Étienne de Montety

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montéty.
Étienne de Montety
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
Pseudonyme
Potron-JacquetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Étienne de Montety, né le dans le 15e arrondissement de Paris, est un écrivain et journaliste français[1].

Famille[modifier | modifier le code]

La famille de Montety est une famille d'ancienne bourgeoisie originaire de Guyenne[2]. Elle est issue d'Antoine de Montety, né en 1637, bourgeois de Saint-Georges-de-Luzençon, actuel département de l'Aveyron. Louis Albert de Montety, né en 1849 à Séverac (Aveyron), a été élu en 1885 et 1889 député monarchiste de son département natal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne de Montety a fait ses études à l'université Paris X-Nanterre, où il a obtenu une maîtrise de droit et sciences politiques et un DESS de sciences politiques[1]. Directeur adjoint de la rédaction du Figaro et directeur du Figaro littéraire (supplément paraissant le jeudi) depuis 2006, il a dirigé les pages « Débats Opinions » du quotidien entre 2008 et 2012. Il assure une chronique quotidienne sur la langue française intitulée « Un Dernier mot ».

Il a utilisé le pseudonyme « Potron-Jacquet »[3]. pour sa collaboration au journal Neuf paraissant dans les Yvelines dans les années 80, où il a écrit ses premiers articles.

Depuis 2008, il organise à Versailles le salon Histoire de Lire, qui se tient à l'Hôtel de Ville et réunit des historiens.

Depuis 2012, il participe à l'école Pierre-Claver, fondée par l'écrivain et philosophe Ayyam Sureau, en donnant des cours à des réfugiés.

Il est membre du conseil d'administration de l'association Lire pour en sortir, fondée par l'avocat Alexandre Duval Stalla, qui promeut des initiatives en faveur de la lecture en prison.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Who's Who in France, édition 2008, page 1603
  2. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobiliaire-Français, éd.Sedopols, 2012,p.584
  3. Emmanuel Ratier (préf. Henry Coston), Encyclopédie des pseudonymes, t. I, Paris, Faits et Documents, (ISBN 2-909769-10-0), p. 310.
  4. Le prix Eve Delacroix sur le site de l'Académie française

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]