Clémentine Célarié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Clémentine Célarié
Description de cette image, également commentée ci-après
Clémentine Célarié au festival de Cannes 2009.
Naissance (61 ans)
Dakar, Drapeau du Sénégal Sénégal
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Films notables 37°2 le matin
La Vengeance d'une blonde
Les Misérables

Clémentine Célarié, née Meryem Célarié, est une actrice et chanteuse française née le à Dakar au Sénégal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née au Sénégal, Clémentine, appelée alors Meryem Célarié, vit les douze premières années de sa vie au Cameroun, Congo et Gabon au gré des affectations de son père journaliste radio à l'Ocora. Meryem est la fille du journaliste et écrivain André Célarié et de Martine Bréguet, secrétaire de production. Elle a deux frères, Laurent et Loïc[1]. Par sa mère, Clémentine Célarié est l'arrière-petite-fille de l'avionneur et cofondateur de la compagnie Air France Louis Charles Breguet (lui-même petit-fils de Louis Breguet, horloger et physicien, également petit-fils d'Abraham Breguet)(voir Descendance de Louis Breguet)[2]. À 13 ans, elle est exclue du collège de Libreville à la suite d'une altercation avec un élève, et se retrouve pensionnaire aux Ursulines de Saint-Germain-en-Laye. Rentré à Lille pour cause de nomination à l’École supérieure de journalisme, son père rapatrie alors toute sa famille alors qu'elle a seize ans[2].

Parcours d'actrice[modifier | modifier le code]

Son baccalauréat en poche, elle séjourne un an aux États-Unis et à son retour, elle suit des cours de théâtre et de chant mais est recalée au Conservatoire national d'art dramatique à l'âge de 19 ans. Elle joue quelques rôles au café-théâtre avec la troupe du Splendid. En 1983, elle est choisie par Jean-Bernard Hebey pour présenter l'émission 22 V'là l'Rock! spéciale femmes, où elle fait des petits sketches. Après quelques rôles légers, elle est révélée en 1986 (Nomination au César de la meilleure actrice dans un second rôle), dans un rôle d'épouse frustrée dans le film de Jean-Jacques Beineix : 37°2 le matin. Elle rencontre son public dans La Femme secrète, La Vie dissolue de Gérard Floque, Le Complexe du kangourou. En 1992, elle est nommée aux Césars pour son rôle dans Nocturne indien. Dans les années 1990, elle tourne une série de comédies grand public, telle La Vengeance d'une blonde[2].

La décennie s'achève avec un retour au théâtre et à la chanson. La pièce Madame Sans-Gêne au théâtre Antoine (2000) lui procure en 2002 la nomination au Molière de la comédienne. Elle obtient un certain succès dans la pièce de Goldoni, La serva amorosa et à la télévision, avec des téléfilms tels que Sa raison d'être ou la série Les Bleus, premiers pas dans la police[2]. En 2011, elle interprète le personnage de Marthe Richard dans un téléfilm[3], puis elle reçoit le prix d'interprétation au Festival de la Rochelle pour J'ai peur d'oublier[4].

En juillet 2011, Clémentine Célarié présente au festival d'Avignon Groo2ve, un spectacle chorégraphique et musical qu'elle interprète avec ses trois fils et Sidney. Du 2 au 7 avril 2012, elle est présidente du jury, dans la catégorie Fiction au festival de cinéma de Valenciennes.

Musique et radio[modifier | modifier le code]

Dès les années 1980, Clémentine Célarié commence une carrière à la radio en étant animatrice avec Christophe Bourseiller sur la première radio thématique « Jeune » de Radio France : Radio 7, diffusée sur la fréquence de 99,7 MHz en modulation de fréquence uniquement sur la région parisienne, qui était le Mouv' de l'époque. C'est dans cette station que Patrick Meyer lui conseille d'adopter le pseudonyme de Clémentine[5]. Sur France Inter, après avoir participé à l'émission Comme des mouches de Jean-Marc Terrasse, Clémentine Célarié collabore avec Daniel Mermet, François Jouffa puis rejoint Julien Delli Fiori en 1985, pour Jazz à tous les étages[2].

En 1996, sort l'album Pas l'âme d'une dame[6]. En 2002, elle chante sur le single Tengo Nada de Charles Schillings[7].

En 2006, elle sort l'album Family Groove, réalisé par son fils Abraham et Éric Serra et sur lequel elle chante avec ses trois fils, Abraham, Gustave et Balthazar[8]. En septembre 2007, elle enregistre Un peu d'air pur et Hop ! avec Véronique Sanson.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a trois enfants : le musicien Abraham Diallo dit Tismé[9] (24/04/1985[10]), né de sa relation avec le bassiste franco-malien-guinéen Henri Diallo, puis Gustave (1989) et Balthazar (1991), nés de sa relation avec le réalisateur belge Christophe Reichert[11].

Nominations et récompenses[modifier | modifier le code]

Humour[modifier | modifier le code]

Elle a aussi écrit des spectacles humoristiques dont Madame sans chaînes mise en scène de son fils Abraham Diallo.

Engagement humanitaire et politique[modifier | modifier le code]

En 1994 sur le plateau du Sidaction, après que Christophe Dechavanne a rappelé les pratiques à risque en matière de contamination, elle embrasse un jeune homme séropositif, pour contribuer à la lutte contre les idées reçues sur le VIH.

Elle soutient officiellement François Hollande pour l'élection présidentielle de 2012, en étant présente par exemple lors de son meeting à Limoges, le 27 avril, et la première artiste à exprimer sa joie lors de la soirée électorale du 6 mai place de la Bastille[12].

Elle monte plusieurs pièces de théâtre mettant en avant des catégories de personnes mises en retrait dans la société Française : Noir comme moi, La Danse Immobile où elle rend leur noblesse aux atteints d'une maladie grave paralysante, la maladie de Charcot, Le Monde de Rita où elle réveille l'esprit d'initiative de la femme pour vivre de façon très simple le bonheur. Dans le même esprit, elle joue dans Darius comme mère d'un fils qui a perdu tous les sens sauf l'odorat.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédienne[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Pas l'âme d'une dame, CD 13 titres + titres cachés. (Sensitive Music)
  • 2006 : Family Groove, CD 15 titres + Mont Ventoux, titre caché. (X-Plorians/Éric Serra)

Participations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Lafitte, Stephen Taylor, Who's who in France, J. Lafitte, , p. 393.
  2. a b c d et e Jean-Paul Billo, « Clémentine Célarié, une vraie saltimbanque », France Bleu,‎ (lire en ligne).
  3. « Clémentine Célarié dans la peau de l'espionne Marthe Richard », Le Film français,‎ (lire en ligne).
  4. « Le festival de La Rochelle décerne ses prix », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. Laurence Durieu, « Clémentine Célarié », VSD,‎ (lire en ligne).
  6. Véronique Mortaigne, « Clémentine Célarié. Pas l'âme d'une dame », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. Véronique Mortaigne, « Charles Schillings, la house nomade », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. Nassima Logerot, « Family Groove », sur Evene.fr.
  9. Verlan de Métis qui désigne un enfant dont l'un des parents est Noir et l'autre Blanc de peau.
  10. « Clémentine Célarié et Abraham Diallo sur le clip contre le Sida », sur Institut national de l'audiovisuel, .
  11. Cécile Morana, « Clémentine Célarié : Qui sont ses enfants, Abraham, Balthazar et Gustave ? », sur telestar.fr, .
  12. http://www.elle.fr/Societe/L-actu-en-images/Presidentielle-Revivez-la-journee-du-6-mai-2012/Sonia-Rolland-et-Clementine-Celarie.
  13. PHOTOS - Retour aux sources : Vincent Perez et Clémentine Célarié, premières personnalités à se confier pour France 2, sur premiere.fr, consulté le 28 juin 2016
  14. Agnès Le Morvan, « Rennes. Clémentine Célarié, le public l’aime "à la folie" », Ouest France,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :