Hawkesbury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hawkesbury (homonymie).
Hawkesbury
Hawkesbury
Hawkesbury vue du pont du Long-Sault.
Hawkesbury vue du pont du Long-Sault.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de l'Ontario Ontario[1]
Région Est de l'Ontario
Subdivision régionale Comtés unis de Prescott et Russell
Statut municipal Ville
Maire Jeanne Charlebois
Code postal K6A
Démographie
Population 10 551 hab. (2011)
Densité 1 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 30″ nord, 74° 36′ 06″ ouest
Altitude Min. 50 m – Max. 70 m
Superficie 946 ha = 9,46 km2
Divers
Langue(s) Français, anglais
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif +1 613 632
Code géographique 02008
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Hawkesbury

Géolocalisation sur la carte : Ontario

Voir la carte administrative d'Ontario
City locator 14.svg
Hawkesbury

Géolocalisation sur la carte : Ontario

Voir la carte topographique d'Ontario
City locator 14.svg
Hawkesbury
Liens
Site web hawkesbury.ca

Hawkesbury est une ville située dans les comtés unis de Prescott et Russell dans l'Est de l'Ontario. Ses 10 550 habitants sont majoritairement francophones. L'agglomération de recensement de Hawkesbury comprend la ville de Hawkesbury et le village québécois de Grenville sur la rive opposée de la rivière des Outaouais[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Hawkesbury se situe sur la rive droite de la rivière des Outaouais, laquelle constitue la frontière naturelle entre l'Ontario et le Québec, en amont du lac Dollard-des-Ormeaux. Elle est située à égale distance d'Ottawa à l'ouest et de Montréal à l'est[3]. Elle est entourée à l'ouest, au sud et à l'est par le canton de Champlain[4]. Le canton de Hawkesbury Est se trouve à quelques kilomètres plus à l'est que le canton de Champlain Au nord de la rivière des Outaouais, se trouvent les municipalités québécoises du village de Grenville et de Grenville-sur-la-Rouge[4], dans la municipalité régionale de comté (MRC) d'Argenteuil dans la région des Laurentides. À quinze kilomètres à l'est de Hawkesbury se trouve la ville de Rigaud dans la MRC de Vaudreuil-Soulanges immédiatement après la frontière terrestre entre l'Ontario et le Québec. La superficie terrestre est de 9,46 km2[4]. Lîle du Chenail et l'île Hamilton se situent sur l'Outaouais en face du confluent du ruisseau Hawkesbury[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Rue Principale, vue vers l'ouest.
Rue Principale en fin de soirée.

Le centre-ville de Hawkesbury, à vocation commerciale et résidentielle, se trouve au centre-nord du territoire, à l'est du confluent du ruisseau Hawkesbury et en face de Grenville. La fonction industrielle se concentre dans la partie sud-est. Dans le secteur Spence au centre-sud se trouve un pôle de service avec l'hôpital général de Hawkesbury et le Hawkesbury Mall. Du commerce de grande surface longe la route de comté. L'école secondaire régionale de Hawkesbury et un établissement de la Cité collégiale se trouvent dans l'ouest du territoire. Au sud-ouest, le terrain de golf La Cité occupe le terrain de part et d'autre du ruisseau Hawkesbury[6]. Une zone de 60 acres est libérée à des fins de redéveloppement mixte après la démolition de l'ancienne usine Duplate[7].

Hawkesbury est desservie par la route 34 sur 17 kilomètres qui la relie à l'autoroute 417. Cette autoroute relie Hawkesbury à Ottawa en une heure. La route 34 continue au sud de l'échangeur avec l'autoroute 417, vers South Lancaster et à Cornwall. Hawkesbury est relié à Grenville par le pont du Long-Sault[3], qui donne accès aux routes 344 vers Oka, 148 vers Fassett et Brownsburg-Chatham, de même qu'à l'autoroute 50 en direction de Gatineau à l'ouest et Mirabel et Saint-Jérôme à l'est. La route de comté 17 (ancienne route 17 provinciale) permet les déplacements interurbains est-ouest. Elle rejoint l'autoroute 417 vers l'est et relie Hawkesbury au centre-ville de Montréal en une heure. À l'intérieur de la zone urbaine, la rue Principale, qui est l'artère de la ville, suit la rive de l'Outaouais. Les principaux axes routiers nord-sud sont le boulevard Cartier, la rue Cameron et la rue Tupper[6]. La circulation de camionnage est limitée à la rue Principale Ouest, à la rue McGill (route 34), à la rue Spence et aux rues du parc industriel[8]. Une antenne ferroviaire du Canadien National dessert le centre-ville et une autre relie le parc industriel[6]. Trois aérodromes desservent la ville : l'aérodrome de Hawkesbury, l'aérodrome de Hawkesbury Est et l'aérodrome de Hawkesbury (Windover Field). La marina Golden Anchor, agrandie en 2011, compte 99 quais[9].

La Ville de Hawkesbury apporte des améliorations à son système de traitement des eaux usées à la suite d'une action du ministère de l’Environnement de l’Ontario[10]. Elle inaugure en 2014 une usine d'épuration des eaux au coût de 36 M$[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Scieries de Hamilton, vers 1859.

Hawkesbury est fondée en 1854. Elle est nommée en l'honneur de Charles Jenkinson, 1er comte de Liverpool. L'utilisation de la force hydraulique entraîne l'expansion industrielle et démographique de la ville à la fin du XIXe siècle. La famille Hamilton implante sur l'île du Chenail une scierie qui emploie alors 1 000 travailleurs[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hawkesbury

L'écu de Hawkesbury se blasonne ainsi :

De sinople à la fasce ondée d'argent chargé d'une croix pattée de gueules, le tout accompagné au chef d'une roue dentée d'argent accostée de deux gerbes de blé d'or et en pointe d'un faucon essorant d'or[13].

Les armoiries de la ville sont adoptées en 1959. Le Collège canadien des armoiries les conçoit en reprenant les éléments de l'ancien sceau de la ville tout en respectant les règles de l'héraldique, ajoutant d'autres symboles de l'histoire locale. Les éléments du sceau comprennent la roue, représentant l'industrie et le travail; La gerbe de blé, rappelant l'agriculture; La couleur verte prédominante symbolise la forêt. La fasce est chargée d'une croix pattée, rappelle les armoiries de la famille Jenkinson. La croix rappelle également la mémoire de David Pattee, l'un des hommes qui a donné essor à Hawkesbury. Le faucon, qui se dit «hawk» en anglais, rappelle le nom de la ville. La devise «Vaillant et Veillant» rappelle le travail qui a permis le développement de Hawkesbury s'est développée et est aussi une allusion au faucon, dont la vigilance n'a d'égal que sa vaillance[14]. Les célébrations du 150e anniversaire de la ville de Hawkesbury étaient l'occasion idéale pour moderniser son image corporative. Le logotype adopté en 2004 comporte deux couleurs, le bleu et le vert, qui symbolisent l'eau et la terre respectivement. La lettre «H», par sa composition, dénote plusieurs idées : la croissance et l'avenir; une route vers la ville; les provinces de l'Ontario et du Québec liées par le pont du Long-Sault; une ville entourée d'un milieu rural; le soutien aux citoyens. Le reflet du nom de la ville représente l'eau de la rivière des Outaouais ainsi que le rayonnement de la ville[15].

Administration locale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal se compose du maire et de six conseillers. La mairesse est Jeanne Charlebois, qui a succédé à René Berthiaume aux élections de 2014[16].

Composition du conseil municipal
2010 2014
Maire René Berthiaume Jeanne Charlebois
Conseillers Michel A. Beaulne
André Chamaillard
Alain Fraser
Johanne Portelance
Michel Thibodeau
Marc Tourangeau
André Chamaillard
Daniel Lalonde
Pierre Ouellet
Yves Paquette
Johanne Portelance
Michel Thibodeau

