Marcelle Barthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barthe.

Marcelle Barthe

Naissance
Ottawa
Flag of Ontario.svg Ontario, Drapeau du Canada Canada
Décès (à 60 ans)
Montréal
Drapeau : Québec Québec, Drapeau du Canada Canada
Pays de résidence Drapeau du Canada Canada
Diplôme
Congrégation de Notre-Dame à Ottawa
Profession Animatrice de radio
Écrivaine
Animatrice
Distinctions
Parc Marcelle-Barthe, Montréal
Rue Marcelle-Barthe, Saint-Bruno-de-Montarville

Marcelle Barthe (26 septembre 1904 à Ottawa, Canada - 24 novembre 1964 à Montréal, Canada) est une animatrice de radio, comédienne et écrivaine canadienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcelle Barthe a fait ses études au couvent de la Congrégation Notre-Dame à Ottawa[1]. En 1929, elle est cofondatrice de la Société dramatique « La Rampe », à Ottawa. Elle fut la secrétaire d'Armand Lavergne de 1930 à 1935. Dans cette même année, à l'Université d'Ottawa, elle est médaillée et obtient un diplôme en musique et élocution.

En 1933, elle travaille à la station radiophonique CKCH[1],[2] de Hull comme animatrice, sous le pseudonyme de Françoise, dans une émission féminine quotidienne qui a pour titre Pour vous Mesdames. Elle est d'ailleurs la première femme bilingue employée en tant qu'annonceure à la radio d'état[1],[3].

Dans la même période, elle est l’auteur ainsi que la réalisatrice d’une série d'émissions pour enfants dont elle est le personnage principal.

En 1935, elle donne la réplique à Florence Castonguay dans la pièce L'Innocente de Henri-René Lenormand. Cette pièce est honorée au Festival national d'art dramatique par l'obtention du trophée Bessborough. L'excellente performance de Marcelle Barthe y est personnellement soulignée[non neutre].

Trois réalisatrices de la radio de Radio-Canada (CBF) en 1945. De gauche à droite : Marcelle Barthe, Berthe Lavoie et Judith Jasmin.

En 1938, elle passe une audition au réseau anglais de la Société Radio-Canada, et elle est embauchée sur-le-champ. Dès lors, elle débute l'écriture, la réalisation et l'animation de plusieurs émissions telles que Fémina, Madame est servie, Carte blanche, ainsi qu'une émission hebdomadaire intitulée Lettre à une Canadienne qui a duré près de 25 ans, plus précisément de 1938 à 1964[1]. Elle y interviewe des personnalités d'ici et d'ailleurs. Chacune de ses émissions débute avec la lecture d'une de ses lettres à ses auditrices dont elle commente le sujet et y invite des personnalités connues en relation avec le sujet du jour. Elle fait l'adaptation de pièces de théâtre pour la télévision en français et en anglais. Elle est également l'animatrice de plusieurs émissions à grand déploiement sur le thème de la musique.

Elle fut la première femme bilingue à être engagée comme annonceure. Elle signe la réalisation des émissions Chant d'amour et Il était une fois. Elle décroche quelques rôles à la radio anglophone pour la Ottawa Drama League.

En 1939, lors du passage du roi Georges VI, ainsi qu'en 1951, avec la visite de la princesse Élisabeth et de son mari, le duc d'Édimbourg, elle commente les visites royales à la radio de Radio-Canada[4].

Quelque temps avant la seconde guerre mondiale, elle se rend en Europe afin d'acquérir une expertise dans le domaine de la radio nationale. Elle visite entre autres la France, l'Angleterre et l'Italie[5].

Elle a travaillé aux côtés de Thérèse Casgrain, femme politique, et de Henri Bergeron, comédien de renom[5]. Elle a animé des conférences pour des clubs et des associations.

Héritage[modifier | modifier le code]

Dans la ville de Montréal, au Québec, on peut découvrir le parc Marcelle-Barthe[6], sur la rue Wolfe, entre la rue Ontario et la rue Robin. Il y a également une rue à Saint-Bruno-de-Montarville, au Québec, qui porte le nom de rue Marcelle-Barthe[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d http://www.crccf.uottawa.ca/fonds/P319.html
  2. http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/evenements/20932.html
  3. http://archives.radio-canada.ca/emissions/463/
  4. Pierre Pagé, Histoire de la radio au Québec: information, éducation, culture, Les Editions Fides,‎ 2007, 488 p. (ISBN 9782762127706, lire en ligne), p. 104-106
  5. a et b http://www.aefo.on.ca/Docs/Barthe_Marcelle.pdf
  6. http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/fiche.aspx?no_seq=221796
  7. http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/fiche.aspx?no_seq=140329

Références[modifier | modifier le code]