Couleurs de l'incendie (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Couleurs de l'incendie
Description de l'image Couleurs de l'incendie (film).png.
Réalisation Clovis Cornillac
Scénario Pierre Lemaitre
Musique Guillaume Roussel
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont
La Company
Umedia
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Drame
Durée 134 minutes
Sortie 2022

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Couleurs de l'incendie est un film franco-belge[1] réalisé par Clovis Cornillac, sorti en 2022.

Il s'agit d'une adaptation du roman du même nom de Pierre Lemaitre publié en 2018 et faisant suite au roman Au revoir là-haut.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1929 se tiennent les obsèques du riche banquier Marcel Péricourt, auxquelles le « Tout-Paris » assiste. Sa fille Madeleine est la seule héritière, après le suicide de son frère Édouard Péricourt quelques années plus tôt. Le sort va s'acharner sur elle quand son fils Paul se blesse gravement et devient handicapé.

Sans son ex-mari pour l'épauler, Madeleine va devoir prendre seule la tête des affaires de son père. Elle reçoit des conseils de son oncle, le peu scrupuleux Charles Péricourt. Madeleine va devoir faire face à de nombreux obstacles, à l’adversité des hommes, à la cupidité, à la jalousie et à la corruption dans une France et une Europe où monte le totalitarisme.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

À Paris, en 1929, lors des obsèques de son père, Madeleine Péricourt (Léa Drucker), assiste avec horreur à une tentative de suicide de son fils Paul (Octave Bossuet). En dépit de son immense chagrin, Madeleine s'efforce tant bien que mal de gérer l'immense empire financier que son père lui a légué. Elle repousse les avances de Gustave Joubert (Benoît Poelvoorde), l'ancien adjoint de son père, tout en refusant de venir en aide à son oncle Charles (Olivier Gourmet), un député en grande difficulté financière en raison de ses arrangements véreux. Elle s'arrange également pour que Joubert permette à André Delcourt (Jérémy Lopez), l'ancien précepteur de Paul, d'obtenir un emploi de journaliste. Enfin, elle engage Vladi (Jana Bittnerova), une ressortissante polonaise ne parlant pas un mot de français, pour s'occuper de Paul après l'avoir vue le faire sourire.

Tandis que Paul reprend progressivement goût à la vie grâce à la musique de la cantatrice Solange Gallinato (Fanny Ardant), Madeleine ne se rend pas compte qu'elle est victime d'un jeu de dupes mené par Joubert, Charles et Delcourt. Ces derniers l'incitent en effet subtilement à transférer l'ensemble de ses actifs financiers en les investissant dans le secteur pétrolier roumain. Alors que Madeleine s'apprête à accompagner Paul pour assister à une représentation de Solange à Milan, elle découvre avec horreur que le pétrole roumain s'est effondré, la laissant ruinée. Comprenant la trahison de Joubert, qui s'est associé avec sa dame de compagnie Léonce Picard (Alice Isaaz), Madeleine apprend également que Paul avait tenté de se suicider à cause de Delcourt, qui se livrait à des abus sexuels sur l'enfant.

Cinq années passent, durant lesquelles Madeleine, qui vit désormais dans un petit appartement avec Paul (Nils Othenin-Girard) et Vladi toujours à ses côtés, rumine sa vengeance. Découvrant que Joubert a fondé une entreprise de matériel aéronautique, toujours associé avec Charles et bénéficiant du soutien du journal de Delcourt, Madeleine sollicite l'aide de Lucien Dupré (Clovis Cornillac), son ancien chauffeur devenu chauffeur de taxi. Ce dernier accepte d'enquêter sur le trio, et découvre que Léonce, désormais mariée à Joubert, est en fait déjà mariée avec un certain Robert Ferrand (Alban Lenoir). Madeleine fait alors chanter Léonce, lui disant qu'elle taira son secret si Léonce et Robert espionnent Joubert pour elle.

Léonce et Robert parviennent à faire en sorte que Joubert engage ce dernier dans son entreprise. Robert parvient ainsi à saboter le moteur à réaction fabriqué par Joubert, conduisant à une explosion lors d'une démonstration d'essai devant des membres du gouvernement. Joubert perd ainsi toute perspective de vendre son moteur au gouvernement et y perd une fortune, de même que Charles qui a beaucoup investi dans l'entreprise, tandis que Delcourt est discrédité au sein de son journal. Toutefois, Madeleine décide d'aller encore plus loin et charge Léonce de dérober des documents de l'entreprise de Joubert dans le coffre de ce dernier et de faire grossièrement croire à un cambriolage, afin que le commissaire en charge de l'enquête (Olivier Rabourdin) soupçonne Joubert d'une mise en scène.

Profitant d'un voyage en Allemagne pour assister à un récital de Solange, Madeleine se fait passer pour Léonce à l'aide d'une perruque brune et du passeport qu'elle a confisqué à cette dernière. S'étant renseignée sur les pratiques d'une banque garantissant une certaine confidentialité à ses clients, elle propose au major Dietrich (Johan Heldenbergh) de lui vendre les documents techniques dérobés par Léonce, promettant ainsi à l'Allemagne hitlérienne une avance technologique. Après négociation, le major accepte et remet à Madeleine la moitié de la somme convenue en Reichsmarks. Toutefois, il comprend trop tard que Madeleine l'a dupé en lui remettant des documents concernant des recherches anciennes qui ne sont pas viables.

