Châtelblanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Châtelblanc
Châtelblanc
Vue de Châtelblanc.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Frasne
Intercommunalité Communauté de communes des Lacs et Montagnes du Haut-Doubs
Maire
Mandat
Samuel Hatri
2014-2020
Code postal 25240
Code commune 25131
Démographie
Population
municipale
125 hab. (2016 en augmentation de 11,61 % par rapport à 2011)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 25″ nord, 6° 07′ 00″ est
Altitude Min. 901 m
Max. 1 271 m
Superficie 20,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Châtelblanc

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Châtelblanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtelblanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtelblanc

Châtelblanc est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté. Châtelblanc possède un vaste domaine skiable connecté à la GTJ.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chastelblanc en 1374 ; Castro albo en 1444[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Arsure-Arsurette (Jura) Chaux-Neuve Rose des vents
N
O    Châtelblanc    E
S
Foncine-le-Haut (Jura) Chapelle-des-Bois Chaux-Neuve
Panorama du village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean l'antique[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini.

Située au sud-ouest de celle de Jougne la seigneurie de Châtelblanc était composée de Chaux-Neuve, Chapelle-des-Bois et Châtelblanc. Les premiers habitants de cette contrée avaient été envoyés par le monastère de Condat (nommé aussi abbaye de Saint-Oyand) pour défricher les montagnes boisées. Dans le courant du mois de novembre 1266, l'abbé Guido (ou Gui) donnait en fief à Jean Ier de Chalon, dit Jean l'antique, la terre inhabité comprise entre la source de l'Orbe jusqu'à l'orée de Mouthe. Le comte Jean et son épouse Laure de Commercy acceptaient cette inféodation devant Guillaume II de la Tour archevêque de Besançon ; cette charte stipulait que l'évêque se réservait la moitié des impôts à percevoir sur les fours, les moulins, la justice, les péages ainsi que la totalité des droits spirituels, de plus les deux parties auraient chacune un prévôt, enfin l'abbé se réservait la concession de la chasse mais dans le cas de gros gibiers, de faucons, d'épervier ou d'autres oiseaux de proies, le chasseur en aurait un tiers, le comte un autre tiers et l'abbé le troisième tiers[2].

La seconde charte[modifier | modifier le code]

En août 1301, l'abbé Étienne I de Villars demandait à revoir cette concession. En effet, il se plaignait qu'il était difficile de trouver des colons pour ces terres désolées aussi demandait-il à Jean Ier de Chalon-Arlay d'y construire une forteresse qu'il garderait à perpétuité dans sa famille mais ferait partie du fief du monastère ; les bourgs, villages, habitants et les revenus seraient pour moitié au couvent et pour l'autre à la maison de Chalon-Arlay ; la justice et son exécution serait sous l'autorité du seigneur mais les enquêtes et l'instruction seraient faites en commun ; les biens des condamnés et les amendes seraient partagés entre les deux parties. L'abbé se réservait les droits de patronage, d'offrandes et de sépultures ; la poix récoltée dans les forêts de la seigneurie ne pourrait être vendue qu'au seigneur de Chalon-Arlay (la noire valant cinq sous estevenant les cent livres et la blanche quatre sous). Ces nouvelles disposition étaient acceptées par Jean Ier de Chalon-Arlay et confirmées par Louis de Thoire-Villars, archevêque de Lyon[2].

Chatelblanc[modifier | modifier le code]

Village et clocher de Châtelblanc.

C'est en 1303 qu'apparaissait pour la première fois le nom de Châtelblanc et c'était à l'occasion de la rédaction de la charte de franchise de la seigneurie accordée par Jean de Chalon. Guillaume de la Baume, abbé de Saint-Oyand, confirmait ces franchises le 26 juin 1351, à cette occasion Châtelblanc est nommé « locus » ou « villa Castri albi ». En plus des droits de la seconde charte, Guillaume ajoutait « le droit de Joyeux avénement, les frais de route à la cour de Rome et l'aide pour rançon » en échange les habitants étaient déclarés « libres et exempts de toute collecte, prise, corvée, exaction et mauvaise coutume ». Ces avantages attirèrent des colons qui formèrent des hameaux et des villages aux alentours, mais sous prétexte que ces droits ne concernaient pas les étrangers le sire de Chalon et l'abbé voulurent les réduire en servitude ce qui devait faire fuir les nouveaux habitants. Afin de les faire revenir pour peupler durablement leurs terres, les deux seigneurs déclarèrent dans des chartes de 1364 et de 1384 : «  quils ôtoient, quittoient et remettoient perpétuellement à leurs hommes et femmes rèsidens ès dits lieux, aux présents et à ceux qui pour le temps à venir demeureront et résideront, pour eux et leurs hoirs, la dite mortemain, promettant en bonne foi par nostre serment donné sur les saints Evangiles, pour nous, nos hoirs, et ceux qui cause ont ou auront de nous, de tenir fermement, et non contrevenir en aucune manière audit traité ». Ces mêmes franchises étaient accordées à Chaux-Neuve, à Chaux-Choulet (aujourd'hui Chauchoulet, lieu-dit à 500 mètres de Châtelblanc), à Bois-d'Amont, à Belle-Fontaine, à une partie du territoire Des Rousses et de Morbier. En 1372, Hugues II de Chalon-Arlay accordait aux habitants de Foncine le droit d'usage dans les terres de Châtelblanc depuis les limites de Mouthe jusqu'à Saint-Claude moyennant une cense annuelle de cinquante livres de cire[2].

L'inventaire de Châtelblanc[modifier | modifier le code]

Le 22 mai 1499, des commissaires étaient envoyés à Chatelblanc afin de connaitre l'état de cette seigneurie qui comptait alors trente « chézeaux » (nom donné aux habitations). Parmi les habitants de cette époque les commissaires relevaient les noms de Benoit Bourgeois, Claude Bourgeois, Benoit Blondéal, Benoit Jéhannet, Claude Jéhannet, Jean Faulconnet, Philippe Faulconnet, Jean Guichard, Philippe Michiel, Pierre Michiel, Jean Michiel, Claude Griffon, Pierre Griffon, Claude Bruillart, Benoit Bruillart, Michel Bruillart, Jacques Fumey... Ils notaient que la ville n'était pas fermée de murailles alors qu'une des clauses des franchises stipulaient que la construction des murs, leur réparation, l'ouverture et l'entretien des fossés étaient à la charge du seigneur ; ils ajoutaient « qu'à l'endroit de la dernière maison, du côté du vent à jurant avons vu une montagne ronde assez haute, sur laquelle on voit bien loin, tant du côté de Mouthe que du côté devers Foncine, et au-dessus de laquelle on dit communément quil y souloit avoir un chastéal, et au-dessus il y a des cicatrices, enseignes et apparences de tranchis et édifices ; pour raison de quoy ladite ville de Châtelblanc a pris son nom, comme l'on voit et croit communément. Ladite ville est assise en un assez haut lieu (dans la vallée), dont environ la moitié pend contre bise, et l'autre contre vent : l'eau qui vient d'un côté tire au Doubs, et celle qui tombe de l'autre se tend à la rivière d'Ain ». Cette même année, en plus de la reconnaissance de dîmes que les habitants devaient faire, il leur était demandé de faire « monstre d'arme » devant leur châtelain, ceux de Chaux-Neuve et de Chaux-Choulet déclaraient devoir pour chacun d'eux une « poulaille » à la Saint-André ainsi que le douzième denier pour la vente de leurs héritages, qu'en cas d'échange ils ne devaient rien sauf s'il y avait une plus value en argent[2].

En 1633 était fondée une chapelle à Châtelblanc par Pierre Blondeau, tabellion général en Bourgogne et juge châtelain de la seigneurie. Cette chapelle était consacrée en 1665 par Antoine-Pierre de Grammont, archevêque de Besançon. Elle possédait les reliques entières de saint Alexandre données en 1642 par des frères de l'ordre de la Sainte Trinité[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Michel Blondeau-Patissier [3] UMP  
mars 2014 En cours Samuel Hatri SE Artisan
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

La mairie.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 125 habitants[Note 1], en augmentation de 11,61 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500449470487547531500507504
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
511492502418422423403310303
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
279272223197187170146132133
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
140131123114104102104112122
2016 - - - - - - - -
125--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Croix de la Combille à Châtelblanc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, BESANÇON, CÊTRE,
  2. a b c d et e recherches historiques sur la ville de Pontarlier
  3. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Chronologie: Dominique-François Bourgeois de Châteaublanc sur kronobase.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Ignace Joseph Bourgon, Recherches historiques sur la ville et l'arrondissement de Pontarlier, 1841, p. 264 à 281 books.google.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :