Whitehorse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White Horse.
Whitehorse
Le centre-ville de Whitehorse vu de la rive est du fleuve Yukon.
Le centre-ville de Whitehorse vu de la rive est du fleuve Yukon.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Yukon Yukon
Statut municipal ville (city)
Maire
Mandat
Dan Curtis
2012 -
Constitution 1950-06-01
Démographie
Population 23 276 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° 43′ 13″ N 135° 03′ 08″ O / 60.720228, -135.05218560° 43′ 13″ Nord 135° 03′ 08″ Ouest / 60.720228, -135.052185
Altitude Min. 703 m
Superficie 41 643 ha = 416,43 km2
Divers
Langue(s) anglais, français
Fuseau horaire Hiver : PST (UTC-8)
Été : PDT (UTC-7)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Whitehorse

Géolocalisation sur la carte : Yukon

Voir la carte administrative du Yukon
City locator 14.svg
Whitehorse

Géolocalisation sur la carte : Yukon

Voir la carte topographique du Yukon
City locator 14.svg
Whitehorse
Liens
Site web http://www.city.whitehorse.yk.ca/

Whitehorse (qui signifie « cheval blanc » en français) est une municipalité canadienne avec les statuts de ville (en anglais : city) et de capitale du territoire du Yukon[1]. Le recensement de 2011 y dénombre 23 276 habitants, dont près de 3 400 francophones[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Whitehorse était un lieu de pêche, de chasse et de rassemblement estival pour les autochtones. L'endroit fut nommé ainsi vers les années 1880 par des prospecteurs blancs à cause des rapides du fleuve Yukon rappelant la crinière d'un cheval blanc.

Après la découverte d'or au Klondike en août 1896, l'endroit devint un important centre d'approvisionnement de la ruée vers l'or de 1897 et 1898. Pour faciliter l'accès aux mines, la White Pass and Yukon Route construisit un chemin de fer reliant Skagway en Alaska au territoire. La construction de la voie ferrée fut achevée le 29 juillet 1900, soit après la ruée vers l'or.

Quand les États-Unis partirent en guerre contre les Japonais à la suite de l'attaque de Pearl Harbor et à une escarmouche dans les Aléoutiennes, les Américains décidèrent de construire, en territoire canadien, une route pour relier l'Alaska au reste de leur pays. Il fallait ravitailler l'État en matériel militaire. Whitehorse devint alors la plaque tournante de la construction de la route de l'Alaska. Elle est située au kilomètre 1489.

Après la guerre, grâce à la route, Whitehorse vit grandir son rôle dans l'exploitation minière (cuivre, or, argent) et le commerce de la fourrure.

Actuellement, Whitehorse, avec seulement 3 microgrammes de PM10 par mètre cube d'air, est considérée par l'OMS comme étant la ville la plus propre du monde.[réf. nécessaire]

Le Yukon Sourdough Rendezvous est un festival créé en 1964, qui traditionnellement se déroule chaque mois de février à Whitehorse[3],[4],[5],[6],[7],[8]


Géographie et climat[modifier | modifier le code]

Whitehorse bénéficie d'un climat subarctique. La hauteur annuelle de neige est de 145 cm avec un maximum de 25,5 cm pour le mois de novembre. On y a relevé comme températures extrêmes -52,2 °C le 31 janvier 1947 et +34,4 °C le 14 juin 1969.

Relevé météorologique de Whitehorse-altitude:703 m -latitude:60°43'N
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −23,2 −18,2 −13,1 −5,1 0,4 5,1 7,6 6,2 2,2 −3,1 −13,7 −20,2 −6,3
Température moyenne (°C) −18,7 −13,1 −7,2 0,3 6,6 11,6 14 12,3 7,3 0,7 −10 −15,9 −1
Température maximale moyenne (°C) −14,4 −8,2 −1,5 5,7 12,7 18,1 20,3 18,3 12,3 4,3 −6,4 −11,7 4,1
Précipitations (mm) 16,9 11,9 12,1 8,3 14,4 31,2 38,5 39,3 35,2 23 18,9 18,9 268,6
Source : Le climat à Whitehorse (en °C et mm, moyennes mensuelles) climate-charts.com


Démographie[modifier | modifier le code]

En tant que localité désignée dans le recensement de 2011, Whitehorse a une population de 23 276 habitants dans 9 309 de ses 9 649 logements, soit une variation de 13,8 % par rapport à la population de 2006. Avec une superficie de 416,54 km2, cette ville possède une densité de population de 55,9 hab/km2 en 2011[9].

