Remoray-Boujeons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Remoray-Boujeons
Vue de l'église de Boujeons.
Vue de l'église de Boujeons.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Mouthe
Intercommunalité Communauté de communes des Lacs et Montagnes du Haut-Doubs
Maire
Mandat
Jean-Paul Vuillaume
2014-2020
Code postal 25160
Code commune 25486
Démographie
Population
municipale
396 hab. (2014)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 06″ nord, 6° 14′ 23″ est
Altitude Min. 849 m – Max. 1 166 m
Superficie 15,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Remoray-Boujeons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Remoray-Boujeons

Remoray-Boujeons est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Remoray dans la brume

La commune se situe dans la vallée des lacs Saint-Point et Remoray sur le bassin versant de la Drésine, affluent du Lac de Remoray. Cette vallée est reliée au sud au val des Combes Derniers. Une route permet de rejoindre à l'ouest le plateau de Nozeroy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formée au 1er janvier 1973 par l'association de Remoray : Remouray, Romoray en 1311 ; Remeray en 1399 ; Remouray en 186 ; Remoray depuis 1545 et Boujeons : Boujun, Boujum au XIIIe siècle ; Boujons, Bourgeons au XVIIe siècle ; Boujon en 1700[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vaux-et-Chantegrue Rose des vents
Mignovillard (Jura) N Labergement-Sainte-Marie
O    Remoray-Boujeons    E
S
Rondefontaine Sarrageois
Gellin
Brey-et-Maison-du-Bois

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Paul Vuillaume[2] DVD Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 396 habitants, en augmentation de 15,45 % par rapport à 2009 (Doubs : 1,76 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
311 305 318 313 311 310 337 375 418
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
383 390 355 359 380 353 359 320 321
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
300 282 254 187 173 170 161 154 155
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
141 141 220 184 210 284 316 382 396
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

cliquer pour agrandir
Lac de Remoray, au premier plan, lac de Saint-Point, au second plan, vus depuis le "belvédère des Deux-Lacs", commune de Brey-et-Maison-du-Bois, Doubs, France.
  • Remoray a donné son nom au lac de Remoray, situé au sud du lac de Saint-Point dans la vallée des deux lacs sur la commune de Labergement-Sainte-Marie. Ce lac fait partie de la réserve naturelle nationale du lac de Remoray.
  • Le centre de Remoray est caractérisé par une grand place regroupant l'église, la mairie, l'auberge autour du monument aux morts.
  • L'ancien presbytère de Remoray, restauré en 1835 par l'architecte Pompée, est converti en Maison du patrimoine. Il abrite un papier peint panoramique classé (arrêté du 21 mars 2002) qui date des années 1830 et représente l'histoire de Joseph. Le presbytère est bordé par un jardin de curé.
  • Boujeons possède un belle église, placée sous le vocable de la nativité de la Vierge[7]. Son clocher-porche est recouvert de tavaillons de métal rouge sur sa façade, et les tuiles vernissées de sa toiture à l'impériale dessinent un entrelacs typique des églises comtoises. L'église actuelle a été reconstruite au XIXe siècle, faisant suite à une première construction du XVIIe siècle. À noter un tableau représentant la nativité de la Vierge, datant sans doute de la fin du XVIIIe siècle, et dont l'auteur est resté anonyme, mais a pu s'inspirer d'une nativité de la Vierge du peintre espagnol Murillo, du XVIIe siècle, conservée au musée du Louvre. À noter également une statue de la Vierge à l'Enfant, sans doute du XVIIe siècle[7].
  • Plusieurs blockhaus construits par les Français avant 1939 au titre de la ligne Maginot, secteur fortifié dit « du Jura », se trouvent encore sur le territoire de la commune[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 1, 5, BESANÇON, CÊTRE, 1982, 1986
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. a et b Ministère de la culture
  8. Voir site consacré à la ligne Maginot

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Guiraud, « L'église de la nativité à Boujeons », Ensemble, no 37,‎ , p. 10 et 11 (ISSN 1775-5883)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]