Laetitia Casta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casta.
Laetitia Casta
Description de cette image, également commentée ci-après
Laetitia Casta lors du festival de Cannes 2016.
Nom de naissance Laetitia Marie Laure Casta
Surnom Laetitia Casta
Naissance (39 ans)
Pont-Audemer, (Eure), Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Actrice
Mannequin
Réalisatrice
Films notables Astérix et Obélix contre César
Errance
Gainsbourg, vie héroïque
"Arletty, une passion coupable"
Séries notables La Bicyclette bleue
Site internet www.laetitia-casta.fr

Laetitia Casta, nom de scène de Laetitia Marie Laure Casta, née le à Pont-Audemer, dans l'Eure, est une actrice, mannequin et réalisatrice française.

Elle débute dans le mannequinat à l'âge de quinze ans et est rapidement remarquée par photographes et stylistes. Jean Paul Gaultier est le premier à la faire défiler.

En 1999, elle entame une carrière d'actrice de cinéma avec le film Astérix et Obélix contre César puis de théâtre en 2004 dans le rôle-titre d'Ondine.

Elle est, en 2000, le modèle d'un des bustes de Marianne. Elle est faite chevalier des Arts et des Lettres en 2012.

En 2016, elle dévoile la réalisation de son premier court métrage En moi à la Semaine de la critique au festival de Cannes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance (années 1980)[modifier | modifier le code]

Laetitia Casta naît le à Pont-Audemer dans l'Eure en Région Normandie, où elle passe son enfance. Son père Dominique Casta est corse et sa mère Line Blin est normande. Elle a un frère aîné qui se prénomme Jean-Baptiste et une sœur cadette, Marie-Ange[1].

Elle est ceinture marron de judo[n 1].

En , elle découvre[n 2],[2] qu'elle est inscrite à l'élection de Miss Lumio en Haute-Corse ; concours qu'elle remporte sur la place du village, où elle passe ses vacances. Ceci marque le début de sa carrière de mannequin.

Révélation dans le mannequinat (années 1990)[modifier | modifier le code]

La mannequin au festival de Cannes 1999.

Sur la plage de la Marine de Sant'Ambrogio, le photographe Frédéric Cresseaux la remarque. À Paris, elle attire l’attention de plusieurs photographes, notamment Paolo Roversi. Satoshi Saikusa fait ses premières photographies et Horst Diekgerdes la photographie pour son book bleu[4]. Vincent Peter, directeur de l'agence de mannequin Madison, la recrute[5]. Il la présente à Odile Sarron, directrice de casting du magazine Elle, qui l'aide à s'insérer dans le milieu de la mode[6]. Jean Paul Gaultier est le premier à la faire défiler[7] ; elle devient sa muse[n 3].

Elle ne devient pas à la première rencontre la muse d'Yves Saint Laurent[1],[9],[n 4]. C’est à vingt ans qu'elle noue autour de son cou le collier caractéristique en forme de cœur que les mariées des défilés Saint Laurent ont porté avant elle[10]. Pendant la Coupe du monde de football de 1998, elle défile au Stade de France parmi trois cents mannequins pour célébrer la maison de haute couture Saint Laurent[4]. Avec Catherine Deneuve, elle lui chante Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous de Barbara lors du Défilé-Rétrospective des quarante ans de création du couturier[11].

Elle fait l'objet d'une importante couverture médiatique dès 1998, en faisant notamment la couverture de plusieurs grands magazines comme Rolling Stone en août qui la nomme mannequin de l'année[12]. Elle est ambassadrice de L'Oréal Paris jusqu'en 2016[13]. Elle défile de 1998 à 2000 pour la marque américaine de lingerie, Victoria's Secret[14].

Elle poursuit sa collaboration avec le photographe Herb Ritts en 1999, qui la photographie pour le calendrier Pirelli[15],[16] et la fait tourner dans le clip de Baby Did a Bad, Bad Thing (en) de Chris Isaak[17].

Deux ans auparavant, elle pose pour la première fois nue devant le sculpteur et paysagiste Jean-Marc de Pas[1]. Il sculpte chez elle la femme qui marche et la femme endormie aujourd'hui dans les jardins de Bois-Guilbert[18]. Il lui crée le design de son logo[1]. Avec ses trois bustes de Marianne[19], il termine second[20] au concours national de sculpture de la Marianne de l'an 2000 remporté par Marie-Paule Deville-Chabrolle à Prégilbert.

Apogée médiatique (1999-2000)[modifier | modifier le code]

En 1999, elle est sollicitée pour la première fois par le cinéma français : ce sera pour prêter ses traits au personnage de bande dessinée Falbala dans la grosse production Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi[9].

En 2000, à la suite d'un concours organisé par l'Association des maires de France (AMF), association présidée par le maire RPR Jean-Paul Delevoye, elle est élue pour être le modèle du buste de la « Marianne de l'an 2000 »[21], cette élection faisant l'objet de controverses comme toutes les Mariannes depuis 1969[22] du fait de rumeurs sur sa décision de partir habiter à Londres[23].

L'élection de Laetitia Casta se déroule auprès de l'AMF qui propose à ses 34 000 adhérents de participer. Elle est élue à 36 % des voix sur les 16 000 maires ayant participé, ses concurrentes étant Estelle Hallyday, Nathalie Simon, Patricia Kaas et Daniela Lumbroso et reçoit son trophée au Sénat. Cette consultation des maires répand la théorie selon laquelle le choix de la Marianne est une décision institutionnelle[24].

Six mois après cette nomination, une polémique naît à propos de l'installation supposée[25] de Laetitia Casta à Londres, à la suite d'une dépêche du Sunday Times. Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l'Intérieur, dont la déclaration nominative[26] a donné un retentissement international[27] à la controverse à ce sujet, nuance, selon L'Expansion, ses précédents propos du Grand Jury, qualifiant définitivement cette affaire « d'exemplaire de la manipulation médiatique[28] ».

Casta va cependant se concentrer sur sa carrière d'actrice, et tenter de s'imposer dans un registre dramatique. La télévision lui permet de faire d'abord ses preuves : en 2000, elle joue le premier rôle du téléfilm La Bicyclette bleue de Thierry Binisti qui cherche à adapter pour la télévision les trois premiers tomes du roman de Régine Deforges. Le téléfilm est diffusé en et le jeu de Laetitia Casta y est très apprécié par la critique, malgré quelques passages jugés surjoués[29]. La comédienne a alors déjà entamé le tournage de son second film de cinéma.

Carrière dramatique au cinéma (2001-2003)[modifier | modifier le code]

En 2001, elle interprète son premier rôle de tête d'affiche, celui de Thérèse, dans le film dramatique Les Âmes fortes de Raoul Ruiz d’après le roman éponyme de Jean Giono[30]. Le film est projeté hors compétition en clôture du Festival de Cannes[31]. Cette jolie paysanne n'a rien d'une âme tiède. Elle est ambitieuse, calculatrice et apprend vite à manipuler les hommes et sa généreuse bienfaitrice Madame Numance (Arielle Dombasle) qui voit en elle comme sa propre fille dans un jeu dangereux de fascination réciproque[32],[33],[34],[4].

Dans Rue des plaisirs de Patrice Leconte, sorti en 2002, Laetitia Casta tient le rôle principal qui est celui d'une pensionnaire de la maison close « Le Palais Oriental », malgré l'opposition initiale du scénariste Serge Frydman à ce qu'elle joue dans le film. Sa prestation est un succès d'après le réalisateur malgré l'échec commercial du film, totalisant très peu d'entrées (250 000 au total selon Leconte)[35].

Elle se rattrape cependant lors du film Errance de Damien Odoul, sorti en 2003, où elle interprète le rôle de Lou, la femme de Jacques (Benoît Magimel)[36]. Pour le tournage, elle a dû se mettre à fumer et se teindre les cheveux en blond[n 5],[37].

Alors que sa carrière débute au cinéma, elle poursuit aussi son activité de mannequin, modèle de photographie et égérie de publicités pour des marques de parfum ou de bijoux. De 2001 à 2003, Marino Parisotto Vay la photographie pour Swarovski[38]. Jean-Paul Goude élabore une campagne de publicité pour les Galeries Lafayette avec elle[39].

Débuts sur scène et cinéma international (2004-2010)[modifier | modifier le code]

En , elle est Ondine dans la pièce éponyme de Jean Giraudoux, mise en scène par Jacques Weber au théâtre Antoine[n 6],[40]. Elle fait à cette occasion sa première couverture de Vogue Paris[41]. Les critiques saluent sa performance[42],[43]. Elle part en tournée l'année suivante, avec comme point d'orgue le théâtre des Célestins à Lyon[44].

Elle revient au cinéma pour trois projets successifs, très différents : en 2006 avec la comédie pour Le Grand Appartement, de Pascal Thomas, qui lui permet d'évoluer sans maquillage et de façon très naturaliste. Puis en 2007, elle défend le drame historique La Jeune Fille et les Loups, dont elle partage l'affiche avec son futur compagnon, l'acteur italien Stefano Accorsi. Enfin, en 2008, un autre drame historique Nés en 68, qui propose une rétrospective sur la conscience politique des manifestations de mai 68 aux années 2000 à travers la vie de plusieurs personnages, est fraîchement accueilli, et le jeu de Casta peu apprécié dans les colonnes du Times[45].