La Ville de Hawkesbury est membre de l'Association française des municipalités de l'Ontario[17]. L’Association canadienne-française de l’Ontario de Prescott et Russell veut que les municipalités de Hawkesbury, Alfred-Plantagenet, Hawkesbury-Est et Champlain mettent en vigueur des règlements exigeant l’utilisation des deux langues officielles du Canada dans toutes les enseignes commerciales extérieures, afin que l’affichage reflète davantage la démographie linguistique de la région. Le canton de Russell et les municipalités de La Nation, Clarence-Rockland et Casselman ont déjà adopté de telles dispositions réglementaires. Le maire de Hawkesbury reconnaît que de nouveaux commerces à Hawkesbury omettent d’afficher en français, notamment lorsque leur siège social est à l’extérieur et que les entreprises méconnaissent la réalité sociolinguistique régionale. Il indique qu’il est important que la majorité francophone de la municipalité exige d’être servie en français. L’Association déplore également que les documents des municipalités ne soient pas tous disponibles en français et que les citoyens francophones soient obligés de demander qu’un document soit traduit dans leur langue[18]. Le conseil municipal de Hawkesbury adopte une résolution pour autoriser le mode de scrutin par téléphone et par internet et pour permettre l’utilisation du français en plus de l’anglais dans le processus électoral et tous les formulaires et avis nécessaires pour les élections municipales et scolaires de 2014[19].

Administration provinciale et fédérale[modifier | modifier le code]

Le territoire de Hawkesbury Est est situé dans la circonscription électorale fédérale de Glengarry-Prescott-Russell et dans la circonscription électorale provinciale du même nom[20]. Francis Drouin, le député fédéral actuel, habite Hawkesbury.

Les coûts de service de police de Hawkesbury, desservie par la Police provinciale de l'Ontario, d'un total de 4,2 M$ en 2014, sont parmi les plus élevés en Ontario, soit 804 $ par ménage à Hawkesbury contre 334 $ par ménage en moyenne en Ontario en 2011[21].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement du Canada de 2011, Hawkesbury compte une population totale de 10 551 habitants. La population a connu une baisse de 318 habitants (en diminution2,9 %) entre 2006 et 2011. La densité brute de la population est de 1 115,6 habitants/km2 pour l'ensemble de la municipalité. Le parc résidentiel s'élève à 5 256 logements privés, dont 4 948 sont occupés par des résidents habituels. Le nombre de ménages privés a très légèrement diminué (en diminution29) entre 2006 et 2011[4],[22].

Langue parlée à la maison[4],[23]
Langue 1996 2001* 2006 2011
Français 83,4 % 84,4 % 77,0 % 78,0 %
Anglais 16,0 % 12,7 % 20,3 % 19,7 %
Bengali 0,1 % . . 0,6 %
Autres 0,4 % 2,9 % 2,6 % 1,6 %

Évolution de la population totale, 1841-2011[4]

Les Franco-Ontariens forment 80,7 % de la population résidante, selon le critère de minorité de langue officielle de Statistique Canada en 2011. Les deux tiers (67,3 %) de la population sont bilingues. Le taux de bilinguisme est nettement plus élevé chez les francophones d'origine (70 %)) que chez les personnes de langue maternelle anglaise, dont seulement la moitié peuvent parler français[4]. Selon le recensement de 2006, le français est la langue maternelle de 76,1 % de la population, l'anglais pour 19,2 %. Pour 1,9 % de la population, les deux langues sont citées comme étant langues maternelles[24].

Langue maternelle Population Pourcentage
Français 8 000 76,1 %
Anglais 2 015 19,2 %
Français et anglais 195 1,9 %

Économie[modifier | modifier le code]

