Philemon Wright

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philemon Wright
Description de cette image, également commentée ci-après

Philemon Wright, fondateur de la Ville de Gatineau

Naissance
Woburn, Province de la baie du Massachusetts, Treize colonies
Décès (à 78 ans)
Onslow, Bas-Canada
Nationalité Américaine
Canadienne
Pays de résidence Bas-Canada
Profession
Pionnier
Politicien
Conjoint
Abigail Wyman


Philemon Wright, né à Woburn au Massachusetts le et décédé à Onslow le , était un homme politique. Il est le fondateur de la Ville de Gatineau. Le premier nom qu'il donna au village était « Columbia Falls Village »[1], les autres l'appelait Wright's Town. De 1875 à 2002, la ville incorporée porte le nom de la Ville de Hull. Après une fusion municipale en 2002, la ville devient la Ville de Gatineau[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Philemon Wright était le fils de Thomas Wright, cultivateur, et d'Elizabeth Chandler. Dans sa jeunesse, Wright a pris parti pour les rebelles américains pendant la guerre d'Indépendance et par la suite, fut cultivateur. Il avait épousé, en 1782, Abigail Wyman, et ce mariage a produit dix enfants. Il était le grand-père d'Alonzo Wright[3].

Il vivait là, jusqu'à ce qu'il réalisa qu'une pénurie de terres à acheter, fera que ses fils ne pourront jamais devenir fermiers de leurs propres fermes à Woburn. Il a donc commencé à chercher plus au nord des terres propices pour créer une nouvelle communauté agricole. En 1797, il trouve cet endroit sur le point d'intersection de la rivière Gatineau et la rivière des Outaouais. Il demanda au gouvernement du Bas-Canada, en 1798, de lui concéder le canton de Hull.

À six pieds de hauteur et un leader naturel, Wright était un personnage impressionnant et en 1799, à Woburn, il a pu convaincre un groupe de colons de quitter le Massachusetts et d'émigrer au Canada vers la vallée de l'Outaouais. À l'hiver de 1800, il a dirigé un groupe de 5 familles et 25 ouvriers (bûcherons) vers la région. Avec l'aide d'un guide amérindien qui s'était porté volontaire pour aider le groupe à négocier la route perfide sur la glace de Carillon à la chute des Chaudières, le groupe arriva sur la rive ouest de la rivière Gatineau où elle rencontre la rivière des Outaouais et a commencé à défricher le terrain. Au tout début, leur but était de dégager ce qui était nécessaire pour bâtir leurs maisons et des terres agricoles qui serviront à leur survie. Ayant connu un grand succès, Wright a commencé à construire son village au pied des chutes de la Chaudière dès l'année suivante, en 1801. Ce village était connu, plus tard par le nom de Wrightstown.

Le processus a été long et difficile et, en 1806, Wright avait presque épuisé son capital. Dans un effort à reconstituer ses finances et afin de garder ses travailleurs occupés en hiver, Wright commence le commerce de la coupe du bois. Par la suite, il a tenté d’accomplir ce qui était alors impossible, construire un radeau de bois équarri et le flotter jusqu’à la ville de Québec. Là, il serait vendu à l'exportation vers la Grande-Bretagne. Le premier radeau construit fut nommé «Colombo». Malgré un voyage de deux mois, rencontrant de nombreux obstacles, il est arrivé à Québec et il a vendu ses 700 billots et 6000 douves. C’était le début de la drave sur la rivière des Outaouais[4].


Par cet exploit, la société de Philemon Wright & Sons, exportateurs de bois, a été fondée et est devenue très lucrative, surtout pendant les guerres napoléoniennes, quand la Grande-Bretagne a été coupé de ses fournisseurs traditionnels de la Baltique. En plus, Wright était un entrepreneur sans égal. Il était propriétaire et spéculateur foncier; nommé agent des terres en 1819 ; engagé dans l'élevage du bétail; le commerce d'importation et de détail ; la petite industrie ; une brasserie et une usine de distillation ; la navigation à vapeur et il a fondé une autre société nommé la Hull Mining Company

Par tout apparences, les employés de la famille Wright était bien traités. Joseph Bouchette, l'arpenteur général du Bas-Canada, a écrit en 1825 à propos de Hull: « Les gens semblent jouir universellement d'un degré d'aisance et de confort rarement atteint dans une colonie naissante » [5]

Les travailleurs étaient relativement bien rémunérés au début de Hull. Malheureusement, nous n'avons que des données clairsemées indiquant ce que les travailleurs pensaient. Par exemple, un employé des frères Wright, Joseph Holt, écrivant une lettre à sa famille aux États-Unis: « . . . nous nous sentons tous nous-mêmes contents pour le moment . . . et je crois que je vais rester avec eux, (les Wright) un certain temps si on va m'utiliser comme ils l'ont fait. J’ai un bon salaire, mon travail est apprécié et ils utilisent toute ma famille. En même temps, j'ai un bon cheval, selle et bride pour monter à cheval quand je le veux. . . »[5].

Le canal Rideau et les tenures à constituts[modifier | modifier le code]

Wright était le fournisseur principal pour chaque constructeur, chaque spéculateur foncier et chaque projet du gouvernement dans la région. Selon plusieurs de ses contemporains, Wright devrait également recevoir le mérite d'avoir été la première personne qui a suggéré la construction du canal Rideau, et une fois la construction du canal était en cours, Wright a obtenu la plupart des contrats pour fournir les matériaux, les artisans et les travailleurs.

En rapport avec le canal, il y avait un autre projet qui peut servir à illustrer une importante tendance à venir. Wright louait ses terres, situés où sont les terres actuelles du parc Jacques-Cartier et le Musée des civilisations, en espérant que ce deviendra la Basse-Ville de Hull. Cela servirait à loger les ouvriers du canal, y compris les nombreux travailleurs canadiens-français que Wright a toujours préféré embaucher. Wright louait ces terres avec l’exigence d’un paiement initial et un paiement annuel divisé en versements trimestriels. Le projet, cependant, n’a jamais démarré car la plupart des ouvriers canadiens-français semblait préférer vivre dans la Basse-Ville de Bytown. Les rares qui ont loués des terrains dans cette Basse-Ville de Wright ne pouvaient pas faire les paiements. Les Wright, vivant de graves difficultés financières à l’époque, ont saisi les terrains de ces habitants qui ne pouvaient pas payer. En ce faisant, Wright a réussi à acquérir à bas prix les améliorations portés à ces terrains par les pauvres travailleurs. . La belle maison en pierre, la Maison Charron, qui appartient maintenant à la Commission de la capitale nationale au parc Jacques Parc Cartier est un bon exemple de cette histoire. En fait, pendant les périodes de conjoncture difficile, ce système de location de terrains, plutôt que de le vendre, et les saisissant avec ses améliorations deviendrait une méthode que les frères Wright utiliseraient de façon répétée sur plusieurs générations. Cette forme plutôt inhabituelle du régime foncier était connue comme le régime de tenures à constituts et c'était une pratique condamnée par la loi, plus tard[6].

Agriculteur avant tout[modifier | modifier le code]

Bien que sa vie soit souvent vue comme pionnier du commerce de bois, dans son cœur, Philemon Wright a toujours été un agriculteur. En 1823, la famille Wright avait créé plusieurs exploitations agricoles lucratives qui couvrent une grande partie du terrain occupé par l'actuel Hull et Aylmer. Il s'agit notamment de la « Gatino Farm », comme Philemon l'avait nommé, à proximité du Lac-Leamy, la Columbia Farm, la Dalhousie Farm, la Britannia Farm et la Chaudière Farm. Il y avait une autre ferme le long du chemin de la Montagne, et deux autres sur les deux rives de la rivière Gatineau.

La Gatino Farm était le site du premier emplacement des premiers colons en 1800, où se trouvait la première cabane en rondins de Philemon Wright appelé « The Wigwam » [7] et éventuellement, le site de sa deuxième résidence. Historien de Hull, Lucien Breault, a cité [8],[9] que la troisième maison de Philemon Sr. était le « Standish Hall », une maison qui est connu pour avoir appartenu à Ruggles, le fils de Philemon, et finalement achetée par E.B.Eddy. Il devient finalement un hôtel très populaire à Hull par le même nom, où Louis Armstrong et de nombreux vedettes sont venus jouer. Toutefois, la référence de Brault à ce qu'elle soit à l'origine la maison de Philémon n'est pas justifiée par d'autres références. La 3e (4e?) maison de Philemon a été construite à proximité de la chute des Chaudières et était une grande maison appelée « The White House » (la maison blanche). Elle ressemblait de beaucoup la maison située à la ferme Wright à Woburn, Massachusetts où Wright a grandi. Presque une copie parfaite de la maison blanche de Wright peut être trouvée à la succession Billings[10] à Ottawa. Sachant que Braddish Billings[11] a commencé sa carrière comme un magnat du bois à l'emploi de Wright, il n'est peut être pas surprenant que sa maison « grande et distinguée », comme il l'appelait, aurait été modelée après celle de Philemon Wright. 

Une fois Philemon a déménagé à sa maison blanche, la Gatino Farm a été utilisée pour élever des animaux et de l'exploitation d'une distillerie par Philemon fils et Sarah Wright. Cette ferme a fini dans les mains d'Andrew Leamy qui a épousé Erexina Wright, la fille de Sarah et Philemon Wright, fils. Le Columbia Farm, une ferme de 800 acres (3,2 km2) qui était situé à la jonction de ce qui était la Brigham Road (maintenant boul. Gamelin) et Chelsea Road (maintenant boul. St-Joseph), et a été opérée d'abord par Philemon, fils, puis finalement détenue par Thomas Brigham, qui avait épousé la fille de Philemon, père, Abigail. La Britannia Farm, sur le chemin d'Aylmer, a été possédé par Philemon, fils, comme ce fut la Dalhousie Farm, au sud de ce qui est maintenant le Lac-Leamy. La Britannia Farm est maintenant le site du Royal Ottawa Golf Club, et les clubs de golf Champlain et Château Cartier. La ferme située au Lac-Deschênes à Aylmer, appelée la Chaudière Farm, a également été mise en place et supervisée par Philemon, fils.

Après la mort accidentelle et tragique de Philemon, fils, le 5 décembre 1821, les héritiers de Philemon, fils, ont fini seulement à conserver la propriété de la Gatino Farm en raison de certains documents douteux (comme Wright père a avoué dans une lettre datée 1938)[12]. Les fermes Britannia et Chaudière ont été données à Tiberius et Ruggles et la ferme Chaudière a été placée sous la supervision de Charles Symmes, neveu de Wright père. La Dalhousie Farm a été donnée aux héritiers d'Ephraïm Chamberlin.

Sur le site de l'actuel Collège St-Alexandre de Limbour, un autre fils, Tiberius Wright, établit une ferme en 1816, que son fils, Alonzo Wright à son tour héritera plus tard. En 1823, cette ferme comprenait près de 800 acres.

À la fin de sa vie, Philemon, père, a pris sa retraite sur une autre ferme, cette fois dans le canton d'Onslow. En fait, la communauté agricole de Wright, à l’époque, était la plus développée du Bas-Canada. La renommée de Hull en tant que communauté agricole, au Canada, aux États-Unis, et à la Grande-Bretagne a été bien méritée.

Vie publique[modifier | modifier le code]

Élu député d'Ottawa en 1830, Wright appuya tantôt le parti patriote, tantôt le parti des bureaucrates et vota contre les Quatre-vingt-douze Résolutions. Il ne s'est pas représenté en 1834 pour le scrutin.

Dans la communauté, Wright fut officier de milice et juge de paix, il contribua financièrement à la construction de l'église anglicane de Hull et il était Maître d'une loge maçonnique. Pour mieux expliquer l'histoire de Wright's Town, Wright fit paraître dans le Canadian Magazine and Literary Repository de Montréal, en 1824, « An account of the first settlement of the township of Hull [...] ».

Wright est décédé en 1839, à Onslow, et a laissé en deuil une grande famille. Son fils Ruggles Wright a pris la tête des affaires de son père dans le domaine du commerce forestier et Ruggles allait construire à Hull, plus tard, la plus importante glissoire de billots dans la région.

Philemon Wright est considéré comme étant, en principe, le fondateur des villes d'Ottawa et de Gatineau.

L'école secondaire Philemon Wright à Gatineau porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eliot, Bruce « The Famous Township of Hull: Image and Aspirations of a Pioneer Quebec Community », Histoire Sociale, Social History, 1979. p. 348
  2. Dictionnaire biographique du Canada : Philemon Wright
  3. Outaouais Heritage Web Magazine Bruce S. Elliot (Text reprinted with permission from Up the Gatineau!, Vol. 26)
  4. Eliot, Bruce « The Famous Township of Hull: Image and Aspirations of a Pioneer Quebec Community », Histoire Sociale, Social History, 1979.
  5. a et b Working Class Culture and the Development of Hull, Quebec, 1800-1929 page 58, http://web.ncf.ca/fn871/Media/Docs/Book1/Book1_WorkingClassCulture.pdf
  6. Working Class Culture and the Development of Hull, Quebec, 1800-1929 pages 49 et 50, http://web.ncf.ca/fn871/Media/Docs/Book1/Book1_WorkingClassCulture.pdf
  7. Wright Carr-Harris, Bertha, « The White Chief of the Ottawa », William Briggs, Toronto,‎ , page 28.
  8. Lucien Brault, « Hull 1800-1950 », Les Éditions de l'Université d'Ottawa,‎
  9. H.T. Douglas, « A Historic Hull Site », Ottawa Citizen,‎ date inconnue
  10. (en)Billings Estate Museum
  11. (en) « Braddish Billings »
  12. (en) B.S. Elliott, « The famous township of Hull’: image and aspirations of a pioneer Quebec community », S.H 12,‎ , pg 365

Liens externes[modifier | modifier le code]