En 2007, une campagne de pub pour la Renault Twingo II la met en scène dans plusieurs petits épisodes où elle mène une enquête pour savoir qui lui a emprunté sa Twingo[46],[47].

En , Florian Zeller met en scène au théâtre de la Madeleine sa pièce Elle t'attend[48] où elle tient le rôle d'Anna[49],[50],[51].

Elle s'aventure vers un cinéma plus international par la suite : en 2009, pour le drame franco-taiwanais Visage, elle donne la réplique à Fanny Ardant devant la caméra de Tsai Ming-liang ; puis en 2010, elle prête ses traits à Brigitte Bardot pour le biopic Gainsbourg, vie héroïque consacré à Serge Gainsbourg, ce qui lui vaut une nomination aux Césars 2011 dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle ; la même année, elle joue pour la première fois en anglais, pour les besoins du drame bulgare The Island de Kamen Kalev, qui est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes 2011[52],[53].

Côté mannequinat, en 2009 à Miami, Mert Alas et Marcus Piggott la photographient pour une campagne de publicité de Bulgari[54]. Et en 2010, elle fait un retour remarqué sur les podiums, Marc Jacobs l'invite à ouvrir le défilé Louis Vuitton automne-hiver 2010 dans la Cour Carrée du Louvre[55],[56].

Elle tourne les 29 et sous la direction d'Anthony Mandler dans le clip de la chanteuse Rihanna, Te Amo[57].

Les années 2010 vont la ramener vers l'hexagone, et un cinéma plus commercial.

Confirmation (années 2010)[modifier | modifier le code]

L'actrice au Festival de Cannes 2015.

Dès 2011, elle défend la grosse production La Nouvelle Guerre des boutons, troisième long-métrage de Christophe Barratier où elle interprète Simone, la mercière[58]. La même année, avec le rôle de la romancière Suzanne, elle est la tête d'affiche du premier film français en 3D : Derrière les murs[59], un thriller fantastique d'horreur co-réalisé par Julien Lacombe et Pascal Sid, qui est un succès surtout en Chine[60] (540 000 entrées) et Russie[61] (110 524 entrées) grâce à un titre plus explicite (« Cauchemar » débute le titre russe), un poster plus gore et une meilleure distribution du film en salle qu'en France[62] (18 565 entrées).

Elle clôture le défilé Roberto Cavalli printemps-été 2011 à Milan[63]. Au printemps 2012, Dominique Issermann organise une exposition de photographies nues de Laetitia Casta à la Maison européenne de la photographie qui a été prolongée[64]. Les photos ont été réalisées à Vals[65],[66]. Outre ces expositions elle est le modèle d'une campagne de Dolce&Gabbana pour le parfum Pour Femme[67]. Elle est invitée au premier défilé Couture de Dolce&Gabbana à Taormine[68].

Du 29 août au , elle est membre du jury de la Mostra de Venise 2012, présidée par Michael Mann[69].

Le , elle joue avec Yvan Attal et François Cluzet dans la comédie de moeurs Do Not Disturb du même Yvan Attal[2].

Le dans son premier film américain Arbitrage de Nicholas Jarecki (en), elle tient le rôle de la directrice d'une galerie d'art moderne qui tombe amoureuse d'un puissant homme d'affaires (Richard Gere)[70]. Elle présente le film au Festival du film de Sundance à Park City[71].

Le , le premier long-métrage d'Hélène Fillières, Une histoire d'amour lui offre le rôle d'une femme délaissée par son mari (Richard Bohringer). Elle tombe amoureuse d'un banquier (Benoît Poelvoorde). Le film est adapté du livre Sévère de Régis Jauffret lui-même inspiré d'un fait divers, le meurtre du banquier Edouard Stern par sa maîtresse. Ce retour à un cinéma adulte s'avère être une expérience difficile de tournage[n 7].

Le , pendant la semaine de la Couture à Paris, Gérard Darel annonce l'avoir choisie comme égérie[73]. Laetitia Casta lance les illuminations de Noël à Paris sur les Champs Élysées, le 21 novembre 2013[74].

En 2014, elle fait partie des distributions chorales de deux comédies françaises : d'abord la sociale Des lendemains qui chantent, de Nicolas Castro[75], puis la romantique Sous les jupes des filles, première réalisation de l'actrice Audrey Dana[76] qui réunit un casting quatre étoiles.

Et au dîner des Révélations des Césars 2016.

Elle accepte aussi de revenir à la télévision pour prêter ses traits à une jeune Arletty dans le biopic Arletty, une passion coupable, qui est diffusé en mars 2015 sur France 2.

