Funiculaire de Notre-Dame-de-la-Garde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ascenseur de Notre-Dame-de-la-Garde
Ascenseur vu depuis la rue Dragon
Ascenseur vu depuis la rue Dragon

Ouverture 1892
Fermeture 1967
Terminus Rue Dragon <> Basilique Notre-Dame-de-la-Garde
Points d’arrêt 2
Communes desservies Marseille

Le funiculaire de Notre-Dame-de-la-Garde est un ancien ascenseur incliné desservant la basilique Notre-Dame-de-la-Garde à Marseille. Mis en service en 1892, il est fermé en 1967 et détruit en 1974. Il a transporté 20 millions de passagers durant ses 75 années de fonctionnement.

Histoire[modifier | modifier le code]

La basilique est consacrée en 1864. Afin de desservir le site, une ligne d’omnibus est ouverte depuis le cours Saint-Louis, mais elle se révèle nettement insuffisante. De nombreux projets de funiculaires (voire d’aérostat) sont proposés. Le projet d'Émile Maslin, ingénieur aux Forges et Chantiers de la Méditerranée, est retenu par le conseil municipal en 1889. Il fonde la Société des Ascenseurs de Notre-Dame-de-la-Garde avec Jean-Élie Dussaud, propriétaire du terrain de la rue Jules-Moulet où doit être implantée la gare de départ. Le recteur de la basilique donne son autorisation pour l’implantation de la gare supérieure et les travaux de construction débutent en janvier 1890. Les ascenseurs sont inaugurés le 30 juillet 1892[1]. Dans la seule journée du 15 août 1892, le nombre des voyageurs dépasse 15 000[2].

À partir de 1896, la station basse est desservie par un omnibus partant du Chapitre. En 1906, une voie est posée dans la rue du Dragon pour permettre la desserte par le tramway de Marseille. Cette ligne est supprimée dès 1910[1].

L’ascenseur est rénové et les cabines remplacées en 1945-1946[1]. Mais le développement du transport automobile fragilise la rentabilité du funiculaire. Le à 18 h 30, le funiculaire cesse toute activité[3]. Les travaux de démolition commencent en mars 1974[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il était constitué de deux cabines pesant 13 tonnes à vide, circulant sur deux voies parallèles munies de crémaillères. Le mouvement était produit par un système dit « à balance d'eau » ; chaque cabine, outre ses deux étages qui pouvaient recevoir 50 passagers au total, était munie d'un réservoir d'eau de 12 m3 [4]. Les cabines étaient reliées par un câble de sustentation ; le réservoir de la cabine descendante était rempli d'eau (celui de la cabine ascendante étant bien entendu vidé). Ce lestage assurait la mise en marche du système. La différence de niveau entre les deux gares était de 84 mètres[5]. L'eau recueillie au pied de l'appareil à l'issue de chaque voyage était ramenée au sommet à l'aide d'une pompe de 25 ch (de vrais chevaux-vapeur, car la pompe était actionnée par la vapeur). Si la durée du trajet était de deux minutes, le temps nécessaire au remplissage du réservoir supérieur dépassait les dix minutes, obligeant à espacer les départs, malgré l'affluence souvent considérable.

La gare inférieure se situait dans la rue Jules-Moulet, à l'extrémité de la rue Dragon. La gare supérieure donnait directement sur une passerelle qui donnait accès à la terrasse située sous la basilique. Cette passerelle de 100 mètres de long et 5 mètres de large, construite par Eiffel, surplombait la pente abrupte et le mistral s'y donnait à cœur joie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Daniel Augerolle, « L’ascenseur de Notre-Dame-de-la-Garde » dans Lettre d’information des amis du rail et des transports de Marseille, no 5, mars 2007, p. 4-5 [lire en ligne]
  2. Robert Levet, Cet ascenseur qui montait à la Bonne Mère, éd. Tacussel, Marseille, 1992, p. 38 (ISBN 2-903963-60-6)
  3. Robert Levet, Cet ascenseur qui montait à la Bonne Mère, éd. Tacussel, Marseille, 1992, p. 89 (ISBN 2-903963-60-6)
  4. Pierre Gallocher, Marseille, Zigzags dans le passé, éd. Tacussel, Marseille, 4 vol. t. 2, 1989, p. 12-13
  5. Robert Levet, Cet ascenseur qui montait à la Bonne Mère, éd. Tacussel, Marseille, 1992, p.35 (ISBN 2-903963-60-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]