La Maison de Bernarda Alba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Federico García Lorca a écrit en 1936 La Maison de Bernarda Alba (La casa de Bernarda Alba), drame en trois actes dénonçant la société traditionaliste espagnole. La dernière pièce de théâtre de Lorca fut créée à Buenos Aires le et publiée quelques jours plus tard, soit neuf ans après la mort de l'auteur.

Pepe El Romano est un jeune et bel homme qui n'est pas représenté dans la pièce mais qui est omniprésent. Il a pour projet de se marier avec Angustias, la fille du premier mariage, car elle a beaucoup d'argent de l'héritage de son père ; cependant c'est la plus laide et la plus vieille (39 ans) des filles de Bernarda. Adela, la plus jeune, s'insurge contre la rigueur des mœurs à laquelle elle doit se soumettre, elle incarne la rébellion. Elle est amoureuse de Pepe qui est aussi très attiré par elle.

Les autres personnages  :

  • Magdalena, 30 ans, fille de Bernarda, qui a une certaine compassion pour Adela, mais elle est néanmoins soumise
  • Martirio, 24 ans, fille de Bernarda, personnage très complexe, qui pense qu'elle ne pourra jamais se marier à cause de toutes ces années de veuvage et ne veut donc pas le bonheur de ses sœurs ; elle incarne l'égoïsme, la frustration et l'amertume
  • Maria Josepha, la mère de Bernarda ; c'est une très vieille femme (Bernarda a déjà 60 ans), elle est sénile mais pourtant incarne parfois la voix tragique qui annonce la fin dramatique
  • Poncia a le même âge que Bernarda ; elle s'occupe de la maison, donne des conseils et des avertissements, elle assume sa position mais essaie de taire une certaine rancœur, notamment envers Bernarda (rigide, tyrannique, dominatrice, elle incarne la force de la répression).
  • Olga, autre employée de la maison.

Liens externes[modifier | modifier le code]