Airbus Defence and Space

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Airbus Defence and Space
Image illustrative de l'article Airbus Defence and Space

Création
Siège social Munich Voir et modifier les données sur Wikidata
Direction Dirk Hoke (CEO)
Actionnaires Airbus GroupVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Aéronautique et spatial, défense
Produits Avions, missiles, sécurité aux frontières, drones, lanceur Ariane, etc.
Société mère Airbus Group
Filiales MBDA (37,5 %)
Airbus Safran Launchers (50 %)
Effectif 38 206[1]
Site web http://www.airbusdefenceandspace.com/

Chiffre d’affaires 13 G€[1]
Résultat net 745 M€ [1]

Airbus Defence and Space est l'une des trois divisions d'Airbus Group, créée le , spécialisée dans les avions militaires, les drones, les missiles et les lanceurs spatiaux et satellites artificiels.

Airbus Defence and Space[modifier | modifier le code]

Thomas Enders fut CEO de la division Defence and Civil Systems entre 2000 et 2005, puis co-président exécutif d’EADS de 2005 à 2007 et CEO d’Airbus entre 2007 et 2012. Il est président exécutif d’Airbus Group depuis fin 2012.

Le 2 janvier 2014, EADS est renommé Airbus Group, et Airbus Defence and Space est créé à partir d’anciennes divisions. Bernhard Gerwert en est à la tête jusqu’en 2016, date de sa retraite, et Dirk Hoke lui succède[2].

La division est composée de quatre branches[3] :

  • Space Systems, dirigée par Nicolas Chamussy
  • Military Aircraft, dirigée par Fernando Alonso (en)
  • Communication, Intelligence and Security, dirigée par Evert Dudok
  • Electronics and Border Security, dirigée par Thomas Müller.

Avions militaires[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Logo d'Airbus Military (2010)
Bureaux d'Airbus Defence & Space à Madrid (Espagne).
Avion de transport militaire Airbus A400M Atlas.
Avion de transport et de ravitaillement Airbus A310 MRTT.
Avion militaire Eurofighter Typhoon.
Drône EADS Harfang.

Le programme Eurofighter Typhoon est lancé en 1986 ; il est réalisé par plusieurs sociétés : DASA (33%), British Aerospace (33%), Aeritalia (21%), et Construcciones Aeronáuticas SA (CASA) (13%) avec la particularité de disposer de plusieurs sites d’assemblage final. Lors de la création d’EADS en 2000, le programme est géré par la division Aeronautics, puis par Defence and Security Systems en 2004 qui devient Cassidian en 2010.

Pour la préparation de l’offre de l’avion de transport militaire A400M, une filiale d’Airbus et de Construcciones aeronáuticas SA (CASA) est créé en 1999 : Airbus Military Company ; elle devient Airbus Military Sociedad Limitada et signe le contrat avec l’OCCAr le 27 mai 2003. Military Transport Aircraft est une des cinq divisions d’EADS lors de sa création en 2000. Elle est de fait le successeur de CASA, qui avait l’expérience de la construction des avions militaires avec le C-212 notamment. La division se spécialise dans la conversion des avions Airbus en dérivés militaires : gamme Multi Role Tanker Transport (MRTT)[4]. Ainsi, sur l’A400M, Airbus était responsable de 70 % du développement ; Airbus Military Company était le responsable industriel et devait mobiliser les équipes de sa maison-mère, et Military Transport Aircraft devait être responsable de l’assemblage final. Le 18 décembre 2008, Louis Gallois met un terme à cette organisation et intègre Military Transport Aircraft dans la division Airbus, qui comprend alors Airbus Commercial et Airbus Military. Le 9 janvier 2009, EADS annonce un retard d’au moins trois ans pour la première livraison, prévue initialement à la fin 2009[5]. Le premier avion est finalement livré à l’Armée de l'air française le .

En 2014, l’entité Military Aricraft rassemble l’Eurofighter, l’A400M et les drones. Le , après la démission de Domingo Ureña-Raso, Fernando Alonso (en) prend la tête de cette activité[6].

Produits[modifier | modifier le code]

La branche Military Aircraft s'occupe surtout de la partie vol (Airbus A400M Atlas, Eurofighter Typhoon, Airbus A330 MRTT, Drones) mais aussi, de toute la gestion dans les airs (Services Aeriens, Maintenance, réparations, système avioniques, renseignements et reconnaissance, transport léger ...)