Avec l'aide de Lucien, Madeleine parvient à quitter l'Allemagne, tandis que Solange se réconcilie avec Paul, qui avait été attristé par le fait que son idole accepte d'être une égérie du Troisième Reich (Solange interprète ainsi, devant Adolf Hitler, la prière des Hébreux Va, pensiero tirée de Nabucco, l'opéra de Giuseppe Verdi, au lieu de la Chevauchée des Walkyries de Richard Wagner). De retour en France, Madeleine contacte un faussaire (Sam Karmann) pour réaliser une copie truquée du livre de comptes de la banque incriminant ses cibles, et charge Lucien de cacher les billets de banque allemands dans l'appartement de Delcourt pendant que Madeleine dîne avec lui. Ce dernier est alors arrêté par la police à la suite d'une perquisition, tout comme Joubert. Tous deux comprennent, bien trop tard, que Madeleine les a dupés.

Sa vengeance couronnée de succès, Madeleine pardonne sa trahison à Léonce et lui donne de l'argent pour une nouvelle vie. Elle refait sa vie avec Lucien, devenu son amant au cours de son enquête, tandis que Paul hérite de l'ensemble des biens de Solange à la suite du décès de la cantatrice qui avait été expulsée d'Allemagne. Une série de messages indique alors le sort des autres personnages : Joubert purge une peine de prison mais est rapidement terrassé par un cancer à sa sortie, Delcourt collabore avec les Allemands pendant l'Occupation et se suicide le jour de la Libération, Léonce démarre une nouvelle vie à Casablanca où elle se marie et a six enfants, Charles, pris en pitié par Madeleine par esprit de famille, parvient à marier ses deux filles, et Vladi trouve également un mari et donne naissance à un futur Prix Nobel.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

icône image Médias externes
Images
Affiche du film n°1 sur le site Allociné
Affiche du film n°2 sur le site Allociné
Vidéos
Bande-annonce du film sur le compte YouTube de Gaumont

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Production[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu en fin 2020 et dure 51 jours. Il se déroule à Paris, Montreuil, dans les studios d'Épinay[4], et quelques jours en Alsace, notamment à Strasbourg (palais universitaire, palais du Rhin), Riquewihr et Sentheim[5],[6]. La Tchéquie avait été envisagée par la production, mais cette destination a été abandonnée en raison de la pandémie de Covid-19[7],[8].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, le site Allociné donne une moyenne de 3,35, après avoir recensé 19 titres de presse[9].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 490 757 entrées - -

Pour son premier jour d'exploitation en France, Couleurs de l'incendie réalise 43 809 entrées, dont 13 746 en avant-première. Le film se classe second du box-office des nouveautés, derrière le blockbuster américain Black Panther: Wakanda Forever (243 470) et devant Armageddon Time (16 980)[10]. Au bout d'une première semaine d'exploitation, le film totalise 302 030 entrées pour une seconde place au box-office, derrière Black Panther: Wakanda Forever (1 692 183) et devant Mascarade (202 319)[11]. En semaine 2, le long-métrage réalise 188 727 entrées supplémentaires, toujours pour une seconde place au box-office, derrière Wakanda Forever (725 543) et devant le biopic Simone, le voyage du siècle (182 807)[12].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Pour appâter Gustave Joubert, passionné de belles automobiles, on tente de lui vendre une rare Bentley Speed Six "Blue Train" (grâce à l'exploit de Woolf Barnato, un Bentley Boy, qui a battu le train bleu de Cannes à Calais le 13 mars 1930) en vantant son moteur à 6 cylindres en V (V6). Ces Bentley n'ont jamais eu de V6 mais des 6 cylindres en ligne de 6597 cm cubes. Par ailleurs il en a été produit bien plus qu'une poignée comme il est dit dans le film (182 exemplaires en tout de 1928 à 1930)[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche du film - Crew-united
  2. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  3. Linn, « Couleurs de l'incendie (2022) – original records by Guillaume Roussel », sur Linn records (consulté le )
  4. « Les Couleurs de l'incendie réalisé par Clovis Cornillac », sur TSF, (consulté le )
  5. « Clovis Cornillac à Strasbourg pour le tournage de Couleurs de l'incendie », sur Dernières Nouvelles d'Alsace, (consulté le )
  6. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  7. « Cinéma : 4 jours de tournage et clap de fin en Alsace pour Couleurs de l'incendie réalisé par Clovis Cornillac », sur France 3 Grand Est, (consulté le )
  8. « Couleurs de l'incendie », sur Materciné (consulté le )
  9. « Couleurs de l'incendie - critique presse », sur Allociné (consulté le )
  10. Brigitte Baronnet, « Box-office : Black Panther 2 démarre plus fort que le premier film ! », sur Allociné, (consulté le )
  11. Brigitte Baronnet, « Box-office France : Black Panther 2 démarre encore plus fort que Top Gun Maverick ! », sur Allociné, (consulté le )
  12. Vincent Formica, « Box-office France : Black Panther 2 passe les 2 millions d'entrées », sur Allociné, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]