Robin Renucci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renucci.
Robin Renucci
Description de cette image, également commentée ci-après

Robin Renucci en septembre 2013.

Nom de naissance Daniel Robin-Renucci
Naissance (60 ans)
Le Creusot, Saône-et-Loire, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Acteur
Réalisateur
Films notables Masques' Escalier C
Séries notables Un village français

Daniel Robin-Renucci, connu sous le nom de scène de Robin Renucci, est un acteur et réalisateur français, né le au Creusot. Il est d'ascendance bourguignonne par son père Louis Robin, qui était gendarme, et corse par sa mère Paulette Renucci, qui était couturière[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Robin passe son enfance dans l'Yonne, à Auxerre, et ses vacances d'été dans le village dont est originaire sa mère, Olmi-Cappella, en Haute-Corse.

Passionné de théâtre dès son enfance, Robin Renucci passe par le Conservatoire national supérieur d'art dramatique avant de débuter à l'écran en 1981 dans le rôle de Ralph dans Eaux profondes de Michel Deville. Il se fait remarquer avec le rôle de Gérard dans Invitation au voyage ou celui de Hazan, le jeune intellectuel juif de Fort Saganne (1984). Il obtient l'année suivante la consécration avec Escalier C de Jean-Charles Tacchella, où son personnage de Fortser, jeune critique d'art intransigeant, ombrageux et misanthrope montre le déploiement de ses capacités. Il enchaîne en tenant tête à Philippe Noiret avec acidité et férocité dans Masques de Claude Chabrol.

Désormais reconnu et installé comme séducteur à la sensible personnalité légèrement ombrageuse, il n'hésite pas à participer à des films plus novateurs comme Vive la sociale ! de Gérard Mordillat aux côtés de François Cluzet, La Trace de Bernard Favre ou L'Amant magnifique d'Aline Issermann.

À partir des années 1990, il limite ses apparitions sur grand écran au profit du petit : il dirige son premier long métrage télé qui sort en en 1998 : La femme d'un seul homme. Convaincu que « Dans ce monde formaté, il est essentiel de redonner du sens aux utopies collectives et d'encourager le désir d'inventer, de créer des imaginaires… » (Robin Renucci l'ardent insoumis aux Éditions de l'Attribut, 2006), il s'investit en Corse dans le développement d'un festival de théâtre et d'ateliers dramatiques dans la tradition de l'éducation populaire. Situées en Haute-Corse, dans la micro-région du Giussani, les activités de l'association ARIA (Association des rencontres internationales artistiques, créée en 1998) visent aussi à la re-dynamisation d'un territoire du Parc régional de Haute-Corse en voie d'abandon.

Robin Renucci a également enregistré la lecture de quelques textes d'À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

En 2004, il travaille le livre Le pianiste de Wladyslaw Szpilman (adapté au cinéma par Roman Polanski en 2001, consécration internationale) pour en faire un texte théâtral qu'il dit seul en scène accompagné d'un pianiste jouant du Chopin[2].

En 2007 sort son deuxième film en tant que réalisateur, Sempre vivu ! (qui a dit que nous étions morts ?), une comédie qui a pour cadre un petit village universel et 100 % corse, avec la troupe du Teatrinu composée de Guy Cimino, Marie-Ange Geronimi, Jean-Pierre Giudicelli et François Berlinghi.

Le 24 juin 2011, le ministère de la Culture annonce sa nomination à la direction des Tréteaux de France où il succède à Marcel Maréchal.

Il est le père de quatre enfants : Constance, Timon, Ulysse et Zelda Robin.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Robin Renucci au festival de Cannes 2007.

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entretien avec Yves Calvi dans l'émission Nonobstant du 4 juin 2009 sur France Inter.
  2. Le clavier est tenu en alternance par Mikhail Rudy et Nicolas Stavy.
  3. « Robin Renucci prêtre pédophile », sur Le figaro (consulté le 21 juin 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]