Hervé Guibert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hervé Guibert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 36 ans)
À Clamart
Nationalité
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Hervé Guibert (Saint-Cloud, Clamart, ) est un écrivain et journaliste français. Il écrit des nouvelles et romans dont certains font partie du mouvement littéraire appelé autofiction[1]. Pratiquant la photographie, il est également reconnu pour ses textes sur cet art[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hervé Guibert naît dans une famille de la classe moyenne d’après-guerre. Son père est inspecteur vétérinaire. Sa sœur Dominique est son aînée de cinq ans. Ses grand-tantes, Suzanne et Louise, marquent son univers familial.

Après une enfance parisienne dans le 14e arrondissement, il poursuit des études secondaires à La Rochelle et fait partie d’une troupe de théâtre : « la Comédie de La Rochelle et du Centre-Ouest ».

Revenu à Paris en 1973, il échoue au concours d'entrée de l’IDHEC à 18 ans.

Homosexualité[modifier | modifier le code]

Trois hommes occupent une place importante dans sa vie sentimentale et son œuvre :

Il entretient également une relation épistolaire avec Roland Barthes, qui s'interrompt quand ce dernier réclame des relations intimes en échange d'un texte[3].

Proche du photographe Hans Georg Berger (en)depuis 1978, il séjourne à plusieurs reprises dans sa résidence de Santa Caterina, sur l’île d'Elbe[4], où il écrit plusieurs de ses livres[5] et se laisse photographier[6].

Un séjour à la Villa Médicis de 1987 à 1989, en même temps qu'Eugène Savitzkaya[7] et Mathieu Lindon[8], inspire son roman L'Incognito. Matthieu Lindon racontera à son tour ces années romaines dans son livre Hervelino, paru en 2021[9].

Le sida[modifier | modifier le code]

En , il apprend qu’il est atteint du sida. Très proche de Thierry Jouno, malade également et qui mourra peu après lui le , de sa compagne Christine et de leurs deux enfants, il épouse cette dernière le . C'est un mariage d'amour et de raison[10],[11].

En 1990, il révèle sa séropositivité dans À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie. Ce roman autobiographique le fait connaître d'un large public. Il inaugure une trilogie comprenant Protocole compassionnel et L'Homme au chapeau rouge.

Cette même année, il est l'invité de Bernard Pivot dans l'émission littéraire Apostrophes. Dans son dernier ouvrage Cytomégalovirus, il décrit quotidiennement l'avancée de la maladie qui le mine[12].

Il réalise un travail artistique sur le sida qui le prive de ses forces[13],[14]. Le film La Pudeur ou l'Impudeur, achevé avec la productrice Pascale Breugnot quelques semaines avant sa mort, est diffusé à la télévision le [15].

Atteint du cytomégalovirus, il tente de se suicider la veille de ses 36 ans en absorbant de la digitaline. Il meurt deux semaines plus tard, le , à l'hôpital Antoine-Béclère, des suites de cet empoisonnement[16]. Il est enterré au cimetière de Rio nell'Elba, sur la rive orientale de l'île d'Elbe. En sa mémoire, une stèle cubique portant son nom est érigée dans le Jardin du souvenir, à proximité de l’ermitage de Santa Caterina.

Travail littéraire[modifier | modifier le code]

Les textes d'Hervé Guibert se caractérisent par une recherche de simplicité et de dépouillement. Son style évolue sous l'influence de ses lectures (Roland Barthes[17], Bernard-Marie Koltès ou encore Thomas Bernhard, ce dernier marquant ouvertement le style du roman A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie).

Hervé Guibert compose de courts romans aux chapitres de quelques pages, qui se fondent souvent sur des faits biographiques transformés en fiction[18],[19]. L'intrigue est brutalement exposée (ainsi dans Mes parents), le vocabulaire parfois recherché et les descriptions de tortures ou d'amours charnelles très crues[20].

Il travaille avec Patrice Chéreau, qui coécrit le scénario de L'Homme blessé. Ce film obtient le César du meilleur scénario en 1984. Il se noue d'amitié avec Sophie Calle[21],[22]. Journaliste, il collabore dès 1973 à plusieurs revues et interviewe des artistes tels Isabelle Adjani, Zouc ou Miquel Barceló ; en retour, ce dernier effectue plus de 25 portraits de lui. Travaillant au service culturel du journal Le Monde jusqu’en 1985, il écrit des critiques de photographie et de cinéma[23].

