François Morel (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François Morel et Morel.
François Morel
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait en 2017
Naissance (59 ans)
Flers (Orne, France)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Acteur, metteur en scène, chanteur et chroniqueur
Films notables Le Chat du Rabbin
L'Heure zéro
Le bonheur est dans le pré
Séries notables Palace
Les Deschiens
Rantanplan
Fais pas ci, fais pas ça
Site internet www.francoismorel.com

François Morel, né le à Flers, est un acteur et chroniqueur radio français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Flers, François Morel a un père employé SNCF et militant CGT, une mère dactylo, un grand frère et une grande sœur[1]. Il passe son enfance dans la bourgade de Saint-Georges-des-Groseillers, commune attenante à Flers[2]. Élève timide mais potache, il étudie dans un collège catholique Sainte Marie et trouve sa vocation en prenant des cours de théâtre à l'Albatros, la maison des jeunes et de la culture. Il passe une maîtrise de lettres obtenue à l'université de Caen, puis en 1981 monte sur Paris et intègre l'école de théâtre de la rue Blanche. C'est à cette époque qu'il rencontre une étudiante aux Beaux-Arts qui deviendra sa femme, Christine Patry-Morel[3].

C'est Jean-Michel Ribes qui fait le premier appel au talent de François Morel en lui confiant en 1988 le rôle du groom dans sa série télévisée Palace. Puis en 1989, il intègre la troupe de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff : Les Deschiens[1].

Sa notoriété explose lorsque l'univers de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff est transposé au petit écran dans une série appelée Les Deschiens qui est diffusée sur Canal+ en 1993 dans l'émission Nulle part ailleurs[4].

Fin 2006, François Morel entame une carrière de chanteur avec son spectacle Collection particulière. À cette occasion, il enregistre un album du même nom dont la sortie est suivie d’une tournée s’étalant jusqu’en 2007. François Morel est l’auteur de tous les textes, sur des musiques principalement composées par Reinhardt Wagner, mais aussi par Juliette Noureddine et Vincent Delerm (parution le ). Il a écrit également des chansons pour Francesca Solleville, Anne Baquet, Norah Krief, Juliette, Maurane, Nathalie Miravette, Juliette Gréco. Il prête également sa voix au personnage de Rantanplan lors des courts-métrages qui montrent les mésaventures du chien le plus bête de l'Ouest. À cette occasion, il a interprété une musique de rap en rapport avec le film Tous à l'Ouest.

Pour le film Le Chat du rabbin, il prête sa voix au personnage principal, le chat du rabbin Sfar.

Depuis septembre 2009, il est chroniqueur sur France Inter, chaque vendredi matin dans l'émission le 7/9, sur laquelle il met sa verve poétique au service de l'humour et des causes sociales/sociétales qui le touchent[5]. « Faux naïf au physique de guichetier », ses billets d'humeur révèlent un humour tantôt absurde, tantôt mordant selon Libération[1], consensuel et « progressiste raisonnable » selon Télérama[6].

Il joue le rôle de Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois Gentilhomme, comédie-ballet de Molière et Lully, création du CADO (le centre national de création d'Orléans), d'octobre à décembre 2011 à Orléans, puis à Paris début 2012[7].

Écrits inspirés par les peintures de Martin Jarrie[modifier | modifier le code]

Le peintre illustrateur Martin Jarrie réalise « quarante-huit peintures de fleurs[8] » ; avec son éditrice, ils ont ensuite cherché un auteur qui pourrait être inspiré par ces créations[9], avec l'« envie d'un texte qui évoque des souvenirs liés aux fleurs[9] ». Une auteure leur a conseillé François Morel, qui est venu voir les peintures dans son atelier, et a ensuite proposé ses textes. De cette collaboration naît l'ouvrage Hyacinthe et Rose, publié en 2010. Martin Jarrie indique, en 2012, que François Morel « a tout de suite trouvé un ton très personnel en harmonie avec mes peintures. (...) Le « mariage » entre les peintures et le texte est, je trouve, très réussi et me donne envie de renouveler l'expérience[9]. » Lors de la publication de l'album, la critique du magazine Télérama mentionne : « Les natures mortes de Martin Jarrie ne sont que couleurs et lumières. Le peintre et illustrateur fait le portrait de choses inanimées et leur donne vie. De la beauté. Du rêve. Ses personnages flottent dans l'espace, comme suspendus dans le temps. L'artiste leur dessine un visage, un regard, un sourire. Au fil des pages de cet album hors norme, des parfums qui ont pour nom douceur ou tendresse s'exhalent et réinventent un sentiment oublié : la réconciliation[10]. » L'ouvrage obtient la « Mention » Prix Fiction de la Foire du livre de jeunesse de Bologne (Italie) en 2011[11] .

En 2013 est publié l'album-CD avec la lecture du texte par François Morel, mis en musique par Antoine Sahler[12], et, de 2013 à 2017, François Morel joue les textes de l'ouvrage sur scène, dans un spectacle au même titre, Hyacinthe et Rose[12],[13], accompagné par le musicien Antoine Sahler, dans de multiples tournées.

En 2012, Martin Jarrie est invité en résidence à Saint-Gratien (Val-d'Oise) pour un travail d'illustration autour de cette ville[8]. Il s'intéresse alors à ses habitants, en rencontre quinze, leur demandant à « de choisir un objet qui lui était cher[14] ». Il en tire des « portraits réalistes, associés à un objet du quotidien[8] ». Il « envoie ces portraits, visages et objets, à François Morel[14] », qui, cette fois encore, écrit des textes inspirés de ces peintures. Un ouvrage en sera publié en 2013 : La Vie des gens.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Web-séries[modifier | modifier le code]

  • 2017 : Loulou, épisode 2 Les Parents : le père de Loulou

Réalisation[modifier | modifier le code]

Court métrage[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

  • Entre Juillet et Septembre 1995: C'est mieux que rien, série d'entretiens avec un invité
  • Depuis septembre 2009 : le billet de François Morel sur France Inter[16]
  • 2010 : Toutes Nos Pensées, avec Olivier Saladin sur France Inter, réalisation de Cyril Métreau.

Opéra-bouffe[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Sur François Morel[modifier | modifier le code]

  • « François Morel, Le Mariole en chanteur » par Robert Belleret in Portraits sur le vif, Amazon, 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Cordélia Bonal, « François Morel. Ni bête ni méchant », Libération, no 215,‎ , p. 30
  2. Émission Le Zapping de France Inter du samedi 19 mai 2007
  3. Sarah Gandillot, « François Morel, l'anti-vedette », sur lesechos.fr,
  4. www.deschiens-et-compagnie.com
  5. « Morano, Berra: le coup de gueule de François Morel »
  6. François Morel : “Oh consensuel, quel mot affreux ! C’est la banalité pure”, telerama.fr, 19 février 2013
  7. « Le Bourgeois Gentilhomme », sur le site du théâtre d'Orléans (consulté en 9 décembre 2011 p).
  8. a, b et c Daniel Brignon, « Martin Jarrie à Montbrison : un monde à inventer », sur lessor42.fr, .
  9. a, b et c Julie Cadilhac, « Martin Jarrie : "J'ai retrouvé le plaisir de l'imagination et du jeu dans le dessin et la peinture." », sur bscnews.fr, .
  10. a et b Martine Laval, critique de Hyacinthe et Rose, article Télérama du 2 novembre 2010.
  11. a, b et c (it) Lauréats Foire du livre de jeunesse de Bologne 2011.
  12. a, b, c et d Didier Méreuze, « Hyacinthe et Rose, fleurs nostalgiques de François Morel », sur la-croix.com, .
  13. a et b Aurélien Ferenczi, critique du spectacle, article de Télérama du 12 février 2016.
  14. a, b et c L'ouvrage La Vie des gens et sa réédition, sur le site de leur éditeur, Les Fourmis rouges.
  15. « "Allô docteur Ludo" prix du public du Festival du livre audio », sur La Gazette de Montpellier, .
  16. https://www.franceinter.fr/emission-le-billet-de-francois-morel
  17. a et b Prix Saint-Fiacre, palmarès 2011, site officiel.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]