Dargah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Dargah Sharif (en) d'Ajmer, en Inde, est la tombe d'un soufi du XIIIe siècle (photo de 1893).

Un dargāh (persan : درگاه , turc : dergah) est un sanctuaire construit sur la tombe d'un personnage, souvent un soufi, vénéré pour sa sainteté et sa piété.

Littéralement, le terme signifie «lieu (gāh) d'une porte (dar) », soit en persan moderne « seuil »; en Perse, il peut renvoyer à un palais royal, ou encore à un lieu d'audience (d'un souverain)[1],[2],[3]. Il a toutefois très souvent le sens de mausolée ou de tombeau, en particulier dans le sous-continent indien[4],[3], mais aussi en Iran et en Turquie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Dargāh »” in Encyclopaedia of Islam, Second Edition, 2012 [2007]. (Consulté le 4 décembre 2019 - Lire en ligne)
  2. درگاه in Gilbert Lazard, Dictionnaire persan-français, 1990.
  3. a et b (en) Carl W. Ernst & Bruce B. Lawrence, Sufi Martyrs of Love. Chishti Sufism in South Asia and Beyond, New York, Palgrave MacMillan, 2002, (ISBN 1-403-96027-5) p. 100.
  4. (en) Gerhard Böwering and Matthew Melvin-Koushki,, « ḴĀNAQĀH », sur iranicaonline.org, (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]