Félix Vallotton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallotton.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Félix Vallotton
Vallotton-Autoportrait.jpg

Félix Vallotton, Autoportrait (1905),
Kunsthaus de Zurich.

Naissance
Décès
(à 60 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Nom de naissance
Félix Édouard Vallotton
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Mouvement

Félix Vallotton, né à Lausanne le et mort à Paris le , est un artiste peintre, graveur, illustrateur, sculpteur, critique d'art et romancier suisse[Note 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Félix Vallotton est né le 28 décembre 1865 à Lausanne[1], d'une famille bourgeoise protestante. En 1882, il entre à l'Académie Julian[2] à Paris, aux ateliers fréquentés par de nombreux artistes postimpressionnistes, dont les futurs Nabis. En moins de dix ans, le jeune Suisse parvient à se faire un nom auprès de l'avant-garde parisienne. Sa renommée devient internationale grâce à ses gravures sur bois et à ses illustrations en noir et blanc qui font sensation. Il participe régulièrement à différents Salons (Salon des artistes français, Salon des indépendants, Salon d'automne).

Émile Bernard : Félix Vallotton (1886)

Dès 1891, il renouvelle l'art de la xylographie[3]. Ses gravures sur bois exposées en 1892 au premier Salon de la Rose-Croix sont remarquées par les Nabi, groupe qu'il rallie en 1893[Note 2]. La dernière décennie du siècle est également marquée par son travail d'illustrateur, notamment pour La Revue blanche. L'une de ses affiches, La revue La Pépinière est reproduite dans Les Maîtres de l'affiche (1895-1900).

En 1899, il épouse Gabrielle Bernheim (1863-1932), veuve de Gustave Rodrigues-Henriques (1860-1894) et sœur de Josse (1870-1941) et de Gaston (1870-1953) Bernheim.

À partir de 1900, il délaisse progressivement la gravure et l'illustration pour se consacrer à la peinture. Il peint des scènes d'intérieur, puis se consacre à des thèmes classiques, paysages, nus, portraits et natures mortes qu'il traduit d'une manière personnelle, hors des courants contemporains.

En mars 1902, il coordonne un des numéros les plus surprenants de L'Assiette au beurre, intitulé « Crimes et châtiments » qui se compose de vingt trois lithographies imprimées uniquement sur le recto et à détacher du cahier suivant des perforations pointillées, constituant un véritable album d'estampes[5].

Sa première exposition personnelle a lieu à Zurich en 1909. Il expose régulièrement à Paris, notamment en , à la Galerie Druet exposition dont le catalogue est préfacé par Octave Mirbeau. Il participe de plus aux expositions d'envergure internationale en Europe et aux États-Unis. En Suisse, sa peinture est principalement diffusée par son frère Paul, directeur dès 1913 de la succursale de la Galerie Bernheim-Jeune à Lausanne, future galerie Paul Vallotton.

Vallotton est un travailleur acharné, sans cesse à la recherche de nouvelles formes d'expression. Touché par l'horreur de la Première Guerre mondiale, il trouve dans le conflit une source d'inspiration. Il renoue avec le succès vers la fin de la guerre, avant de mourir en 1925.

Il est inhumé à Paris au cimetière de Montparnasse.

Fortune critique[modifier | modifier le code]

« [Félix Vallotton] n’est point un “idéologue”, au sens fâcheux que nous donnons à ce mot, et il ne se dessèche pas l’âme dans les théories, lesquelles sont, en général, la revanche des impuissants, des vaniteux et des sots. Comme ceux qui ont beaucoup vu, beaucoup lu, beaucoup réfléchi, il est pessimiste. Mais ce pessimisme n’a rien d’agressif, rien d’arbitrairement négateur. Cet homme juste ne veut pas se leurrer dans le pire, comme d’autres dans le mieux, et il cherche en toutes choses, de bonne foi, la vérité. »

