  42. Luc Le Vaillant, « Psy que pendre », Libération, 14 mai 2007
  43. Mort de Michel Polac, celui par qui le scandale arrive, L'Humanité, 8 août 2012
  44. Également connu sous le titre Un âge passe.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :