Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Siège Rue
Communes 71
Président M. Claude Hertault
Date de création
Code SIREN 200 070 936
Démographie
Population 33 274 hab. (2014)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Superficie 783,69 km2
Liens
Site web http://www.cc-authie-maye.fr/
Fiche Banatic Données en ligne

La communauté de communes Ponthieu-Marquenterre est une communauté de communes française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes Authie-Maye, de Nouvion et du Haut-Clocher », le nouvel ensemble de 33 400 habitants regroupant 71 communes[1],[2], retrouvant ainsi les limites de l’ancien syndicat du Ponthieu-Marquenterre[3]. À la suite de l'avis favorable des intercommunalités concernées[4],[5] (malgré les réticences de certaines communes)[6] et de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[7], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion le [8],[9].

L'arrêté préfectoral définitif est publié le 14 décembre 2016[10]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'appellation Ponthieu-Marquenterre reprend le terme utilisé pour le syndicat du Ponthieu-Marquenterre, entité qui recouvrait le même territoire[11].

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communautaire correspond aux communes des trois anciennes communautés regroupées. Il va, d'ouest en est, du littoral de la Manche au plateau picard[12] et, du nord au sud, de l'Authie à la Somme, en excluant la communauté d'agglomération abbevilloise.

Composition[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est composée des communes suivantes :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Rue
(siège)
80688 Ruens 29,06 3 112 (2014) 107
Agenvillers 80006 Agenvillerois 5,98 197 (2014) 33
Ailly-le-Haut-Clocher 80009 Aillacois 10,81 950 (2014) 88
Argoules 80025 Argoulois 9,45 323 (2014) 34
Arry 80030 7,34 201 (2014) 27
Bernay-en-Ponthieu 80087 Bernayens 9,97 232 (2014) 23
Le Boisle 80109 11,68 371 (2014) 32
Boufflers 80118 Boufflerois 5,62 122 (2014) 22
Brailly-Cornehotte 80133 11,50 239 (2014) 21
Brucamps 80145 6,37 142 (2014) 22
Buigny-l'Abbé 80147 Buignotins 7,22 329 (2014) 46
Buigny-Saint-Maclou 80149 Buignacois 7,30 512 (2014) 70
Bussus-Bussuel 80155 Bussuellois 8,16 314 (2014) 38
Canchy 80167 6,47 320 (2014) 49
Cocquerel 80200 Cocquerellois 9,54 236 (2014) 25
Coulonvillers 80215 Coulonvillerois 9,47 242 (2014) 26
Cramont 80221 Cramontois 9,56 307 (2014) 32
Crécy-en-Ponthieu 80222 Crécéens 56,55 1 473 (2014) 26
Le Crotoy 80228 Crotellois 16,32 2 114 (2014) 130
Dominois 80244 Dominoisiens 6,15 188 (2014) 31
Dompierre-sur-Authie 80248 22,73 416 (2014) 18
Domqueur 80249 Domqueurois 8,37 306 (2014) 37
Domvast 80250 Domvastiens 12,85 347 (2014) 27
Ergnies 80281 Ergniésiens 1,96 185 (2014) 94
Estrées-lès-Crécy 80290 11,19 390 (2014) 35
Favières 80303 12,62 462 (2014) 37
Fontaine-sur-Maye 80327 5,67 161 (2014) 28
Forest-l'Abbaye 80331 Sylvains 3,30 294 (2014) 89
Forest-Montiers 80332 10,22 408 (2014) 40
Fort-Mahon-Plage 80333 Fort-Mahonnais 13,04 1 215 (2014) 93
Francières 80344 5,81 203 (2014) 35
Froyelles 80371 2,79 116 (2014) 42
Gapennes 80374 Gapennois 11,37 265 (2014) 23
Gorenflos 80380 6,17 236 (2014) 38
Gueschart 80396 12,89 303 (2014) 24
Hautvillers-Ouville 80422 Hautvillois 6,06 591 (2014) 98
Lamotte-Buleux 80462 6,16 345 (2014) 56
Ligescourt 80477 5,12 229 (2014) 45
Long 80486 Longiniens 9,19 629 (2014) 68
Machiel 80496 Machielois 6,61 182 (2014) 28
Machy 80497 3,29 132 (2014) 40
Maison-Ponthieu 80501 Maisonpontins 10,95 261 (2014) 24
Maison-Roland 80502 4,91 117 (2014) 24
Mesnil-Domqueur 80537 3,49 82 (2014) 23
Millencourt-en-Ponthieu 80548 8,62 363 (2014) 42
Mouflers 80574 3,53 89 (2014) 25
Nampont 80580 Nampontois 19,39 242 (2014) 12
Neuilly-le-Dien 80589 4,90 92 (2014) 19
Neuilly-l'Hôpital 80590 Neuillois 7,69 318 (2014) 41
Nouvion 80598 Nouvionnais 15,73 1 297 (2014) 82
Noyelles-en-Chaussée 80599 Noyellois 10,47 252 (2014) 24
Noyelles-sur-Mer 80600 20,01 739 (2014) 37
Oneux 80609 Oneuxois 12,49 376 (2014) 30
Ponches-Estruval 80631 7,04 116 (2014) 16
Ponthoile 80633 Pontilois 19,41 620 (2014) 32
Pont-Remy 80635 Pont-Rémois 9,93 1 466 (2014) 148
Port-le-Grand 80637 Magniportains 11,28 281 (2014) 25
Quend 80649 Quennois 37,78 1 393 (2014) 37
Regnière-Écluse 80665 9,54 128 (2014) 13
Sailly-Flibeaucourt 80692 Saillyssois 10,64 1 028 (2014) 97
Saint-Quentin-en-Tourmont 80713 32,89 307 (2014) 9,3
Saint-Riquier 80716 Centulois 14,48 1 243 (2014) 86
Le Titre 80763 Titrois 4,51 387 (2014) 86
Vercourt 80787 4,67 95 (2014) 20
Villers-sous-Ailly 80804 6,26 190 (2014) 30
Villers-sur-Authie 80806 12,01 459 (2014) 38
Vironchaux 80808 Vironchellois 16,14 479 (2014) 30
Vron 80815 Vronais 20,67 837 (2014) 40
Yaucourt-Bussus 80830 7,03 233 (2014) 33
Yvrench 80832 9,29 314 (2014) 34
Yvrencheux 80833 6,01 131 (2014) 22