Les principaux établissements manufacturiers, paraindustriels et d'entreposage à Hawkesbury sont Tulmar Safety Systems Inc., Montebello Packaging, IKO Industries Ltd., les Biscuits Leclerc, les Cruchons J.U.G.S. Inc., le Groupe Jean Coutu, Bentley Leather, le Centre de rénovation RMS, Fib Pak, Norcast, Dalco Concept, Voith Fabrics, St. Lawrence Texile, Ontario Hydro, Hydro Hawkesbury, Colorama, Tricots Hawkesbury, Cogeco, Texturon, Dart Aerospace, Zenith Plastics, Ridge Doors, Master Flo Technology, Cambria Transport, Robert Transport, Prémoulé, PPG Canada, OpTest, Main Industrial, Forney Welding et Oviteau[6],[25]. L'usine de pare-brises Duplate, implantée en 1969 et employant alors 600 personnes, est plus tard acquise par Pittsburgh Glass Works et ferme ses portes en 2009, mettant au chômage 190 travailleurs[7],[26]. L'activité commerciale se concentre dans deux pôles géographiques, soit le centre-ville et le long de la route 17. Hydro Hawkesbury est un détaillant local d'électricité. L'absence de services municipaux dans les aires de développement de la municipalité, notamment à l'ouest du territoire, les contraintes à l'expansion des parcs industriels et la coordination déficiente avec le canton voisin de Champlain freinent le développement économique local, comme la perte de la venue de la compagnie Target dans la région, qui a plutôt implanté son centre de distribution à Cornwall[27]. La Chambre de commerce de Hawkesbury (CDCH) est l'association locale des gens d'affaires. La Ville de Hawkesbury se dote d’un plan de développement socioéconomique en 2013[28]. Le conseiller Michel Beaulne promeut un projet de casino sur l’île Hamilton à Hawkesbury mais la population semble divisée face à cette idée[29]. L'entreprise Green Beaver fabrique des produits biologiques pour l’hygiène personnelle[30].

Culture[modifier | modifier le code]

Le Monument de la Francophonie de Hawkesbury, également appelé Monument des bâtisseurs, sera installé sur l’île du Chenail suivant la décision du conseil municipal. Le monument veut rappeler que Hawkesbury a été bâtie et habitée surtout par des francophones. Son emplacement se trouve à l'entrée de la ville, laquelle est la porte d'entrée en Ontario en venant du Québec[31]. Certains anglophones s'opposent à l'emplacement du monument « avec un gigantesque drapeau » [franco-ontarien] car ils estiment que ce sont les anglophones qui ont principalement développé la ville et parce que les anglophones doivent venir à la rescousse des activités et équipements culturels francophones. Ceux-ci considèrent que les coûts d'immobilisation et d'entretien du monument devraient être financés exclusivement par les francophones[12]. La Maison de l'île est le seul vestige de la scierie Hamilton, du début du développement industriel de la ville[12].

La collection de la bibliothèque municipale de Hawkesbury compte 70 000 titres pour quelque 6 700 abonnés. En 1938, la bibliothèque municipale quitte le sous-sol de l’église Saint-Alphonse-de-Liguori pour s’établir dans l’ancien bureau de poste. Elle occupe les locaux du 550, rue Higginson depuis 1972[32]. Le Salon du livre franco de l'Est, qui se tient en novembre, a accueilli 1 700 visiteurs à la 3e édition à Hawkesbury en 2012[33].

Les deux hebdomadaires Le Carillon[34], et le Tribune Express[35] sont édités à Hawkesbury. Ils sont tirés à 19 500 exemplaires, à 38 500 exemplaires respectivement. Hawkesbury et ses alentours reçoivent les émissions de Montréal ainsi que d'Ottawa. La ville est aussi dotée de deux stations de radio locale, FM 88.9 - CIMF-1, FM 102.1 - CHPR, FM 107.7 - CKHK. Les principales chaînes de télévision captées sont CHLF-TV-2 (TFO), CICO-TV-96 (TVOntario) et Cogeco (TVCogeco_, chaîne communautaire anglophone.

Les principaux équipements culturels incluent le Centre culturel le Chenail et la Maison de l’Île. La communauté artistique de Hawkesbury compte entre autres Rosario Morais, verrier, et Moneek Miller, artiste multidisciplinaire œuvrant en peinture, gravure, métal, bijou et verre.

Jean Marc Dalpé et Brigitte Haentjens créent la pièce de théâtre Hawkesbury Blues en 1982[36]. Jean Leloup a immortalisé Hawkesbury dans sa chanson « I Lost My Baby » sur l'album Le Dôme.

Société[modifier | modifier le code]

Église Saint-Alphonse-de-Liguori.
Holy Trinity Anglican Church.
Douglas Collin Cameron.