Rétrospectives photo[modifier | modifier le code]

En 2011, la Maison européenne de la photographie organise la première rétrospective de l'œuvre photographique d'Hervé Guibert[24]. En marge de cette exposition, les éditions Gallimard publient un livre qui présente plus de 200 de ses photographies réalisées entre 1976 et 1991[25].

En 2018, l'exposition Les Palais des monstres désirables réunit à la galerie Les Douches des photos de jeunesse regroupées par Christine Guibert et Agathe Gaillard[26].

En 2019, une rétrospective a lieu à la Fondation Loewe de Madrid[11].  

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

Autres publications[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Plaque de la rue Hervé Guibert à Paris.

En 2013, la Ville de Paris décide de la création de la rue Hervé-Guibert dans le 14e arrondissemrnt[28].

En 2018, Christophe Honoré fait de lui un personnage de sa pièce Les Idoles.

En janvier 2021, l'écrivain Mathieu Lindon publie Hervelino, un livre dans lequel il rend hommage à leur amitié, débutée en 1978 par l'entremise de Michel Foucault, et revient notamment sur les deux années qu'ils passent ensemble à la fin des années 1980 à Rome, où ils sont tous deux pensionnaires de la Villa Médicis[9].

L'ensemble de l'oeuvre d'Hervé Guibert suscite l'admiration de l'autrice Nina Bouraoui, et notamment Le Mausolée des amants, car « on y décèle toutes les trames de ses autres romans, ses phobies, ses peurs, errances, ses personnages, dont Vincent, un de ses amants, et T., l’homme de toute sa vie… »[29],[30],[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Blanckeman, les Récits indécidables : Jean Echenoz, Hervé Guibert, Pascal Quignard, Presses universitaires du Septentrion, 2000
  2. Frédérique Poinat, L'œuvre siamoise : Guibert et l'expérience photographique, L'Harmattan 2008
  3. « revue-rue-descartes »
  4. Voci Hans Georg Berger 1990, « Lo scoperto di un luogo ideale ».
  5. « Les ils d’Elbe », sur Libération.fr, (consulté le 3 janvier 2021)
  6. Alain Rauwel, « Hans Georg Berger, portraitiste amoureux », sur Art Critique, (consulté le 3 janvier 2021)
  7. Pensionnaires de la Villa Médicis 1987.
  8. Pensionnaires de la Villa Médicis 1988.
  9. a et b Marie Laure Delorme, « Mathieu Lindon : les années romaines », sur Le Point, (consulté le 1er janvier 2021)
  10. « "Je suis Christine Guibert, j’ai connu Hervé en 1976 " », sur France Inter (consulté le 26 février 2019)
  11. a et b « Christine Guibert », sur herve-guibert (consulté le 3 janvier 2021)
  12. Arnaud Genon, « Fracture autobiographique et écriture du sida : l'autofiction chez Hervé Guibert », in Autofiction(s), actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Presses universitaires de Lyon, 2010.
  13. Antoine de Gaudemar, La Maladie de l'amour, entretien avec Hervé Guibert, Libération, 1er mars 1990.
  14. Arnaud Genon, « Du corps jouissant au corps souffrant », La Faute à Rousseau, no 37, octobre 2004.
  15. Arnaud Genon, « La pudeur ou l'impudeur d'Hervé Guibert : l'accomplissement par l'image du développement de soi », L'intimité, Presses universitaires Blaise Pascal, 2005, p. 81-90.
  16. Arnaud Genon, dans La Compagnie des auteurs, Hervé Guibert écrivain photographe, 21 août 2019, à 53 min, https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs/herve-guibert-34-lecrivain-photographe-0.
  17. Voir Article du Monde de juillet 2000, sur le site survivre-au-sida : sur le rapport à Barthes puis à Foucault.