Les communes de Saint-Riquier, Long et Pont-Remy souhaitent cependant quitter la communauté pour rejoindre la communauté d'agglomération Baie de Somme dont elles se sentent plus proches[13]

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de la communauté est fixé à Rue, 33 route du Crotoy.

Élus[modifier | modifier le code]

En 2017, 97 conseillers communautaires siègent dans le conseil selon la répartition de droit commun[14],[12].

Nombre de délégués Communes
8 Rue
5 Le Crotoy
3 Crécy-en-Ponthieu, Fort-Mahon-Plage, Nouvion, Pont-Remy, Quend, Saint-Riquier
2 Ailly-le-Haut-Clocher, Sailly-Flibeaucourt, Vron
1 Les autres communes

Quatorze commissions intercommunales sont mises en place[13].

Le conseil communautaire réuni le à Ailly-le-Haut-Clocher a élu son nouveau président, Claude Hertault, maire de Nampont, ainsi que ses 15 vice-présidents, qui sont :

  1. Daniel Dubois, sénateur, Oneux ;
  2. Paul Nester, maire de Sailly-Flibeaucourt ;
  3. Géraldine Chamaillard, élue du Crotoy ;
  4. Gérard Lheureux, maire de Crécy-en-Ponthieu ;
  5. Antoine Berthe, maire d'Ailly-le-Clocher ;
  6. Bruno Thibault, adjoint à Nouvion ;
  7. Richard Renard, maire de Rue ;
  8. Isabelle Alexandre, maire d'Estrées-lès-Crécy ;
  9. Joël Farcy, élu de Saint-Riquier ;
  10. Pierre Dercourt, maire du Titre ;
  11. Alain Spriet, élu à Vron ;
  12. Valérie-Anne Canal, maire d'Yvrench ;
  13. Mathieu Doyez, maire de Bussus-Bussuel ;
  14. Nicole Petitpont, élue à Nouvion ;
  15. Éric Kraemer, élu à Fort-Mahon[12].

Ensemble, ils forment le bureau de la communauté de communes pour la mandature.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2017 en cours
(au 22 janvier 2017)
Claude Hertault[11] DVD Agriculteur
Maire de Nampont (2001 → )
Conseiller départemental de Rue (2015 → )
Président du conseil d'administration, Crédit agricole de Rue → 2017

Personnel[modifier | modifier le code]

Le personnel comprend 170 emplois permanents et se monte à 340 avec les contractuels et les vacataires[13].

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions fixées par le code général des collectivités territoriales.

La compétence scolaire est assurée par la communauté. L'assemblée vote le retour à la semaine de quatre jours pour les écoliers dans sa séance du . Les temps d'activités périscolaires au profit des enfants sont donc abandonnés à la rentrée de septembre 2017[15].

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin d'assurer ses compétences, la communauté de communes perçoit une fiscalité additionnelle aux impôts locaux perçus par les communes, avec fiscalité professionnelle de zone[16].

La communauté a voté son tout premier budget le , à Nouvion, présenté par Alain Berthe, maire d’Ailly-le-Haut-Clocher et vice-président chargé des finances.

Ce budget s’élève à 23 millions en fonctionnement et 10,6 millions en investissement. Il est en augmentation par rapport aux budgets cumulés des trois intercommunalités que le Ponthieu-Marquenterre regroupe désormais : Haut-Clocher, Authie-Maye, Nouvionnais.

Les dépenses sont principalement constituées des charges à caractère général (9,8 millions), dont les contrats de prestation de services (4,4 millions) et l’entretien des voies et réseaux (1 million). Les charges de personnel se montent à 5,2 millions, les attributions de compensation (par exemple la taxe sur les entreprises) reversées aux communes membres, 4,9 millions.

Les principales recettes sont tirées des impôts et taxes pour 14,5 millions, des dotations de l’État, de la Région et du Département pour 2,1 millions et d’un report de résultat de 2016 : 2,7 millions.

Au chapitre des investissements, il reste des opérations à réaliser de 2016 qui n’ont pu être menées à terme par les trois anciennes intercommunalités (8,5 millions) : la construction de deux regroupements pédagogiques concentrés à Gueschart et Vron figure dans ces projets[17].

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Crèche intercommunale à Nouvion.

L'harmonisation de la vie scolaire et des centres de loisirs est le premier défi à affronter pour l'assemblée[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 28 mai 2016).
  2. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  3. Olivier Bacquet, « La préfète dévoile ses propositions pour les futures communautés de communes : Quelles seront les communautés de communes de demain ? Après des semaines de discussions et d'incertitudes, les propositions de la préfète viennent d'être dévoilées. », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne).
  4. « Compte-rendu de l'assemblée générale communautaire du 25 septembre 2015 » [PDF], Téléchargements, sur http://www.cc-nouvion.fr (consulté le 29 mai 2016), p. 5-6.
  5. « Communauté de communes de Nouvion - Un fort penchant pour Authie-Maye et le Haut-Clocher », Le Courrier picard, édition Abbeville et sa région,‎ (lire en ligne).
  6. « Intercommunalité Le dessous de la carte : Le projet de fusion présenté par la préfète donne deux grands ensembles en Picardie maritime : Le Ponthieu-Marquenterre et un grand Abbevillois. Le Vimeu industriel reste seul », Le Courrier picard, édition d'Abbeville et sa région,‎ (lire en ligne).
  7. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  8. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 Arrêté préfectoral portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes Authie-Maye, de la communauté de communes du canton de Nouvion et de la communauté de communes du Haut Clocher », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, no 2016-031,‎ , p. 73-75 (lire en ligne [PDF]).
  9. V. H., « L’école, dernier chantier avant fermeture : Dans ses derniers vœux de président, ce vendredi 8 janvier, à Domvast, Jean-Claude Buisine a évoqué la prise de compétence scolaire, jugée indispensable pour une équité de traitement entre tous les enfants des 17 localités de cette intercommunalité qui va disparaître en tant que telle. », Le Courrier picard, édition Abbeville et sa région,‎ (lire en ligne).
  10. arrêté préfectoral du 14 décembre 2016 portant la création de la communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
  11. a et b Courrier picard, édition Somme, « Intercommunalités, Claude Hertault, président de Ponthieu-Marquenterre », 22 janvier 2017, p. 11.
  12. a, b, c et d Vincent Hervé, Claude Cailly, Courrier picard, édition Picardie maritime, « Ponthieu-Marquenterre : l'impossible unité ? », 23 janvier 2017, p. 8.
  13. a, b et c Claude Cailly, Courrier picard, édition Picardie maritime, 20 février 2017, p. 10, « Communauté de communes du Ponthieu-Marqueterre, les indemnités votées »
  14. Arrêté préfectoral portant composition du conseil communautaire de la communauté de communes
  15. Vincent Hervé, Ponthieu-Marquenterre, le retour du temps scolaire à quatre jours, Courrier picard, édition Picardie maritime, 2 août 2017, p. 10.
  16. « CC du Canton de Nouvion (N° SIREN : 248000622) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 29 mai 2016).
  17. Vincent Hervé, Courrier picard, édition Picardie maritime, 31 mai 2017, http://www.courrier-picard.fr/33890/article/2017-05-31/un-premier-budget-solide-pour-ponthieu-marquenterre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liste des intercommunalités de la Somme

Liens externes[modifier | modifier le code]