Les établissements scolaires de Hawkesbury comprennent l'école élémentaire catholique Paul VI et l'école primaire publique Nouvel Horizon. Hawkesbury compte deux écoles secondaires, soit l'école secondaire catholique régionale de Hawkesbury et l'école secondaire publique Le Sommet. Le Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien administre les écoles catholiques francophones. Le campus pour adultes d'Hawkesbury assure la formation aux adultes. L'école primaire Jean Bosco et l'école Marguerite Bourgeois, toutes deux catholiques francophones, ferment leurs portes en 2009 et 2013 respectivement[37]. L’école secondaire publique Le Sommet (Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario) offre des majeures de haute spécialisation en arts et culture, santé et bien-être, ainsi qu’en affaires et commerce.

La Cité collégiale dispense de la formation collégiale à son campus de Hawkesbury. Elle y dispense entre autres différents programmes de certificat dans les domaines des soins infirmiers, de la stérilisation d'instruments médicaux, en services de soutien personnels, en perfectionnement en langue française, en webmestre, en médias sociaux, d'adjoint administratif, de commis de bureau, en gestion de projets, en gestion des ressources humaines et en supervision. La Cité Collégiale et l'Hôpital général de Hawkesbury ont conclu une entente de partenariat en 2012 pour que les étudiants du campus de la Cité collégiale à Hawkesbury fassent un stage à l'hôpital[38]. Le Centre d'éducation et de formation fr l'Est ontarien (CÉFEO) offre des programmes de diplomation et de certification en français et en anglais à Hawkesbury[39].

L'hôpital général de Hawkesbury qui offre les services de santé pour la population de la région est l'hôpital communautaire le plus recommandé en Ontario selon le sondage NRC Picker[40].

Le festival de la famille de Hawkesbury a lieu chaque année en février. Les événements ayant lieu à Hawkesbury comprennent le Poker Run[41], le Mois des personnes âgées en juin[42], le Festival de la rue en juillet[43].

Le complexe sportif Robert Hartley, du nom de l'entraîneur en chef de la Ligue nationale de hockey originaire de Hwakesbury, est un équipement sportif exploité par la Ville de Hawkesbury[44]. Les organismes sportifs de Hawkesbury comprennent le Club de hockey junior A Les Hawks de Hawkesbury[45] et le Club de patinage artistique de Hawkesbury[46]. Le Festival de la rivière a lieu dans les cinq municipalités riveraines de Prescott et Russell, au début juillet. La ville de Hawkesbury projette d'aménager un quai au Parc de la Confédération pour l'événement[47]. L'Auto expo, organisé par le Club d'autos, présente au début de septembre chaque année depuis 1998 des autos de collection que viennent admirer environ 6 000 spectateurs[48].

Les organismes communautaires de Hawkesbury comprennent entre autres la Banque alimentaire centrale de Hawkesbury.

Un incendie à la Place Mont-Roc fait deux morts en 2012[49].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de la fiche proviennent de Statistique Canada. 2012. Hawkesbury, Ontario (Code 3502008) et Prescott and Russell, Ontario (Code 3502) (tableau). Profil du recensement, Recensement de 2011, produit nº 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 24 août 2013., sauf :
    a. Code postal : Postes Canada, « Nombre et carte des secteurs de livraison rurale et urbaine : K6A », Ontario, (consulté le 24 août 2013).
    b. Altitude : Gouvernement du Canada, « L'Atlas du Canada - Toporama », Ressources Naturelles Canada (consulté le 29 décembre 2016), carte 1/15 000.
    c. Indicatif téléphonique : Ministère des Affaires municipales de l'Ontario, « Liste des municipalités de l'Ontario », Gouvernement de l'Ontario (consulté le 29 décembre 2016).
  2. Statistique Canada. 2012. Carte : Hawkesbury (Agglomération de recensement), Ontario. Profil du recensement, Recensement de 2011, produit no 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Modifié le 22 mars 2013. Consulté le 24 août 2013.
  3. a et b Ville de Hawkesbury, « Emplacement géo », Ville (consulté le 30 décembre 2016).
  4. a, b, c, d, e, f et g a. Statistique Canada, Recensement de la population de 1996, Profil des divisions et subdivisions de recensement : East Hawkesbury, TP, produit 95F0181XDB96001 au catalogue de Statistique Canada. Consulté le 29 décembre 2016.
    b. Statistique Canada. 2002. Profils des communautés de 2001. Hawkesbury (Code 3502008), Ottawa. No 93F0053XIF au catalogue de Statistique Canada. Diffusé le 27 juin 2002; modifié le 30 novembre 2005. Consulté le 29 décembre 2016.
    c. Statistique Canada. 2007. Profils des communautés de 2006, Recensement de 2006. Hawkesbury (Code 3502008) (tableau)., produit no 92-591-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Diffusé le 13 mars 2007. Consulté le 29 décembre 2016.
    d. Statistique Canada. Hawkesbury, Ontario (Code 3502008) (tableau). Profil du recensement, produit no 92-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Recensement 2011, diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 29 décembre 2016.
  5. Gouvernement du Canada, « L'Atlas du Canada - Toporama », Ressources Naturelles Canada (consulté le 29 décembre 2016), carte 1/15 000.
  6. a, b, c et d Aximage, « Ville de Hawkesbury », carte, sur Ville de Hawkesbury (consulté le 29 décembre 2016).
  7. a et b « La démolition est complétée », Tribune Express Ontario, vol. 19, no 44,‎ , p. 6.
  8. (en) Ville de Hawkesbury, « Truck Route » (consulté le 27 mars 2013).
  9. Charlotte Paquette, « Flotter sur une mine d’or », Tribune Express, vol. 19, no 36,‎ , p. 8.
  10. Michel Thibodeau et Johanne Portelance, « Nos commentaires visaient strictement d’informer la population », Tribune Express, vol. 19, no 36,‎ , p. 6.
  11. Jean-Yves Carrier, « Ouverture officielle de l'usine d'épuration de Hwakesbury », Corporation de la ville de Hawkesbury, (consulté le 13 novembre 2014).
  12. a, b et c Richard Mahoney, « « Une décision qui appelle un référendum » », Tribune-Express Hawkesbury, vol. 19, no 27,‎ (lire en ligne)
  13. « Armoiries », sur Ville de Hawkesbury (consulté le 3 janvier 2009)
  14. Ville de Hawkesbury, « Ville : armoiries », (consulté le 27 mars 2013)
  15. Ville de Hawkesbury, « Ville : logo », (consulté le 27 mars 2013).
  16. Ville de Hawkesbury, « Conseil municipal : membres du conseil », (consulté en 27 mars 2013 et 29 décembre 2016).
  17. Association française des municipalités de l'Ontario, « Membres municipaux » (consulté le 29 décembre 2016).
  18. >Richard Mahoney, « Affichages bilingue obligatoire à Hawkesbury et la région? », Le Carillon, vol. 67, no 8,‎ , p. 2
  19. Ville de Hawkesbury, « Réunion ordinaire du Conseil du 28 avril 2014 », (consulté le 13 novembre 2014).
  20. a. Élections Canada, « Cartes de l'Ontario (Le Sud de l'Ontario 3) : Glengarry-Prescott-Russell », (consulté le 19 décembre 2016).
    b. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe : Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », Ministère de la Justice du Canada (consulté en 20 de juin 2013).
    c. (en) Élections Ontario, « 026 Glengarry-Prescott-Russell », sur CBC (consulté le 19 décembre 2016).
  21. Ville de Hawkesbury, « Réunion ordinaire du Conseil du 10 février 2014 », (consulté le 13 novembre 2014).
  22. Note : Un ménage privé occupe un logement de résidents habituels. Les logements non occupés par des résidents habituels sont soit des logements inoccupés, soit des habitations servant de résidence secondaire et habités sur une base saisonnière ou intermittente.
  23. >Note: Les données de 2001 expriment plutôt la première langue apprise et encore comprise.
    Non disponible
  24. (en) « Hawkesbury, T (Ont), Population selon la langue maternelle et les groupes d’âge, chiffres de 2006, pour le Canada, les provinces et les territoires – Données-échantillon (20 %) », Statistique Canada, (consulté le 8 août 2008)
  25. Ville de Hawkesbury, « Développement économique : Parc industriel » (consulté le 1er septembre 2013).
  26. Richard Mahoney, « Une nouvelle vocation pour Duplate », Tribune Express Ontario, vol. 19, no 38,‎ , p. 8.
  27. a. Richard Mahoney, « Le maire et trois conseillers se défendent », Le Carillon, vol. 67, no 26,‎ , p. 4.
    b. Richard Mahoney, « Toujours aucune entente Hawkesbury-Champlain », Le Carillon, vol. 67, no 26,‎ , p. 5.
  28. « Développement socio-économique », Tribune Express, vol. 19, no 36,‎ , p. 3.
  29. Richard Mahoney, « Réactions mitigées face au casino », Le Carillon, vol. 67, no 6,‎ , p. 3.
  30. Chantal Quirion, « Mission agroalimentaire », Tribune-Express Ontario, vol. 19, no 23,‎ , p. 10.
  31. Chantal Quirion, « Une avancée pour le Monument de la francophonie > », Tribune-Express Hawkesbury, vol. 19, no 26,‎ , p. 7
    Monuments de la francophonie de l’Ontario, « Le concept », (consulté le 5 mai 2013)
    « La Ville vote en faveur de l'île du Chenail », Tribune-Express Hawkesbury, vol. 19, no 27,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  32. a. Ville de Hawkesbury, « Statistique 2012 », Bibliothèque publique de Hawkesbury (consulté le 1er septembre 2013).
    b.Chantal Quirion, « La bibliothèque bien plus que des livres », Tribune-Express, vol. 19, no 22,‎ , p. 15.
  33. Un salon du livre bien fréquenté à Hawkesbury, Chantal Quirion, Le Carillon, 66:45, 14 novembre 2012, page 3.
  34. Le Carillon
  35. Tribune Express
  36. Lucie Hotte, « La littérature franco-ontarienne », Québec français, no 154,‎ , p. 69-72 (lire en ligne).
  37. L'école Ste-Marguerite-Bourgeois ferme, Richard Mahoney, Tribue Express, 14 décembre 2012, 19:7, p. 2.
  38. L'HGH devient un site d'enseignement, Richard Mahoney, Le Carillon, 21 novembre 2012, 66 : 46, page 2.
  39. « Tribune-Express Hawkesbury », Les programmes du CÉFEO toujours disponibles, vol. 19, no 27,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  40. Le Carillon, Feuillet Fondation de l'hôpital général de Hwakesbury, 21 novembre 2012, 66 : 46.
  41. Ville de Hawkesbury, « Réunion extraordinaire du Conseil du 9 janvier 2014 », (consulté le 13 novembre 2014).
  42. Ville de Hawkesbury, « Réunion ordinaire du Conseil du 26 mai 2014 », (consulté le 13 novembre 2014).
  43. Ville de Hawkesbury, « Réunion ordinaire du Conseil du 12 mai 2014 », (consulté le 13 novembre 2014).
  44. a et b Ville de Hwakesbury, « Réunion ordinaire du Conseil du 27 janvier 2014 », (consulté le 13 novembre 2014).
  45. Toujours des difficultés sur la route, Martin Brunette, Le Carillon, 21 novembre 2012, 66 : 46, page 21.
  46. Le Carillon, 21 novembre 2012, 66 : 46, page 23.
  47. Richard Mahoney, « Les Festival de la rivière fait des vagues », Tribune-Express, vol. 19, no 23,‎ , p. 12
  48. Charlotte Paquette, « Les autos envahissent Hawkesbury », Tribune Express, vol. 19, no 43,‎ , p. 12 (lire en ligne).
  49. Richard Mahoney, « Place Mont-Roc : l’enquête se poursuit », Le Carillon, vol. 67, no 24,‎ , p. 5.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Drapeau du Québec Grenville-sur-la-Rouge
Rivière des Outaouais
Drapeau du Québec Grenville
Rivière des Outaouais
Drapeau du Québec Grenville-sur-la-Rouge
Lac Dollard-des-Ormeaux
Rose des vents
Champlain N Champlain
O    Hawkesbury    E
S
Champlain