Les Hôpitaux-Neufs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Hôpitaux-Neufs
Vue générale des Hôpitaux-Neufs, au fond le Morond
Vue générale des Hôpitaux-Neufs, au fond le Morond
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Frasne
Intercommunalité Communauté de communes des Lacs et Montagnes du Haut-Doubs
Maire
Mandat
Florent Paquette
2014-2020
Code postal 25370
Code commune 25307
Démographie
Population
municipale
813 hab. (2014)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 38″ nord, 6° 22′ 25″ est
Altitude Min. 970 m – Max. 1 290 m
Superficie 6,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Hôpitaux-Neufs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Hôpitaux-Neufs

Les Hôpitaux-Neufs est une commune française située dans le département du Doubs, région de Bourgogne-Franche-Comté, appartenant au canton et à l'arrondissement de Pontarlier.

Elle est située à 18 km au sud de cette dernière ville, sur la RN 57 qui mène à la frontière suisse à Vallorbe, et au croisement avec la route départementale 9 qui mène à Métabief et au-delà.

Ses habitants sont les Trouille-Bourreaux[1],[2],[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Opital ou finage de Joigne en 1282[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Touillon-et-Loutelet Les Hôpitaux-Vieux Rose des vents
N
O    Les Hôpitaux-Neufs    E
S
Métabief Jougne

D'une superficie de 6,56 km2, la commune est située à une altitude moyenne de 1 000 m, dans un paysage du Haut-Doubs caractérisé par une succession de moyens sommets souvent couverts de forêts, de vallées sèches ou humides et de cluses, ainsi que de prairies et alpages.

Au sud de la commune se trouve le Morond situé sur la commune de Métabief, d'une altitude de 1 419 m, et au-delà le Mont d'Or situé en limite des communes de Longevilles-Mont-d'Or et de Jougne, d'une altitude de 1 463 m. Sur la commune voisine des Hôpitaux-Vieux, immédiatement au nord, se trouve la montagne de l'Herba, qui culmine à 1 303 m. Enfin, immédiatement à l'est, mais en Suisse, le Suchet (1 588 m) domine le paysage de son double sommet particulièrement reconnaissable.

Le sentier de grande randonnée GR 5 traverse la commune du nord au sud, venant de la mer du Nord à Berg-op-Zoom aux Pays-Bas pour rejoindre la mer Méditerranée à Nice, totalisant 2 600 km de distance.

De la même façon, la Grande Traversée du Jura, couramment désignée par son sigle GTJ, traverse également la commune. Circuit de randonnée de 400 km pour l'itinéraire pédestre, de 380 pour l'itinéraire VTT, de 360 pour le vélo et de 175 km pour le parcours à ski, la GTJ traverse le Jura du nord au sud en passant dans trois départements (Ain, Doubs, Jura), en reliant Mandeure dans le Doubs à Culoz dans l'Ain[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès l'antiquité romaine, une importante voie de communication naturelle à travers le Jura, via la cluse de Pontarlier, est attestée sur la table de Peutinger et l'itinéraire d'Antonin : il s'agissait de la voie romaine reliant Lausanne et Orbe à Pontarlier (Ariolica) et Besançon (Vesontio).

Le Moyen Âge, avec le développement commercial notamment des XIIe et XIIIe siècles, voit croître l'importance de cette voie qui relie la Flandre et la Champagne à l'Italie du nord via le col du Grand-Saint-Bernard. Les comtes de Chalon vont ainsi organiser son développement, et notamment créer divers hospices et instituer des péages. C'est ainsi que, en 1282, Jean Ier de Chalon-Arlay fils de Jean Ier de Chalon (dit Jean de Bourgogne, Jean l'Antique ou Jean le Sage) crée un hospice, classiquement pour soigner les voyageurs malades et lutter contre les maladies de l'époque, telles la lèpre et la peste.

Dans la charte de franchises accordée le 15 août 1393 par Jean III de Chalon-Arlay aux Hôpitaux et à Métabief[6], il est pour la première fois cité l'Hôpital-Viel et l'Hôpital-Neuf, première apparition des deux noms distincts.

Au cours de la guerre de Dix Ans, épisode comtois de la guerre de Trente Ans, le village des Hôpitaux-Vieux est entièrement détruit en 1639 par les Suédois, nom donné à l'époque aux mercenaires mi-allemands mi-suédois de Bernard de Saxe-Weimar, destruction à laquelle échappe les Hôpitaux-Neufs.

L'année 1780 voit un incendie ravager une partie du village, la partie non détruite prenant alors officiellement le nom les Hôpitaux-Vieux[7].

Le péage de Jougne, instauré depuis plusieurs siècles, est supprimé en cette même année 1780.

En 1871, une partie de l'armée de Bourbaki, en retraite vers la Suisse, traverse le village pour gagner la frontière à Vallorbe.

L'arrivée du chemin de fer, en 1875, ouvre une nouvelle ère de développement pour Les Hôpitaux-Neufs et les villages des alentours. À cause de la déviation de la ligne Frasne-Vallorbe par le tunnel du Mont-d'Or en 1915, le trafic voyageurs est interrompu sur la ligne passant par Jougne le , puis, dans la nuit du 17 au 18 juin 1940, le tunnel de Jougne est partiellement détruit par l'armée française, empêchant définitivement tout trafic avec la Suisse.

Dans la soirée du , c'est de la gare des Hôpitaux-Neufs - Jougne que le maréchal Pétain, qui s'était constitué prisonnier au poste frontière franco-suisse de Vallorbe quelques heures plus tôt, monta dans le train spécial qui devait le ramener à Paris, escorté par le général Koenig[8].

L'exploitation ferroviaire du tronçon Pontarlier - Les Hôpitaux-Neufs cesse alors définitivement en 1969.

C'est enfin à partir des années 1950-1960 que le développement des sports d'hiver autour de la station de Métabief donne aux Hôpitaux son visage actuel, complété à partir des années 1990 par le développement du VTT.

Économie[modifier | modifier le code]

En 2009, elle est la commune la plus riche du département au vu du la médiane du revenu fiscal des ménages par unité de consommation avec une médiane de 29 394 euros.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de 1792 à 2001[9]
Période Identité
1792-1794 Antoine Damase Paquette
1794-1808 Pierre Joseph Paquette
1809-1824 Philippe Robbe
1824-1835 François Florian Paquette
1835-1840 Auguste Séraphin Paquette
1841-1842 François Flavien Robbe
1844-1862 François Florian Paquette
1862-1863 Auguste Constant Thomet
1864-1877 François Florian Paquette
1878-1897 Amédée Paquette
1898-1903 Jules Martinet
1903-1912 Charles Robbe
1913-1919 Eugène Perret
1920-1945 Antoine Frédéric Maire (1881-1957)
1945-1958 André Ernest Robbe
1958-1965 Charles Henri Faivre
1965-1977 Pierre Pinel
1977-1989 Robert Regard
1989-2001 Claude Jeannin


Liste des maires successifs depuis 2001
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jacqueline Salvi    
mars 2008 en cours
(au 5 décembre 2014)
Florent Paquette[10] DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Les Hôpitaux-Neufs faisait partie de la Communauté de communes du Mont d'Or et des deux Lacs[11] qui associe 19 communes et 8 500 habitants et dont le siège se trouve dans la commune voisine des Hôpitaux-Vieux.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 813 habitants, en augmentation de 11,68 % par rapport à 2009 (Doubs : 1,76 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
169 172 162 171 189 208 182 173 180
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
183 160 168 350 232 260 279 272 260
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
244 243 231 200 217 205 230 202 225
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
248 285 295 265 369 508 708 787 813
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, vue générale
  • Quelques rares anciennes fermes, désormais utilisées uniquement pour l'habitation, appartiennent encore au style des fermes du Haut-Doubs. Deux d'entre elles datent de la fin du XVIIe siècle, comme en témoignent les dates gravées dans la pierre au-dessus de la porte de la grange. Ces portes, cloutées, rappellent par ailleurs qu'une clouterie existait autrefois au village.
  • Depuis 1993, l'Association du chemin de fer touristique Pontarlier-Vallorbe (CFTPV) exploite un train touristique sous le nom de Coni'fer avec ses bénévoles. Après avoir reposé des rails sur une partie de l'ancienne plate-forme, elle exploite la section les Hôpitaux-Neufs-Jougne - Fontaine-Ronde longue de 8 km avec des trains tractés notamment par une locomotive à vapeur 030 T Tigerli construite en 1915 par SLM Winterthur[16].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Robbe (1884-1944), originaire des Hôpitaux-Neufs, architecte à Pontarlier, devenu maire de la ville (1929-1935), résistant, mort en déportation le . Il est notamment l'auteur du monument aux morts de la commune voisine de Jougne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Route des communes — Doubs (préf. Claude Jeannerot), C'Prim Édition, , 388 p. (ISBN 2-915193-14-2).
  2. http://www.hautecomte.com/hopitauxvieux/bm11.08.pdf
  3. http://www.habitants.fr/habitants_les-hopitaux-vieux_25308.html
  4. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre,
  5. Site de l'association La Grande Traversée du Jura.
  6. Répertoire des archives départementales du Doubs postérieures à 1789, publié en 1883.
  7. Eric Coulon, Marc Paygnard, Bourgs et villages du Doubs, Yens, Editions Cabedita, (ISBN 978-2-88295-428-2).
  8. Roger Maudhuy, Vichy, les procès de la collaboration, Bruxelles, Ixelles éditions, (ISBN 978-2-87515-379-1, [books.google.fr/books?id=1HCeEVmlIIYC&pg=PT285&dq=Pétain+%2B+fort+de+Montrouge&hl=fr&sa=X&ei=Dn9mU_LjCKaw0QWQ7oHgBQ&ved=0CD0Q6AEwAg#v=onepage&q=Pétain%20%2B%20fort%20de%20Montrouge&f=false lire en ligne])
  9. Source : De plume en échos…, bulletin municipal hors série no 1 de .
  10. Site officiel de la préfecture du Doubs, liste des maires.
  11. Site de la communauté de communes.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. Voir le site officiel de l'association

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claire Lemoine, Rémy Toulouse, Jean-Luc Flohic, Anita Six, Le patrimoine des communes du Doubs, Paris, Flohic éditions, (ISBN 978-2-84234-087-2), p. 970.
  • Eric Coulon, Marc Paygnard, Bourgs et villages du Doubs, Yens, Editions Cabedita, (ISBN 978-2-88295-428-2), p. 83.
  • Paul Laurens, Annuaire départemental du Doubs pour 1845, préfecture du Doubs, Besançon, , p. 151.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]