Les Hôpitaux-Vieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Hôpitaux-Vieux
Les Hôpitaux-Vieux
La mairie.
Blason de Les Hôpitaux-Vieux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Intercommunalité Communauté de communes des Lacs et Montagnes du Haut-Doubs
(siège)
Maire
Mandat
Louis Poix
2020-2026
Code postal 25370
Code commune 25308
Démographie
Gentilé Trouille-Boureau
Population
municipale
460 hab. (2018 en augmentation de 11,92 % par rapport à 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 24″ nord, 6° 22′ 03″ est
Altitude Min. 959 m
Max. 1 303[1] m
Superficie 14,21 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Frasne
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Les Hôpitaux-Vieux
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Les Hôpitaux-Vieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Hôpitaux-Vieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Hôpitaux-Vieux

Les Hôpitaux-Vieux est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants se nomment les Trouille-Bourreaux.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Les Hôpitaux-Vieux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (66,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55 %), zones agricoles hétérogènes (18,8 %), prairies (12,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,7 %), zones urbanisées (2,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existe deux théories relatant de l'histoire du village.

La première stipule que Jean Ier de Chalon-Arlay, fils de Jean l'Antique, fonde un hôpital près de Jougne en 1282, qui est appelé l'Hôpital vieil. Plus tard, un deuxième hôpital, appelé l'Hôpital neuf aurait été construit plus près de Jougne.

La seconde théorie dénonce le manque de véracité quant à l'existence d'hôpitaux en ces lieux. Cela proviendrait d'une erreur de traduction d'un texte, "hospes" ayant été traduit par "hôpital" au lieu de "hospitalité". Selon cette théorie, les personnes vivant à cet endroit offraient l'hospitalité aux voyageurs qui traversaient ce pays, comme il était coutume à cette époque, afin de se protéger du froid, du brigandage et des loups. De plus, selon ce point de vue, il serait aberrant qu'un quelconque hôpital ait existé ici, au vu de l'infime nombre de personnes vivant sur ces terres.

Comme beaucoup d'autres villages des alentours, celui des Hôpitaux-Vieux est entièrement détruit en 1639 par les Suédois, nom donné à l'époque aux mercenaires mi-allemands mi-suédois de Bernard de Saxe-Weimar, au cours de la guerre de Dix Ans, épisode comtois de la guerre de Trente Ans.

Une mine de fer est exploitée au lieu-dit le Miroir jusqu'au milieu du XIXe siècle[9]. Une dépression circulaire d'une dizaine de mètres de diamètre, désormais entièrement boisée, en est la seule trace visible dans le paysage.

Les habitants s'appellent les Trouille-Boureau. Ce nom proviendrait du bourreau de Jougne qui habitait les Hôpitaux-Vieux. Une autre hypothèse[10] rapprocherait trouille du mot du Moyen Âge troiller signifiant se vautrer dans la boue, et boureau de bouro, petit canard : référence possible à un endroit marécageux où se vautrent les canards...

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Jean-Pierre Jeannerod    
mars 2008 En cours
(au 1er juin 2020)
Louis Poix[11],[12]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 460 habitants[Note 2], en augmentation de 11,92 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
281287300277354332340352368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
366330315314315316322279241
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
254261253226219197198170166
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
162141140170245257332343353
2013 2018 - - - - - - -
411460-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La chapelle Sainte-Philomène : construite en 1835 par l'abbé Louvrier, la chapelle des Hôpitaux-Vieux est dédiée à sainte Philomène. Malgré cela, elle est tout entière à l'honneur de la mère de Dieu. Une très belle statue en bois semble recevoir dans ses bras toutes les prières qui lui sont adressées, quarante-cinq plaques de bronze honorent silencieusement les litanies de la sainte Vierge. Les verrières du fond de la nef sont ornées de deux vitraux, de même que l'oculus de la tribune. Ces vitraux sont signés et datés de 1933 de Joseph Benoit, maître verrier à Nancy. Ils se rattachent à une tradition du vitrail figuratif haut en couleur et imprégné d'histoire et d'imageries locales, appuyées ici sur une représentation du village sous forme d'un ensemble de fermes.
  • La mairie, construite en 1826.
  • La fromagerie, datant de 1920.


message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hôpitaux-Vieux (Les) Blason
Tiercé en pairle renversé : au 1er de gueules à la bande d'or accompagnée en chef d'une branche de laurier posée en bande et en pointe d'une croisette latine, le tout du même ; au 2e d'argent au sapin de sinople, au 3e d'azur billeté d'or, au lion couronné du même, armé et lampassé de gueules, brochant[17].
Détails
Le 1er évoque la maison de Châlon, brisée de la palme de sainte Philomène, le sapin au 2e les bois environnants, le 3e la Franche-Comté. Le choix d'un pairle renversé plutôt qu'un pairle standard permet d'évoquer le Mont de l'Herba.

Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir borne IGN au mont de l'Herba
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jean-Paul Jacob et Michel Mangin, De la mine à la forge en Franche-Comté : des origines au XIXe siècle, Les Belles-Lettres, Paris, (lire en ligne), p. 34.
  10. Selon le site internet de la communauté de communes du Mont d'Or et des deux Lacs consulté le 24 août 2010.
  11. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Les Hôpitaux-Vieux (Doubs) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 28 novembre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claire Lemoine, Rémy Toulouse, Jean-Luc Flohic, Anita Six, Le patrimoine des communes du Doubs, Flohic éditions, (ISBN 978-2-84234-087-2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]