En 2015, Laetitia Casta devient la directrice artistique de Cointreau international. Elle sera, entre autres, chargée d'un projet visant à mettre en avant, à travers l'exemple de Louisa Cointreau, l'esprit de créativité des femmes[77]

En 2016, elle réalise son premier court-métrage En moi avec Yvan Attal, Lara Stone et Arthur Igual, Mathilde Bisson, le danseur étoile Jérémie Bélingard, le danseur de Butō et l'acteur japonais Akaji Maro à l'Opéra Garnier dans une photographie cinématographique de Benoît Delhomme[78]. Le film est sélectionné pour la clôture de la Semaine de la critique au festival de Cannes[79].

Du 21 au 29 octobre 2016, elle préside le jury du 38e Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier[80], succédant ainsi à Roschdy Zem.

En 2017 et en tournée en 2018, elle interprète Marianne dans Scènes de la vie conjugale d'Ingmar Bergman au théâtre de l'Oeuvre. Raphaël Personnaz lui donne la réplique dans cette mise en scène de Safy Nebbou[81].

En 2018, elle joue Philomène, la seconde femme du Facteur Cheval[82], un film de Nils Tavernier avec Jacques Gamblin[83] dans le rôle de Ferdinand Cheval qui crée pierre par pierre son palais idéal.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a une fille Sahteene, née en 2001 dont le père est Stéphane Sednaoui[84].

Elle a ensuite partagé la vie de l'acteur italien Stefano Accorsi pendant 10 ans. Le couple a eu deux enfants : Orlando, né le , et Athéna née le [85].

Depuis 2015, elle est la compagne de l'acteur Louis Garrel[86]. Ils se marient à Lumio en Corse le 10 juin 2017[87].

Vie publique[modifier | modifier le code]

Laetitia Casta est engagée ou a participé à plusieurs campagnes d'associations caritatives ou d'ONG.

En 1999, elle interprète trois chansons au Zénith de Paris à la Dernière édition avant l'an 2000 des Enfoirés pour les Restos du cœur[88].

En 2002, elle soutient financièrement la reconstruction de l'Église de l'Annunziata, un projet lancé par l'association Occi Paese Rinascitu (Renaissance du village d'Occi)[89].

En 2016, elle est nommée ambassadrice de l'UNICEF France, le fonds des Nations unies pour l'enfance, et s’engage pour les enfants qui vivent dans les zones de conflit[90],[81].

Récompenses et nomination[modifier | modifier le code]

Filmographie et théâtre[modifier | modifier le code]

Longs-métrages[modifier | modifier le code]

Laetitia Casta par le studio Harcourt en 2005.

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Une île de beauté[94] de Michel Hassan, elle-même interviewée par Paul Amar
  • 2002 : Yves Saint Laurent, 5 avenue Marceau 75 116 Paris[95] de David Téboul, elle-même lors du défilé Haute Couture Été 2001
  • 2018 : Magic adulte[81] de Laetitia Casta, les écoliers de la rue des Poissonniers, Paris XVIIIe, en cours de post production

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Box office cinéma[modifier | modifier le code]

Le box office regroupe ses films ayant attiré plus d'un million de spectateurs en France.

  1. 8 737 422 entrées[96] en 1999 pour Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi
  2. 3 261 052 entrées[97] en 2014 pour Rio 2 de Carlos Saldanha
  3. 2 444 295 entrées[98] en 2011 pour Rio de Carlos Saldanha
  4. 1 542 231 entrées[99] en 2011 pour La Nouvelle Guerre des boutons de Christophe Barratier
  5. 1 390 057 entrées[100] en 2014 pour Sous les jupes des filles de Audrey Dana
  6. 1 208 113 entrées[101] en 2010 pour Gainsbourg, vie héroïque de Joann Sfar

Box office télévision[modifier | modifier le code]

  1. 10,5 millions de téléspectateurs[102] en 2000 pour La Bicyclette bleue de Thierry Binisti
  2. 04,4 millions de téléspectateurs[103] en 2015 pour Arletty, une passion coupable de Arnaud Sélignac

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Je n’étudiais pas les prises, contrairement à mon frère. J’avais la trouille au ventre avant les combats. Je devenais aussi hargneuse qu’un coq. La violence des filles était hallucinante, mais je rapportais des médailles[2]. »
  2. « Ce n’était pas prémédité. (...) lorsque je me suis retrouvée sur la petite scène du village pour le défilé, j’étais furieuse, j’avais peur que mes amis se moquent de moi[3]. »
  3. « Il m'a vue pour ce que j'étais et m'a aidée à m'exprimer. […] Quand Gaultier me disait d'y aller à fond, je n'avais aucune gêne, alors que je suis d'une timidité maladive dans la vie[8]. »
  4. « Alors que les autres filles défilaient avec un numéro et une voix off […] Yves Saint Laurent me laissait entrer sur le podium avec juste de la musique, en me disant de faire ce que je voulais. Pourquoi moi ? […] Je me demandais aussi pourquoi je n'étais pas un « vrai » mannequin. Dans la mode, on ne m'a jamais fait me sentir comme un vrai mannequin[8]. »
  5. « J'ai eu du mal à accepter. Je ne me reconnaissais pas. Et en même temps, j’ai bien compris que c’est dans la logique du rêve de Lou, la logique de ces années-là… Cette blondeur participe du monde social de Lou. Une fausse Bardot, une fausse Marilyn, une fausse Deneuve. Les femmes qui font rêver les femmes – et pas seulement les hommes –, à l’époque, elles sont blondes et de ce blond-là. Un rêve à quatre sous sur une plage qui pourrait être un paradis. La maison n’est qu’une cabane parce que le rêve que Jacques vend, « la maison de vos rêves », c’est du béton. Le futur béton des années 70-80 qui a gâché toutes les côtes… »
  6. Sa maison de Haute Couture ayant fermé en 2002, Yves Saint Laurent ne lui crée pas la robe d'Ondine comme pour Belle de jour mais lui écrit dans le livret de la pièce au-dessus de sa signature manuscrite : « Comment oublierais-je que Laetitia est venue m'accueillir avec Catherine Deneuve lors de mon dernier défilé au Centre Pompidou ? Je l’avais choisie lors de mes dernières collections pour présenter la traditionnelle robe de mariée – qui chez moi n'a jamais été traditionnelle – et depuis se sont nouées entre nous des relations d’amitiés et de complicité. J’aime Laetitia Casta, son talent, son ingénuité, sa malice et, bien sûr, sa beauté. ».
  7. « J’en suis sortie épuisée. Des acteurs m’intriguaient quand ils avouaient avoir mis six mois à se remettre d’un tournage. Là, j’ai compris. Il fallait aller si loin, dans des abîmes, des ténèbres, découvrir comment y parvenir tout en se laissant aller, en lâchant prise. Et remonter à la surface. Remonter, c’était le plus dur… Je savais que ce serait difficile, je m’y étais préparée, j’avais prévenu mon entourage. Bien sûr, la vie est plus importante que le cinéma, et le cinéma n’est qu’un jeu, mais, quand je rentrais chez moi, je ne pouvais pas être sereine et arborer un sourire grand comme ça ![72]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Casta et di Caro 1999, p. 12.
  2. a, b et c Caroline de Bodinat, « Laetitia Casta, émotion pure », La Casta fait son cinéma chez Yvan Attal et pose devant l'objectif de Dominique Issermann… Portrait nature, sur Madame Figaro, (consulté le 30 septembre 2017).
  3. Virginie Le Guay, « Laetitia Casta : "Quand j'aime, j'aime entièrement" », sur Paris Match, (consulté le 26 septembre 2017)
  4. a, b et c « DVD Laetitia Casta », sur StudioCanal, (consulté le 31 juillet 2012).
  5. « Laetitia Casta, une star comblée et amoureuse (diaporama) », sur elle.fr (consulté le 10 juillet 2012).
  6. « Nous avons déniché la perle rare », sur Le Parisien, (consulté le 6 décembre 2012).
  7. « Laetitia Casta, une star comblée et amoureuse (diaporama) », sur elle.fr (consulté le 10 juillet 2012).
  8. a et b Olivier Joyard, « Belle de nuit », Numéro, no 139,‎ , p. 40 à 45 (ISSN 1292-6213)
  9. a et b Elodie Bousquet, « Laetitia Casta, des podiums au cinéma », sur lexpress.fr, L'Express, .
  10. « Yves Saint Laurent une affaire de cœur », photo par Dominique Issermann, ELLE, .