  18. Arnaud Genon, « Ce que dit l’autofiction : les écrivains et leurs fractures » (Sur Camille Laurens, Hervé Guibert et Serge Doubrovsky), Raison publique no 14, « L’art de l’intime », 2011
  19. Arnaud Genon, « GUIBERT, Hervé (écrivain / photographe ) », sur www.autofiction.org, (consulté le 3 janvier 2021)
  20. « Chez-moi sacré, chez-moi fétiche : les espaces fantasmés d’Hervé Guibert | Revue À l'épreuve », sur alepreuve.org (consulté le 3 janvier 2021)
  21. Arnaud Genon, Hervé Guibert : ‘‘ Le rêve du cinéma’’, French Cultural Studies 22 (1), february 2011
  22. Arnaud Genon, « Hervé Guibert. Quand je parle photographie, je parle de moi.», La Faute à Rousseau, APA, Numéro 53, février 2010, Photographies
  23. critiques réunies dans La Photo inéluctablement (Gallimard, 1999) puis Articles intrépides (Gallimard, 2008)
  24. Hervé Guibert, photographies avec sous-titres dans Le Figaro du 8 mars 2011.
  25. Jean-Baptiste Del Amo, Hervé Guibert photographe, Paris, Gallimard, , 222 p. (ISBN 978-2-07-013255-3, OCLC 717430014, lire en ligne)
  26. « "Hervé Guibert se trouvait monstrueux" », sur Bibliobs (consulté le 3 janvier 2021)
  27. Fiche du livre, sur le site de l'éditeur, Gallimard.
  28. « Conseil de Paris »
  29. « Sur une île déserte... Nina Bouraoui », sur LExpress.fr, (consulté le 3 janvier 2021)
  30. « Nina Bouraoui », sur herve-guibert (consulté le 3 janvier 2021)
  31. Littérature intimiste, « Le mausolée des amants Hervé Guibert: analyse critique citations extraits », sur BUZZ... littéraire : Critiques livres, romans et analyse, (consulté le 3 janvier 2021)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Bruno Blanckeman, "Mourir en direct. Littérature et témoignage : le cas Hervé Guibert", Esthétique du témoignage, sous la direction de Carole Dornier et Renaud Dulong, EHESS, 2005.
  • Jean-Pierre Boulé, Hervé Guibert : l'entreprise de l'écriture du moi, L'Harmattan, 2001, compte rendu sur le site Fabula.
  • François Buot, Hervé Guibert : le Jeune Homme et la mort, Grasset 1999.
  • Marie Darrieussecq, "Le Fantôme Guibert", Senso. Magazine des sens et des mots, no 29, hiver 2007.
  • André-Michel Gardey, "Hervé Guibert : de l'impudeur au réel de l'image du sida et réflexion psychanalytique sur le corps", Clinique méditerranéenne. Psychanalyse et psychopathologie freudienne, no 64, 2001.
  • Arnaud Genon, Hervé Guibert. Vers une esthétique postmoderne, L'Harmattan, Coll. Critiques littéraires, 2007.
  • Arnaud Genon (sous la direction de), La Revue littéraire no 51 spécial Hervé Guibert, . Avec les contributions de René de Ceccatty, Christophe Donner, Arnaud Genon, Bénédicte Heim, Claire Legendre, Catherine Mavrikakis, Philippe Mezescaze, Mathieu Simonet, Abdellah Taïa… et des photographies inédites d’Hervé Guibert par Bernard Faucon.
  • Arnaud Genon, L'Aventure singulière d'Hervé Guibert, Articles et chroniques, Mon Petit Éditeur, coll. Essai, 2012.
  • Arnaud Genon, Roman, journal, autofiction : Hervé Guibert en ses genres, Mon Petit Éditeur, coll. Sciences Humaines, 2014.
  • Christian Soleil, Hervé Guibert, Actes graphiques 2002.
  • Lionel Souquet, « Des aveugles d'Hervé Guibert, ou le narcissisme à l'épreuve de la cécité », Revue de la S.A.P.F.E.S.U., Buenos Aires, año XXII, no 27, , p. 87-91.
  • Collectif, Le Corps textuel d'Hervé Guibert, textes réunis et édités par Ralph Sarkonak, au jour le siècle 2, Lettres modernes, Minard, 1997.
  • Robert Pujade, "Hervé Guibert : une leçon de photographie", Lyon, Université Claude Bernard / Insa, 2008.
  • Frédéric Andrau, Hervé Guibert ou les morsures du destin, Éditions Séguier, 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :