Jean-François Colosimo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-François Colosimo
Colosimo-2018.jpg
Jean-François Colosimo en novembre 2018
Fonctions
Président
Centre national du livre
-
Président-directeur général
Éditions du Cerf
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Anastasia Colosimo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Membre de
Comité pour l'histoire préfectorale (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Jean-François Colosimo, né le à Avignon, est un théologien orthodoxe, historien, éditeur, documentariste et essayiste français. Il est le directeur général des éditions du Cerf depuis 2013, après avoir été président du Centre national du livre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Jean-François Colosimo a suivi, entre 1978 et 1988, des études de philosophie, de théologie, d'histoire et de science des religions à la Sorbonne et à l’École pratique des hautes études (Paris), à l’université Aristote (Thessalonique)[1], à l'université Fordham et à l’Institut Saint-Vladimir (New York), et a mené deux séjours de recherche au mont Athos et au mont Sinaï[2].

Spécialiste du christianisme et de l’orthodoxie (il est lui-même chrétien orthodoxe), il enseigne depuis 1990 l'histoire de la philosophie et de la théologie byzantines à l’Institut Saint-Serge[3]. Il est membre du comité d'orientation scientifique de l’Institut européen en sciences des religions et a été correspondant scientifique de la Fondation pour l'innovation politique.

Parcours[modifier | modifier le code]

De 1988 à 2010, Jean-François Colosimo a mené une carrière d’éditeur. Après avoir été conseiller littéraire chez Stock et directeur littéraire chez Lattès, directeur éditorial chez Odile Jacob, puis à la Table Ronde, il a été directeur général de CNRS Éditions de 2006 à 2010.

Depuis les années 2000, il publie chez Fayard une série d'ouvrages interrogeant les métamorphoses contemporaines de Dieu et les implications socio-politiques qu'elles induisent.

Jean-François Colosimo a également une activité journalistique. Rédacteur en chef des Cahiers de la Table Ronde (2003-2006), membre du comité de rédaction de la revue 2050 (2004-2008), chroniqueur au Monde des religions, à Jeux d’épreuves sur France Culture, au Grand Débat de Radio Notre-Dame, il collabore régulièrement à plusieurs médias écrits et audiovisuels.

Il est aussi engagé dans l’action publique et a participé, depuis 2002, à diverses commissions et missions d’État sur les affaires politiques, étrangères et culturelles.

De 2012 à 2015, il est membre du Comité pour l'histoire préfectorale[4],[5].

Le , il est président du Centre national du livre, ayant été nommé à ce poste par le président de la République, Nicolas Sarkozy, sur proposition du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. Il en démissionne le [6] et devient président du directoire des éditions du Cerf[7].

Dès son arrivée aux éditions du Cerf, il engage le redressement de l'entreprise au prix du licenciement de près de 60 % du personnel[8]. Sous sa conduite, Olivier Faye, du journal Le Monde, déplore que la maison d'édition soit devenue « une rampe de lancement pour jeunes auteurs de la droite » comme Eugénie Bastié ou Laetitia Strauch-Bonart[9]. La maison d'édition a pourtant publié en parallèle de nombreux auteurs de gauche comme Chantal Mouffe, Gaël Brustier, Régis Debray, Jean-Yves Le Drian ou Clémentine Autain[10].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

La famille Colisimo est originaire de Calabre, au sud-ouest de l'Italie. Son père y exerçait la profession d'écorcheur (syn. de boucher) avant d'émigrer en France[11], et d'y fonder une famille. Jean-François Colosimo est le père de la politologue et essayiste Anastasia Colosimo[12].

Distinction[modifier | modifier le code]

Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en janvier 2008 sous Nicolas Sarkozy.

Publications[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Le Silence des Anges, 90 min, Artline, Arte.
  • 2000 : Les Cités de Dieu, Washington, Rome, Moscou, Jérusalem, 4 × 52 min, Artline, France 3.
  • 2003 : Le Temps des Juges, 2 × 52 min, Artline, France 3.
  • 2006 : Trois Chrétiens face à l’histoire, 52 min, CFRT, France 2.
  • 2009 : Iran, une puissance dévoilée, 1908-2008, Artline, Arte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Noël Blandin, « Jean-François Colosimo », sur republique-des-lettres.fr (consulté le 29 mars 2016)
  2. Nicolas Senèze, « Jean-François Colosimo à la tête des Éditions du Cerf », sur La Croix, (consulté le 29 mars 2016)
  3. Pierre Sautreuil, « L’institut Saint-Serge, joyau terni de l’orthodoxie française », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 5 décembre 2019)
  4. https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/47-vie-academique/8178-creation-du-comite-pour-l-histoire-prefectorale-au-min-de-l-interieur-et-nomination-de-ses-membres-arretes-du-5-mars-2012-jorf-25-mars-2012.
  5. https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/47-vie-academique/8238-comite-pour-l-histoire-prefectorale-nominations-jorf-20-oct-2015.
  6. Jérôme Dupuis, « Jean-François Colosimo, le président du CNL, démissionne », sur L'Express.fr, (consulté le 25 juin 2013)
  7. « L'ex-patron du CNL nommé aux éditions du Cerf », sur Le Figaro.fr, (consulté le 25 juin 2013)
  8. Voir http://www.livreshebdo.fr/article/le-cerf-se-restructure
  9. Olivier Faye, « Laurent Wauquiez cherche à capter le courant conservateur », sur lemonde.fr, (consulté le 22 octobre 2018)
  10. « https://www.editionsducerf.fr/librairie/rubriques/polemique/livre_z_a »
  11. « Jean-François Colosimo : un œil neuf au Centre national du livre », sur lesechos.fr, (consulté le 26 décembre 2018)
  12. Anastasia Colosimo : « Le blasphème est par essence un crime sans victime », Times of Israel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]