Conseil des cardinaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Conseil des cardinaux, également appelé C9[1] est une commission de neuf cardinaux nommés par le pape François pour « aider le Saint-Père dans le gouvernement de l'Église universelle et pour étudier un projet de révision de la constitution apostolique Pastor Bonus ».

Création[modifier | modifier le code]

Le conseil est d'abord créé de manière informelle un mois jour pour jour après l'élection du pape François, le et annoncé par un simple communiqué de la secrétairerie d'État[2]. Sa création est officialisée le 28 septembre suivant par un décret pontifical sous forme de chirographe [3],[4].

Le premier paragraphe du document explique que la création de ce conseil est une suite logique aux « suggestions apparues au cours des Congrégations générales des cardinaux précédant le conclave ». Le groupe de huit cardinaux obtient alors un large mandat pour conseiller le souverain pontife dans le gouvernement de l'Église universelle et pour étudier un plan de révision de la Constitution apostolique sur la Curie romaine Pastor Bonus, les cardinaux de ce conseil pouvant être consultés aussi bien collégialement qu'individuellement.

La création de ce conseil est présentée comme la « Méthode Bergoglio », à savoir un système de contrepoids et de contrôles réciproques, façon de procéder tout à fait dans l'esprit jésuite[5]. Cette méthode lui permet ainsi de « s'attaquer de front à la réforme de la Curie sur laquelle avait buté Benoît XVI » explique Olivier Royè spécialiste des religions à l'European University Institute[6].

Membres[modifier | modifier le code]

À sa création le 13 avril 2013, la commission était composée de huit cardinaux assisté d'un évêque faisant fonction de secrétaire. Elle était alors surnommée C8. La composition de la commission a été complétée le 1er juillet 2014, après sa création comme cardinal, du secrétaire d'État Pietro Parolin[1].

Elle est actuellement composée de 9 cardinaux:

Le groupe est coordonné par le cardinal Óscar Andrés Rodríguez Maradiaga et assisté du secrétaire Marcello Semeraro, évêque d'Albano.

Rencontres[modifier | modifier le code]

Le conseil a tenu sa première réunion du 1er au 3 octobre 2013. Dans un communiqué publié après la clôture de la réunion[7], le porte-parole du Saint-Siège précise que l'intention des cardinaux est de proposer une nouvelle constitution apostolique sur la Curie romaine, en remplacement de la constitution Pastor Bonus promulguée par le pape Jean-Paul II. Le texte envisagé, dont la préparation prendra du temps, « insistera sur le caractère de service de la Curie envers l’Église, universelle comme locale, et fera passer d'un exercice centralisé du pouvoir au principe de la subsidiarité sous tous ses aspects. Les Cardinaux ont insisté sur le fait que la Secrétairerie d'État doit être le secrétariat du Pape, le terme État ne devant plus porter à confusion. »

Le Conseil se penchera sur la question des relations entre les chefs des dicastères et le pape, et la coordination entre les différents organes. « Il a été question à ce propos d'un Modérateur de la Curie et des compétences qui pourraient être les siennes. Mais aucune décision n'a été arrêté ».

La seconde réunion a lieu du 3 au 5 décembre suivant et s'intéresse en particulier à la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements[8].

Lors de la troisième réunion du 17 au 19 février 2014, sont abordées les questions relatives à l'organisation économique et administrative du Saint-Siège[9]. La promulgation le 24 février du motu proprio Fidelis dispensator et prudens créant le Secrétariat pour l'économie et le Conseil pour l'économie fait suite à cette réunion. Pietro Parolin, à la veille de sa création cardinalice, assiste à cette réunion du conseil sans en être formellement membre.

La réunion suivante a lieu du 28 au 30 avril. Elle poursuit ses travaux sur les questions administratives et financières et se penche également sur l'organisation des conseils pontificaux[10].

Les cardinaux se retrouvent encore du 1er au 4 juillet. Ils abordent lors de cette réunion les questions liées au Gouvernorat de l'État de la Cité du Vatican, de la Secrétairerie d'État et de l'I.O.R[11].

La sixième réunion a lieu du 15 au 17 septembre. Elle aborde la question des dicastères autres que les structures administratives et financières traitées au cours des précédentes réunions[12].

Le groupe se réunit à nouveau du mardi 9 au jeudi au Vatican. Au cours de cette session, les cardinaux poursuivent leur réflexion sur la réforme de la curie, et en particulier travaillent sur l'hypothèse de deux grands conseils pontificaux, l'un consacré aux laïcs et aux familles l'autre à la justice, à la paix et à la charité. Ils font également un point sur la Commission pontificale pour la protection des mineurs ainsi que sur la réorganisation des structures économiques du Saint-Siège[13].

La huitième rencontre du groupe a lieu du 9 au . Elle précède le consistoire extraordinaire convoqué les 12 et 13 février pour présenter aux cardinaux l'état d'avancement des travaux du C9. Outre la préparation des rapports à présenter lors du consistoire, les cardinaux ont travaillé sur le Conseil pontifical pour la culture et sont revenus sur les questions liées aux moyens de communication du Saint-Siège ainsi que sur les statuts, en cours de finalisation, du secrétariat et du conseil pour l'économie[14].

La réunion suivante a lieu du 13 au . Elle fait le point sur les observations et propositions formulées lors du consistoire de février et aborde plus particulièrement la question des moyens de communications du Saint-Siège et la possibilité de réunir plusieurs organismes au sein de deux nouvelles congrégations qui auraient pour compétence les domaines de la charité, de la justice et de la paix d'une part et d'autre part de la famille, des laïcs et de la vie[15].

Le groupe se retrouve une dixième fois du 8 au . Ses travaux couvrent alors de nombreux sujets. Pour la première fois, il travaille sur le préambule de la future constitution apostolique destinée à remplacer Pastor Bonus. Il entend le cardinal George Pell sur la mise en place des nouvelles instances financières. Est également approuvée par le conseil puis validée par le pape une proposition du cardinal Sean O'Malley visant à instituer, au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi, une nouvelle section judiciaire chargé de juger les évêques qui auraient manqué à leur devoir de dénonciation d'abus sexuels sur mineurs dont ils auraient eu connaissance. Le conseil examine et approuve également les conclusions du groupe de travail sur les médias qui propose d'intégrer, dans un délai de quatre ans, les différents services liés à la communication du Saint-Siège, en un dicastère unique. Les services concernés seraient le Conseil pontifical pour les communications sociales, la Salle de presse du Saint-Siège, Radio Vatican, le Centre de télévision du Vatican, l'Osservatore Romano, le service photographique, la Librairie vaticane, la Typographie vaticane, et le Bureau Internet du Vatican. Enfin, le conseil a entendu un rapport sur l'encyclique Laudato Sii et les modalités de sa publication prévue le 18 juin[16].

La onzième rencontre a lieu du 14 au sans le cardinal Óscar Andrés Rodríguez Maradiaga, coordinateur du conseil, absent pour raisons de santé. Elle formalise une proposition de création d'une neuvième congrégation au sein de la curie romaine chargée des laïcs et de la famille. Cette congrégation pourrait rassembler les conseils pontificaux pour la famille et pour les laïcs ainsi que l'académie pontificale pour la vie qui garderait malgré tout une existence propre au sein du nouveau dicastère. Les cardinaux ont ensuite réfléchi à l'opportunité de la création d'une autre congrégation autour des thèmes de la justice, de la charité et de la paix. La rencontre a également permis d'évaluer les premiers pas du secrétariat pour la communication, de réfléchir aux critères de sélection des nouveaux évêques et de poursuivre les travaux relatifs aux abus sexuels sur des mineurs[17].

La douzième rencontre se tient du 10 au . Lors de cette session, le conseil a fait le point sur les chantiers entamés précédemment : création de deux nouvelles congrégations, audit sur les organisme financiers et économiques du Saint-Siège, travail de la commission pontificale pour la protection des mineurs. Il a également auditionné le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la congrégation pour les Églises orientales et commencé à réfléchir à la notion de décentralisation que le pape a reliée à celle de synodalité lors de son discours du 17 octobre à l'occasion des 50 ans de la création du synode des évêques et qui pourrait servir de « boussole » dans le cadre de la réforme de la curie. Ce thème sera à nouveau inscrit à l'ordre du jour de la prochaine réunion de travail[18].

