Serviteur de Dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thérèse Rodon i Asencio, religieuse catholique, « servante de Dieu », premier degré de son procès de canonisation par l'Église catholique.

Dans l'Église catholique, un serviteur de Dieu (ou au féminin : une servante de Dieu), indique une personne décédée reconnue par l’Église catholique comme ayant eu une piété, une ferveur religieuse ou un dévouement remarquable. C'est le premier titre de distinction accordé par l'Église avant ceux plus importants de vénérable, bienheureux et saint.

Progressivement, l'appellation « serviteur de Dieu » a revêtu un caractère canonique (juridique) très précis, devenant un titre donné à un fidèle catholique décédé pour qui l'évêque diocésain a ouvert un procès en béatification, sur lequel statuera le Saint-Siège ; cet usage est fixé notamment par l'article 4 § 2 de l'Instruction Sanctorum Mater de la Congrégation papale pour les causes des saints () : « Le fidèle catholique dont a été entreprise une cause de béatification et de canonisation est appelé serviteur de Dieu »[1].

Traditions[modifier | modifier le code]

Le titre de « serviteur de Dieu » (ou « servante de Dieu ») est répandu depuis la tradition chrétienne la plus antique. En tant que tel, quoique sans aucune notion juridique, il existe aussi dans le judaïsme et l'islam[2]. Toutefois, son usage le plus courant aujourd'hui est celui qu'en donne l'Église catholique.

Dans la Bible et la liturgie catholique, le titre de servus Dei (et ses synonymes : minister, famulus…), ancilla au féminin, est utilisé, notamment dans les Psaumes, dans des versets repris par la liturgie et appliqués à n'importe quel fidèle. En particulier : « Salvum fac servum tuum, Deus meus, sperantem in te : mon Dieu, sauve ton serviteur qui s'appuie sur toi » (Ps. 85, 2).

Ainsi, dans l'ancien rituel des exorcismes, le prêtre officiant était désigné du titre de « serviteur de Dieu », et devait se désigner lui-même au cours du rituel comme : « ut indignissimo servo tuo… : et à moi, ton serviteur très indigne », et l'utilisait même pour la personne tourmentée : « Deus… respice super hunc famulum tuum : Dieu… Regarde ton serviteur ici ».

Première étape du procès de canonisation[modifier | modifier le code]

« Serviteur de Dieu » est la première étape dans un processus qui conduit à être ensuite déclaré « Vénérable (Serviteur de Dieu) », à la suite d'un décret, du seul ressort du Saint-Siège, dit « décret d'héroïcité des vertus » ou, s'il y a lieu, de martyre, puis honoré par le titre de « bienheureux » lors de l'aboutissement positif du procès de béatification, après une confirmation de miracles attribués à la personne honorée. Enfin, en dernière étape, vient l'aboutissement positif du procès de canonisation, et la personne décédée ainsi honorée reçoit le titre perpétuel de « saint ».

Exemples[modifier | modifier le code]

Un exemple d'ouverture d'un procès de béatification est disponible sur le site du diocèse du Mans : le procès de béatification de la « Servante de Dieu », l'impératrice Zita de Bourbon-Parme a été ouvert le par l'évêque du Mans. Celui-ci avait reçu du Saint-Siège une autorisation en ce sens, du fait des liens spirituels très forts qui unissaient Zita à l'Abbaye Sainte-Cécile de Solesmes (située dans ce diocèse), où elle passait plusieurs mois chaque année[3].

Le procès de béatification de Jean-Paul Ier[4] a été ouvert : l'intéressé a depuis le le titre de « vénérable »[5]. En 2021, une guérison miraculeuse obtenue par son intercession a été reconnue, ce qui ouvre la voie à la béatification. Le miracle attribué au pontife est survenu le 23 juillet 2011 à Buenos Aires (Argentine) et concerne une fillette de onze ans alors hospitalisée depuis plusieurs mois et dont le pronostic vital était engagé. La patiente a guéri de manière inexpliquée d’une « encéphalopathie inflammatoire aiguë sévère, d’une épilepsie réfractaire maligne et d’un choc septique » [6].

Pie XII est lui aussi « vénérable » depuis le . Parmi les autres papes récents, Jean XXIII et Jean-Paul II ont été canonisés le , et Paul VI l'a été le .

Figurent également dans cette liste de « Serviteurs de Dieu » (par ordre chronologique de décès) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/csaints/documents/rc_con_csaints_doc_20070517_sanctorum-mater_fr.pdf
  2. Les prénoms Abdias et Abdallah signifient « servant de Dieu » respectivement en hébreu et en arabe.
  3. Diocèse du Mans « Copie archivée » (version du 10 juillet 2011 sur l'Internet Archive) : Béatification de l'impératrice Zita (URL contrôlée le 26 juin 2010).
  4. http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/csaints/documents/rc_con_csaints_doc_20031123_papa-luciani_it.html
  5. « Le pape Jean Paul Ier reconnu vénérable », Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Jean Paul Ier reconnu bienheureux », sur Aleteia, (consulté le )
  7. http://beatificationdevan.org
  8. « Ouverture de la cause de béatification de la fondatrice des Focolari », Radio vatican,‎ (lire en ligne)