Avions militaires[modifier | modifier le code]

C212
Le C212 est biturbopropulseur à décollage et atterrissage court capable d'effectuer des missions de parachutage, de transport militaire et d'évacuation sanitaire. Développé dans les années 1960, il est capable de transporter 25 personnes ou 2,8 tonnes de matériels sur une distance 435 km.
CN235
Le CN235, anciennement dénommé CASA CN-235, est un avion de transport tactique et logistique biturbopropulseur, à cabine pressurisée, capable d’opérer sur des pistes courtes et non revêtues.
C295
Le C295 est un modèle développé à partir du C235 et existe en version de patrouille maritime baptisée Persuader.
A310 MRTT
Airbus a commencé par convertir des A310 en A310 MRTT, avions polyvalents pouvant effectuer également du ravitaillement en vol. Les A310 MRTT sont employés par les armées de l'air de l'Allemagne (Luftwaffe) et du Canada, et offrent des capacités similaires au Boeing KC-135R en ravitailleur, et supérieures en cargo.
A330 MRTT
Puis Airbus a répondu à l'appel d'offre de l'US Air Force, en collaboration avec Northrop Grumman sous le nom de KC-30, pour remplacer 100 de ses plus de 400 avions ravitailleurs KC-135, dérivés du Boeing 707.
A400M
L'A400M est le dernier programme militaire d'Airbus. Proposé en 1999 et lancé officiellement en 2003, l'A400M a effectué son premier vol en 2009 après une série de retard et devrait être livré en 2013. Commandé à 174 exemplaires, le programme est géré par l'OCCAr qui totalise 170 commandes de six pays européens à l'origine du programme.
Eurofighter
L'Eurofighter Typhoon est un avion de combat bi-réacteur, ailes delta et plan canard, multi-rôles de quatrième génération. Il a été produit à 683 exemplaires grâce à des contrats exports[7].
Avion Longueur Autonomie Fret Lancement Premier vol Certification Première livraison Commandes Livraisons Prix
C212[8] 16,50 m 435 km 2,8 t 1963 26 mars 1971 Décembre 1973 Mai 1974 478 475 -
CN235[9] 21,40 m 720 km 5 950 kg - 11 novembre 1983 20 juin 1986 1 mars 1988 275 265 -
C295[10] 24,50 m 1 300 km 9 250 kg - 28 novembre 1997 - 15 novembre 2001 91 86 -
A310 MRTT 47,40 m 8 890 km 36 t - Décembre 2003 5 octobre 2010 4 février 2009 6 6 -
A330 MRTT[11] 58,80 m 7 000 km 45 t - 15 juin 2007 - 1 juin 2011 28 6 -
A400M[12] 45,10 m 3 300 km 37 t Mai 2003 11 décembre 2009 - 2012 - 2013 ? 174 1 130 - 140 M$[13]


Drones[modifier | modifier le code]

Le drone Harfang est une adaptation d’un drone israëliens, dont l’Armée de l'air française a acquis plusieurs exemplaires en 2009.

Plusieurs programmes de drones ont été abandonnées : le Barracuda (démonstrateur dont le premier vol a eu lieu en 2006, le Euro Hawk et le Talarion. Ce dernier est à l’origine du MALE 2020 qui sera développé avec Dassault Aviation et Aermacchi. Le premier exemplaire opération pourrait être livré d’ici à 2025.

Espace[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Space Systems.

Historique[modifier | modifier le code]

Logo d'EADS Astrium (2006)
Logo d'Astrium (2010)

La conception de satellite est héritée de Matra Marconi Space, qui fusionne lors de la création d’EADS avec la division spatiale de DASA pour créer Astrium.

Au sein d’EADS existait également une filière lanceurs spatiaux qui fait partie depuis 2014 d’Airbus Safran Launchers.

La filière spatiale est dirigée par François Auque entre 2000 et 2016, puis par Nicolas Chamussy[14],[15].

Produits[modifier | modifier le code]

Assemblage d'un satellite au site de Toulouse d’Airbus Defence and Space.
Satellite artificiel SPOT-5.
Satellite artificiel Gaia.