— Octave Mirbeau, préface au catalogue de l'exposition Vallotton, Galerie Druet, Paris, 10-22 janvier 1910[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Estampes[modifier | modifier le code]

Affiche pour la maison de l'Art nouveau, 1895
  • 1893, La Charge, 200 × 260 mm, xylographie[7]
  • 1894, La Modiste, 180 × 225 mm, xylographie[8]
  • 1895, L'Art nouveau, affiche lithographiée
  • 1896, La Paresse[9]
  • 1897, La Nuit, xylographie
  • 1898, La Raison probante, xylographie
  • 1898, L'Âge du papier, eau-forte, publié dans « Le cri de Paris » le 23 janvier 1898
  • 1899, "le ballon" impressionnisme
  • 1899, En Famille, xylographie
  • 1900La Rue, 180 × 225 mm, xylographie en couleur[10]
  • 1917, Verdun. Tableau de guerre interprété, projections colorées, noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz.;

Illustrations[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • 1884, Portrait de la mère du peintre
  • 1885, Portrait de Mr Ursenbach
  • 1885, Autoportrait à l'âge de 20 ans
  • 1886, Portrait de Paul Vallotton, le frère de l'artiste
  • 1886, Portrait des parents du peintre
  • 1887, Félix Jasinsky tenant son chapeau
  • 1887, Le Haut-de-forme, intérieur ou La Visite, Le Havre, musée d'art moderne André Malraux - MuMa
  • 1887, Félix Jasinsky dans son atelier de gravure
  • 1888, Portrait du concierge
  • 1888, Portrait de Paul Vallotton avec chapeau
  • vers 1890, Le port de Pully
  • 1892, La Malade
  • 1892, Voilier sur le lac Léman
  • 1892, Jeune fille peignant
  • 1892-1893, Le Bain au soir d'été
  • 1893, Le vieux concierge
  • 1893, La Valse, Le Havre, musée d'art moderne André Malraux - MuMa[12]
  • 1893, Portrait d'Édouard Vuillard
  • 1893, Outskirts of Lausanne
  • 1894, Le Cadavre, Grenoble, musée de Grenoble
  • vers 1894, Le coup de vent
  • vers 1894-1895, Clair de lune, Paris, musée d'Orsay
  • 1895, La Troisième Galerie au Châtelet
  • 1895, Scène de rue
  • 1895, La blanchisseuse
  • 1895, En promenade
  • vers 1895, Le bistro
  • 1895, Dame avec un chapeau à plumes
  • 1896, Félix Fénéon à la Revue Blanche
  • 1896, Les passants
  • 1897, Autoportrait
  • 1897, Femme nue assise dans un fauteuil, Grenoble, musée de Grenoble
  • 1897, Femme aux coussins
  • 1897, La Source, huile sur carton, 48 × 60 cm, Genève, musée du Petit Palais de Genève
  • vers 1897, Femmes nues dans un intérieur
  • 1897-1898, Femmes nues aux chats, musée cantonal des beaux-arts de Lausanne
  • 1898, Misia à sa coiffeuse, détrempe sur carton, 36 × 29 cm, Paris, musée d'Orsay
  • 1898, Triptyque du Bon Marché
  • 1898, Portrait de Thadée Natanson
  • 1898, La Chambre rouge, musée cantonal des beaux-arts de Lausanne
  • 1898, Le Mensonge, huile sur carton, 14 × 33,4 cm, musée d'art de Baltimore
  • 1899, Madame Vallotton et sa nièce, Germaine Aghion
  • 1899, Portrait de Monsieur Alexandre Natanson
  • 1899, Le Dîner, effet de lampe
  • 1899, Le ballon, huile sur carton, 48 × 61 cm, musée d'Orsay à Paris
  • 1899, Madame Félix Vallotton
  • 1899, Madame Félix Vallotton à sa coiffeuse
  • 1899, 14 juillet à Étretat
  • 1899, Femme couchée dormant
  • 1899, La visite
  • 1899, Lavandières à Étretat ou Séchaqe du linge sur la plage
  • 1899, Intérieur fauteuil rouge et figures
  • 1899, Intérieur avec femme en chemise
  • 1899, Sur la plage
  • 1900, Femme se coiffant
  • 1900, Scène d'intérieur
  • 1900, Nuage à Romanel ou Le grand nuage, musée cantonal des beaux-arts de Lausanne
  • 1900, Le dîner, effet de lampe
  • 1900, Colchiques d'automne
  • 1900, Femme nue devant une salamandre
  • 1900, La leçon
  • 1900, Le Salève et le lac
  • 1900, Le Jura, Romanel, Francfort-sur-le-Main, Institut d’art Städel et galerie municipale
  • 1900-1901, Femme fouillant dans un placard.jpg
  • 1901, Maisons bretonnes, huile sur carton, 67 × 52 cm, Winterthur, Villa Flora, collection Hahnloser
  • 1901, Le port de Honfleur de nuit
  • 1901, Le port de Marseille
  • 1901, Port
  • 1901, Pêcheurs à la ligne
  • 1901, Le Pont-Neuf
  • 1902, Édouard Vuillard dessinant à Honfleur, huile sur carton, 81 × 60 cm, musée des beaux-arts de Montréal
  • 1902, La partie de poker
  • 1902, Gossip
  • 1902, Rio della Salute, Venise
  • 1902-1903, Les Cinq peintres
  • 1903, Paysage à Arques-la-Bataille
  • 1903, Intérieur avec femme en rouge de dos
  • 1903, Intérieur, femme en bleu fouillant dans une armoire
  • 1903-1904, Intérieur
  • 1903-1904, Intérieur avec femme en rose
  • 1904, Femme nue retenant sa chemise à deux mains
  • 1904, Femme au piano
  • 1904, Gabrielle Vallotton au piano
  • 1904, Intérieur, vestibule, effet de lampe
  • 1904, Le bas noir
  • 1904, Sous-bois
  • 1904, Crépuscule
  • 1905, Intérieur, jeune fille écrivant
  • 1905, À la plage
  • 1905, Sur le balcon
  • 1905, Dressing room
  • 1905-1906, Marthe Mellot (Natanson)
  • 1906, Portrait d'Alfred Athis
  • 1907, Le Bain turc
  • 1907, Trois femmes et une petite fille jouant dans l'eau
  • 1907, Le Chapeau violet
  • 1907, Adolescente entrant dans l'eau, huile sur toile, 46 × 31 cm, Genève, musée du Petit Palais
  • 1908, Femme au chapeau noir
  • 1908, Portrait de Mme Haasen
  • 1908, Le sommeil
  • 1908, L'enlèvement d'Europe, Musée des beaux-arts de Berne
  • 1908, Torse de femme
  • 1909, Le Rayon
  • 1909, La mare
  • 1909, La loge de théâtre
  • 1909, Au café ou Le provincial
  • 1909, Villa Beaulieu à Honfleur
  • 1909, Jeune fille
  • 1910, Suzanne et le vieillard
  • 1910, Le vent
  • 1910, Nature morte aux pommes, Le Havre, musée d'art moderne André-Malraux
  • 1910, Nature morte, Alger, musée national des beaux-arts d'Alger
  • 1910, Away in the sunlight
  • 1910, Honfleur et la Baie de Seine
  • 1910, Femme acrobate
  • 1911, Paysage avec des arbres ou Derniers rayons, 100 cm × 73 cm, musée des beaux-arts de Quimper
  • 1911, Sunset, Gray-Blue High Tide
  • 1911, Portrait d'une femme noire assise
  • 1911, Jeune femme avec une écharpe jaune
  • 1911, Les pommes
  • 1911, Vase et statuette
  • 1911, Derniers rayons
  • 1911, Honfleur dans la brume
  • 1911, Coucher de soleil dans la brume
  • 1912, L'été
  • 1912, Solitaire
  • 1913, La cathédrale
  • 1913, La blanche et la noire
  • 1913, La Via Appia
  • 1913, Nu
  • 1913, Paysage des environs de Pérouse
  • 1913, Portrait de Georges Haasen
  • 1913, Nu au lit
  • 1913, Femme blonde nue aux mandarines
  • 1913, Trinité-des-Monts
  • 1913, L'étoffe jaune
  • 1913, La marée montante
  • 1913, Coucher de soleil
  • 1913, L'entrée du pont de l'Alma
  • 1913, L'escalier du couvent San Marco, Perugia
  • 1914, Orphée dépecé par les Ménades, huile sur toile, Genève, musée d'art et d'histoire
  • 1914, Autoportrait
  • 1914, Femme à la rose
  • 1915, Femme nue entrant dans l'eau
  • 1915, Les javelles
  • 1915, Poivrons rouges
  • 1915, Martiniquaise
  • 1915, Femme nue agenouillée devant un canapé rouge
  • 1916, Avant l’orage ou Entrée de la Villa Beaulieu à Honfleur
  • 1916, Souvenir des Andelys
  • 1916, La Seine près des Andelys
  • 1916, Orage venant, Les Andelys
  • 1917, L'église de Souain
  • 1917, Ruines à Souain, coucher de soleil
  • 1917, Ruines à Souain
  • 1917, Verdun, Paris, musée de l'Armée
  • 1917, Coucher de soleil
  • 1918, Le Lieutenant Claude Léon en tenue de campagne, 37e régiment d'artillerie, 1918, musée national des beaux-arts d'Alger
  • 1918, Baigneuses, sous-bois
  • 1918, Le jambon
  • 1918, Bois de Boulogne, Lac Saint-James
  • 1918, Bateau à Berville
  • 1918, Quai à Berville
  • 1919, Femme accroupie offrant du lait à un chat
  • 1919, Paysage au coucher de soleil
  • 1919, Nature morte avec nappe à carreaux bleus
  • 1919, Lac Léman et Les Dents-du-Midi
  • 1919, Lac de Géronde à Sierre
  • 1920, Sous-Bois, Kunsthalle de Brême
  • 1920, Roses rouges
  • 1920, Fleurs et fraises
  • 1920, Nature morte avec des roses
  • 1920, Femme au châle rouge
  • 1920, Maison au soleil, cailloux bleus
  • 1920, Vieille rue de Cagnes
  • 1921, Grosse cruche poires et œufs
  • 1921, La bibliothèque
  • 1921, Le panier de cerises'
  • 1921, Le lac du bois de Boulogne
  • 1921, Vue de Cagnes à dos de cheval
  • 1921, Bois de Boulogne
  • 1922, Le Bouquet
  • 1922, Le Vieil olivier, hst, Musée du Petit Palais de Genève
  • 1922, Pêchers en fleurs, Provence
  • 1922, Paysage à Saint-Jeannet, Provence
  • 1922, Torse de femme
  • 1922, Route à Saint-Paul
  • 1922, Chrysanthèmes et feuillage d'automne
  • 1922, Chaste Suzanne
  • 1922, Un coin de ville à Pont-Audemer
  • 1922, Famille d'arbres
  • 1922, L'île du lac Saint-James
  • 1922, Pont sur le Béal
  • 1922, Marée basse à Villerville
  • 1922, Aïcha
  • 1923, Pont à la romaine à Cagnes, Le Havre, musée d'art moderne André-Malraux
  • 1923, Un soir sur la Loire
  • 1923, Nature morte avec cruche en terre cuite
  • 1923, Pommes et ananas
  • 1923, La soupière noire
  • 1921-1924, Maison et roseaux
  • 1924, Paysage, la maison au toit rouge
  • 1924, Nature morte avec fleurs
  • 1925, Paysage de neige au Bois de Boulogne
  • 1925, La Dordogne à Vitrac
  • 1925, La Roumaine à la robe rouge