  11. « Rétrospective au Centre Pompidou », sur Musée Yves Saint Laurent Paris, (consulté le 26 septembre 2017) : « Yves Saint Laurent vient saluer son public alors que Catherine Deneuve et Laetitia Casta entonnent la chanson de Barbara « Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous ». ».
  12. (en) « The Original HOT List starring This Year's Model, Laetitia Casta », sur Rolling Stone, (consulté le 31 juillet 2012).
  13. Philip Utz, « "Je n'ai jamais eu de problème avec la nudité," Laetitia Casta se soumet à l'interview vérité », sur Numéro magazine no 183, (consulté le 28 septembre 2017) : « Mais au fil de mes contrats, et ce jusqu’à la fin de notre collaboration, j’ai demandé à ce que ce soit moi qu’on entende. ».
  14. « les looks de Laetitia Casta aux défilés Victoria's Secret 1997, 1999, 1998 et 2000 », sur Vogue, (consulté le 1er octobre 2017)
  15. (en) « Women through the decades », Calendrier Pirelli par Herb Ritts, sur The Daily Telegraph, (consulté le 31 juillet 2012).
  16. "Les plus belles femmes du monde", en couverture de L'Événement du jeudi, photo par Herb Ritts, no 765, 1er juillet 1999.
  17. (en) Jaan Uhelszki, « Isaak Revisits Past for 'Eyes Wide Shut'-Related Video », sur Rolling Stone, (consulté le 31 juillet 2012).
  18. [vidéo]Céline Joly, « Ma vie d’artiste - Jean-Marc de Pas », sur France 5, (consulté le 8 décembre 2012).
  19. « Face aux Mariannes de Jean-Marc de Pas », Paris Normandie, .
  20. Jean-Marc de Pas, « Présentation de la Marianne », sur site officiel de Jean-Marc de Pas, (consulté le 8 décembre 2012)
  21. Agulhon, Becker et Cohen 2006, p. 42.
  22. Agulhon, Becker et Cohen 2006, p. 69.
  23. Agulhon, Becker et Cohen 2006, p. 76.
  24. Agulhon, Becker et Cohen 2006, p. 83.
  25. Claude Baudry, « Fiction. En vedette de la Bicyclette bleue sur France 2 », sur L'Humanité, (consulté le 27 septembre 2017) : « On l'a faite Marianne en même temps qu'on lui a reproché avec grand battage politico-médiatique un pseudo-exil londonien et fiscal. " Il y a des choses plus graves ", dit-elle, consciente de n'avoir "commis aucun crime". "Cela m'a blessée cinq minutes, mais cela m'a rendue plus forte". »
  26. (en) « France galled by model move », sur BBC News, (consulté le 19 août 2012).
  27. (en) Debra Ollivier, « Au revoir, les taxes », sur Salon.com, (consulté le 19 août 2012).
  28. « Fiscalité », sur L'Expansion, (consulté le 19 août 2012).
  29. Hamus-Vallée, Télévision française : la saison 2001, L'Harmattan, , 3687 p. (ISBN 2-7475-2052-8), p. 65-66.
  30. L. V., « L’TITIA CASTA », sur L’Humanité, (consulté le 27 septembre 2017) : « On pourrait gloser facilement sur la chrysalide muée en papillon, si Lætitia Casta ne faisait preuve, à mesure qu'avance sa carrière au cinéma, de cette humilité qui fait souvent défaut aux mannequins sitôt que le 7e art les courtise. ».
  31. Benoît Duquesne, « Le film "Les Âmes Fortes" », 20h de France 2, sur Ina, (consulté le 12 décembre 2012).
  32. Trémolet 2002.
  33. (en) David Stratton, « Savage Souls », sur Variety, (consulté le 12 décembre 2012)
  34. « Les Âmes fortes », sur Centre national de documentation pédagogique, (consulté le 12 décembre 2012).
  35. Hubert Prolongeau et Leconte, J'arrête le cinéma : Entretiens avec Hubert Prolongeau, Calman-Lévy, , 312 p. (ISBN 978-2-702-14989-8), p. 153.
  36. (en) Wendy Ide, « Errance », Film, sur The Times, (consulté le 19 octobre 2012).
  37. « Secrets de tournage du film Errance », sur AlloCiné (consulté le 16 novembre 2012).
  38. Marino Parisotto Vay, « La nouvelle pub sexy de Laetitia Casta », sur Photo (magazine) no 391, (consulté le 30 juillet 2012).
  39. Jean-Paul Goude, « Galeries Lafayette », sur site officiel de Jean-Paul Goude (consulté le 29 septembre 2017).
  40. Hélène Milon, « Archives 2000/2009 », sur Théâtre Antoine, (consulté le 5 décembre 2012).
  41. Anne-Sophie Mallard, « Et Dieu Créa CASTA », photo par David Sims, sur Vogue, (consulté le 5 décembre 2012).