Airbus Defence and Space conçoit, développe et fabrique des satellites artificiels et des infrastructures orbitales.

Airbus Defence and Space est également fortement impliquée dans l'exploitation de la Station spatiale internationale[16] et est également le maître d'œuvre de l'ATV et du Laboratoire européen Columbus.

Airbus Defence and Space construit des satellites pour les communications mobiles, services fixes et missions de radiodiffusion directe pour la télévision, la radio et internet, ainsi que diverses autres applications associées. Son domaine d'activité s'étend de la conception des systèmes à la fabrication des satellites, au lancement et à la mise à poste, jusqu’au contrôle total au sol et aux réseaux de télécommunications. Fournisseur des plus grands opérateurs mondiaux, Space Systems a construit en maitre d'œuvre plus de 100 satellites géostationnaires de télécommunication. Les satellites de la série Eurostar ont accumulé plus de 500 années de service sans défaillance en orbite, et détiennent le record mondial de longévité. Plus de 40 satellites de télécommunication géostationnaires construits par Airbus Defence and Space sont actuellement en service opérationnel. Space Systems conçoit aussi des satellites d'observation de la terre et des satellites scientifiques, ainsi que Giove-B, du système de positionnement par satellites Galileo.

Satellites d'observation de la Terre[modifier | modifier le code]

Satellites scientifiques[modifier | modifier le code]

Instruments spatiaux[modifier | modifier le code]

Les instruments d'observation déjà réalisés[Quand ?]:

  • GOCI
  • Famille NAOMI : NAOMI 125 - 115 - 210 - 310
  • SPOT 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
  • GAIA

Les instruments d'observation en cours[Quand ?] de fabrication:

  • ALADIN
  • ATLID
  • MSI
  • EUCLIDE
  • IASI NG
  • GOCI 2

Communications, renseignement et sécurité[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Logo d’EADS Defence and Security Systems (2000)
Logo de Cassidian (2010), il symbolise deux mains protégeant le monde[17]

En 2000, lors de la création d’EADS, les entités Systems and Defence Electronics, EADS Services et EADS Telecom font partie de la division Defence & Civil Systems dirigée par Thomas Enders[18],[19],[20],[21],[22].

En 2007, le site d’Élancourt, construit par Roger Taillibert et racheté à Thales, rassemble les salariées de venus de neuf établissements franciliens[23].

En 2010, la division est renommée Cassidian. Ce nom est un mot-valise combinant les mots latins cassida (casque de fer) et meridian (méridien) ; ce qui symbolise la protection et la sécurité au niveau mondial. Les sociétés sont également renommées[17],[24],[25],[26] : Cassidian Electronics, Cassidian Air Systems, Cassidian Systems.

Stefan Zoller est remercié par Thomas Enders (devenu président exécutif d’EADS) en septembre 2012 ; Bernhard Gerwert lui succède[27].

En 2014, lors de la création d’Airbus Defence and Space, ces activités sont réparties entre les entités Electronics et Communication, Intelligence and Security.

En 2016, Airbus group vend l’entité Electronics aux fonds Kohlberg Kravis Roberts & Co., après le désistement de Thales Il s’agit des capteurs militaires, la guerre électronique, l’avionique et l’optronique dont le siège est situé à Ulm[28],[29],[30]. La sécurisation est frontières est conservée[31].

Produits[modifier | modifier le code]

La branche Communication, Intelligence and Security (CIS) reprend une partie des activités de Cassidian pour les systèmes de communication satellitaire et terrestres, solutions de renseignements et de sécurités. Elle gère aussi la sécurité des frontieres, C4ISR, solutions de télécommunication terrestres et sécurisés Terrestrial Trunked Radio, TETRAPOL, commutateurs, centre de contrôles et gestions.

Elle fournit aussi un appui de cyber-défense avec un centre opérationnel de défense Keelback Net, services, solutions de chiffrements, formations ...

