Paul Amar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amar.
Paul Amar
Naissance (66 ans)
Constantine, Algérie
Médias
Média principal Télévision
Pays Drapeau de la France France

Paul Amar, né le à Constantine (Algérie[1]), est un journaliste français. De 2007 à 2012, il a présenté Revu et corrigé chaque semaine sur France 5.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un cheminot de la Société nationale des chemins de fer français en Algérie, à l'âge de 10 ans, il est traumatisé par l'assassinat à Constantine de Cheikh Raymond, le chanteur le plus populaire d'Algérie : « Mes souvenirs d'enfance sont aussi ceux de la guerre d'Algérie et d'événements qui m'ont traumatisé. J'avais 10 ans lorsque j'ai assisté à la mort de Raymond Leyris, le papa de Suzy, la fiancée d'Enrico Macias. Mon père m'avait envoyé chercher du pain. En arrivant à la place Négrier, j'ai entendu deux coups de feu et vu un homme s'écrouler. Enrico et son frère Jean-Claude, arrivés avant moi, hurlaient de douleur[2].

Alors qu'il jouait aux billes devant l'école Diderot de Constantine où il est inscrit, il échappe de peu à la mort causé par un attentat à la bombe, son dos est criblé d'éclats et ruisselle de sang[3]. Cet événement décide ses parents à quitter l'Algérie et c'est le 11 juillet 1961 que la famille Amar qui a voyagé sur le Ville d'Alger arrive à Marseille. Dès le lendemain, elle se retrouve à Lyon hébergée par l'oncle de Paul Amar. Son père l'inscrit en 6° au collège de Villeurbanne.

À 18 ans, il monte à Paris et vend des Pull-overs sur les marchés pour payer ses études[4].

Diplômé du Centre de formation des journalistes (promotion 1971)[1], Paul Amar commence sa carrière en 1971 à France Inter, comme correspondant de guerre à Phnom Penh, capitale du Cambodge[1], puis comme correspondant à Washington aux États-Unis.

En 1979[5], il rejoint Antenne 2 comme grand reporter. puis devient chef du service politique en 1983. À partir de 1990, il présente le 19/20 sur FR3, puis à partir de 1992 le 20 heures de France 2. Il est mis à pied puis doit quitter son poste après avoir animé le un débat entre Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie dans le cadre de la campagne précédant les élections européennes, durant lequel il avait proposé des gants de boxe rouges aux deux contradicteurs[6]. Contraint selon lui à ce débat par Jean-Pierre Elkabbach, alors président de France Télévisions, il estimait que ce débat ne pouvait être qu'un pugilat entre les deux hommes et avait demandé à son assistante Ghislaine Orville d'en acheter à Decathlon[7]. Les deux politiciens sont dépités d'être comparés à des pantins et Elkabbach le renvoie « pour des raisons d'éthique et de déontologie »[8].

Paul Amar rejoint Paris Première pour animer le 20h Paris Première[9] (un magazine cuturel). Il présente Le Monde de Léa du [10] au [11], un débat sur TF1, avant d'animer Dimanche Midi Amar sur France 2 pendant deux ans[1]. Puis, de 1999 à 2004, il revient sur Paris Première pour interviewer chaque semaine pendant cinquante-deux minutes une personnalité dans Recto-Verso, produite par 17 juin Production[12], ce qui lui vaudra un 7 d'Or en novembre 2004[13].

De 1997 à 1999, il a animé D’un monde à l’autre sur France 2 le lundi soir.

En 2001, il rejoint France 5 pour animer On aura tout lu, 109 puis à partir d' États Généraux, de à [1].

Depuis , Paul Amar présente Revu et corrigé chaque semaine sur France 5, succédant ainsi à Daniel Schneidermann et Arrêt sur images[14],[15]. Ce dernier a annoncé ironiquement sur son blog « la création d’un Observatoire international de Paul Amar (OIPA) », estimant que Paul Amar n'avait « pas compris la différence entre parler des médias, et parler de l’actualité »[16],[17], tandis que l'intéressé dément succéder à Daniel Schneidermann : « d'ailleurs il est irremplaçable... Lui, c’était le traitement de l’actualité vu par la télé, moi, je m’intéresserai aussi à l’actu, je n’aurai pas l’œil rivé sur la télévision, je ne serai pas nombriliste[5]. »

À la rentrée 2012, après cinq saisons, l'émission Revu et corrigé est remplacée par 19 H Paul Amar : Paul Amar entend ainsi continuer à « analyser l’actualité de la semaine [mais s'intéresser] également à ses répercussions dans l’opinion »[18]. L'émission prend fin en juin 2013[19].

En janvier 2016, il devient directeur de l'information de i24News . Il présente du dimanche au vendredi à 19 heures (heure française) l'émission Paris/Jaffa, en direct des studios de Jaffa-Tel Aviv.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a trois frères et cinq sœurs[réf. souhaitée].

En 2009, Paul Amar indique que ses parents étaient « juifs pratiquants », que « tout [le] ramène à la Méditerranée » et que s'il « devai[t] mener un combat dans [sa] vie, cela serait le combat pour la paix [au Proche-Orient] »[20].

Paul Amar est cousin du chanteur Enrico Macias, leurs grands-pères étaient en effet cousins germains[21].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Paul Amar », La République des Lettres, .
  2. Télé 7 Jours, n°1429, semaine du 17 au 23 octobre 1987, page 92, article de Michel Alexandre : "Paul Amar et Enrico Macias  : un jour nous avons dû quitter Constantine"
  3. Télé 7 Jours, n°1429, semaine du 17 au 23 octobre 1987, page 92, article de Michel Alexandre : "Paul Amar et Enrico Macias  : un jour nous avons dû quitter Constantine"
  4. Télé 7 Jours, n°1429, semaine du 17 au 23 octobre 1987, pages 92 et 93, portrait-interview réalisé par Michel Alexandre.
  5. a et b « Paul Amar : “Je ne succède pas à Daniel Schneidermann, d’ailleurs il est irremplaçable” » par Raphaël Garrigos, Écrans,
  6. « Paul Amar propose des gants de boxe à Bernard Tapie et Jean-Marie Le Pen », journal de 20 h de France 2 du , sur le site officiel de l'Institut national de l'audiovisuel
  7. Il dépose le sac siglé de la marque sur la table du journal en préambule du débat.
  8. Vincent Quivy, Profession, Elkabbach, Éditions du Moment, , p. 27
  9. Paris Première, 20h, «20h Paris Première», magazine. Mis KO par France 2, Amar relève le gant. À l'heure du JT, Paul Amar revient sur le câble avec une «émission généreuse». par Jean-Philippe PISANIAS, Libération,
  10. TF1 17.09.1996 22:45:55 01:36:03 Le monde de Léa
  11. [1]
  12. Recto-Verso sur le site officiel de 17 juin Production.
  13.  Paris Première, « La chaîne > Paris Première, c'est quoi ? », sur paris-premiere.fr (consulté le 5 septembre 2010)
  14. « Paul Amar aux commandes de Revu et corrigé », Télé 2 semaines,
  15. « Revu et corrigé : l'émission média de Paul Amar sur Fr5 » sur le blog de Jean-Marc Morandini,
  16. « URGENT : création d’un Observatoire international de Paul Amar » sur le blog de Daniel Schneidermann,
  17. « Revu et corrigé sur France 5. », sur leblogtvnews.com,‎
  18. Isabelle Ducrocq, « Le samedi à 19.00 à partir du 22 septembre 2012 : 19 H Paul Amar », sur france5.fr,‎
  19. France 5 : Paul Amar sonné, sur lefigaro.fr, consulté le 1er mai 2013
  20. Jonathan Nahmany, « Paul Amar : “Tout me ramène à la Méditerranée” », Tribune juive, no 45,‎ , p. 28-29
  21. Télé 7 Jours, n°1429, semaine du 17 au 23 octobre 1987, page 92, article de Michel Alexandre : "Paul Amar et Enrico Macias  : un jour nous avons dû quitter Constantine".

Lien externe[modifier | modifier le code]