  42. Jean-Pierre Léonardini, « Devine qui vient ondiner », sur L'Humanité, (consulté le 27 septembre 2017) : « On aime chez Laetitia Casta l'agilité dans l'élan, la jeunesse qui triomphe, la voix clairement modulée, la pure ferveur. ».
  43. Armelle Héliot du Figaro, Michel Cournot du Monde, « Ondine », Extraits de presse, sur Scène Indépendante Contemporaine, (consulté le 5 décembre 2012).
  44. « Ondine », Mémoire des Célestins, sur Théâtre des Célestins, (consulté le 5 décembre 2012).
  45. (en) Toby Young, « Born in 68 », Film reviews, sur The Times, (consulté le 19 octobre 2012).
  46. Juliette C., « Laetitia Casta cherche sa Renault Twingo », sur Auto Plus, (consulté le 31 juillet 2012).
  47. Sylvain Lembert, « Laetitia Casta au cœur d'une campagne de marketing viral pour la nouvelle Twingo », sur WebMarketing.Com, (consulté le 31 juillet 2012).
  48. Florian Zeller, « Elle t'attend », sur L'Avant-scène théâtre, (ISBN 978-2-7498-1081-2, consulté le 5 décembre 2012).
  49. Armelle Héliot, « Théâtre : une rentrée en coulisses », sur Figaroscope, (consulté le 5 décembre 2012).
  50. Lydia Bacrie, « Laetitia Casta : "Il faut que tout soit vécu" », Culture > Scènes, sur L'Express, (consulté le 5 décembre 2012).
  51. Elizabeth Gouslan, « Laetitia Casta : "Quand on est tendre, on est soi" », sur Madame Figaro, (consulté le 5 décembre 2012), p. 3.
  52. « The Island sur les écrans le 11 juillet 2012 », sur Quinzaine des Réalisateurs, (consulté le 3 octobre 2012).
  53. Jacques Mandelbaum, « The Island : une petite histoire du couple moderne », sur Le Monde, (consulté le 3 octobre 2012).
  54. « Laetitia Casta pose pour Bulgari », sur Première (magazine), (consulté le 31 juillet 2012).
  55. (en)« Fall 2010 ready-to-wear Louis Vuitton », sur Style.com, (consulté le 14 décembre 2012).
  56. [vidéo]« Le nostalgie fifties chez Louis Vuitton », sur LVMH, (consulté le 14 décembre 2012)
  57. Axel Constantinoff, « Le clip de Rihanna et Laetitia Casta, c'est très chaud ! », sur LCI, (consulté le 15 octobre 2012).
  58. Sarah Brami et Océane Co, « Laetitia Casta dans "La nouvelle guerre des boutons" », sur Le journal des femmes, (consulté le 1er octobre 2017)
  59. « Derrière les murs, une grande actrice : Laetitia Casta », sur avoir-alire, (consulté le 1er octobre 2017)
  60. « Box-office : les films français s’exportent mieux en 2012 ! », sur avoir-alire, (consulté le 1er octobre 2017) : « Derrière les murs exploité dans un seul pays, la Chine, a été un triomphe : 540.000 entrées pour le thriller surnaturel avec Laetitia Casta, tourné en 3D, contre 20.000 entrées en France où il était passé totalement inaperçu. Déjà en Russie, il avait su convaincre plus de 100.000 amateurs d’épouvante franchouillard en 2011 ! »
  61. (ru) « КОШМАР ЗА СТЕНОЙ », sur kinometro,‎ (consulté le 1er octobre 2017)
  62. « Derrière les murs », sur Observatoire européen de l'audiovisuel, (consulté le 1er octobre 2017)
  63. « Roberto Cavalli printemps-été 2011 », sur Vogue, (consulté le 14 décembre 2012).
  64. « Dominique Issermann Laetitia Casta », sur Maison européenne de la photographie, (consulté le 25 septembre 2017).
  65. [vidéo]Pascal Mourier, « Dominique Issermann / Laetitia Casta », sur France 24, (consulté le 31 juillet 2012).
  66. Valérie Duponchelle, « Laetitia Casta par Issermann, la chair de l'orchidée », sur Le Figaro, (consulté le 31 juillet 2012).
  67. Marie-Noëlle Vekemans, « Laetitia Casta, nouvelle muse Dolce&Gabbana », sur Le Soir, (consulté le 13 juillet 2012).
  68. Virginie Mouzat, « Une nuit sous le volcan », sur Madame Figaro, (consulté le 13 juillet 2012).
  69. (en)« Venezia 69 », sur Mostra de Venise 2012, (consulté le 3 octobre 2012).
  70. « Laetitia Casta : dans son premier film américain », sur Première, (consulté le 3 octobre 2012).
  71. « Festival de Sundance: galerie de portraits », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne)
  72. Patricia Gandin, « Laetitia Casta se met à nue dans "les adorés" », sur Elle, (consulté le 1er octobre 2017)
  73. « Laetitia Casta, nouvelle égérie de Gérard Darel », sur Obsession Nouvel Observateur, .
  74. http://www.rtl.fr/actualites/info/people/article/laetitia-casta-illumine-les-champs-elysees-7767141055.
  75. AlloCine, « Des Lendemains qui chantent » (consulté le 30 septembre 2017)
  76. lefigaro.fr, « Audrey Dana est sur tous les fronts (Sous les jupes des filles) », TVMag,‎ (lire en ligne)
  77. Jean-Michel Hansen, « Cointreau. Laetitia Casta, nouvelle égérie du liquoriste », sur Ouest-France, (consulté le 1er mars 2015).
  78. « Séances spéciales - Clôture : En moi », sur Semaine de la Critique au festival de Cannes, (consulté le 25 septembre 2017)
  79. « Cannes 2016 : la Semaine de la critique fait la part belle aux actrices françaises », sur Le Monde, (consulté le 11 mai 2016)
  80. http://www.cinemed.tm.fr/actualites/actualites.php?lng=fr&id=51
  81. a, b et c Gilles Médioni, « Laetitia Casta: "La célébrité a parfois du bon, c'est un véhicule" », sur L'Express, (consulté le 25 septembre 2017)
  82. Carole Raynaud, « Cheval : le film sur le créateur du Palais idéal en tournage », sur Le Dauphiné Libéré, (consulté le 25 septembre 2017)
  83. Isabelle Gonzalez, « Drôme: Le Palais Idéal et le facteur Cheval bientôt à l'écran », sur France 3, (consulté le 25 septembre 2017)
  84. Laurent del Bono, « Laetitia Casta réinvente la mamma », sur Gala, (consulté le 25 septembre 2017)
  85. « Laetitia Casta est maman pour la troisième fois », sur Gala, (consulté le 25 septembre 2017)
  86. « Louis Garrel et Golshifteh Farahani sont séparés », sur L'Express, (consulté le 25 septembre 2017)
  87. Marine Chassagnon, « Laetitia Casta et Louis Garrel se sont mariés », sur Huffpost, (consulté le 25 septembre 2017)
  88. « 1999-Dernière édition avant l'an 2000 », sur Les Enfoirés (consulté le 25 septembre 2017).
  89. Julien Bordier, « L'œil de la Balagne », sur L'Express, (consulté le 25 septembre 2017).
  90. « Laetitia Casta, nouvelle ambassadrice UNICEF : "Protégeons les enfants de la guerre !" », UNICEF France,‎ (lire en ligne)
  91. « Palmarès 2008 », sur Festival du film de Cabourg, (consulté le 31 juillet 2012).
  92. « Palmarès 2011 de la 36e cérémonie des César », sur César Académie des Arts et Techniques du Cinéma, (consulté le 31 juillet 2012).
  93. « Laetitia Casta, Claude Gensac et Jean-Pierre Jeunet décorés des Arts et Lettres », sur L'Express, (consulté le 31 juillet 2012).
  94. « Casta? Niet! Le doc sur la future Marianne est introuvable. Rattrapage ce soir. "Laetitia Casta, une île de beauté", France 2, 20 h 50. », sur Libération, (consulté le 25 septembre 2017).
  95. (en)Lisa Nesselson, « Yves Saint Laurent 5, Avenue Marceau 75 116 Paris », sur Variety, (consulté le 25 septembre 2017)
  96. (en) « Astérix et Obélix contre César », sur Observatoire européen de l'audiovisuel, (consulté le 25 septembre 2017)
  97. (en) « Rio 2 », sur Observatoire européen de l'audiovisuel, (consulté le 25 septembre 2017)
  98. (en) « Rio », sur Observatoire européen de l'audiovisuel, (consulté le 25 septembre 2017)
  99. (en) « La Nouvelle Guerre des boutons », sur Observatoire européen de l'audiovisuel, (consulté le 25 septembre 2017)
  100. (en) « Sous les jupes des filles », sur Observatoire européen de l'audiovisuel, (consulté le 25 septembre 2017)
  101. (en) « Gainsbourg, vie héroïque », sur Observatoire européen de l'audiovisuel, (consulté le 25 septembre 2017)
  102. « Pour la deuxième semaine consécutive, La bicyclette bleue pédale en tête », sur Télé numérique satellite, (consulté le 25 septembre 2017).
  103. « Arletty, une passion coupable, succès d'audience pour France 2 », sur Télé 7 jours, (consulté le 25 septembre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laetitia Casta, Roberto di Caro et al., Laetitia Casta, Assouline, , 128 p. (ISBN 978-2-84323-179-7)
  • Laurence Trémolet (photogr. Laurence Trémolet), Dans l'ombre des âmes fortes, Rézina, Les Éditions du Collectionneur, , 176 p. (ISBN 978-2-909450-87-2)
  • Maurice Agulhon, Annette Becker et Évelyne Cohen, La république en représentation : Autour de l’œuvre de Maurice Agulhon, Publications de la Sorbonne, , 432 p. (ISBN 2-85944-546-3)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]