Sites les plus importants[modifier | modifier le code]

En octobre 2013, les sites les plus importants du groupe sont[32]

Sites les plus importants en 2013
Site Activité Effectif
Drapeau de l'Espagne Getafe Conversion des Airbus MRTT, assemblage des Eurofighters. Bureaux d’études A400M. 5 480
Drapeau de l'Allemagne Manching Assemblage final des Eurofighters destinés à la Luftwaffe 3 885
Drapeau de la France Toulouse Espace, Satellites, Instruments spatiaux, Avionique 2 630
Drapeau de l'Allemagne Friedrichshafen Satellites, Instruments spatiaux, Avionique 2 470
Drapeau de l'Allemagne Ulm Radars 2 470
Drapeau de la France Les Mureaux Espace et missiles balistiques 1 940
Drapeau de la France Élancourt Radio-communications, Network Centric Warfare, Électronique 1 750
Drapeau de la France Saint-Médard-en-Jalles Espace et missiles balistiques 1 330
Seville Assemblage A400M et C295

Co-entreprises[modifier | modifier le code]

Airbus Safran Launchers[modifier | modifier le code]

Les deux versions d’Ariane 6.
Article détaillé : Airbus Safran Launchers.

Airbus Safran Launchers a été créée en 2014 pour le développement d’Ariane 6. L’entreprise est détenue par Airbus Group (50 %) et Safran (50 %).

MBDA[modifier | modifier le code]

Missile Meteor.
Article détaillé : MBDA.

MBDA a été créée en 2000 de la fusion de Matra BAe Dynamics, de la filiale missile d’Aérospatiale et d’Alenia Marconi Systems. L’entreprise est détenue par Airbus Group (37,5 %), BAE Systems (37,5 %) et Leonardo (25 %).

MBDA conçoit et produit des missiles et systèmes d’arme. La société a des sites en France, Royaume-Uni, Italie et Allemagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b et c Rapport annuel 2015
  2. Pierre Monnier, « Dirk Hoke prendra la suite de Bernhard Gerwert à la tête d’Airbus Defence and Space en 2016 », sur www.usinenouvelle.com,
  3. « Our executive committee », sur airbusdefenceandspace.com,
  4. « Company history », sur airbusmilitary.com
  5. Jean-Pierre Masseret et Jacques Gautier, L'Airbus militaire A400M sur le « chemin critique » de l'Europe de la défense : Rapport d'information, fait au nom de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées et de la commission des finances du Sénat français, , 96 p. (lire en ligne)
  6. « Le patron d'Airbus Defence and Space débarqué suite aux retards de l'A400M », sur www.challenges.fr,
  7. Eurofighter Typhoon
  8. C212 Specifications, Airbus Military.
  9. CN235 Specifications, Airbus Military.
  10. C235 Specifications, Airbus Military.
  11. A330 MRTT Specifications, Airbus Military.
  12. A400M Specifications, Airbus Military.
  13. Airbus A400M: réunion cruciale les 4 et 5 février , Le Figaro, 13 janvier 2010
  14. Vincent Lamigeon, « Pourquoi le patron du spatial d’Airbus passe la main »,
  15. Dominique Gallois, « Airbus : Nicolas Chamussy, nouveau responsable de la division espace », sur www.lemonde.fr,
  16. (fr) L'ESA confie l'exploitation de l'ISS à Astrium
  17. a et b « Notre mission », sur cassidian.com
  18. Rapport annuel 2000
  19. Rapport annuel 2001
  20. Rapport annuel 2002
  21. Rapport annuel 2003
  22. Rapport annuel 2004
  23. Carine Sai, « EADS Défense & Sécurité se réorganise à Elancourt », sur www.usinenouvelle.com,
  24. Rapport annuel 2010
  25. Rapport annuel 2011
  26. Rapport annuel 2012
  27. « EADS : pourquoi Tom Enders a "remercié" son patron de la défense, Stefan Zoller », sur challenges.fr,
  28. Michel Cabirol, « Airbus Group lance un grand ménage dans ses activités Défense », sur www.latribune.fr,
  29. Michel Cabirol, « Airbus vend son électronique de défense au fonds KKR », sur www.latribune.fr,
  30. Hassan Meddah, « Thales perd une manche face à KKR pour le rachat des activités de défense d’Airbus Group », sur www.usinenouvelle.com,
  31. Michel Cabirol, « Pourquoi Airbus garde finalement les activités de sécurisation de frontières », sur www.latribune.fr,
  32. « EADS Active Workforce Backgrounder », sur airbus-group.com,