Gravures sur bois[modifier | modifier le code]

  • La Manifestation, 1893, gravure sur bois;
  • Le Bain, 1894, gravure sur bois
  • Intimités suite de 10 gravures sur bois, 1897-1898


Galerie[modifier | modifier le code]

Gravures sur bois[modifier | modifier le code]

Portraits[modifier | modifier le code]

De 1894 à 1902, Félix Valloton réalisa d'innombrables portraits dessinés de célébrités, principalement pour La Revue blanche, Le cri de Paris ainsi que pour Le Livre des masques de Remy de Gourmont. Parmi ceux-ci :

Écrits[modifier | modifier le code]

Vallotton tenait régulièrement un journal depuis 1882, date de son arrivée à Paris. Il a expurgé, à la fin de sa vie, toutes les pages antérieures à 1914[13]. Il a écrit également plusieurs articles, en tant que critique d'art ou essais, quelques romans, dont La Vie meurtrière (1907-1908) ainsi que quelques pièces de théâtre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maxime Vallotton et Charles Goerg, Félix Vallotton. Catalogue raisonné de l'œuvre gravé et lithographié / Félix Vallotton. Catalogue raisonné of the Printed Graphic Work, Genève, Les Editions de Bonvent, , 285 p.
  • Patrick Grainville, Günter Busch, Bernard Dorival et Doris Jakubec, Vallotton, La Bibliothèque des Arts, 1985.
  • Marina Ducrey, avec la collaboration de Katia Poletti, Félix Vallotton (1865-1925). L’œuvre peint. Volume I: Le peintre; volumes II et III: Catalogue raisonné, Milan, 5 Continents Editions, , 1332 p. (ISBN 88-7439-179-X)
  • Rudolf Koella et Katia Poletti, Félix Vallotton (1865-1925). Critique d'art, Milan, 5 Continents Editions, , 255 p. (ISBN 978-88-7439-577-4)
  • Nathalia Brodskaïa, Félix Vallotton, Collection Best Of, Parkstone International, 2013, 205 p. (ISBN 978-17-8160-242-3)
  • Nathalia Brodskaïa, Vallotton, Collection Focus, Parkstone International, 2013, 256 p. (ISBN 978-1-78310-014-9)
  • Marina Ducrey, Vallotton, Milan, 5 Continents Editions, , 112 p. (ISBN 978-88-7439-419-7)
  • Maryline Desbiolles, Vallotton est inadmissible, Éditions du Seuil, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est naturalisé français en 1900.
  2. Il est surnommé le «Nabi étranger»[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Vallotton, Félix » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. (fr)Nathalia Brodskaïa, Félix Vallotton
  3. Marina DUCREY, « VALLOTTON FÉLIX - (1865-1925)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2016. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-vallotton/
  4. « Vallotton le «Nabi étranger» », sur grandpalais.fr (consulté le 10 août 2016).
  5. Voir les vingt trois lithographies dans l'article « Félix Vallotton : Crimes et Châtiments. Assiette au Beurre, 1902. », in Livrenblog, 22 février 2011 (en ligne).
  6. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron » : Félix Vallotton.
  7. « La Charge » (consulté le 12 février 2014)
  8. « Le Modiste » (consulté le 12 février 2014)
  9. http://www.panoramadelart.com/felix-vallotton-la-paresse-titre=La Paresse modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant (consulté le 22 septembre 2016)
  10. « La Rue » (consulté le 12 février 2014)
  11. « La Sortie » (consulté le 12 février 2014)
  12. muma-lehavre.fr
  13. J.P. Morel, postface à La vie est une fumée de Félix Vallotton, Éditions Mille et une nuits.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :