Jean Ier de Chalon-Arlay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Ier.
Jean Ier de Chalon-Arlay
Jean I de Chalon-Arlay.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Père
Frères
Hugues de Chalon
Jean Ier de Chalon-Auxerre (en)
Hugues de ChalonVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Hugues Ier de Chalon-Arlay
Jean de Chalon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Blason famille fr Chalon Arlay.svg

Armoiries des sires de Chalon-Arlay : de gueules à la bande d’or chargé au franc quartier d’une étoile d’azur

Jean Ier de Chalon-Arlay (1258-1315) seigneur d’Arlay (1266-1315) et vicomte de Besançon (1295-1315).

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1248 à la mort du comte Othon III de Bourgogne, son père Jean Ier de Chalon devient régent du comté de Bourgogne pour son fils Hugues de Chalon, sa belle fille Adélaïde Ire de Bourgogne et son petit-fils Othon IV de Bourgogne.

Jean naît en 1258, fils du dernier Comte Jean Ier de Chalon, puis seigneur de Salins, et de Laure de Commercy, qui font construire une trentaine de chateaux fort dans la partie jurassienne du Comté de Bourgogne, autour de leur nouvelle seigneurie de Salins, dont le Château d’Arlay.

Il épouse vers 1272 Marguerite de Bourgogne (fille du duc Hugues IV de Bourgogne) puis en secondes noces Alix de Clermont-Nesle (fille du seigneur Raoul II de Clermont-Nesle de la Maison de Clermont-Nesle). Il a pour enfant :

Il participe au conflit qui oppose de 1294 à 1301 la ligue de barons comtois au roi Philippe IV de France.

En 1305 il est en guerre contre le Comte de Montbéliard Renaud de Bourgogne, pour le forcer à reconnaître sa suzerainté sur les châteaux voisins de Dramelay, Binans et Pimorin.

Il disparait en août 1315. Son fils Hugues Ier de Chalon-Arlay lui succède au titre de seigneur de Chalon-Arlay.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Romain Jurot, « Chalon, Jean de (Arlay) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne. consulté le 2016-05-03