La treizième rencontre se déroule sur une journée et demie, les 8 et . Elle est l'occasion d'approfondir la réflexion au sujet de la synodalité et de la décentralisation et de présenter au pape les propositions du conseil concernant les deux nouveaux dicastères «Laïcs, famille et vie» d'une part, «Justice, paix et migrations» d'autre part. Comme lors des précédentes réunions, les cardinaux O’Malley et Pell ont présenté respectivement les travaux de la commission pontificale pour la protection des mineurs et les travaux relatifs aux réformes des structures économiques du Saint-Siège[19]

La quatorzième rencontre a lieu du 11 au . Elle traite principalement de l'organisation et des missions des congrégations romaines. Elle est également l'occasion de réfléchir aux critères de sélection des évêques et au rôle des nonces apostoliques[20].

Le conseil se réunit pour la quinzième fois du 6 au . Avant d'entendre les rapports des cardinaux Reinhard Marx et George Pell sur les questions économiques, du cardinal Sean O'Malley sur les travaux de la commission de protection des mineurs et de Mgr Dario Edoardo Viganò, préfet du secrétariat pour la communication, sur la réforme des médias du Saint-Siège, le conseil s'était penché sur les statuts et compétences de divers dicastère en vue de préparer la future constitution apostolique. Les travaux ont porté spécifiquement sur la secrétairerie d'État, les congrégations pour les évêques, pour l’éducation catholique, pour les Églises orientales et pour le clergé et sur les conseils pontificaux pour la culture, pour la promotion de l'unité des chrétiens et pour le dialogue interreligieux. Quelques jours après la publication des statuts ad experimentum du nouveau dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, le conseil affine et confirme le projet de création d'un autre dicastère pour la charité, la justice et la paix[21].

Les cardinaux se réunissent à nouveau du 12 au . Leur réunion permet de faire un bilan des réformes officialisées au cours de l'été (créations du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie et du dicastère pour le service du développement humain intégral) et de réfléchir au rôles des congrégations pour les évêques, pour le clergé et pour l'éducation catholique et du conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens. Les réflexions portent également à nouveau sur le profil spirituel et pastoral nécessaires pour les évêques ainsi que sur le service de la diplomatie apostolique en considérant en particulier la grande responsabilité pour les nonces apostoliques que constitue le choix de candidats à l'épiscopat[22].

La dix-septième rencontre du conseil a lieu du 12 au . Elle permet une nouvelles fois de faire un point sur les nouvelles structures, notamment les deux nouveaux dicastères, mais elle permet également d'avancer dans la réflexion concernant les congrégations pour l'évangélisation des peuples, pour les évêques et pour les Églises orientales ainsi que la secrétairerie d'État, les propositions du conseil concernant les congrégations pour la doctrine de la foi, pour la vie consacrée et les sociétés de vie apostolique et pour les causes des saints ainsi que pour le conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens ont été remises au pape dans leur version définitive[23].

Le conseil se réunit à nouveau du 13 au . Les travaux se poursuivent concernant les congrégations pour l'évangélisation des peuples et pour les Églises orientales et le conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Le conseil amorce également une réflexion autour de la diaconie de la justice en s'attardant en particulier sur la question des tribunaux du Saint-Siège[24].

Au cours de sa dix-neuvième session de travail, du 24 au , le conseil poursuit ses travaux visant à la réforme de la curie en s'attardant particulièrement sur la congrégation pour l'évangélisation des peuples, les conseils pontificaux pour le dialogue interreligieux, et les textes législatifs et sur les instances judiciaires du Saint-Siège. La formation des personnels, religieux et laïcs, au service du Saint-Siège a également été abordée ainsi que les rapports entre Rome et les Églises locales[25]. Le Cardinal Seán O'Malley a abordé la question de l'éducation des mineurs dans le cadre du travail de la Commission pontificale pour la protection des mineurs.

La vingtième rencontre du conseil a lieu du 12 au . Elle s'attache en particulier à étudier la relation entre la curie romaine et les Églises locales, avec le souhait de promouvoir une « saine décentralisation » et la possibilité d’élargir la consultation en vue de la nommination des évêques à des religieux et à des laïcs. Cette réunion a également permis de relire les textes en cours de préparation concernant plusieurs des dicastères. [26].

La réunion suivante est prévue du 11 au 13 septembre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Radio Vatican, « Le C8, devenu le C9, poursuit ses travaux pour une réforme de la Curie », sur press.vatican.va, (consulté le 2 juillet 2014)
  2. VIS, « Communiqué de la secrétairerie d'État », sur http://visnews-fr.blogspot.fr, (consulté le 23 août 2014)
  3. VIS, « Création d'un conseil de cardinaux », sur http://visnews-fr.blogspot.fr, (consulté le 23 août 2014)
  4. Pape François, « Chirographe par lequel est institué un conseil de cardinaux pour aider le Saint-Père dans le gouvernement de l’Église universelle et pour étudier un projet de révision de la constitution apostolique Pastor bonus sur la curie romaine », sur w2.vatican.va, (consulté le 23 août 2014)
  5. Le pape François étant un Jésuite
  6. Pierre de Gasquet et Pascale-Marie Deschamps et Stephano Lupieri, « Saint Patron - Comment il réforme le Vatican », Enjeux - Les Échos, Les Échos, no 314,‎ , p. 41 à 49 (ISSN 1167-2196)
  7. VIS, « Vers une nouvelle constitution pour la Curie romaine », sur http://visnews-fr.blogspot.fr, (consulté le 23 août 2014)
  8. VIS, « Seconde session du conseil des cardinaux », sur http://visnews-fr.blogspot.fr, (consulté le 23 août 2014)
  9. VIS, « troisième réunion du conseil des cardinaux », sur http://visnews-fr.blogspot.fr, (consulté le 23 août 2014)
  10. VIS, « Réunion du conseil des cardinaux », sur http://visnews-fr.blogspot.fr, (consulté le 23 août 2014)
  11. VIS, « Réunion du conseil des cardinaux », sur http://visnews-fr.blogspot.fr, (consulté le 23 août 2014)
  12. « Fin cet après-midi de la VI réunion du Conseil des Cardinaux », sur news.va, (consulté le 11 décembre 2014)
  13. « C9 : les réformes suivent leur cours au Vatican », sur news.va, (consulté le 11 décembre 2014)
  14. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Briefing del Direttore della Sala Stampa sull’ottava Riunione del Consiglio di Cardinali (9-11 febbraio 2015) », sur news.va, (consulté le 11 février 2015)
  15. News.va, « C9 : réforme des médias et des dicastères au programme », sur news.va, (consulté le 15 avril 2015)
  16. News.va, « Conclusion du conseil des cardinaux », sur news.va, (consulté le 10 juin 2015)
  17. News.va, « Compte rendu de la réunion du Conseil des Cardinaux », sur news.va, (consulté le 16 septembre 2015)
  18. News.va, « Synodalité et décentralisation au cœur de la réforme de la Curie », sur news.va, (consulté le 14 décembre 2015)
  19. News.va, « Réforme de la Curie : le "C9" poursuit ses travaux », sur news.va, (consulté le 9 février 2016)
  20. News.va, « Le C9 poursuit sa réflexion sur la réforme de la Curie », sur news.va, (consulté le 16 avril 2016)
  21. News.va, « Réforme de la Curie : le C9 s'est réuni pour sa 15e session », sur news.va, (consulté le 9 juin 2016)
  22. News.va, « Le C9 poursuit son étude des réformes de la Curie et de l'Église », sur news.va, (consulté le 20 février 2017)
  23. News.va, « Le C9 poursuit ses travaux sur la réforme de la Curie romaine », sur news.va, (consulté le 20 février 2017)
  24. News.va, « Le C9 poursuit ses travaux sur la restructuration de la Curie », sur news.va, (consulté le 20 février 2017)
  25. News.va, « Gestion du personnel, décentralisation : le C9 poursuit ses travaux sur la réforme de la Curie », sur news.va, (consulté le 26 avril 2017)
  26. News.va, « Le C9 poursuit ses travaux en vue d'une «saine décentralisation» du gouvernement de l'Église », sur news.va, (consulté le 14 juin 2017)

Sources[modifier | modifier le code]