La Grée-Saint-Laurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Grée-Saint-Laurent
La Grée-Saint-Laurent
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité Ploërmel Communauté
Maire
Mandat
André Josse
2020-2026
Code postal 56120
Code commune 56068
Démographie
Gentilé Laurentais, Laurentaise
Population
municipale
329 hab. (2018 en diminution de 2,08 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Population
agglomération
11 700 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 46″ nord, 2° 29′ 52″ ouest
Altitude 95 m
Min. 40 m
Max. 117 m
Superficie 7,9 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Ploërmel
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Ploërmel
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
La Grée-Saint-Laurent
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
La Grée-Saint-Laurent
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Grée-Saint-Laurent
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Grée-Saint-Laurent
Liens
Site web http://lagreesaintlaurent.fr

La Grée-Saint-Laurent [la gʁe sɛ̃ lɔʁɑ̃] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est Ar C'hrav-Sant-Laorañs.

Le nom de la commune est constitué de deux parties « La grée » et « Saint Laurent ». La Grée est originaire du breton Créh (ou C'hrav), signifiant hauteur, colline de pierre, ou crête[1]. Saint-Laurent est le titulaire de son église.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Grée-Saint-Laurent est une petite commune bretonne du Morbihan faisant partie du canton de Josselin.

Le Ninian est le principal cours d'eau de la commune.

La Grée-Saint-Laurent est limitée au nord et à l'ouest par Lanouée, une très petite partie de la commune des Forges au nord, au sud par La Croix et Helléan, à l'est par le cours du Ninian, qui la sépare de Saint-Malo-des-Trois-Fontaines, ou de Mohon. Le Ninian forme la limite naturelle de Mohon à l'ouest ; La Grée, située au-delà de cette limite, semble avoir été formée d'un morceau de la commune de Lanouée.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Grée-Saint-Laurent est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Ploërmel, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ancienne trève de Mohon, La Grée-Saint-Laurent dépendait autrefois du doyenné de Lanouée et de l'évêché de Saint-Malo. Sur ces terres nous avons dès le XIVe siècle deux seigneuries. L'une appartenait à Jean de Montauban et l'autre à Jean Le Prévost.

Renaissance[modifier | modifier le code]

La trêve de la Grée fut érigée en paroisse au XVIIIe siècle bien avant la Révolution. En 1728, les revenus du recteur étaient évalués de 310 livres et ses charges à 100 livres. L'historien Jean-Baptiste Ogée[7] indique que sa présentation appartenait au seigneur de l'endroit.

De la Révolution à la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

D'après l'historien Joseph-Marie Le Mené[8], la Grée était du doyenné de Lanouée et de la sénéchaussée de Ploërmel. En 1790, elle fut érigée en commune, du canton de Lanouée, du district de Josselin, et annexée au département du Morbihan. Son recteur, M. Pierre Teffaine, refusa, en 1791, le serment schismatique. La Grée fut rattachée à l'arrondissement de Ploërmel en 1800, au canton de Josselin et au nouveau diocèse de Vannes en 1801. Rétablie comme paroisse en 1802, puis unie à Helléan, elle a repris son existence séparée par ordonnance du mois de . En 1891, ce petit territoire renferme une population de 351 habitants, sur une superficie de 790 hectares, dont la moitié est en landes suivant les documents historiques.

De nos jours[modifier | modifier le code]

De nos jours, la commune est un village tranquille de Bretagne. Il n'y a pas d'industrie et la commune ne possède plus de commerce. Néanmoins, une école primaire est en activité dans le bourg (fermeture à la rentrée 2012 de prévue), il subsiste quelques fermes (cinq) réparties sur toute la commune, un gite/chambre d'hôte situé au lieu-dit « la Porte » est en activité (en vente), et un musée consacré aux vélo-cyclomoteurs est ouvert depuis 2004 (en vente également)[9].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr La Grée-Saint-Laurent (Morbihan).svg

Les armoiries de La Grée-Saint-Laurent se blasonnent ainsi :

De gueules au chevron écimé d’argent, accompagné en chef d’un lambel du même à quatre pendants chargés chacun d’une moucheture d’hermine de sable, et en pointe d’une macle d’or soutenue d’une divise ondée d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1794 Pierre Le Moine    
1794 1811 Jean Desmandé    
1811 1812 Pierre Le Moine    
1812 1831 Jean Joseph François Picard    
1831 1848 Jean Marie Le Moine    
1848 1857 Pierre Marie Gléhello    
1857 1861 Vincent Mathurin Gléhello    
1861 1871 Pierre Louis Loisel    
1871   Guillaume Briend    
19.. 19.. Henri Gouédo    
19.. 1971 Joseph Jollivet    
1971 1977 Joseph Ménezo    
1977 1995 Jean Gléhello    
2001 2014 Jean Claude Lozé    
2014 2018[10] Thierry Conq    
2018 23 mai 2020 Pascal Collin[10]    
23 mai 2020 En cours André Josse[11]   Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2018, la commune comptait 329 habitants[Note 3], en diminution de 2,08 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
446307340457300355363369362
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
330350365392370372357351351
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
350352368333316327358360322
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
304321308299279271325330341
2018 - - - - - - - -
329--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

chapelle saint Sébastien

L'église Saint-Laurent actuelle date du XXe siècle. Cette église remplace un ancien édifice du XVe siècle, très fruste. L'ancien édifice était un vaisseau rectangulaire à chevet plat, avec deux chapelles ouvrant sur le chœur par de grandes arcades en tiers-point et formant croisillons. L'église actuel abrite une statue en bois polychrome de la Vierge à l'Enfant (XVIe siècle) et une statue en bois polychrome de sainte Barbe (XVIe siècle). L'église offre une double arcade ogivale de chaque côté du chœur. Fait notable nous renseignant sur l'histoire de la commune une cloche porte cette inscription gothique : « Je fus fondu à Jocelin, IIcc XXXII III quars pessée au pouais angevin. — Vendredi XIIIe de mars, par le Sengneur de la Grée et capitaine de Rohan. — Marguerite fu apellée, N. Vcc couroit pour l'an ». Cette cloche de bronze de moyenne grandeur nous apprend qu'elle fut fondue à Josselin en 1500 et donnée à l'église par le seigneur de la Grée, alors capitaine de Rohan. Comme on le voit par cette inscription, La Grée était aussi le siège d'une seigneurie ; elle appartenait en 14.. à Jean Le Prévost. Nous avons aussi également connaissance au lieu-dit de Péer, d'une autre seigneurie à la Grée saint Laurent, qui appartenait en 14.. à Jean de Montauban.

La chapelle Saint-Sébastien est située sur le lieu-dit du même nom. La chapelle contient un retable qui date du début du XIXe siècle. Le retable est composé au centre par un tableau figurant les saints cœurs de Jésus et de Marie, et de part et d'autre les statues en bois polychrome de saint Fabien (XVIIIe siècle) et de saint Sébastien (XVIIIe siècle). Une fontaine dépendant de la chapelle située à quelle dizaine de mettre a été récemment refaite et est dédiée à saint Sébastien. La chapelle se situe à 80 mètres environ du lieu-dit « Peer » ancienne seigneurie de la Grée-Saint-Laurent.

De mémoire d'ancien, il existe un tunnel reliant la chapelle Saint-Sébastien à la chapelle des Aulnais sur la commune de Lanouée (la chapelle est aujourd'hui détruite, il reste qu'un coin de mur) puis de ce tunnel se prolongeait à la chapelle des Broutay sur la commune de la Croix-Helléan (aujourd'hui reconverti en maison) [16].

À noter qu'une ancienne carrière de pierre aujourd'hui abandonnée existait dans le bas de la colline de roldedan.

Calvaire du Bieux dédié à sainte Anne.

De nombreux calvaires et croix sont sur la commune :

  • un calvaire au bourg
  • un calvaire entre le vieux bourg et le bourg
  • un calvaire au lieu-dit Penros et une croix sur un puits (oratoire ?).
  • un calvaire du lieu-dit Bieux en bois dédié à sainte Anne.
  • un au lieu-dit La Gaité / La Couaille.
  • une croix à la porte aujourd'hui démontée.

Et aussi sur la commune : le village de PENROS - le calvaire de POMMAINT- le ruisseau DE CAMET - la rivière LE NINIAN - la fontaine de Saint LAURENT.

Moulins[modifier | modifier le code]

La commune abrite le moulin à vent de Lorvran sur le lieu dit le bieux sur la colline de roldedan dont il reste uniquement les fondations (48°00"22.70 N 02°29"27.88 O), les moulins à eau de Penros et de Couethout[17]. Le village du bieux tire son nom du mot seigle en raison de la proximité de ce moulin.

Costume et coiffes[modifier | modifier le code]

La paroisse a un costume traditionnel spécifique dont la forme et le port est illustré par les photos du présent paragraphe.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. synonymes Français par l'abbé Pierre Joseph André Roubaud à Paris chez Bossange, Masson et Besson, Barbou frères libraires en an IV, 1796 ére vulgaire, pages 414
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 31 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Ploërmel », sur insee.fr (consulté le 31 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  7. auteur du DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GEOGRAPHIQUE de la province de Bretagne
  8. auteur du Histoire du diocèse de Vannes paru en 1888, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes paru en 1891
  9. site du musée
  10. a et b « Municipales 2020 : Pascal Collin, maire de La Grée-Saint-Laurent, ne se représente pas », sur Actu.fr, (consulté le 25 mai 2020).
  11. « Municipales à La Grée-Saint-Laurent. André Josse élu maire », sur Maville.com, (consulté le 25 mai 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Les anciens avaient ouï-dire que le souterrain allait jusqu'au Château de Josselin.
  17. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]