Concernant le recensement de 2006, Whitehorse abritait 20 461 habitants dans 8 280 de ses 8 631 logements. Avec une superficie de 416,43 km2, cette ville possédait une densité de population de 49,1 hab/km2 en 2006[10].

Transports[modifier | modifier le code]

Whitehorse est desservie par un aéroport international et la route panaméricaine. Lors des attaques terroristes du 11 septembre 2001, deux appareils en route vers les États-Unis depuis l'Asie ont été déviés vers Whitehorse, notamment un Boeing 747 de Korean Air suspecté à tort d'avoir été piraté.

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Whitehorse

Whitehorse est une ville soumise à la législation municipale du Yukon et est gouvernée par un Conseil de Ville (le Whitehorse City Council) formé de six conseillers et d'un maire, élus tous les trois ans par les citoyens canadiens de plus de 18 ans et résidant sur le territoire municipal. Le maire actuel est Dan Curtis, élu le 18 octobre 2012.

Économie[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui la ville dépend du tourisme et de l'exploitation minière dans le territoire. Des milliers de visiteurs font escale à Whitehorse en chemin vers l'Alaska ou avant d'explorer la nature sauvage du Yukon.

Les principaux sites touristiques de Whitehorse incluent le Canyon Miles, le bateau à aubes S.S. Klondike, le Musée MacBride, les « Log Skyscrapers » et l'échelle à saumons de Whitehorse.

Éducation[modifier | modifier le code]

Whitehorse Hall, établissement religieux d'apprentissage.

La ville de Whitehorse dispose de plusieurs écoles et collèges. Parmi ces établissements scolaires, l’École élémentaire Whitehorse propose un enseignement d'immersion en français pour les non-francophones. Le collège bilingue « École secondaire F.H. Collins Secondary School » offre le même type d'enseignement d'immersion en langue française et plus généralement un cursus secondaire bilingue. Les Canadiens francophones, qui forment une communauté linguistique forte de près de 3 500 personnes, ont à leur disposition une école primaire francophone, l’École Émilie-Tremblay. À partir de la 7e année, les élèves ont la possibilité de poursuivre leurs études en français au secondaire à l'Académie Parhélie, et ce, jusqu'à la 12e année.

Religions[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Robert W. Service[modifier | modifier le code]

Robert William Service, surnommé le « Barde du Yukon », immortalisa le Klondike dans ses poèmes qui deviendront très populaires. Travaillant à la CIBC, il fut muté à Whitehorse au Yukon en novembre 1904. Bien que la période de la Ruée vers l'or soit déjà terminée quand il arriva à Whitehorse, l’atmosphère spéciale qui y régnait encore, ainsi que les récits des anciens mineurs, l’inspirèrent pour ses futurs écrits.

Plusieurs monuments dédiés au célèbre poète du Yukon Robert W. Service ont été érigés dans la ville de Whitehorse :

  • la sculpture d’une table et d’une chaise à l’angle de la 2nd Avenue et de main Street ;
  • un buste devant l’immeuble de l’Office de tourisme sur la 2nd Avenue ;
  • une rue, l'ancienne «  South Access Road », fut rebaptisée en « Robert Service Way ».

Les écrits de Robert Service composés lors de ses années passées à Whitehorse continuent de captiver l’imagination de nombreuses personnes partout dans le monde[12].

Jack London[modifier | modifier le code]

Jack London, participa à la ruée vers l'or de l'automne 1897 au mois de juin 1898. Ce séjour fut le déclencheur de sa carrière de journaliste et d'écrivain. On peut voir son buste de bronze sur Main Street.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]