Concoret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Concoret
Concoret
La mairie.
Blason de Concoret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité Ploërmel Communauté
Maire
Mandat
Ronan Coignard
2020-2026
Code postal 56430
Code commune 56043
Démographie
Gentilé Concorétois, Concorétoise
Population
municipale
734 hab. (2018 en diminution de 0,14 % par rapport à 2013)
Densité 47 hab./km2
Population
agglomération
5 592 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 54″ nord, 2° 12′ 18″ ouest
Altitude 90 m
Min. 66 m
Max. 133 m
Superficie 15,76 km2
Élections
Départementales Canton de Ploërmel
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Concoret
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Concoret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Concoret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Concoret

Concoret [kɔ̃kɔʁɛ] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne. Un chêne âgé d'environ 1000 ans, le chêne à Guillotin se trouve à l'ouest du village.

En 2004, la commune a obtenu le Label "Communes du Patrimoine Rural de Bretagne" pour la richesse de son patrimoine architectural et paysager.[réf. nécessaire]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à la lisière de la forêt de Brocéliande.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Concouret en 1405 ; Cancoret et Concouert en 1425[1].

Konkored en breton[1].

De l'ancien breton Kon signifiant élevé, et du breton Gored, coret en vieux-breton (barrage de rivière ou d'estuaire)[1].

Ce lieu vit sans doute s'élever une pêcherie de rivière qui donna ce nom à la paroisse devenue commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1977 André Rolland    
1977 1995 Jean Aubert    
1995 2001 Pierre Pompei    
2001 2014 Jean-Yves Bourien    
mars 2014 En cours Ronan Coignard DVG Ingénieur commercial (réélu en 2020[2])
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2018, la commune comptait 734 habitants[Note 1], en diminution de 0,14 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2001 1861 1848914391 1781 1281 2201 209
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1211 0851 1321 1631 1181 1271 1431 1141 140
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1641 1361 126964979960904856817
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
752683731668626645754747729
2018 - - - - - - - -
734--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le chêne à Guillotin se trouve sur la commune de Concoret à la lisière de la forêt de Brocéliande. Son âge est estimé plus de 1 000 ans[7], il fait 15 m de haut et sa circonférence était de 9,51 m en 2000. Son nom vient de Pierre Paul Guillotin, prêtre réfractaire qui a trouvé refuge à Concoret en 1791[8]. Il se cacha dans le tronc de l'arbre, lequel peut contenir une douzaine de personnes. Une légende raconte qu'au moment où il y trouva refuge, Notre-Dame de Paimpont est descendue sur terre transformée en araignée, et tissa une toile pour boucher l'entrée du tronc et ainsi rendre invisible la présence du prêtre[9].
  • Le château de Comper.
  • Église Saint-Laurent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Concoret (Morbihan).svg

Les armoiries de Concoret se blasonnent ainsi :

Parti : au un, d’or au chêne arraché de sinople englandé de huit fruits d’or ; au deux, de gueules à la comète d’or ; enté ployé en pointe d’hermines.
Conc. J.C. Renaud.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Hervé Abalain - 2000 - Noms de lieux bretons - éditions Jean-Paul Gisserot - Page 64.
  2. « Concoret. Ronan Coignard a été réélu maire », sur Ouest-France, (consulté le 6 juillet 2020)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  7. Brocéliande de A à Z, Myrhin et Gwendaëlle Maillet, éditions Les oiseaux de papier, 2008, p. 58.
  8. Jeroen Pater, Les arbres remarquables d'Europe, éditions du Rouergue, , 192 p., p. 143.
  9. Brocéliande de A à Z, op. cit., p. 58-57.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :